Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Tous les yeux semblent tournés vers l'Archipel Mystérieux et le pouvoir de la Chimère... mais qui la trouvera en premier ?


 

 :: Hors jeu :: Archives Printemps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt|
Seira
Fleur
Seira
Race : Loup/louve
PUF * : LayLucifer
Féminin
Messages : 275
Date d'inscription : 21/12/2016
Âge : 24

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Notoriété:
Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Left_bar_bleue55/1000Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Empty_bar_bleue  (55/1000)
En couple ?: Attend le prince charmant
Mer 25 Juil 2018 - 0:42

Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| 85EK
Les trois portes de la liberté




    Le soleil était à son zénith quand Seira eut finit sa patrouille matinale. Tous les matins, elle faisait le tour du clan pour s’assurer que tout aille bien peu importe la branche ou le domaine de compétence des loups. Ainsi, elle se tenait informer des aléas de sa meute, comme le progrès des apprentis, particulièrement important depuis sa rencontre avec Daeron, s’il manquait quelque chose aux guérisseurs, pour pouvoir lancer des missions de récupération, ou encore s’assuré que la rotation des veilleurs avait bien été faite correctement. Au départ épuisant, cela était vite devenu une habitude et la louve blonde se sentait mal quand elle ne l’exécutait pas. Depuis quelques semaines d’ailleurs, c’était une chose compliquer à mettre en place, car elle se remettait tout juste des différentes blessures infliger par sa rencontre avec Daenerys. Regardant sa cicatrice en forme d’étoile sur le torse, Seira songea avec un mince sourire qu’elle n’était pas passé loin de la mort à ce moment-là. Cependant, maintenant que son corps avait repris des forces et qu’elle se sentait capable de reprendre ses habitudes elle savait qu’il fallait reprendre certaines choses sérieuses en main.

    Pénétrant dans les couloirs sinueux de sa tanière, l’alpha poussa un long soupir en se préparant mentalement à aller voir son prisonnier qu’elle maintenait sous haute surveillance depuis deux bonnes semaines. Depuis que Naghtgewalt était arrivé au printemps elle avait décidé de le garder en vie dans le seul but qu’il lui donne toutes les informations qu’il savait sur Vierhs avant de le mettre à mort comme elle lui avait promis. Cependant, les derniers évènements avait retardé ce moment et elle n’a eu comme retour qu’une arrogance grandissante de Sir Corbeau qui avait l’air de se complaire dans le trou sombre et humide qu’elle lui avait donné. Garder profondément dans le dédale de la tanière de Seira, Naghtgewalt n’avait pas tenté une seule fois de s’enfuir. L’alpha avait prévu, pour le garder, trois gardiens dont les capacités physiques n’avaient d’égale que leurs capacités magiques. Pour quitter sa prison, le corbeau devait passer un mur de ronce derrière lequel se tenait un soldat infatigable, généralement Herrade, puis affronté Baënor, un cousin de l’alpha dont le pouvoir électrique créait un champ de force qu’on ne pouvait passer sans en subir de lourde conséquence, puis il trouverait sur son chemin Seira elle-même car pour sortir de sa tanière il fallait passer devant son antre béant.

    Le temps de sa convalescence, Seira avait été remplacer par l’un de ses meilleurs tueurs qui remplaçait aujourd’hui le bourreau à la porte de la geôle du corbeau. Seul son cousin n’avait pas été remplacer depuis lors. Ses tantes lui avaient expliquer qu’elle avait dut le forcer à fermer l’œil en le replaçant depuis deux de ses frères qui exprimèrent si fort leurs pouvoirs que le premier gardien en était revenu avec le poil hérissée par le champ magnétique de leurs dons et très en colère de l’état de son pelage. En le croisant, l’alpha constata par elle-même les larges cernes sous ses yeux, mais elle ne pouvait ignorer la détermination sans faille dans son regard qui traduisait la force intérieure qui émanait de lui. Elle eut un sourire qui disparut dans l’ombre que ses éclairs bleutés ne purent éclairer.

    Quand Seira retrouva la lueur d’une torche qui éclairait le coude du couloir dans lequel était coucher le tueur, le menton posé sur ses pattes, elle se sentait enfin prête à entrer en contact avec le triste Sir. D’un mouvement de menton, elle ordonna au garde de reculer de quelques mètres pour qu’elle puisse s’entretenir avec le loup affamé dont elle distinguait avec horreur les prunelles lunaires dans l’obscurité.

    - Montre-toi, Naghtgewalt.

    Sa voix froide raisonna sur les parois de l’antre rocheuse, provoquant à son passage un raclement de serrer contre la pierre. Il était réveillé.

Revenir en haut Aller en bas
Nachtgewalt
Administratrice
Nachtgewalt
Race : Loup/louve
Féminin
Messages : 299
Date d'inscription : 25/05/2016
Âge : 20
Ta localisation réelle : Dans la forêt !

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Left_bar_bleue-3/1000Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Empty_bar_bleue  (-3/1000)
En couple ?: Très bonne blague. J'adore l'humour.
Dim 29 Juil 2018 - 16:28


La Porte qui n'en était pas une [Seira]


La cellule où Nachtgewalt avait été enfermé était humide, étroite, mais magnifiquement sombre. Le sol était d’une boue immonde recouvrant une roche  dure et glaciale, le tout entouré de ronces venues s’entremêler au sein même de la cellule, comme un rideau végétal des plus douloureux. L’ensemble dégageait une odeur rance, mélange de pourriture, de renfermé, et de quelque chose d’autre auquel Nacht préférait ne pas penser. Mais il manquait une odeur cruciale : celle du sang. Car Nacht, malgré son emprisonnement, avait vu au cours des dernières semaines ses blessures se refermer doucement, ne s’infectant que très peu malgré les conditions des lieux. L’absence de nourriture et d’eau n’aidait pas, puisqu’on ne lui donnait que le strict minimum, et les visites de quelques insolents venus lui soutirer des informations créaient parfois de nouvelles blessures assez désagréables, mais dans l’ensemble, malgré l’emprisonnement, Nacht allait de mieux en mieux. C’était contradictoire…si l’on ignorait son pouvoir. Car, la nuit, Nacht emmagasinait l’énergie dont il avait manqué depuis la grande bataille, afin de soigner ses plaies, mais aussi se procurer la nourriture dont il ne disposait pas et les soins dont il nécessitait.

« Je pourrais partir… » se disait-il chaque soir, imaginant la lune au dessus de sa tête. « Je pourrais mettre le feu à cette tanière et me téléporter ailleurs. Je pourrais trancher les pattes d’Herrade et les servir en festin à Viehrs. Je me demande si son sang sera aussi sombre que les larmes de Seira. »

Pourtant, il n’en faisait rien. Il se comportait comme le prisonnier qu’il n’était plus vraiment. Au début de sa captivité, à sa grande surprise, il s’était avéré trop faible par les coups qu’il avait subi et trop fatigué pour agir. Sa magie était capricieuse, depuis la grande bataille des NuitsTernes, surtout qu’il l’utilisait encore de manière diffuse pour alimenter les objets qu’il avait crée et dispersé à travers les mondes. Et puis, alors que le temps passait, il s’était passé quelque chose d’amusant : Seira avait été attaqué par le petit mercenaire que Nacht lui avait choisi, et ô surprise ! elle avait accusé Daeron de l’avoir mandaté. Cherchait-elle à protéger Nacht ou à causer du tort l'alpha automnal ? Nacht se doutait de quelque chose, il était trop vieux pour passer à côté. Mais cela lui importait peu : il avait passé un marché pour un meurtre, et n’avait récolté qu’une alpha éclopée. Ce n’était pas ce qu’il avait commandé, et le marché était donc rompu, mais au moins, lorsque Nachtgewalt avait appris la nouvelle, son rire moqueur avait résonné dans toute la cellule. Un des gardes qui le surveillaient était très bavard, heureusement. Il aimait essayer de déstabiliser le noiraud, mais même Herrade n’y parvenait pas.

« Je te souhaite bonne chance… » lui avait-il d’ailleurs murmuré avec un sourire cauchemardesque. « Je n’en suis pas à ma première torture. »

Et puis il y avait la guerre à venir avec l’automne ; que d’amusement ! Nacht se délectait de la situation, il aimait cette flagrance de haine, de colère, et de chagrin dans l’antre de ses ennemis. C’était ce qui le gardait sain d’esprit, le jour, quand ses doux pouvoirs le quittaient. C’était aussi une des raisons qui le poussaient à rester et à ne pas laisser éclater sa fureur montante – l’autre étant qu’il était protégé, en cette misérable cellule. Personne ne le pourchassait. Personne ne savait pour ses pouvoirs. Avec Seira blessée, il était un ours maintenu attaché à un mur par une cordelette : à tout moment, cela menaçait de rompre.

Mais le temps allait bientôt venir de changer les choses. Nacht grandissait en puissance, mais il peinait à supporter la douleur, même s’il se targuait du contraire. Il n’avait jamais été courageux, et la souffrance n’était pas dans sa nature. L’emprisonnement et les passages d’Herrade lui rappelaient de très mauvais souvenir. Il allait vite finir par éclater.

Il y eut du bruit dans le couloir.

Nacht ouvrit les yeux, allongé sur le sol tandis qu’il réfléchissait. Dans l’obscurité, son pelage noir sale et abîmé se distinguait à peine, ce qui lui allait très bien puisque cela cachait ses plaies cicatrisées. Il restait toujours au noiraud d’épaisses cicatrices à la joue, au jarret et à l’épaule, mais les autres n’étaient que des coûtes plus ou moins propres. Il était cependant amaigri, et ses serres étaient plus longues qu’à l’accoutumée à cause de ses mouvements raréfiés. En bref, il était plus cauchemardesque qu’il ne l’avait jamais été.

La lumière d’une torche vacillante près de la cellule le fit ciller, mais il se redressa et s’approcha, visualisant la silhouette émaciée de Seira.

-Montre toi, Nachtgewalt…ordonna-t-elle d’un ton impérieux.

Le corbeau gloussa ouvertement, mais sa voix était plus rauque que d’habitude car peu utilisée. Il se rapprocha de la porte et s’adossa contre celle-ci, fixant l’alpha des éclats de miroir qui lui servaient d’yeux. Sa patte griffue sortit légèrement de la cellule à travers de l’interstice se saisir nonchalamment d’une plante poussant aux pieds de celle-ci.

-Seira…murmura-t-il presque religieusement. Seira, Seira, Seira…

Il fit rouler ce nom sur sa langue avec délectation, la fixant toujours.

-Tu as piteuse allure, asséna-t-il alors. Les temps sont durs pour toi, à ce qu’on m’a dit, mais pourtant tu trouves le temps de venir me voir ? Quel honneur. Herrade sera ravi.

La froideur de son ton recouvrait presque entièrement le miel qu’on y trouvait habituellement, mais pas la moquerie. Nacht dissimulait mal ce petit quelque chose en lui qui menaçait d’exploser. Mais il faisait jour et il le savait . Son pouvoir le savait. Sa haine le savait. Et ils s’en lamentaient, contraints à la docilité devant la reine du printemps.

-Que me vaut ce plaisir ? demanda-t-il d’une voix presque adoucie.




Code ©️ FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Seira
Fleur
Seira
Race : Loup/louve
PUF * : LayLucifer
Féminin
Messages : 275
Date d'inscription : 21/12/2016
Âge : 24

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Notoriété:
Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Left_bar_bleue55/1000Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Empty_bar_bleue  (55/1000)
En couple ?: Attend le prince charmant
Mar 31 Juil 2018 - 12:59


    La serre de l’oiseau noir écarta les ronces qui lui déchirait la peau et tendit ses longues griffes noires vers une minuscule fleur dont il s’empara. Ce simple geste fit naitre un sentiment de malaise chez Seira qui constatait ce que le temps avait aggraver l’état horrifique de son prisonnier. Elle dégluti aussi silencieusement que possible et s’approcha de la geôle en gardant une distance raisonnable. Il ne manquerait plus que lui vienne l’idée de tendre sa patte volatile jusqu’à son cou et il en était finit d’elle.

    - Tu as piteuse allure, asséna-t-il alors. Les temps sont durs pour toi, à ce qu’on m’a dit, mais pourtant tu trouves le temps de venir me voir ? Quel honneur. Herrade sera ravi.

    La louve ne releva pas. Que ce soit en Eté ou du fond de sa cellule, Nachtgewalt savait pour l’état de la souveraine. Après tout, il n’aurait dû survivre dans ses prisons que quelques jours à peines, au bout d’une semaine il avait dut poser des questions à ses geôliers et l’information avait dut fuiter. Ainsi, sa jubilation et sa colère lui était totalement compréhensible.

    - Que me vaut ce plaisir ?
    - On m’a dit que tu n’avais toujours pas céder aux tortures. Que tu refusais obstinément de nous livrer les derniers NuitsTernes qu’il restait.

    Un silence. Avant l’attaque de la mercenaire, Seira avait été clair sur les informations et le traitement qu’elle donnerait au Corbeau. Pas de repos et tous les moyens possibles pour lui tirer des informations que ce soit sur Vierhs ou sur les autres assassins qui l’accompagnait. Seul Samarithin demeurait en sursis dans son esprit, Seira lui accordant un bref instant de répit pour avoir aidé Kérès, mais ne pouvait trop s’éloigner des lois qu’elle avait mises en place. Un traitre méritait la mort.

    - Tu as eu largement le temps de nous dire ce que tu savais et les printaniers ont été assez généreux à ton égard. C’est ton dernier jour, Nachtgewalt, le dernier où tu peux encore me révéler ce que tu sais, car le vent tourne. J’ai d’autre chose à faire, d’autres chats à fouetter, demain à l’aube tu seras exécuté.

Revenir en haut Aller en bas
Nachtgewalt
Administratrice
Nachtgewalt
Race : Loup/louve
Féminin
Messages : 299
Date d'inscription : 25/05/2016
Âge : 20
Ta localisation réelle : Dans la forêt !

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Left_bar_bleue-3/1000Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Empty_bar_bleue  (-3/1000)
En couple ?: Très bonne blague. J'adore l'humour.
Mar 31 Juil 2018 - 22:50


La Porte qui n'en était pas une [Seira]


Nachtgewalt ne quitta pas des yeux Seira quand celle-ci répliqua :

-On m’a dit que tu n’avais toujours pas céder aux tortures. Que tu refusais obstinément de nous livrer les derniers NuitsTernes qu’il restait.

Nacht ne répondit pas mais gloussa, souriant toujours. Dans l'obscurité, ses yeux brillaient comme deux lunes voilées.

-Tu as eu largement le temps de nous dire ce que tu savais et les printaniers ont été assez généreux à ton égard. C’est ton dernier jour, Nachtgewalt, le dernier où tu peux encore me révéler ce que tu sais, car le vent tourne. J’ai d’autre chose à faire, d’autres chats à fouetter, demain à l’aube tu seras exécuté.

Le démon noir ne répondit pas immédiatement, et ne sembla pas réagir à la nouvelle qui résonnait pourtant comme un ultime glas. Après quelques instants, pourtant, il cilla et approcha la fleur de l'excroissance qui lui servait de bec, décrochant son intense regard de l'alpha pour le reporter sur la fleur avec la même ardeur, comme si les deux avaient la même valeur à ses yeux.

-On a donc fini de jouer...? Es ist egal. Je n'ai pas peur de mourir, déclara-t-il finalement.

C'était un mensonge.

-J'ai toujours considéré que la manière de mourir vaut mille fois ce que la mort réserve.

C'était la vérité.

Nacht se tourna à nouveau vers l'alpha, et détailla ses cicatrices, suivant les courbes de ces dernières sur la chair colorée de la louve, poursuivant du regard les traces de dagues et celles des flammes, puis remonta vers ses yeux pour que le bleu éclatant de l'alpha se plonge dans les deux miroirs du damné.
Il écrasa la fleur entre ses serres, et inclina la tête sur le côté à la manière d'un oiseau.

-Passons un marché...sourit-il mielleusement. Veux-tu ?

Seira connaissait l'attrait des pactes pour Nacht, peut-être même les détestait-elle autant qu'elle haïssait le corbeau, mais cela ne lui importait pas. Les pactes étaient la seule chose que Nacht ne brisait jamais. Ils lui donnaient autant de pouvoir qu'ils contenaient les pulsions du noiraud, et cela satisfaisait profondément ce dernier. C'était plus une question rhétorique, en réalité : Nachtgewalt ne laissait pas le choix de ce pacte là. Et l'alpha ne pouvait pas le refuser, si elle possédait un poil de bon sens. Après tout, ce n'était rien d'autres que les dernières volontés d'un prisonnier...N'est-ce pas ?

-Je te livrerais les derniers NuitsTernes, et ce que je sais de Viehrs...En contre-partie, je veux que mon exécution soit avancée à cette nuit, et que je puisse observer le ciel avant mes derniers instants.

Il gloussa, d'un air presque attristé.

-Herrade ne t'a surement pas caché à quel point le soleil et moi...Ne nous entendons pas. Je préfère la lumière douceâtre de la lune à celle rance du soleil. Toi et moi, nous ne nous apprécions pas. Mais je ne demande que le plaisir d'observer la lune tandis que tu apprécieras celui de voir mon sang couler. En plus d'informations que je te fournirais juste avant de mourir, bien sûr. Je tiens toujours mes promesses.

Il s'approcha si près des ronces que ces dernières firent perler des larmes de sang sur sa peau qu'elles pénétrèrent allégrement. Le tableau de ce faciès disgracieux perdu dans l'obscurité de ronces ensanglantées sur lesquelles se reflétaient les lueurs de la torche était des plus terrifiants.

-...Je pourrais même te fournir des informations concernant Daenarys, chuchota-t-il enfin.




Code ©️ FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Seira
Fleur
Seira
Race : Loup/louve
PUF * : LayLucifer
Féminin
Messages : 275
Date d'inscription : 21/12/2016
Âge : 24

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Notoriété:
Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Left_bar_bleue55/1000Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Empty_bar_bleue  (55/1000)
En couple ?: Attend le prince charmant
Mer 1 Aoû 2018 - 0:27


    Observant en silence la gestuelle fascinante de Nachtgewalt, Seira se demanda comment elle aurait réagi à sa place. Elle était cheffe et sa sentence était irrévocable, elle n’avait même pas à se posez la question, mais elle trouvait la réaction de son prisonnier étrange. Surement avait-il accepter depuis longtemps le fait qu’il allait mourir. Ses dires semblaient confirmer ses pensés.

    Le corbeau brisa la fleur qu’il avait cueillit entre ses serres acérer et planta sur l’alpha son regard lunaire qui la força à se ressaissir.

    - Passons un marché... Veux-tu ?
    - Tu veux vendre un de tes larbins pour gagner quelques jours de vie supplémentaire ? – fit- elle avec un petit rictus aux lèvres.
    - Je te livrerais les derniers NuitsTernes, et ce que je sais de Viehrs...- Ses mots attirèrent l’attention de Seira, dressant ses oreilles en sa direction (du moins celles qu’elle pouvait) elle fut attentive à chacun de ses mots. - En contre-partie, je veux que mon exécution soit avancée à cette nuit, et que je puisse observer le ciel avant mes derniers instants.

    La mort avait un pouvoir effrayant. C’était comme si Nachtgewalt lui servait tout ce qu’elle désirait sur un plateau d’argent parce qu’elle lui avait balancer à la face une réalité surement trop dure à accepter. Dans un sens, même la voix cassée de l’oiseau estropier et son rire attristé lui faisait tellement pitié qu’elle était prête à tout lui accepter. Une exécution au clair de lune… cela pouvait aisément se faire.

    Elle ouvrit la bouge, prête à négocier le nom des scélérats pour lui accorder la pénitence quand le fou glissa sa tête entre les barreaux de ronces, que les épines s’enfoncèrent dans sa chair jusqu’à en faire couler de fins filets de sang, avec sur les lèvres un petit sourire diabolique qui lui était propre. Un portrait terrifiant.

    - ...Je pourrais même te fournir des informations concernant Daenerys.

    Seira cligna des yeux, la gueule entrouverte, indécise. Quel nom venait-il de prononcer ?

    - Tu connais Daenerys ?!

    Elle secoua brièvement le museau, ce ne pouvait pas être vrai, comment pouvait-il savoir pour la mercenaire. Seira était persuadé que son nom n’avait pas pu fuité, que seul son apparence et son odeur avait pu la démasquer, mais elle se rappela qu’elle avait hurler ce nom au visage de Daeron et qu’ambassadeur et soldat avait été à ses cotés à ce moment.

    - Dans ce cas, si tu le veux ainsi. J’accepte d’avancer ta mort à ce soir, mais je veux les noms et les clans avant toute chose. – Elle commençait à le connaitre ce vieux bougre, comme si un ami de Vierhs pouvait être sincère.

Revenir en haut Aller en bas
Nachtgewalt
Administratrice
Nachtgewalt
Race : Loup/louve
Féminin
Messages : 299
Date d'inscription : 25/05/2016
Âge : 20
Ta localisation réelle : Dans la forêt !

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Left_bar_bleue-3/1000Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Empty_bar_bleue  (-3/1000)
En couple ?: Très bonne blague. J'adore l'humour.
Mer 1 Aoû 2018 - 12:32


La Porte qui n'en était pas une [Seira]


La pitié. Nachtgewalt avait pu la voir dans les yeux de l'alpha tandis qu'il parlait. Le noiraud n'était pas habitué à ce qu'une telle émotion lui soit destinée, mais cela renforça son sourire. Il détestait la pitié, mais il savait qu'elle lui était nécessaire. Si Seira elle-même se laissait aller à de tels sentiments, alors tout était gagné. Il avait gagné.

- Tu connais Daenerys ?! s'écria alors Seira avec stupéfaction.

Nacht cilla, ne s'attendant pas à ce que la question surprenne autant l'alpha. Il vit son regard changer, et se demanda s'il n'était pas allé trop loin. Si elle la soupçonnait d'avoir réellement commandité le meurtre, elle risquait de "légèrement" s'agacer. Cela serait fort ennuyeux. Mais le noiraud fut rassuré en voyant la reine printanière secouer la tête, comme pour chasser des pensées désagréables.

- Dans ce cas, si tu le veux ainsi, déclara-t-elle finalement. J’accepte d’avancer ta mort à ce soir, mais je veux les noms et les clans avant toute chose.

Nachtgewalt gloussa, l'air sincèrement ravi.

-Une exécution au clair de lune...murmura-t-il d'un ton presque chantant. Comme cela sera poétique. Crois moi, quand tu y auras goûté, tu ne jurera que par ce type d'exécution. Personnellement, il n'y a rien de plus marquant pour moi.

Il pensa à son seul et unique meurtre de ses propres pattes, tandis que la lune se reflétait dans l'eau où il l'avait noyé. Les éclats fragiles de lumière sur les goutelettes qui parsemaient les pattes du damné noir, les dernières bulles d'oxygène remontant l'eau comme des astres en train de mourir...Ces détails ne pouvaient pas disparaitre de l'esprit de Nachtgewalt, et il ne voulait pas qu'ils disparaissent. Il les chérirait jusqu'à sa mort.

Qui ne sera certainement pas ce soir.

-Marché conclu ! déclara joyeusement Nacht en s'écartant des ronces.

Il passa son museau sur son antérieur pour en chasser le sang, puis passa sa langue rêche sur ses babines décharnées pour en récupérer les dernières gouttes. Il s'apprêta à s'éloigner s'assoir plus loin, mais s'arrêta en plein mouvement.

-Ach, dit-il d'un air pensif. Herrade risque d'être déçue que tu aies récupéré les informations et pas elle, malgré le délicieux temps que nous avons passé ensemble. Pourquoi ne la ferais-tu pas venir, récolter les informations ? Ne crains rien - si tu doutes de moi, tu peux rester aussi. Je veux juste récompenser Herrade pour ses efforts, vois-tu ? Je ne suis pas si cruel.

"...Nein, ich bin viel grausamer." songea-t-il en écho.



Code ©️ FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Seira
Fleur
Seira
Race : Loup/louve
PUF * : LayLucifer
Féminin
Messages : 275
Date d'inscription : 21/12/2016
Âge : 24

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Notoriété:
Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Left_bar_bleue55/1000Les trois portes de la liberté |PV Naghtgewalt| Empty_bar_bleue  (55/1000)
En couple ?: Attend le prince charmant
Mer 1 Aoû 2018 - 13:17


    - Marché conclu ! – se plut-elle à entendre, mais quelque chose ne semblait pas tourner rond. Nachtgewalt semblait avoir retrouver sa bonne humeur. - Ach, Herrade risque d'être déçue que tu aies récupéré les informations et pas elle, malgré le délicieux temps que nous avons passé ensemble. Pourquoi ne la ferais-tu pas venir, récolter les informations ? Ne crains rien - si tu doutes de moi, tu peux rester aussi. Je veux juste récompenser Herrade pour ses efforts, vois-tu ? Je ne suis pas si cruel.
    Seira pencha légèrement la tête sur le côté, intriguer de voir son ennemi si généreux.

    - C’est la mort qui te rend aussi altier ? – lâcha-t-elle soudainement.

    C’était comme s’il cherchais à gagner du temps, comme si la présence de tous ses adversaires au même endroit était une condition nécessaire à la grandeur de son exécution ou alors …

    - Ce que tu diras à Herrade me sera rapporté de toute façon, alors autant réduire les intermédiaires. Je t’écoute.

    Elle était ferme, après tout elle avait accepté un de ses souhaits, mais ne comptait pas en accorder un de plus. Seira avait trop souffert des actes du corbeau pour admettre le fait qu’il avait besoin à plus de miséricorde, de plus à chaque fois qu’elle faisait preuve de bonté envers lui plus il s’emblait s’en enorgueillir jusqu’à retrouver son insolence qu’elle avait réussi à lui faire perdre. Du moins en partie.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: