Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 L'amour brille sous les étoiles [OS]

Aller en bas 
AuteurMessage
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 317
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
20/100  (20/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: L'amour brille sous les étoiles [OS]   Jeu 12 Juil 2018 - 19:22

Note:
 

Elle avait marché. Ou plutôt, courir serait un terme plus exact. Non, plus adéquat, elle avait galopé, comme une fusée parmi les plaines, les arbres, les roches, s'arrêtant quelques fois pour humer l'air et quêter la trace de quelques indices sauveurs qui guidaient ses foulées apeurées. Elle craignait, son cœur se serrait d'appréhension, son crâne s'écrasait d'un mélange d'émotions aussi vives que ses teintes. Elle s'en fichait de ses poumons douloureux qui à vrai dire n'étaient qu'un bûcher bon à faire flamber tout l'univers, elle n'avait cure des larmes que le vent claquait dans ses yeux doux, aucune de ces choses, aucun obstacle n'avait d'importance. Elle en oubliait même qui elle était ; elle était sa course, ses pattes grattant la terre et la roche, son souffle profond et trop rapide, ses muscles qui jamais n'avaient été aussi bandés et utilisés même avec son métier éprouvant. Plus qu'un souffle, plus qu'une énergie, plus que ce mélange de crainte et de désespoir : elle était l'Amour. L'amour galopant à travers les steppes, tel un courant d'air ou plutôt une tempête tourbillonnante. Le monde ne comptait plus, ou plutôt, si, lui et uniquement lui comptait, il était à ce moment précis SON monde, celui qu'elle ne voulait à aucun prix voir s'écrouler. Il tenait son cœur en grappe, arrachant chaque grain de son être à chaque pensée la ramenant à la vision de cette blessure béante qui ouvrait son flanc en un flot de sang qui l'avait effarée, dards angoissants qui lui piquaient méchamment le cerveau. Elle en avait même oublié son altercation avec l'Alpha hivernale Glycenne qui a croisé sa route un peu plus tôt.
Au bout d'un moment, cependant, elle avait perdu la piste, cette piste à laquelle elle s'accrochait de toute son âme. Et les larmes coulèrent librement sur ses joues, n'ayant plus l'élan de la course pour les retenir prisonnières de ses prunelles étincelantes. Elle s'était arrêtée, désespérée, au Fjord d'Arandur. Son esprit passionnément tourmenté lui cinglait qu'il était peut-être en train de mourir et qu'elle ne servait à rien. C'était pourtant une seule et unique plaie, mais la rationalité n'avait pas de place dans l'amour. Alors elle continua d'avancer, marchant de ses pattes chancelantes et tremblantes. Il lui semblait qu'à chaque pas elle était sur le point de s'écrouler, son corps durement entraîné n'en pouvait plus, seule son impérissable volonté la maintenait debout. Les pierres blanches scintillaient doucement sous les lumières du jour, semblant compatissantes peut-être, et paraissant lui murmurer de persévérer.
Elle n'avait cure de sembler ridicule. Seul un sentiment l'étreignait avec la férocité de sa puissance qui se déchaînait maintenant qu'il avait le droit d'exister pleinement dans son âme autrefois bridée par le Renard, tourmenteur de ses pensées. Ce sentiment, elle voulait l'exprimer, le hurler au monde. A son monde. Mais oserait-elle aboutir cet acte ? Est-ce qu'aimer c'est trahir ?
Mais comment aurait-elle pu rester auprès de son Clan il y a quelques heures, à la fin de la Bataille, alors que son instinct, aidé par son cœur, avait pris possession de ses pattes et de ses pensées ?

Elle déposait un regard brouillé sur les alentours, le cœur au bord des lèvres, cognant dans sa poitrine comme s'il eut envie d'en sortir, percluse de vibrations dans ses muscles et dans ses os.
« Où es-tu ? » , murmurait comme une âme en peine son regard vert.
Elle essuya les larmes de sa course, se reprenant en main, épuisée mais s'efforçant d'être vigoureuse.
Tu dois le trouver. Tu dois. Sinon à quoi tu sers si tu n'es même pas fichue de le guérir et de prendre soin de lui ? Juste à tuer ta mère et ton frère ? Non, tu veux le protéger, et tu le feras. Tu n'as pas pu empêcher cette blessure de lui déchirer la chair, alors c'est toi qui dois réparer ton impuissance, quoi qu'il arrive.

-Je t'aime   , chuchota-t-elle dans le vent, désespérée.

Vis...
Elle ne savait même pas si cette blessure était fatale, mais il fallait qu'il vive ! Elle ne pouvait supporter l'idée qu'il ait mal. Peut-être que lui s'en fichait. Mais elle lui souhaitait d'aller bien, ardemment, car quand il va bien, elle aussi. Tout comme quand il souffre, elle ressent cette douleur au plus profond d'elle.
Les roches blanches brillaient et l'aveuglaient quelques fois, brouillant sa perception de son environnement.
Toutefois, des points autrement plus remarquables sautèrent soudainement aux yeux de Faïryna. Du rouge. Frais. Assez récent.
Elle s'immobilisa, les fixant, les yeux écarquillés. Le bout de ses coussinets trembla légèrement. Elle suivit ces marques sans relever le regard, comme un naufragé s'accroche à la corde qu'on lui lance, tirant dessus comme sur un dernier espoir fou.
Elle releva le regard.
Un pelage lunaire, argenté, se tenait un peu plus loin.
Son cœur fondit doucement dans un bond de voir ces ailes apparemment vivantes, et des perles lui vinrent aux yeux. Sans hésiter, impulsive de nature, elle fit quelques bonds pour arriver aux côtés de celui qu'elle aime.
Vivant. Il est vivant.
Il était étendu sur le sol et semblait être bercé par une somnolence, mais après une brève frayeur, l'automnale fut rassurée de constater qu'en effet il respirait bien. Ses épaules se soulevaient légèrement sous l'enflement de son poitrail quand il respirait. Elle émit un discret soupir de soulagement, fermant les paupières, ce qui l'empêcha de remarquer le discret soupir que fit le mâle ailé. Elle s'approcha silencieusement de son corps taché de rouge au flanc, couleur se remarquant beaucoup trop parmi ses poils d'ordinaire immaculés. Délicatement, elle effleura de sa truffe la joue du blessé et un peu son cou, humant discrètement par ce même geste sa douce odeur.

-Lathraios ? C'est moi, c'est Faïryna.   , murmura-t-elle précautionneusement à son oreille.

Un souffle frais passa sur l'eau givrée plus loin pour leur ébouriffer le pelage. Quand elle se retira, elle ne put s'empêcher de tressauter en avisant les yeux entrouverts de l'aveugle. Elle se détendit et une douce chaleur emplit sa poitrine et son ventre, émise avec douceur par les papillons de son cœur.

-Tu es vivant   , souffla-t-elle spontanément, rassurée d'obtenir des signes de vie en plus de l'Ange.

Elle se re-pencha timidement, et hésita un instant avant d'effleurer de nouveau du bout de son museau la joue barrée d'un triangle de l'aveugle d'un geste rempli de tendresse, puis se tendit en s'écartant, l'air déterminé. Elle jeta un regard attentif à la blessure, l'analysant rapidement, ayant déjà en tête quelle pommade appliquer grâce à ce qu'elle avait appris lors de son premier cursus qui était censé l'amener à être guérisseuse à l'origine.

-Je vais te guérir, d'accord ?

Des larmes revinrent agiter discrètement ses yeux tandis que de légers tremblements prirent ses pattes.

-Je... reviens, ne.... ne meurs pas   , chuchota-t-elle, la gorge serrée.

Mais bouge ton arrière-train bon sang !
Elle se tourna et re-partit d'un leste galop gracieux de nature, partant en quête de ces plantes sauveuses.
Pendant que ses pattes battaient de nouveau le sol, prises d'une nouvelle vigueur, elle réfléchissait. Il fallait d'abord désinfecter, puis arrêter l'hémorragie, et enfin appliquer quelque chose pour maintenir tout ça.
Son esprit associa immédiatement ce qu'il fallait. Par chance, elle trouva ce dont elle avait besoin plus loin.
Elle revint auprès du Nuit-terne, déposant le tout en des petits tas propres juste à côté.
Précautionneusement, elle poussa avec délicatesse l'aile de l'Ange déchu, afin de pouvoir agir avec plus d'efficacité.
Elle retint son souffle, s'immobilisant un coup. Elle avait peur de lui faire mal. Mais elle n'avait pas le choix.
Doucement, elle mit deux légers coups du bout du museau contre la mâchoire du Solitaire pour lui signifier qu'elle était de retour bien qu'il l'avait certainement déjà entendue arriver avec son ouïe extrêmement affûtée.

-Je vais nettoyer ta plaie et faire en sorte qu'elle ne s'infecte pas, ainsi qu'elle cesse de couler.  , souffla-t-elle. Pardonne-moi si je te fais mal... , murmura-t-elle piteusement.

Elle tenta un sourire pour essayer de rassurer, lui ou elle, bonne question, peut-être les deux, mais son visage devint rapidement sérieux. Elle s'attela à la tâche.

Elle vit enfin la fin de son travail, les pattes avant et les babines un peu rouges. Elle poussa un soupir soulagé et se laissa aller sur son arrière-train. Elle se lécha les babines avec culpabilité, car elle se sentait honteuse d'avoir le sang de l'élu de son cœur sur ses pattes et sa gueule. Mais... c'était pour l'aider. Elle espérait vraiment ne pas lui avoir fait trop mal, mais le cataplasme était là maintenant, assurant pour l'instant la vie du mâle lunaire.

-Voilà.   , souffla-t-elle dans un murmure. Essaye de ne pas trop bouger pour que ça ne s'abîme pas... ?  , ajouta-t-elle, un peu incertaine.

Elle ne souhaitait pas lui donner des ordres non plus.... elle veut juste qu'il aille mieux. Parce que...
Alors, spontanément, prise d'une puissante bouffée de tendresse se mêlant à son temporaire soulagement, des mots s'échappèrent de sa gueule, qui apparemment n'arrivait qu'à produire des murmures ou des chuchotements depuis qu'elle était aux côtés de ce loup si spécial.

-Je t'aime  , dit-elle imperceptiblement, la gorge serrée et la voix faible. Depuis le début.... J'ai voulu.... j'ai voulu te protéger.... Elle prit une grande inspiration pour desserrer ses cordes vocales, et souffla, coupable et sincèrement désolée : Pardonne-moi... pardonne-moi pour tout.

Une expression peinée peignait son doux visage, et des larmes s'échappèrent de leurs geôles émeraudes, coulant sur ses joues, ses mâchoires tournées vers le bas en une attitude remplie de culpabilité. Un soubresaut agita discrètement ses épaules.
Elle cligna des yeux et regarda le ciel du jour. Il fallait qu'elle rentre sinon des gens allaient se douter encore plus peut-être qu'il y a anguille sous roche.... Ah qu'est-ce qu'elle souhaitait rester à ses côtés pour le protéger ! Si elle le laissait là, il pourrait se faire attaquer, soit par des loups, soit par des bestioles ! Mais il ne paraît pas en état de bouger.
Elle ne veut pas le laisser seul, à la merci du danger. Elle peut bien rester encore un petit peu ? Elle prétextera qu'elle était partie chercher des plantes, à cause de la Bataille, et qu'elle a dû aller loin. Il faudra qu'elle en rapporte un paquet quand elle rentrera.
Hésitante et un peu maladroite, elle s'installa délicatement à côté de lui et s'allongea, essayant de ne pas le toucher alors qu'elle souhaitait plonger sa truffe dans sa douce fourrure. Ils étaient si proches... Le cœur battant, elle posa son museau sur ses pattes avant, fermant les yeux de trois quarts, n'osant pas affronter le regard mi-clôt du mâle qui de toute évidence l'avait entendue. La honte dressait les poils de l'échine de la femelle, et une jolie couleur rouge teintait ses pommettes.
Ainsi, finalement, elle l'avait fait ? Elle l'avait dit ?
Elle réfugia son museau entre ses pattes, les mèches de ses cheveux camouflant un peu les traits de son visage terriblement gêné.
Après un certain moment, elle osa glisser son regard sur l'Ange échu au sol. Son cœur tressauta dans la cage de sa poitrine et ses entrailles se serrèrent un peu.
Toutefois, quelle fut sa surprise quand le mâle approcha sa truffe pour la poser en un baiser sur sa joue. Elle tressauta, ne s'attendant pas à un retour pareil après ce qu'elle avait fait. Une douce chaleur embrasa sa poitrine et ses yeux se brouillèrent d'émotion. Elle avait envie de lui rendre ce bisou au centuple, de le prendre dans ses pattes, de l'étouffer de câlins et de caresses. Ses babines s'agitèrent un peu, ne sachant que faire, le cœur battant follement. Alors elle trouva. Elle se rapprocha lentement un peu plus de Lathraios, jusqu'à ce qu'ils se touchent tous les deux, doucement. Tremblant un peu parfois à cause de l'incertitude, elle reposa son museau sur ses pattes avant, les pommettes encore rouges.
Ce simple contact fut comme une libération.
Alors elle sut qu'elle avait trouvé le bonheur.
Elle ferma les yeux. Et sourit avec douceur.



Comme vous vous en doutez, elle dut au bout d'un moment retourner parmi les siens pour leur être utile et ne pas attirer de problèmes ni à Lathraios, ni à elle. Elle était revenue avec différentes herbes médicinales trouvées sur le chemin, permettant de remplir un peu plus les réserves du guérisseur.
Toutefois, elle avait promis à l'Ange gris de revenir chaque nuit si elle le pouvait. Elle devait vérifier régulièrement son état, et oh combien elle aurait préféré rester tout le temps avec lui.
Ainsi pendant une durée approximative de un mois ou deux mois, elle s'occupa de surveiller la plaie du flanc du mâle, changeant parfois le cataplasme qui la suturait... et ils s'occupèrent à profiter chacun de la présence de l'autre, restant parfois juste silencieux, côte à côte. Le Solitaire se remettait peu à peu des dégâts subis, tant et si bien, qu'avec l'aide de la Tueuse qui l'épaula pour cela, il put se mettre en un endroit moins exposé du Fjord. C'était un miracle par ailleurs que personne ne l'ait découvert encore, ou en tout cas des gens malintentionnés.
Le temps passa tranquillement, et chaque nuit, les étoiles semblaient veiller sur eux. La plaie se referma, leurs âmes s'ouvraient. Et une lunée, leurs coeurs s'unirent avec amour et tendresse.
[LANCER DE DE]


Dernière édition par Faïryna le Jeu 12 Juil 2018 - 20:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 317
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
20/100  (20/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: L'amour brille sous les étoiles [OS]   Jeu 12 Juil 2018 - 19:23

Lancer de dé pour les naissances Argh !
Edit: OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII HURLE :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS: :IloveFS:


Dernière édition par Faïryna le Jeu 12 Juil 2018 - 19:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Outa-Ranos
Arbre honorable


Race : Loup/louve
Masculin Messages : 474
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 28

MessageSujet: Re: L'amour brille sous les étoiles [OS]   Jeu 12 Juil 2018 - 19:23

Le membre 'Faïryna' a effectué l'action suivante : Lancé de dés


'Naissances' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'amour brille sous les étoiles [OS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'amour brille sous les étoiles [OS]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Archives Neutre-
Sauter vers: