Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

 :: RPG :: Territoire de l'Automne :: Forêt orientale :: Etang des feuilles d'Automne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs
V'hallys
Codeuse
V'hallys
Race : Loup/louve
PUF * : Myosotis
Féminin
Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2018
Âge : 18
Ta localisation réelle : Rennes

Identité du loup/chien
Rang:
Popularité:
There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Left_bar_bleue0/0There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Non
Jeu 28 Mar 2019 - 17:29

There is a charm about the forbidden
that makes it unspeakably desirable.
V'hallys x Viehrs
(Temporalité : fin de l’hiver, avant le début de l’event)


Il semblait que les paysages de ces terres ne cesseraient jamais d’émerveiller V’hallys ; lui qui n’avait connu toute son enfance et adolescence que des paysages d’une neutralité qu’il avait fini par détester tant il s’en était lassé, les vives couleurs carmin des territoires automnaux ravissaient ses prunelles. Il n’était évidemment par revenu pour découvrir la variété de l’arrière-pays, néanmoins c’était toujours plaisant de voir son voyage chez les ennemis de Seira agrémenté de quelques jolies teintes. La vivacité des tons était rehaussée par le contraste créé avec la neige qui s’était déposée à la faveur de la froidure de l’hiver. V’hallys avait découvert, comme un enfant, le plaisir de toucher cette texture froide si étonnante, lui qui n’avait jamais vu de flocons là où il avait grandi, quel qu’ait été l’endroit où Myosotis avait choisi de s’exiler – elle n’avait jamais voulu lui dire le nom que portaient ces terres, si tant est qu’elles en eurent un. V’hallys n’était même pas certain qu’il parviendrait à reconnaître le chemin de ce lieu s’il voulait un jour retrouver sa mère. Ces considérations étaient pourtant bien loin de son esprit au moment présent.

Gagner les terres automnales avait été un choix à la fois fortuit et motivé par l’envie irrépressible qu’il avait d’avoir un maximum de cartes en main avant d’affronter Seira, et cela passerait nécessairement par une rencontre avec ses ennemis, à la fois pour savoir de quoi leur conflit retournait et également s’il avait moyen d’avancer des pions sur leur terrain. S’il pouvait rencontrer des Automnaux, voire leur chef – Daeron ? – il pourrait probablement tirer son épingle du jeu. Sans compter que socialiser un peu lui ferait du bien ; il se sentait esseulé depuis que sa rencontre avec Herrade avait tourné à la catastrophe. Il avait envie de faire des rencontres aux enjeux un peu moins grands que celles qu’il pouvait faire au Printemps ; l’Automne était donc un bon compromis entre utilité et plaisir.

Ses pas l’avaient mené dans une forêt aux arbres hauts et fins, aux odeurs épicées qui, malgré le froid qui anesthésiait quelque peu ses sens, lui chatouillaient les narines, lui qui n’était pas habitué à des senteurs aussi corsées. Après plusieurs jours d’itinérance, la faim avait commencé à se faire ressentir, mais il n’avait pas été fortuné : les quelques très rares proies potentielles qu’il avait aperçues, faisant gargouiller son estomac, avaient fui avant qu’il n’ait même le temps de se dissimuler. Il s’était rabattu sur un étang qu’il avait découvert en remontant le chemin d’un ruisseau, et avait décidé de pêcher parmi les maigres poissons qui s’agitaient mollement sous la surface. L’hiver devait avoir été rude pour tous. S’allongeant sur le flanc, au bord de l’étang où dérivaient de jolies feuilles brunes à la surface, il se mit à déguster son repas en silence, espérant discrètement que le rythme morne de ces journées solitaires serait rompu par quelque rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Viehrs
Modo Justicière Nocturne
Viehrs
Race : Loup/louve
PUF * : Carnival, Cicou0, un.kanny, Kanu
Masculin
Messages : 199
Date d'inscription : 11/07/2017
Âge : 19
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identité du loup/chien
Rang: Reclus
Popularité:
There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Left_bar_bleue25/100There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Empty_bar_bleue  (25/100)
En couple ?: Libertin.♥
Ven 29 Mar 2019 - 13:21




Yet he yearned for the forbidden as all sinners did.

ft. V'hallys



L'hiver, bien que touchant à sa fin, n'apparaissait pas pour autant plus accueillant qu'à son apogée. Le froid mordant, les épidémies et les crises de famine, amenait Viehrs à ne trouver aucune beauté dans cette saison dont il se réjouissait qu'elle se termine enfin. Plutôt que d'émerveillement, la saison était vecteur pour lui de mauvais songes et de tourments de son inconscient. Il s'y sentait plus vulnérable que le reste de l'année et pressentait que l'on aurait pu facilement se jouer de lui. Du moins, psychologiquement. Tout cela n'était que les interrogations qui survenaient dans on esprit, tandis qu'il conversait avec son propre ego. Physiquement, Viehrs n'aurait su se présenter autrement que toujours parfaitement égal à lui-même. Malgré la rudesse de cette période de l'année, le bel albinos ne dépérissait en rien. Sans qu'on sache comment - et sans, d'ailleurs, qu'on ait véritablement envie de le savoir, Viehrs parvenait toujours à demeurer bien nourrit, bien lustré, resplendissant de toute part. Pourtant, la nourriture ne se trouvaient pas derrière n'importe quel buisson et les automnaux étaient loin d'être dans leur meilleur état, d'autant que notre cher albinos n'avait toujours pas bougé du rang de simple reclus, mais pas un signe de faiblesse physique n'aurait su ébranler la fière silhouette du fameux traître du printemps.

Lequel se prélassait sur la branche d'un arbre dégarni de ses feuilles, dont les racines venaient tremper dans l'eau du ruisseau en contrebas. L'automne ne perdait pas de ses couleurs, mais les belles feuilles colorées étaient plus nombreuses sur le sol que dans les arbres auxquels elles appartenaient jadis. Les maigres rayons de soleils qui atteignaient sa blanche fourrure ne le réchauffaient pas vraiment, mais la température était assez supportable pour qu'il ne s'en plaignit pas. La tête posée sur ses longues pattes étendues devant lui, Viehrs semblait admirer le paysage de ses grands yeux bordés de cils blancs. Ses longs cheveux parfaitement entretenus qu'il avait décidé, comblant l'ennui, de tresser et d'orner aussi bien que s'il se préparait pour une cérémonie, avait roulé le long de son dos et pendait hors de la branche. Dans le paysage orné de blanc, de rouge et doré, Viehrs était presque complètement camouflé. L'hermaphrodite était repu et à la vérité, il ne trouvait pas grand chose pour occuper un esprit aussi éveillé que le sien. L'érudit sentait qu'à force de rester reclus, il s'enlisait dans une routine flegmatique et morne, de laquelle il ne parvenait à se dégager.

L'ennui de la diva était tel, que le spectacle du jeune loup aux couleurs crème et sable piqué d'une sorte de violet sombre, qui passa sans le remarquer sous son arbre pour venir pêcher dans le ruisseau, lui parut un sacré divertissement. Le fourbe était discret et espérait secrètement que cet inconnu qui tentait de se repaître, allait rencontrer quelque mésaventure qui l'aurait au moins fait glousser quelque peu. Silencieux, il l'observa sans relever la tête, avec une curiosité mauvaise. Malheureusement pour le vicieux albinos, l'animal était agile et rien d'amusant ne se passa, ce qui lui provoqua un petit soupir dramatique. Puisqu'il ne s'était pas ridiculisé en pêchant, à son grand dam, Viehrs détailla un peu l'inconnu, qui n'avait pas l'air d'un intrus lambda. Lui qui était très informé ne l'avait jamais croisé auparavant, et bien qu'il n'ait pas encore vu le visage du loup, celui-ci lui était si peu familier qu'il était même certain que l'autre ne le connaissait pas non plus. Et voilà alors que se dessinait l'opportunité d'une rencontre qu'il aurait pu contrôler sans à-priori !

Ni une, ni deux, le bel hermaphrodite se décida à descendre gracieusement de sa branche pour tomber juste derrière l'inconnu. En terme d'approche, il aurait pu faire moins surprenant, c'est pourquoi il s'annonça immédiatement après avoir atterri, d'une voix douce mais amusée :

S'il m'était venu l'idée de te tendre une embuscade, j'aurais été fort bien efficace.


L'albinos arborait son habituel sourire diplomate et charmeur, que tant déjà avaient appris, à leurs dépens, à ne jamais prendre pour argent comptant. Tendant la patte vers l'inconnu en signe de paix, il ajouta dans un gloussement.

Malheureusement ça n'est ni mon rôle, ni mon but, que de surprendre les étrangers en Automne.


css (c) s.remaud
Revenir en haut Aller en bas
V'hallys
Codeuse
V'hallys
Race : Loup/louve
PUF * : Myosotis
Féminin
Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2018
Âge : 18
Ta localisation réelle : Rennes

Identité du loup/chien
Rang:
Popularité:
There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Left_bar_bleue0/0There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Non
Ven 29 Mar 2019 - 16:23

There is a charm about the forbidden
that makes it unspeakably desirable.
V'hallys x Viehrs


Lorsque V’hallys entendit un léger bruit dans son dos, il avala prestement le morceau de chair ichthyenne – heureusement pour sa prestance, aucune arête ne vint entraver sa déglutition. Quelqu’un venait visiblement le déranger durant son repas ; lorsque son regard se posa sur l’être qui lui faisait face, V’hallys se sentit troublé. Il était habituellement assez doué pour cerner les gens ; ce n’était pas être vantard que de se l’avouer – même si V’hallys rentrait définitivement dans la catégorie des gens un peu trop sûrs d’eux – mais il avait tout simplement un excellent contact social. Sauf que ce loup le perturbait ; d’abord, était-ce un loup ou une louve ? En matière de standards de genre, le jeune solitaire n’était pas de ceux qui imposaient des normes, mais il ne parvenait tout bonnement pas à cerner cet individu. Ce qu’il pouvait en revanche constater, c’était que son vis-à-vis était particulièrement séduisant. Relevant le menton avec fierté, ses longs cils charbonneux baissés vers lui ou elle, il écouta sa voix douce entonner la conversation :

“S'il m'était venu l'idée de te tendre une embuscade, j'aurais été fort bien efficace.”

Sur quoi il lui tendit la patte avec bonhomie ; V’hallys, quoique surpris, la saisit avec fermeté et assurance. Ce n’était pas une manière usuelle de se présenter, mais cela ne lui déplaisait pas. Le contact avec l’étranger lui fit l’effet d’une décharge d’électricité statique.

“Malheureusement ça n'est ni mon rôle, ni mon but, que de surprendre les étrangers en Automne.”

Un Automnal, donc ; c’était surprenant, V’hallys n’en aurait pas juré à l’odeur, qui le laissait plus sur sa faim qu’autre chose. C’était comme si elle était incomplète, qu’il manquait quelque chose, soit parce que cette chose n’avait jamais été présente, soit parce qu’elle avait été amputée. Était-il natif de ce clan ? L’inverse pourrait expliquer cette particularité qui attisait la curiosité du jeune mâle.

“Ce n’était peut-être pas ton but, mais tu m’as surpris, très cher”, répondit V’hallys du tac au tac avec malice.

C’était peut-être un peu tôt pour une telle familiarité ironique, mais il n’avait pas sa langue dans sa poche, et ces jours de solitude avait émoustillé son envie de badinage. Les yeux violets plantés dans les yeux écarlates de son interlocuteur. Sa sclérotique était noire, c’était un détail rare qui ne subjuguait pourtant pas le jeune solitaire autant que la chevelure qui encadrait les traits fins de l’Automnal. Il avait orné ses cheveux d’accessoires et les avait tressés ; cela avait dû prendre du temps, ce qui éveilla les soupçons de V’hallys, qui leva les yeux en hauteur, au-dessus de celui ou celle à qui il venait de serrer la patte. Un arbre les surplombait, ses racines trempant dans l’étang ; une de ses branches s’agitait encore doucement. Comprenant que l’être immaculé qui lui faisait face avait probablement sauté de cette ramure sur laquelle il avait trouvé refuge, il se demanda s’il l’avait observé longtemps, lui-même ne l’ayant pas aperçu grimper dessus. Abaissant les yeux, les reposant sur le jeune canidé, il lui demanda tandis qu’un grand sourire s’étalait sur ses lèvres :

“Alors comme ça, ça fait longtemps que tu m’observes ? J’espère que tu as apprécié la vue, mais tu aurais pu te signaler plus tôt.”

C’était plus pour la forme qu’il disait cela ; il n’était pas particulièrement dérangé par ce qu’il estimait presque être une forme de voyeurisme de la part de l’autre. En fait, il en était même amusé, songeant qu’il aurait probablement fait de même si un loup aussi beau que lui-même lui était passé sous le nez alors qu’il se prélassait dans un arbre – un peu trop sûr de lui, c’était effectivement le moins qu’on puisse dire du jeune solitaire aux dreads bien entretenues. D'une voie tranquille et néanmoins charmeuse, sans jamais se départir de son éternel sourire, il reprit :

“Pas mal, les lunettes. Au fait : V’hallys, quelques hivers, né Printanier et aujourd’hui Solitaire par la force des choses… enchanté.”
Revenir en haut Aller en bas
Viehrs
Modo Justicière Nocturne
Viehrs
Race : Loup/louve
PUF * : Carnival, Cicou0, un.kanny, Kanu
Masculin
Messages : 199
Date d'inscription : 11/07/2017
Âge : 19
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identité du loup/chien
Rang: Reclus
Popularité:
There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Left_bar_bleue25/100There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Empty_bar_bleue  (25/100)
En couple ?: Libertin.♥
Dim 31 Mar 2019 - 21:27




Yet he yearned for the forbidden as all sinners did.

ft. V'hallys



La surprise de l'étranger ne fut pas grande, du moins en apparence, et ne l'aurait même pas amusé s'il n'avait pas vu son mouvement empressé pour avaler une dernière bouchée de son repas, avec laquelle il ne s'étouffa même pas, à son grand regret. Quoique, cela aurait en fait été bien dommage, car quand il se retrouva nez à nez avec le visage de cet inconnu qu'il découvrait enfin, ses traits fins et bien définis plurent assurément au bel hermaphrodite. Viehrs, intérieurement, ravala alors toute idée perfide qui aurait pu traverser son esprit et les laissa de côté. Ca n'était pas tous les jours qu'il croisait un nouveau visage, encore moins un avec au moins un peu de charisme et d'attrait pour lui. L'animal était superficiel en toutes relations, il ne lui en fallut pas plus pour décider qu'il ne chercherait pas, du moins volontairement à se le mettre directement à dos. ( Ou du moins, pas de cette manière.)

Il se fichait que l'autre le détaille, plutôt heureux et flatté qu'on admire sa beauté, et ne se gêna pas pour faire de même. Le loup était éminemment plus jeune que lui, l'expression de son visage, tout autant que sa manière de parler, portaient encore la fougue d'une jeunesse pleine d'assurance et de fougue. Pas que Viehrs était vieux, d'ailleurs ses traits étaient si doux qu'on n'aurait su dire son âge, mais il avait à l'évidence vécu bien des choses et bien des années de sorte que l'étincelle qui brillait dans ses yeux matures n'était en rien la même que celle des prunelles gris-mauve de l'étranger. Bien que ladite étincelle n'en fut pas moins vive pour autant. La carrure du mâle était clairement bien défini, de sorte qu'il ne semblait ni pochtron, ni famélique, mais il ne pouvait paraître aussi bien nourri et loti que les loups de clans et Viehrs l'assimila à un Solitaire. Ses cheveux étaient noués en minces dreadlocks qui lui tombaient dans le cou et d'une couleur similaire à celles des marques sur son pelage crème. En somme, il n'était pas du tout désagréable à regarder.

La remarque de l'étranger le fit sourire intérieurement. En voilà un qui n'était pas débile, sans pour autant être un expert de la subtilité non plus. Enfin, il avait vu pire comme mieux. Et à ce stade de sa morne et ennuyeuse vie sociale, l'albinos ne faisait pas le difficile. Remettant calmement sa longue tresse ornée par dessus son épaule, il attendit que le fier jeune mâle ait fini sa présentation.
S'il était assuré et détendu, ses mouvements se crispèrent subitement lorsque l'étranger annonça calmement être natif du Printemps. Viehrs posa sur lui un regard circonspect et plus intrusif qu'auparavant. Il n'avait jamais entendu parler de lui par qui que ce soit au Printemps, le nom de V'hallys ne lui disait rien et il était probablement parti bien avant que l'albinos ne vienne au Printemps. Bien qu'il fut désormais solitaire, Viehrs ne se fit pas vraiment plus relaxé pour autant : une partie de l'histoire lui échappait, ce qui était détestable.

Faisant rouler son bâton d'encens sur sa langue rose avant d'en happer subtilement la fumée, Viehrs, retrouvant de sa contenance, adressa à V'hallys un clin d'oeil malicieux sans être forcément fourbe :

Ah ! J'ignore si le paysage était assez joli pour susciter la contemplation. Enfin, il me fallait attendre le moment adéquat pour me dévoiler, mon cher !


Il ajouta, les yeux rieurs.

Sans surprise, tout a beaucoup moins d'intérêt.


Le fier albinos gloussa avant de poser doucement sa patte sur son propre torse qu'il bomba quelque peu, se donnant plus de prestance, pour enfin se présenter. Et par surprise, le bel hermaphrodite à la voix douce ne fut pas complètement malhonnête :

Bien qu'on ait pu m'attribuer quelques sobriquets, je suis Viehrs, automnal par adoption, mais en rien natif de Four Seasons. J'ai....Croisé la route du Printemps, disons cela, mais n'y ait jamais entendu ton nom mentionné.


De sa démarche souple et maîtrisée, Viehrs se rapprocha de V'hallys, sans détacher son regard écarlate, légèrement dissimulé par ses longs cils, du sien, mais le dépassa finalement après avoir ajouté dans son oreille :

Nonobstant d'où tu viens, je suis enchanté de faire ta connaissance, mon cher V'hallys.


Gloussant une unique fois, l'hermaphrodite lui tourna le dos pour s'approcher du ruisseau où il se désaltéra tranquillement, faisant mine de se désintéresser de ce V'hallys, au moins le temps qu'il soit assez hydraté pour pouvoir continuer à converser.




css (c) s.remaud
Revenir en haut Aller en bas
V'hallys
Codeuse
V'hallys
Race : Loup/louve
PUF * : Myosotis
Féminin
Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2018
Âge : 18
Ta localisation réelle : Rennes

Identité du loup/chien
Rang:
Popularité:
There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Left_bar_bleue0/0There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Non
Ven 26 Avr 2019 - 0:03

There is a charm about the forbidden
that makes it unspeakably desirable.
V'hallys x Viehrs


V’hallys scrutait le visage immaculé de son vis-à-vis, étudiant ce qui aurait pu être un faciès lisse et sans expression, l’Automnal étant vraisemblablement albinos, ses cils et ses sourcils étant tout aussi blancs que son pelage. Pourtant, il émanait de lui un charisme incontestable, sans doute à cause de ce regard magnétique qui contrastait avec la blancheur vierge qui l’auréolait. L’autre eut l’audace de lui faire un clin d’œil, faisant presque lascivement rouler ce que V’hallys avait cru être une cigarette mais qui était, maintenait qu’il le regardait exhaler une fumée enivrante, un bâton d’encens.

« Ah ! J'ignore si le paysage était assez joli pour susciter la contemplation. Enfin, il me fallait attendre le moment adéquat pour me dévoiler, mon cher ! Sans surprise, tout a beaucoup moins d'intérêt. »

V’hallys arqua un sourcil et sourit, reconnaissant l’habileté de la pique. Il ne se sentait pas touché dans son orgueil – il en aurait fallu beaucoup plus pour cela… Il était certain d’être une œuvre d’art, un chef d’œuvre, une magnificence de la nature. L’albinos gloussa avant bomber le torse, comme un grand maître orateur, d’une manière pompeuse qui fit pétiller les yeux du solitaire. La voix de l’Automnal gardait sa douceur, presque suave.

« Bien qu'on ait pu m'attribuer quelques sobriquets, je suis Viehrs, automnal par adoption, mais en rien natif de Four Seasons. J'ai....Croisé la route du Printemps, disons cela, mais n'y ait jamais entendu ton nom mentionné. »

Viehrs, donc. V’hallys se plut à faire rouler ce nom dans son esprit, appréciant sa rondeur et en même temps le côté chuintant de la consonne fricative. Et alors que le nom se baladait encore dans ses idées, l’insolent Viehrs s’avança vers lui, franchissant d’une manière éhonté les frontières de son espace vital, violant tous les codes d’une première rencontre ; son odeur étonnante et entêtante emplit immédiatement l’air que respirait V’hallys. Ses prunelles magnétiques étaient verrouillées dans les siens, l’empêchant de détourner le regard – comme si le fier solitaire aurait eu la faiblesse de baisser les yeux !

Viehrs était enchanté de faire sa connaissance, donc ; rien de surprenant à cela, après tout, toute âme qui avait la fortune de croiser son chemin ne pouvait qu’être honorée que le fils de Myosotis daigne lui accorder de son attention. En revanche, malgré le privilège de cette rencontre fortuite, l’albinos persistait à se montrer irrémédiablement insolent ; cette fois il s’était délibérément détourné de lui, avec un toupet qui grisait V’hallys un peu plus qu’il n’aurait probablement bien voulu l’admettre. Ne lui offrant que son dos, l’Automnal se désaltérait dans le ruisseau avec une sublime indifférence pour le beau solitaire. C’était pour V’hallys un challenge aussi excitant que nouveau – il n’était pas tellement habitué à ce que l’on lui résiste de la sorte.

Il se devait de répondre à cette joute implicite, de répondre et surtout de gagner – c’était tout ce qui importait. Une lueur mi-féroce, mi-excitée animait dangereusement son regard améthyste. V’hallys s’avança à son tour vers Viehrs et lui passa également à côté, effleurant au passage ses flans avec sa queue. Là où l’albinos s’était arrêté au bord du cours d’eau, V’hallys pénétra sans hésitation le courant, gardant un léger sourire insolent à toute épreuve malgré le froid qui mordait sa peau, l’eau glacée ayant trempé son pelage en un instant. Non seulement il ne perdrait pas la face devant l’étonnant personnage en face de lui, mais en plus de ça il appréciait finalement ce bain qu’il avait initialement prévu uniquement pour braver son adversaire. Ayant nagé à quelques mètres du rivage le temps de s’acclimater à la température, il revint vers le bord où il avait pied. Il plia les pattes, conservant son corps immergé, et progressa vers celui qui semblait décidément avoir très soif. Faisant émerger sa tête et son cou de l’eau, il vint se placer exactement en face de Viehrs, fixant sans gêne l’Automnal dans ce moment qui était toujours un instant de vulnérabilité pour toute créature du règne animal. V’hallys inclinait parfois légèrement la tête à droite ou à gauche, offrant plusieurs angles de vue à l’albinos pour l’étude anatomique qu’il ne manquerait certainement pas de mener sur lui une fois qu’il aurait réalisé toute l’ampleur de la splendeur du solitaire. Il ne put s’empêcher de le titiller un peu :

« Tu ne voudrais pas me rejoindre, par hasard ? Tu verras, Viehrs, c’est très agréable. »

Il ne précisa pas ce qui serait agréable, c’était évident… En revanche, son regard était depuis leur rencontre accroché, d’une part, sur la chevelure qui scintillait presque tant elle était immaculée, et d’autre part sur l’étonnant bâton d’encens. Il était comme hypnotisé. Refixant ses yeux sur les prunelles rouges de Viehrs, il ajouta d’une voix lascive :

« Ou alors tu peux me faire goûter ton bâton, peut-être. Je n’en avais jamais vu de pareil. »

Il passa légèrement sa langue sur ses lèvres pour les humecter, avant de replonger la moitié de son crâne dans l’eau, de telle sorte que seuls ses yeux dépassaient de l’eau transparente du ruisseau, yeux qu’il gardait vissés tour à tour dans les yeux et sur la bouche de Viehrs.

Revenir en haut Aller en bas
Viehrs
Modo Justicière Nocturne
Viehrs
Race : Loup/louve
PUF * : Carnival, Cicou0, un.kanny, Kanu
Masculin
Messages : 199
Date d'inscription : 11/07/2017
Âge : 19
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identité du loup/chien
Rang: Reclus
Popularité:
There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Left_bar_bleue25/100There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable — ft. Viehrs Empty_bar_bleue  (25/100)
En couple ?: Libertin.♥
Dim 12 Mai 2019 - 15:36




Yet he yearned for the forbidden as all sinners did.

ft. V'hallys



Manipulateur était l'animal, et fier, en plus de cela. Il n'eut pas besoin de glisser un regard derrière lui ou même de tendre une oreille curieuse, pour savoir que son stratagème, des plus simples, avait fonctionné. Bien que V'hallys eût été un concurrent méritant, il n'était probablement aucun autre être en ce bas monde qui fût plus certain de sa beauté que notre cher, et jalousé, Viehrs. Il connaissait ses atouts, savait les exploiter à son avantage. Aussi détesté fut-il, peu étaient ceux, mâles comme femelles, qui pouvaient avoir l'audace de nier sa beauté harmonieuse et délicate; qui contrastait avec son être aussi perfide que scélérat. Ainsi laissa t-il, certain de son charme magnétique, le grand mâle solitaire venir jusqu'à lui, permettant même à ce dernier de braver bien des règles de pudeur en effleurant sa personne d'un geste fugace mais néanmoins électrisant. Un fin sourire aux lèvres, l'hermaphrodite se redressa pour se tourner vers V'hallys, mais voilà que celui-ci le dépassa, non sans une démarche empreinte d'une fierté princière, pour entrer dans l'eau froide.

Refusant de se laisser surprendre, l'albinos suivit les mouvements du solitaire d'un air circonspect qui se fondit rapidement en une contemplation silencieuse. Abaissant de nouveau sa tête au niveau de l'eau, pour ne pas, à son tour, perdre la face, Viehrs feint de laper l'onde glaciale, machinalement, alors que ses yeux rubescents étaient braqués sur la figure de V'hallys. Il pouvait feindre le désintérêt autant qu'il le souhaitait, la petite démonstration de fierté et de bravoure dans l'eau était tout à fait distrayante. Et le spectacle des muscles du mâle glissant sous l'onde était particulièrement appréciable. L'albinos le regarda s'éloigner de la berge, ignorant le froid qui devait mordre son pelage, puis revenir jusqu'à lui avec une grâce dans ses mouvements que la plupart des loups ne possédaient pas. Il ne pataugeait pas dans l'eau mais au contraire, glissait en perçant l'onde sans l'agiter, sans la perturber, comme si l'exercice ne lui demandait aucun effort et qu'il était si certain de ses capacités et de sa maîtrise, que la peur de la noyade ne l'effleurait même pas.

Comme il revenait vers la berge sans pour autant sortir de l'eau, Viehrs se redressa légèrement, non pas pour s'écarter du chemin du solitaire, mais pour le contempler avec plus de hauteur, refusant de démordre de la supériorité qui était sienne. Le petit jeu de démonstration de ses atouts amusait Viehrs qui s'y prêtait volontiers. Il ne pouvait nier le potentiel de V'hallys, tant à propos de ses charmes, que de la fierté opiniâtre qui l'habitait. L'albinos n'allait pas laisser passer l'opportunité de le connaître plus amplement...Peu importe ce que cela impliquait. Il répondit à la taquinerie de l'élégant solitaire avec la même lassitude suave :

Te rejoindre ?...Je crois qu'il faudra me convaincre plus que cela...


Et de fait, il ne serait pas aisé de réussir à faire rentrer Viehrs dans l'eau...Si toutefois ça n'était que cela dont il était question. A sa seconde sollicitation, l'albinos dressa les oreilles et fendit ses babines en un sourire charmeur, néanmoins teinté d'amusement. Ses bâtons d'encens suscitaient souvent les interrogations et la confusion de nombreux loups, mais nul n'avait jamais eut l'audace de goûter à cette étrange substance dont le bel hermaphrodite se repaissait sans cesse, avec une addiction tout juste masquée. Personne, pensa t-il, à part...L'image du corbeau disgracieux traversa un instant son esprit, mais il ne sut que faire de cette comparaison peu appropriée. Cette pensée ne l'arrêta pas dans son entreprise.

Sans lui répondre, Viehrs s'approcha un peu plus de la berge, le bout de ses griffes dorées léchées par l'eau transparente. Il prit une longue et silencieuse inspiration, faisant rentrer par sa gueule et sa truffe, une énorme quantité de fumée rosâtre qu'il bloqua là, sans la laisser s'infiltrer dans ses poumons. L'albinos vint ensuite plonger l'une de ses pattes sous l'eau, caressant la joue de V'hallys de ses griffes dangereuses, et souleva doucement son museau hors de l'eau, sans brutalité aucune, invitant le solitaire à sortir la tête de l'eau sans pour autant l'y forcer. Là, sans décrocher un instant son regard des yeux améthystes de V'hallys, il approcha son museau du sien de sorte que leurs truffes se touchent à peine et il ouvrit doucement la gueule, laissant s'en échapper toute la fumée qu'il retenait jusque là. Il ne souffla pas, ni n'expira la fumée, la laissant entourer son museau et celui du solitaire puis s'élever en volutes gracieuses dans l'air où elle disparaissait en ne laissant plus que son odeur enivrante et piquée de cendres. Viehrs attendit qu'il n'y ait plus aucune fumée autour d'eux pour s'écarter doucement, relâchant enfin son souffle. Il passa à son tour sa langue rose sur ses babines qui s'étiraient toujours en un large sourire.

Viehrs prit enfin la parole, feignant par la voix une indifférence que son regard piqué d'émotions en tout genre ne parvenait pas à retranscrire :


On en trouve guère ailleurs que là d'où je viens, mais leur confection n'a rien de bien spécial. L'odeur est entêtante, n'est-ce pas ?


Il laissa sa patte dans l'eau mais n'avança pas plus loin, déjà peu friand alors, de la température basse qui engourdissait son membre. Il ajouta, guettant le visage et les émotions de V'hallys avec un intérêt tout particulier :


J'espère néanmoins...Que ce fut à ton goût.





css (c) s.remaud
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: