Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 Bleu et apaisant comme le ciel [FEAT Hjalmar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 310
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Bleu et apaisant comme le ciel [FEAT Hjalmar]   Jeu 26 Juil 2018 - 1:35

Ce soir, douce nuit d'été, mes pas foulent la terre humide du territoire de mon Clan, lentement.
Je me sentais tellement maladroite quand j'avançais, mettant une patte devant l'autre, alourdie et déséquilibrée par mon ventre maintenant bien rond. J'avais cette impression d'instabilité que seul le fait de m'arrêter, pour m'asseoir ou m'allonger, faisait cesser comme une masse que l'on abat au sol.
Je remuai les oreilles, perdue, fixant le sol. Pour la première fois de mon existence, il me semblait que j'avais peur de tomber. Une chute risquerait de leur faire tellement de mal ! Je dois les protéger, coûte que coûte. Et gare aux racines si il leur prend l'idée de venir faire de leurs siennes.
Je m'ébrouai doucement, l'échine légèrement hérissée, m'arrêtant un instant pour reprendre mon souffle. Je levai le museau vers le ciel, fermant les paupières pour mieux humer les effluves de l'air. A l'odeur un peu humide d'eau, je sus que j'approchais de l'endroit où je souhaitais me poser.
Quelle bataille à chaque fois quand je veux aller me dégourdir les pattes, avec les guérisseurs ! J'ai peut-être l'air d'un ballon bon à rouler jusqu'à l'autre bout du territoire, je vais pas exploser non plus tous les deux pas. J'ai besoin de bouger, viscéralement. Sinon je crois bien que je risquerais d'imploser avec toutes les émotions qui peuvent survenir et le font à cause d'un rien et parfois de tout.
Je grimaçai légèrement, et, enfin, après quelques longues secondes de repos, je me redressai, affrontant la gravité qui, comme les guérisseurs, semblait m'ordonner sévèrement de rester clouée au sol.
-
Mais y'a l'espoir. Toujours cet espoir, fou et impossible, elle le savait bien, avec le temps. Des jours. Cela faisait des jours qu'il s'était envolé. Ne laissant aucune trace derrière lui autre que des souvenirs, des odeurs éphémères dont le temps fourbe n'attendait qu'une faille, qu'une baisse de garde, pour engloutir. Si certains souvenirs sont impérissables, c'est qu'ils s'accrochent au cœur.
Et le cœur n'oublie pas
Ses coussinets s'enfoncèrent dans les feuilles mortes, divans amicaux qui semblaient l'encourager.
Ca du courage, parfois elle en aimerait bien plus que ce qu'elle a d'ordinaire. Elle a cet insupportable sentiment d'être pathétiquement faible. Tout ce qu'elle peut faire, et encore, c'est de préserver un maximum les adorables petits monstres qui couvent dans son ventre. Elle a l'impression que tous les malheurs du monde le guettent. Elle les aime déjà trop pour qu'il ne leur arrive du mal. Elle ne le supporterait pas. Elle ne connaît même pas encore leur visage, mais elle les aime du plus profond de son cœur.

Elle poussa un soupir de soulagement quand elle arriva au bord de l'Etang des Feuilles d'Automne.
Là où tout avait commencé. Elle se contracta le plus doucement qu'elle put pour s'installer dans une position allongée, au sol, non loin de la source d'eau. Ses émeraudes se posèrent sur les reflets miroitants qui les bercèrent tranquillement, et elle fut tout de suite un peu plus apaisée, l'espace d'un moment.
Toutefois, elle détourna les yeux pour poser son museau sur ses pattes avant, quand ses angoisses revinrent à l'attaque.
Ca la faisait peur tout cela malgré tout. Même si les guérisseurs la rassuraient, vérifiaient régulièrement que tout allait bien, elle avait la flippe. Et si ça se passait mal ? Et si un des louveteaux mouraient ? Car pour sûr qu'il n'y en avait pas qu'un, vu l'envergure de la balle.
Elle passa une patte sur son museau, fermant les yeux, frissonnant d'appréhension. Elle touchait du bout des griffes les quatre cinquièmes de sa grossesse. A la fois elle s'y était habituée, mais à la fois elle n'en revenait toujours pas. Elle inspira profondément et expira lentement, cherchant de nouveau à plaquer sa fourrure hérissée, puis releva la tête pour jeter un regard à son ventre bien dodu.
Ca n'était pas la première fois qu'elle revenait sur ces lieux ces dernières semaines. Au début, elle avait fouillé activement les Falaises de Sérégon, puis d'autres parcelles du Territoire Neutre, en quête de traces.
Aucunes.
Elle était arrivée trop tard, beaucoup trop tard. Elle l'avait su dès qu'elle n'avait pas vu Lathraios à leur lieu de rendez-vous habituel, tout du moins pour la deuxième fois.
Elle n'avait pas manqué de temps pour réfléchir à cela, et elle avait pensé « comprendre » ce qui a poussé l'élu de ce cœur à agir ainsi. Ou en tout cas elle avait conjecturé, énormément, mais apparemment ce n'est pas de suite qu'elle saura laquelle est exactement la juste, même si une idée toute particulière semble être la bonne.
Elle posa de nouveau ses prunelles brillantes sur le miroir nocturne qui offrait son doux et apaisant clapotement à la nuit. Elle poussa un nouveau doux soupir et se secoua légèrement la tête pour virer une mèche qui menaçait de s'installer dans son œil, la reposant sur ses pattes.
Elle avait le cœur serré, pressé par une poigne méchamment acérée, qui à défaut d'avoir accès à ses entrailles se rabattait sur ce frêle organe.
Il lui manquait. Tellement. Elle ressentait comme un vide sans lui. Si au moins elle pouvait savoir s'il va bien, s'il est en sécurité. Elle s'inquiète, elle s'inquiète pour lui, pour Eux, pour tous.
A défaut de pouvoir continuer à crapahuter sur les terres des solitaires quand ses déplacements devinrent de plus en plus risqués et compliqués, elle était venue là, car c'était certainement le seul autre endroit où il viendrait s'il devait venir.
« S'il n'est pas venu ici depuis tous ce temps, c'est que c'est certainement pour très longtemps. » , avait-elle pensé avec une peine incommensurable. Peut-être pour toujours.
Elle aurait aimé croire en ceux qui disent que la valeur du bonheur se qualifie à sa durée. Mais ce bonheur-là, elle aurait souhaité de tout son cœur qu'il subsiste pour l'éternité.
Comme le destin est cruel et onirique parfois.
-
La fraîcheur de l'eau me faisait un bien fou avec la chaleur tapante qui n'avait eu de cesse de cogner dans la journée. La nuit, c'est le seul moment où j'arrive à sortir à peu près de mon coma assommé. La journée, c'est l'enfer.
Je déteste me sentir faible.
Je me roulai délicatement sur le dos pour changer de côté tout en veillant avec une pointe de crainte ainsi à ne pas faire de mal involontairement aux petits. Je n'avais jamais été aussi prudente en mission qu'ici, et connaissant la sérieuse Tueuse terriblement impliquée dans son rôle, loyale à son Clan, c'est dire beaucoup et vrai. Je me sentais un peu vaseuse à cause de cette journée qui me paraissait comme parcourue de nombreux et intensifs entraînements alors que les seules choses contre lesquelles j'ai bataillées, c'est de faire quelques pas pour aller piocher dans les réserves afin de me sustenter, ou plutôt devrais-je dire nous, malgré le fait d'être constamment assez nauséeuse. Mais on m'avait dit de me nourrir, et ce serait bête aussi de tomber d'inanition.
« Est-ce que Lathraios se nourrit bien au moins ? » , pensai-je, toujours extrêmement stressée.
Qu'est-ce que je raconte, il s'est débrouillé comme un grand tout seul jusque-là.
Je soupirai.
Je devrais arrêter de m'inquiéter.
Je battis de la queue, et remuai un peu les pattes pour les réveiller, car je comptais bien trotter un peu auprès de l'Etang maintenant que sa fraîcheur m'avait donné un léger coup de fouet- façon de parler bien évidemment, on va y aller tranquiiiiilleeeeeeeemeeeeeeent.
De toute façon, qu'est-ce que j'attends ici ?
Je respirai profondément pour chasser l'étau qui comprima mon cœur de plus belle, peinée.
Plus rien ne comptait d'autre que le bruit malicieux de l'eau et ces pensées envahissantes. Je pris appui sur une patte, et, me tendant affreusement, je me relevai, grimaçant de nouveau. Enfin tentai, car je ne pus me relever que de quelques centimètres avant de me retrouver de nouveau au sol. Bon sang, la chaleur ne m'a vraiment pas aidée ces dernières semaines. Je jurai silencieusement, puis retentai une nouvelle fois mon entreprise. Nouveau raté.

-Eh bien, ma vieille, c'est pas parce que tu ressembles à un ballon de baudruche touffu que tout roule comme sur des roulettes.  , soupirai-je, légèrement désespérée, très exaspérée par moi-même.

J'allais bien finir par arriver à me relever enfin !! Aller du nerf !
Je n'avais pas repéré une masse bien connue non loin, et j'aurais été bien incapable de dire depuis combien de temps elle est là.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Hjalmar
Animatrice
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Philly
Masculin Messages : 59
Date d'inscription : 15/05/2018
Age : 16
Ta localisation réelle : Les bas tréfonds de l'humour

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: héhéhé é_é

MessageSujet: Re: Bleu et apaisant comme le ciel [FEAT Hjalmar]   Jeu 30 Aoû 2018 - 13:12




Bleu et apaisant comme le ciel

ft. Faïryna



Hjalmar appréciait le calme maître du clan de l'Automne. Un silence accompagné par le doux frémissement des feuilles dansant la valse avec le vent. Ce ne sont que quelques petits animaux de la forêt qui lui rappelait qu'il n'était pas seul.

Arrivé au miroir d'eau lipide, il fut émerveillé par la cérémonie de couleurs qui s'offrait à lui. Une multitude de couleurs chaudes constellaient l'été et le sol. Le Librelune aimait l'odeur des arbres et des feuilles séchées et humides, c'était nouveau pour lui. Jamais n'avait-il imaginé pareil lieu lors de sa jeunesse. Ayant grandit dans un environnement entièrement blanc ou gris, il ne savait pas que les couleurs du feu pouvait s’harmoniser aussi majestueusement avec la nature.

Ce n'est qu'en s'approchant un peu plus qu'il remarqua une silhouette au bord de l'eau, familière. Un autre concerto de couleurs, cette fois d'un autre thème. Il savait à qui appartenaient cette palette : Faïryna, son amie avec qui il avait vécu des péripéties marquantes au Labyrinthe. Un autre lieu du territoire automnale qui ne concordait en rien avec le reste du territoire. Terrifiants souvenirs, mais des moments mémorables en bonne compagnie.

Il savait que dans ce monde c'était un tout autre rituel pour les progénitures. Hjalmar ne savait pas comment les loups s'y prenaient, mais la femelle faisait grandir les petits dans son ventre. Cela lui paraissait très étrangers et particulièrement douloureux. Et c'est ce qu'il avait conclu en voyant sa vieille amie qui peinait à se relever. Pas étonnant vu le poids que les bébés doivent ajouter !

Le lion entendit l'automnale marmonner dans son coin, elle avait du mal. Cela était très étranger à la louve colorée qui sautillait de partout et qu'il ne voyait à aucun moment devoir se reposer calmement au bord d'un étang, privée de son énergie. Finalement, la louve le remarqua. Il arbora un sourire amical, espérant qu'elle se souvienne de leur mésaventure, sans ressortir un certain moment honteux...

Le bleu s'approcha d'elle. À l'aide de sa tête et de ses pattes, il l'aida l'automnale à se relever. Ainsi, il la salua enfin :

-Je n'étais pas au courant que tu attendais une petite famille ! Laisse moi t'aider aujourd'hui, ne reste pas seule dans ces moments là, ce serait fâcheux que tu te fasses du mal. Raconte moi donc ton histoire, je t'offre une petite marche pour te dégourdir au bord de l'étang.

Il ne posa pas de questions sur son compagnon avec qui elle fondait une famille. Si il n'était pas là, soit il était parti chasser ou en mission, soit il n'était tout bonnement plus de ce monde... Il préféra Faïryna conter son récit et aborder le sujet si elle le souhaite.
CSS (c) S.Remaud
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 310
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Bleu et apaisant comme le ciel [FEAT Hjalmar]   Dim 30 Sep 2018 - 21:16

Et puis, j'entendis des pas s'approchant, et, levant, la tête, que fut ma joie de percevoir ce bon vieux Hjalmar ! Mon visage s'éclairant immédiatement après un moment de surprise, je lançai amicalement, le bout de la queue battant même discrètement sur le sol :

-Hjalmar !

Ni une ni deux, avec son aide, je pus ENFIN me retrouver pattes au sol. Ce soulagement se mêla à la lueur sincère qui brillait doucement au fond de mon regard et qui étirait mes babines en un fin sourire avenant.

-Je n'étais pas au courant que tu attendais une petite famille ! Laisse moi t'aider aujourd'hui, ne reste pas seule dans ces moments là, ce serait fâcheux que tu te fasses du mal. Raconte moi donc ton histoire, je t'offre une petite marche pour te dégourdir au bord de l'étang. , dit le grand schtroumpf pacifiste.

Mon sourire tourna légèrement au timide, et je baissai un peu la tête. L'idée d'être aidée me gênait un peu, même de la part de cet ami, même si je lui en étais profondément reconnaissante. Et puis, disons que je ne suis pas en état de faire autrement que d'accepter le fait qu'actuellement je ne peux pas me débrouiller toute seule pour certaines choses gr. Mais sa proposition de marcher en bordure de l'eau lactée m'enthousiasmait particulièrement derrière mon visage calme bien que content.

-Zut alors, tu m'as découverte, et moi qui voulais te faire la surprise , plaisantai-je, détendue.

Déjà les pensées sombres qui m'agitaient avant s'étaient envolées à l'approche de l'enthousiasme du Libre-Lune. C'est credieu fou comme cette bonne bouille bleu d'ours calme arrive à apaiser les âmes. Ne change pas Hjalmar, si tu n'existais pas faudrait t'inventer.
C'est étonnant, mais c'était particulièrement agréable de le compter parmi mes amis les plus fiables.
Enfin... Quand il ne s'agit pas de boîtes cachant des clowns hin hin hin. Ce souvenir me fit sourire un peu plus grand.
D'un geste de la tête, j'invitai à engager mutuellement la marche, une expression de visage déjà moins lasse et peut-être plus légère qu'avant. Je vais pouvoir prendre des nouvelles, et ça fait toujours plaisir.

-Toi d'abord. Quoi de neuf alors ? , fis-je calmement.

On n'a pas souvent l'occasion de se croiser, alors c'est le moment de se mettre à jour chacun de notre côté sur les avancées de l'autre. Si moi ça peut se voir au niveau du ventre, chez Hjalmar, non, alors c'est parti pour se raconter des aventures, celles que nous avons vécues depuis notre dernière rencontre.
J'adoptai un rythme de pas calme pour ne pas choquer mon ventre. Plus sensible à cause de ma grossesse, je sentis nettement de légers mouvements dans le volume qui alourdissait mes flancs. Je respirai tranquillement et clignai des yeux l'espace d'un instant, essayant de m'adapter à cette étrange sensation, qui passa alors. Peut-être bougeaient-ils pour avoir une position plus confortable ? Moh. Mon cœur s'adoucit brièvement et je pris contact avec cette fois-ci le monde extérieur, appréciant la douce texture du sol qui se déroulait sous mes pattes. Prenons des nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Hjalmar
Animatrice
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Philly
Masculin Messages : 59
Date d'inscription : 15/05/2018
Age : 16
Ta localisation réelle : Les bas tréfonds de l'humour

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: héhéhé é_é

MessageSujet: Re: Bleu et apaisant comme le ciel [FEAT Hjalmar]   Mar 2 Oct 2018 - 18:00




Bleu et apaisant comme le ciel

ft. Faïryna


Cela fit tant plaisir à Hjalmar de voir son amie se réjouir de sa venue. C'était une des plus belles choses au monde de donner le sourire aux personnes qu'il appréciait tendrement et cela réchauffa son cœur. Elle avait l'air heureuse de le revoir et il espéra être capable de lui changer les idées.

Le Librelune sourit de plus bel aux paroles de l'automnale. L'amusement de la louve était un bon signe pour le bleu et il n'en fut plus que ravi. Ainsi, elle lui demanda de lui donner des nouvelles le premier, renvoyant la question précédentes de Hjalmar à lui-même. Ce n'est pas vraiment ce qu'il attendait, puisqu'il était surtout ici pour elle et qu'il ne jugea point intéressant de parler de lui.

Cependant, beaucoup de choses se sont passées depuis leurs folles mésaventures dans le Labyrinthe. Le lion repassa ses précédentes péripéties et se rendit compte qu'il y avait plus de bonnes choses que de mauvaises choses. Sa cicatrice en témoignait sur son épaule, et il se souvint que c'était une mauvaise idée de s'aventurer hors du territoire des Librelunes d'aussi tôt. Certes l'Automne était un fort allié, mais tous deux étaient des cibles à de nouvelles menaces. Ainsi, Hjalmar considéra cela comme sa dernière sortie avant de rester à la nouvelle Antre, sur les ordres de son ami Kuma.

Il reconsidéra sa réponse et s'éclaircit la gorge avant de finalement conter ses récentes histoires à l'automnale :

-Il s'en est passé des choses ! J'ai tout d'abord conversé avec un de mes confrères et nous sommes à présent devenu amis. Du moins, je sens que de forts liens se tissent entre nous et je l'apprécie beaucoup.

Le cœur du grand loup se serra lorsqu'il parla de Kuma. Son état restait normal lorsqu'il pensait à lui mais parler de lui à une autre personne le faisait se sentir...étrange ? Non pas d'une manière négative, mais Hjalmar fut effrayé à cette nouveauté qu'il ne connaissait pas. Serait-ce donc cela les sensations lorsque l'on tient à un ami chère ? Il reprit soudainement ses pensées :

-Malheureusement j'ai fait une mauvaise rencontre, comme tu peux le constater. Il pointa du bout du museau son épaule droite qui lui tirait encore un peu, où une profonde entaille à peine refermée tranchait son pelage bleu. Je n'en suis pas vraiment fière, je n'ai pas fait attention et je m'en veux. Mais c'est une chute comme une autre et je me redresse tant bien que mal. Mon ami était venu m'aider et je lui en suis chaleureusement reconnaissant.

Une autre vague de sensation le submergea, cette fois-ci plus calme puisque moins soudaine et attendue. Il décida de ne pas se lamenter sur les détails de son incident et poursuivit son récit sur un événement qui le rend très heureux.

-À présent je dois rester à l'Antre pour me reposer, sous ordres formelles...Mais apparemment je ne suis pas le sage loup qu'on pourrait croire haha ! Il fit un clin d'oeil complice, et fut si heureux de pouvoir percer sa sérieuse carapace et d'avoir un caractère bien plus décontracté avec son amie. Tu sais que maintenant, je suis le fière mentor d'une apprentie. Je suis vraiment heureux et j'espère me montrer à la hauteur.

Malgré ces quelques récentes mésaventures, il était tout de même très heureux en ce moment et ces songes le mit dans un état de plénitude agréable. Ce sont justement ces rares moments de bonne humeur et d’insouciance dont il se nourrissait le plus. Ce sont les meilleurs souvenirs selon lui.

-Bref, cessons de parler de moi. Je veux tout savoir sur toi à présent !
CSS (c) S.Remaud
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bleu et apaisant comme le ciel [FEAT Hjalmar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bleu et apaisant comme le ciel [FEAT Hjalmar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Territoire de l'Automne :: Forêt orientale :: Etang des feuilles d'Automne-
Sauter vers: