Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hjalmar
Animatrice
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Philly
Masculin Messages : 59
Date d'inscription : 15/05/2018
Age : 16
Ta localisation réelle : Les bas tréfonds de l'humour

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: héhéhé é_é

MessageSujet: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Sam 26 Mai 2018 - 22:42




L  e    L  a  b  y  r  i  n  t  h  e    d  e    P  a  n





Hjalmar   &   Faïryna



Quelle idée. Mais quelle idée d'avoir voulu s'aventurer au delà des feuilles mortes. Depuis qu'il avait quitté le sentier orange, Hjalmar n'a connu que l'atmosphère pressante. Il avait quitté l'atmosphère douce et chaleureuse du territoire automnale pour se retrouver devant...un mur de ronces. Quelle idée, non mais vraiment...

Il ne se sentait pas en sécurité, surtout avec ce qu'il se tramait en ce moment. Et si un de ces complotistes qui veulent la fin des Librelunes se montrait maintenant ? Ou peut-être qu'une créature de l'ombre va surgir à tout moment ? Même si la différence entre ces monstres est très floue... Le gros loup ne se sentait pas à l'aise.

Hjalmar commença à contourner ce qui lui semblait être une structure. Si il y a une telle barrière, c'est que cela doit bien cacher quelque chose... Ou peut-être protéger cette chose... Pensa-t-il en fronçant les sourcils.

Le ciel s'était couvert depuis le début de sa marche. Il commençait à faire humide, voir même froid. Mais ce n'est pas une baisse de température qui allait arrêter Hjalmar, loup qui avait littéralement vécu dans le froid le plus extrême et dangereux. Cependant, ce n'était pas une chute de degrés qui se faisait ressentir, mais une ambiance glaciale qui s'installait. Toute chaleur de vivre avait disparu, tout n'était que tapissé de noir et de gris, de mort et d'agonie.

Était-il encore dans le territoire du Clan de l'Automne ? Il ne pouvait le savoir. Parcouru d'un frisson, il découvrit ce qu'il lui sembla être l'entrée. C'est ainsi qu'il découvrit qu'il ne s'agissait pas seulement d'une simple barrières de plantes sauvages, mais de plusieurs couches de murs. Serait-ce un dédale ? Un labyrinthe ! Mais qu'est-ce que ce genre de structure faisait ici ! Qui l'avait construite ? Les automnaux chercheraient à cacher quelque chose ? Ce n'est pas leur genre...

Le grand loup s'était arrêté net, incertain de son futur choix de destin. Entrer, ou ne pas entrer ? Le cri strident et tonitruant entendu au loin l'a vite fait renoncer. Hjalmar n'avait jamais entendu tel vacarme, même le bruit des Ancêtre en colère dont l'écho retentissait contre les parois des montagnes glacées n'atteignait pas cette férocité.

Le bruit avait cessé, laissant s'installer à nouveau un lourd et pesant silence. Le genre de mutisme qui remplit votre crâne d'air et vous donne l'impression qu'il va exploser sous la pression intense. Un mal de crâne envahit Hjalmar et le rendit tendu. Un véritable calvaire cette histoire.

Cependant il savait qu'il était courageux et qu'il peut endurer bien pire. Pourquoi il ne le ferait pas ? Pourquoi il le ferait ? Voilà bien des questions qui ne fit que attiser la curiosité du canin. Mais peut-être cette aventure serait plus intéressante en bonne compagnie...
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 310
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Dim 27 Mai 2018 - 10:42

Je grommelai, tendue. Bon sang, ça fait une trotte quand même jusqu'au Labyrinthe mine de rien. Saleté. Je ne me souvenais pas d'autant de chemin pour parvenir à cette espèce de masse buissonnante et bourrée de ronces à la noix qui n'attendent qu'une patte inattentive pour s'y accrocher par le biais du pelage de ces malheureux. Je soufflai par les narines. J'aime vraiment pas cet endroit. Et pourtant Outa-Ranos sait que j'adore du fond de mon cœur mon Clan et ses terres. Mais là... non. Faut pas abuser non plus. Quoiqu'il y a une forme de beauté dans cette végétation étrangement dessinée en un parcours houleux. Boh, allez, un peu de surnaturel ne fait pas de mal des fois.
Je clignai des yeux, accélérant un peu mon trot sur le sol tapissé de feuilles mortes.
En réalité je ne suis pas franchement là pour admirer le paysage ou pour m'amuser à me faire frissonner d'inquiétude ici. Non. Une mission plus importante et plus sérieuse guide mes pas, et rien ne m'en fera dévier.
Cela faisait maintenant un certain temps que l'attaque qu'ont subie les Libre-Lunes avait eu lieu. Et ça faisait un moment que les recherches des traîtres automnaux s'intensifiaient faute de résultat probant. Cela était le cas dans les autres Clans aussi j'imagine. Ils s'étaient tous, ces Nuit-Ternes, comme évaporés. Enfin j'ai tout de même croisé celui du Printemps, Viehrs là, rapidement en Eté, mais voilà. Et puis.... Lathraios. Mais là n'est pas la question. Pour l'instant, personne ne s'est encore aventuré dans le Labyrinthe pour y mener des fouilles. Pourtant, justement, ça serait une très bonne planque pour des fuyards ! Après tout, l'atmosphère inquiétante et les légendes suffiraient à éloigner quelques temps les loups teigneux.
J'eus une expression blasée et sombre. Quelle idée bon sang d'aller trahir le Clan. Je me demande quelles raisons les avaient poussés à cet acte. Elles doivent certainement être très importantes pour un tel choix. Et puis, quoi.... pour suivre un corbeau qui pue du bec sans être sûrs de recevoir ce qu'ils veulent en échange de leurs services ? C'est douteux, ils auraient dû se méfier. Surtout vu l'état dans lequel leur meneur était à la fin.
En même temps, mon cœur se serrait à l'idée que certains de mes camarades aient trahi. Je tiens tellement à mon Clan et à ses membres, ça me fait mal bon sang.

J'aperçus enfin un peu plus loin l'entrée du Labyrinthe. Mais... pas que. Je m'arrêtai brusquement, humant l'air, plissant les yeux pour mieux voir, tendant les oreilles pour mieux entendre. Il y avait une silhouette de loup. Il semblait avoir une carrure assez massive. Qui est-ce ? Un des traîtres ? Mon museau se fronça dans une moue pensive et concentrée. Je n'ai pas.... l'impression de sentir l'odeur d'un hivernal. Mais alors, quoi, d'où vient-il ? Vu sa stature bien musclée je serais tentée de dire que c'est un Solstien. Je clignai des yeux et me mis à m'avancer encore plus silencieusement qu'avant, les sens aux aguets. J'approchai de lui calmement, cherchant à voir si ce pelage me rappelait quelque chose. OH MAIS. Ce bleu.
… Spraïder ? Que ficherait mon père ici bon sang ?
Je sniffai une nouvelle fois l'air. Pff imbécile c'est pas son odeur. Donc ce n'est pas Spraïder. Pourtant, niveau carrure et tout, ça concordait. Dommage. J'aurais eu pas mal de questions à lui poser hm.
Mais que ficherait un Solstien ici ?
Ne trouvant pas de pelages similaires vus dans la bataille ou même avant, je décidai de découvrir le visage de l'inconnu. Je bondis vivement en face de lui, le fixant intensément mais calmement, le brouillard effleurant doucement mes pattes arrières et ma queue légèrement battante. Bon sang, non, je l'ai jamais vu avant.

-T'es qui toi ? , sifflai-je impassiblement même si une lueur intriguée brillait au fond de mes prunelles vertes.

Quoi qu'il en soit, c'est un intrus. Et s'il n'a pas de bonnes raisons d'être là, je me verrai dans l'obligation de le virer du territoire. Sauf si lui aussi quelque chose l'amène dans le Labyrinthe...
Oh mais. Bizarre. Non. Non. Je me suis gourée. Il n'a pas l'odeur des Solstiens. Alors ce ne serait qu'un Solitaire ?
Le flot de questions tourbillonnait dans ma tête. Mais qui est-il à la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Hjalmar
Animatrice
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Philly
Masculin Messages : 59
Date d'inscription : 15/05/2018
Age : 16
Ta localisation réelle : Les bas tréfonds de l'humour

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: héhéhé é_é

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Dim 27 Mai 2018 - 12:03




L  e    L  a  b  y  r  i  n  t  h  e    d  e    P  a  n






Hjalmar   &   Faïryna





Un éclair de bruit marqua une rupture dans le silence agonisant. Hjalmar ne se retourna pas. S'il s'agissait d'une embuscade, ils seraient deux, et donc réagir à la diversion ne le mettrait que dans la plus mauvaise des postures. Mais pourquoi était-il aussi sûr qu'il s'agissait d'un autre loup ? Déjà, c'était le meilleur endroit pour attaquer quelqu'un. La brume qui s'installe, la frayeur qui peut envahir un faible loup, ces critères étaient parfait pour rendre la cible vulnérable.

Et puis, il ne pouvait y avoir une once de vie ici. Ce ne sont pas des animaux qui sont capable de vivre ici, mais des monstres. Et il doit sûrement en avoir dans le labyrinthe. Et ce cri qu'il avait entendu plus tôt ? Était-ce la personne qui n'est plus si loin de lui ? Non, ça venait du cœur du labyrinthe.

« T'es qui toi ? »

En une fraction de seconde, un sifflement fut prononcé par l'individu qui se tenait dorénavant devant lui. Hjalmar ne fronça pas, il ne réagit pas, posant ses yeux clairs sur, il avait deviné, la louve plus petite que lui. Si elle avait tenté de l'effrayer, ce n'était pas gagné, le loup bleu s'y attendait.

Il resta là, stoïque, le regard rivé sur l'autre. Qui était-ce ? Elle n'avait pas la carrure d'un des fugitifs et Hjalmar n'avait jamais vu pareil pelage coloré de sa vie. Peut-être trop coloré à son goût, il préférait sa propre couleur bleu qu'il trouvait d'une douceur plus réconfortante. Une odeur d'automne vint chatouiller sa truffe. Soulagement. Ce n'est qu'une automnale, il est normal qu'elle soit venue vers lui, après tout il n'est pas vraiment sensé se tenir ici, elle ne fait que défendre son territoire.

Il sourit et prit son air calme et réconfortant, ne voulant pas paraître comme un bloc de glace en face de cette louve. Il n'aimait pas être prit comme le gros méchant pas beau, déjà que son physique imposant ne pouvait pas l'aider. Il grogna doucement quelques paroles afin de donner sa meilleure image :

-Je me nomme Hjalmar ! Excuse moi si j'empiète sur ton territoire, je ne voulais pas. Mais vois-tu, en ces temps dangereux, il ne faut pas que je laisse un danger jaillir de nouveau.

Il n'avait pas envie d'en dire plus sur son identité. Si la colorée avait saisi ce qu'il voulait dire, il n'aura pas à prononcer à haute voix qu'il était un Librelune. Il espère qu'elle se sentirait en sécurité avec lui.

Mais une seconde, c'est une excellente idée ! Elle n'avait pas l'air frêle, au contraire on pouvait deviner la masse musculaire qui se cachait derrière son pelage. De plus, elle avait jaillit devant Hjalmar d'une vitesse et d'une furtivité spectaculaire. Elle doit sûrement être une très bonne combattante, ou du moins savoir bien se défendre ! Un éclair de lucidité jaillit dans les yeux du loup bleu, et il ajouta d'une même voix :

-As-tu l'air de connaître cet endroit ? J'aimerais bien m'aventurer dans ce dédale, mais une compagnie ne serait pas de refus.

Pour illustrer ses propos, un nouvel hurlement strident fendit ses oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 310
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Dim 27 Mai 2018 - 12:48

-Je me nomme Hjalmar ! Excuse moi si j'empiète sur ton territoire, je ne voulais pas. Mais vois-tu, en ces temps dangereux, il ne faut pas que je laisse un danger jaillir de nouveau.

La réponse amicale du loup massif me détendit légèrement. Mon expression et mon regard s'adoucirent un peu sans toutefois se départager d'un peu de méfiance. J'attendais la suite, mais pour l'instant le mâle était bien parti. Il ne semblait pas agressif ni empreint de mauvaises intentions, il était poli, bref, premier bon point mon grand.
Le danger ?
Mes yeux s'arrondirent. Il parle de ne pas laisser le danger jaillir de nouveau. Il serait donc un Libre-Lune ? Je clignai des yeux, surprise. Je ne l'ai pas vu lors de la bataille, c'est bizarre. Mais il a l'air sincère quand il dit ça. Peut-être était-il en mission ailleurs quand ça s'était produit ? Bon, laissons lui le bénéfice du doute. De toute façon, comme dit avant, il n'a pas l'air là pour foutre le bordel, alors bon.

-As-tu l'air de connaître cet endroit ? J'aimerais bien m'aventurer dans ce dédale, mais une compagnie ne serait pas de refus.   , ajouta-t-il après tandis que j'étais toujours un peu abasourdie malgré moi.

Et alors un long hurlement grinçant et vibrant retentit, comme un cri du cœur, comme si le Labyrinthe se lamentait bestialement. Je ne pus empêcher mon échine de se dresser un coup et mon sang se mit à chauffer un peu dans mes veines, amenant de part et d'autres de mon corps les fournées d'adrénaline nécessaires à péter d'énergie. Je secouai la tête et me repris, fixant le grand loup bleu.

-Alors tu es un Lib-.... euh... ouais enfin voilà ?  , ne pus-je m'empêcher de dire. Je me repris totalement et respirai profondément, bandant un instant mes muscles.

Je jetai un regard sceptique vers l'arrière, vers l'entrée du Labyrinthe. La brume était comme des bras translucides qui s'agitaient lentement comme pour nous inviter à entrer dans leur ventre infernal. J'expirai un coup et observai quelques secondes le sol, et une intense réflexion s'agitait dans mon regard, une réflexion sérieuse et exempte de peur. Après tout, je suis une tueuse, je n'ai pas peur de la mort. Même s'il est vrai que quelques trucs bizarroïdes peuvent me faire un peu contracter. Mais ce n'est pas pour autant que je vais perdre mon sang-froid. Je relevai mon regard émeraude et le plongeai dans celui glacier du mâle. Un amical sourire en coin de babines, je lui répondis calmement :

-Bien. On dirait que les chemins de nos buts se croisent. J'accepte de te guider dans ce labyrinthe. Mais sache que même en temps qu'automnale je ne me suis que très rarement aventurée ici et que peu de loups en sont sortis. Toutefois, si tu es aussi déterminé que je suis, allons-y. Mieux vaut être à deux que tout seul dans ce voyage.

Si on m'avait dit que je me serais trouvée un potentiel allié dans ce donjon paranormal, j'aurais dit que c'eut été un incroyable coup de chance. Et c'en était certainement un.
Je tournai talons et m'avançai vers l'entrée des Enfers. Je m'arrêtai et jetai un coup d'oeil en arrière, la queue flottant doucement au ras du sol.

-Sois prudent et fais le moins de bruit possible d'accord ?   , le prévins-je tacitement.

Non pas que je doute qu'avec sa taille imposante il ne puisse savoir être discret, mais mieux vaut appuyer sur ce point, car si en effet il y a des saloperies dans ce dédale, mieux vaut éviter d'aller les prévenir de notre présence, car ça aurait été comme gueuler « YOUHOUUUUUU LES AMIIIIIS Z'ËTES OUUUUUUU ? ON EST TRES BONS ET TRES JUTEUX, VIENDEZ !!!!!! ». Hum.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Hjalmar
Animatrice
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Philly
Masculin Messages : 59
Date d'inscription : 15/05/2018
Age : 16
Ta localisation réelle : Les bas tréfonds de l'humour

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: héhéhé é_é

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Lun 28 Mai 2018 - 21:50




L  e    L  a  b  y  r  i  n  t  h  e    d  e    P  a  n






Hjalmar   &   Faïryna




    Hjalmar vit que sa technique avai marché, la louve s'était détendu et avait l'air de lui faire confiance après ses explications. Elle semblait l'écouter et cela plus au doyen.

-Alors tu es un Lib-...euh...ouais enfin voilà ?

    Le manque de tact de la jeune louve fit exaspérer Hjalmar, qui poussa un long soupir de déception. Mais tout le monde n'est pas parfait, fort malheureusement. Cependant il était normal que la louve soit surprise, il n'étais pas présent lors de la bataille des Librelunes. Il était sûrement inconnu aux yeux de beaucoup de monde, n'ayant été envoyé sur Four Seasons que très récemment.

   Plus sa détermination d'entrer dans le labyrinthe grandissait, plus la brume s'épaississait et semblait appeler Hjalmar en son antre. Il était appâté par une curiosité nerveuse, mais aussi par un devoir de trouver ce qu'il se tramait ici. Il en vint même à la théorie qu'un Nuit Terne pourrait se terrer en ces lieux... Un frisson à cette idée à la fois terrifiante et croustillante.

   Le jade croisa le saphir glacial et la louve prononça, cette fois d'une voix plus calme, ces mots satisfaisant :

-Bien. On dirait que les chemins de nos buts se croisent. J'accepte de te guider dans ce labyrinthe. Mais sache que même en temps qu'automnale je ne me suis que très rarement aventurée ici et que peu de loups en sont sortis. Toutefois, si tu es aussi déterminé que je suis, allons-y. Mieux vaut être à deux que tout seul dans ce voyage.

   Le changement de ton et de langage amusa Hjalmar. Elle était donc elle aussi décidée que lui pour commencer cette aventure inconnue. Elle n'avait pas froid aux yeux et cela lui plaisait ! Voilà une vraie partenaire pour partir à la découverte  d'endroits inconnus et dangereux ! L'adrénaline monta en le loup bleu, et il n'avait que plus hâte d'y entrer.

   Elle prit la tête, s'avançant vers cette porte des Enfers. Hjalmar se tourna en position et la regarda parler.

-Sois prudent et fais le moins de bruit possible d'accord ?

   Hjalmar rit intérieurement de la position de chef qu'elle prenait, mais cela lui passait au dessus de la tête, il la traitait comme son égal et avait une confiance en elle qui l'étonna. Cela le fit sourire qu'elle du lui préciser d'être discret, comprenant le sous entendu sur sa taille et son poid.

-Comprit, je te suis, allons-y !

    Sans un regard en arrière, il avança de quelques pas, certain de ne rien croiser pour le moment et se concentrant sur le fait que la brume était encore quelque peu dissipée pour pouvoir deviner les silhouettes qui peuvent s'y cacher.

    Pour l'instant rien à signaler, pas l'once d'un événement suspect. Les cris et grognements suspicieux avaient même cessé, comme si leur présence les avait effrayé et que le silence les avait accueilli. Une repoussante odeur amer envahissait ses narines, alors Hjalmar se concentra sur son imagination pour penser aux délicieuses effluves des baies gelées qu'il aimait se délecter avec gourmandise sur les monts enneigés.

     Plein de de nostalgie, cela le tira presque de l'aura anxiogène qui l'enveloppait. Il reprit ses esprits, se disant que c'était sûrement le dernier endroit et moment où il pouvait se sentir nostalgique. Les regrets sur sa vie n'avaient pas leur place et pourtant, c'était sa plus grande faiblesse. Il devait rester aux aguets. Il se tourna vers sa compagne pour voir si elle arrivait toujours à être concentrée et voulu lui demander, mais au moment de l'appeller il eu un problème...comment elle s'appelle déjà ?

-Dis moi, tu m'as forcée à me présenter. Mais je ne connais pas ton nom, ni qui tu es. Je sens seulement que tu es automnale et sûrement une féroce combattante due à ta détermination et ton courage.

   Toujours aussi observateur et serein, il espérait seulement qu'il ne la dérangeait pas sur sa concentration.
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 310
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Mar 29 Mai 2018 - 20:52

-Compris, je te suis, allons-y ! , dit-il.

Son engouement me fit légèrement sourire. C'est bon, il a la détermination lui aussi. Non parce que j'avoue que me retrouver avec quelqu'un de morne et qui traîne la patte, c'est pas quelque chose que j'aurais accepté très longtemps. Pas question d'être ralentie, ou plutôt que le trajet devienne désagréable alors qu'il peut parfaitement être, tout en étant professionnel, sympathique. Je lui lançai un regard amical tandis qu'il s'avança à son tour, et j'attendis qu'on soit à la même hauteur pour reprendre mon pas régulier qui semblait exprimer liberté et concentration.
Ainsi commença ce voyage en binôme pas du tout envisagé ainsi.
Les pans de brume nous entouraient, manteau blanc et vaporeux aux allures de spectre. Une odeur âcre et désagréable se mit petit à petit à flotter dans l'air trouble, mais je n'y accordai pas trop d'importance, trop attentive à mon chemin et aux choses suspectes qui pourraient débouler d'un instant à l'autre.
Peut-être était-ce une grave erreur d'essayer d'oublier dès l'abord cette odeur étrange.
C'était le silence, celui dont seuls nos pas froissant le sol disturbaient l'inquiétante tranquillité. C'était assez étrange car à la fois ma tête se vidait, mais à la fois elle turbinait. Le brouillard avait un goût humide et chargé d'automne et de feuilles comme pour nous rappeler que ce lieu se situe bien dans le territoire automnal. Pour l'instant, il ne nous empêchait pas de nous repérer, le dénommé Hjalmar et moi-même. Faites que cela dure, car si on n'arrive plus à voir où on va, ça risque d'être un peu chaud de se repérer puis de prendre la sortie. Déjà on va tester la technique de prendre toujours une ligne droite jusqu'à que l'on tombe sur un croisement, et alors on avisera. Mais c'est surtout histoire que, s'il y a un problème, on puisse rebrousser chemin et sortir plus facilement d'ici.
Je réfléchissais à tout cela quand mon tout nouveau partenaire pas du tout automnal prit la parole :

-Dis moi, tu m'as forcé à me présenter. Mais je ne connais pas ton nom, ni qui tu es. Je sens seulement que tu es automnale et sûrement une féroce combattante due à ta détermination et ton courage.

Je clignai des yeux quelques fois et le fixai, une expression un peu surprise sur le visage. Je ne m'attendais pas à ce qu'on m'attribue de telles qualités, surtout de la part d'un loup qui vient seulement de me rencontrer. Et puis, comment dire.... ça me paraît naturel d'agir ainsi. En tant que tueuse bien sûr, mais surtout en tant que louve de Clan, si je n'ai pas un minimum de cran je crains de n'être qu'un poids inutile. La volonté est importante car c'est elle qui me pousse à tout faire pour aider ma famille au mieux. Sans courage ni détermination, je ne suis pas digne d'être une louve qui peut se regarder en face de son propre reflet. Enfin c'est comme ça que je le pense en tout cas.
Je remuai les oreilles calmement et entrepris de répondre au mâle bleu. Bon sang, c'est vrai, quelle impolitesse, je ne me suis pas présentée. En tant normal je l'aurais fait certainement dès que lui aurait décliné son identité, mais faut croire que quand je suis en mission je n'ai pas trop la tête à toutes ces questions relatives aux civilités. Je préfère me concentrer sur ce qui doit l'être en priorité.

-Oups pardon, c'est vrai, je ne me suis pas présentée. Désolée. Je me nomme Faïryna, et je suis en effet du Clan automnal, enchantée de faire ta connaissance Hjalmar. , souris-je amicalement.

D'ordinaire, j'aurais été mille fois plus tendue que cela, mais on dirait que ce loup parvient sans le faire exprès à faire foutre le camp à la pression. Heureusement, me rassurai-je un coup, je suis toujours aussi attentive et sur le qui-vive, car cela est quelque chose que j'ai maintenant acquise d'instinct. Mais je ne sais pas, il a quelque chose de rassurant dans son aura. C'est marrant. Je me re-focalisai sur le chemin qui s'ouvrait devant nous.
Après un petit silence, je dis à voix basse pour ne pas effaroucher l'attention des éventuelles créatures qui se trouveraient pas loin de nous, gardant une face résolument sérieuse bien qu'ouverte :

-Simple question de curiosité, une raison particulière t'amènes ici ? Enfin tu n'es pas obligé de répondre bien sûr si c'est un truc méga secret à ne surtout pas révéler.

Et bien, puisqu'on avait fait les présentations, quoi, j'ai bien le droit de vouloir me renseigner sur le cas de mon camarade de route. Tout comme lui a cette légitimité s'il le souhaite. Enfin, tant qu'on reste dans les zones abordables hein, je ne vais pas me mettre à lui raconter ma vie, surtout ici et à ce moment. Le seul loup à qui je confierais éventuellement tout mon vécu serait sans hésiter Lathraios, même s'il en sait déjà plus que n'importe quelle autre personne sur mon compte. Je lui confierais ma vie s'il le fallait, sans douter une seconde de lui.
Je glissai de nouveau mon regard sur le bleu, observant ses réactions avec attention.
J'ai pour habitude d'analyser dès l'abord les réactions personnes que je ne connais pas afin d'avoir tout de suite une idée approximative d'elles. Ca évite bien des désagréments après.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Hjalmar
Animatrice
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Philly
Masculin Messages : 59
Date d'inscription : 15/05/2018
Age : 16
Ta localisation réelle : Les bas tréfonds de l'humour

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: héhéhé é_é

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Mer 30 Mai 2018 - 19:36




L  e    L  a  b  y  r  i  n  t  h  e    d  e    P  a  n






Hjalmar   &   Faïryna



    -Oups pardon, c'est vrai, je ne me suis pas présentée. Désolée. Je me nomme Faïryna, et je suis en effet du Clan automnal, enchantée de faire ta connaissance Hjalmar.  

Un sourire se dessina sur le visage de la louve. Un signe amical, du chemin parcouru. Il était agréable qu'une nouvelle rencontre se détende autant, surtout après une rencontre un peu plus...incongru. Hjalmar espéra qu'il avait pu calmer le jeu, ou alors que Faïryna était une louve qui avait la maîtrise sur son comportement.

Faïryna, ce prénom plu au gros loup. Il lui faisait penser à une fée, ou alors une autre créature fantastique. Un silence s'était installé, un silence agréable paradoxalement au contexte du lieu. Ce fut la plus jeune à briser le silence la première :

-Simple question de curiosité, une raison particulière t'amènes ici ? Enfin tu n'es pas obligé de répondre bien sûr si c'est un truc méga secret à ne surtout pas révéler.

Il semblait à Hjalmar qu'il avait déjà répondu à cette question : on ne pouvait laisser nul danger réapparaître de nouveau. Il se tut alors pour le moment, se dit que de toute évidence elle avait deviné qu'il était Librelune et sa curiosité avait déjà trouvé breuvage. Un manque d'attention, ou tout simplement un désir de faire la conversation. Il ne montra aucun signe de réaction quelconque, sans vouloir paraître agacé par sa question. Sa curiosité ne le dérangeait en un rien, simplement le fait qu'il y avait déjà répondu. Il senti son regard sur lui et décida de l'ignorer.

Ils continuèrent à s'enfoncer dans le dédale. L'automnale n'avait pas l'air de frémir, ce qui était un bon signe. Hjalmar était en confiance, avec ou sans elle à ses côtés. Cependant, la bruine était tellement épaisse qu'elle était a couper au couteau. On ne voyait plus rien au delà de deux pas, les ténèbres engloutissant les gorges de ronces. Le Librelune reconsidéra leur ancienne conversation :

-J'y réponds déjà par ma présence. Et il est probable que notre raison est commune, même si ton avidité est partagée et que j'aimerais obtenir des détails sur la présence d'une automnale en ces lieux. Nous ne sommes pas prêts pour ce que nous allons trouver ici.

Précieusement à ce moment là, qu'une masse d'ombre commença à bouger dans l'aura vaporeuse. Des petits couinements répétés et rapides trahissaient qu'il s'agissait non pas d'une bête, mais de plusieurs bêtes. La forme continuait à danser, se rapprochant dangereusement. Hjalmar se tint sur ses gardes et recula de peu, scrutant aveuglément l'entité.

Et surgirent de la brume des dizaines de chauves-souris. Leurs battements d'ailes frénétiques fendaient les pans de l'ombre et elles s'agitaient nerveusement autour d'eux. Le Librelune ne détestait pas ces petites créatures, à vrai dire elles lui étaient familières. Ces nocturnes étaient des voisines charmantes dans les grottes de ses montagnes originelles, et elles étaient d'une amicale compagnie.

Commençant à être légèrement attaqués, il prit la décision de sauver lui et Faïryna des chauves-souris, plus embêtantes que dangereuses. Raclant sa gorge et bombant le torse, ce qui fit paraître sa crinière plus énorme encore, il gonfla ses poumons de l'air lourd. Sans attendre, il relâcha tout et poussa un rugissement de lion tellement bruyant qu'il aurait pu réveiller toute la faune fantastique du labyrinthe.

Les chauves-souris se dissipèrent rapidement et plus aucun bruit ne fut perçu. Il a du effrayer d'autres bêtes aux attentions hostiles. Hjalmar scruta l'obscurité de nouveau de son regard translucide avant de se remettre en route.

L'idée d'avoir prévenu le monstre, s'il y en avait un, de leur présence lui passa rapidement par l'esprit. Le labyrinthe n'avait qu'une seule issue, et ils venaient de là. Rien ne pourra s'échapper d'ici, et peut-être pas eux.

Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 310
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Sam 2 Juin 2018 - 20:44

Le loup bleu ne me répondit pas, et après quelques secondes je conclus qu'il n'y comptait pas franchement. Nous continuâmes notre trajet brumeux dans le silence du froissement des feuilles sous nos pas. Cependant, après quelques instants, je me rendis compte que j'avais tort, car mon partenaire se mit à parler, sa voix résonnant dans la purée de pois.

-J'y réponds déjà par ma présence. Et il est probable que notre raison est commune, même si ton avidité est partagée et que j'aimerais obtenir des détails sur la présence d'une automnale en ces lieux. Nous ne sommes pas prêts pour ce que nous allons trouver ici.

Je le zieutai un instant sans rien dire moi non plus, et acquiesçai calmement de la tête. Il n'avait pas franchement tort.
Je comprenais qu'il ne veuille pas en dire plus, et j'assumais mon indiscrétion avec flegme. Après tout, au fond, une part de moi savait qu'il y avait un certain taux de probabilité pour qu'il ne daigne répondre clairement. Mais, dans la vie, il faut bien oser des fois, sinon on ne gagne rien.

-Sûrement.   , soufflai-je.

Soudainement, je me stoppai et me crispai ostensiblement, les oreilles, les moustaches et la truffe frémissante. Quelque chose.... quelque chose.... Quelque chose de pas normal s'approche ! Cela ressemble comme à une grosse masse.... Mince je n'arrive pas à voir clairement dans cette fichue brume à la con ! hMM ces petits cris stridents m'agacent et me percent les tympans.
Toutefois, petit à petit, mes yeux purent préciser leur impression, et parvint à percevoir comme... des battements.... non.... des ailes ! Oui, des battements d'ailes ! Plusieurs battements d'ailes.
Je ne considérai pas nécessaire de prévenir mon binôme qui paraissait lui aussi au courant de cette émanation. Enfin faut dire, c'est pas très compliqué ça.
Le poil gonflé, je tentai de me faire plus imposante, courbant le dos en mettant en avant mes épaules, grondant férocement, déjà prête à asséner des coups à nos adversaires ailés.
Et les chauve-souris percèrent le mur de brouillard, s'en allant foutre quelques raclées à des trouillards.
Que nous ne sommes pas.
Sifflant, je m'apprêtai à infliger ma première morsure. Cependant, un raclement de gorge venant de Hjalmar me stoppa dans mon action. Je fronçai les sourcils. Qu'est-ce qu'il compte faire, faire la discuss' avec les chauve-souris ? Curieuse, mon grondement combattif s'atténua légèrement et mon attention vira à surveiller ce qu'il était en train de faire tout en évitant les volatiles teigneux qui semblaient vouloir s'amuser méchamment avec mon pelage, ma chevelure et mes oreilles.
Et alors, le Libre-Lune -car c'en était forcément un- , poussa, au lieu d'un hurlement comme je le pensais tout d'abord, un terrible rugissement qui fit vibrer jusqu'à travers mes os ma moelle épinière, dressant les poils de mon échine déjà hérissée, qui empoigna mon cœur et mes autres organes d'un violent frisson. Presque immédiatement la fumée nocturne et frétillante se dispersa d'une rapidité étonnante, comme des gouttelettes noires.
Je restai un long moment figée, clignant des yeux, n'arrivant pas à croire à cet événement, encore sonnée, pendant que le fauve bleu reprit sa marche comme si de rien n'était, d'une nonchalance et d'un flegme presque comiques par rapport à la situation et à ma tronche choquée. Je me sentais avoir des yeux de merlan frit, et je regardais droit devant moi, gueule légèrement entrouverte.
….. whaAAAAAT.
Je me secouai la tête et puis moi-même aussi, et rebondis aux côtés du titan, un sourcil froncé. Ah ouais. Violent comme pouvoir, et pratique pour disperser les nuées de bestioles embêtantes.
… pratique aussi pour signaler sa présence, surtout dans un labyrinthe qu'on dit maudit et rempli de sales bestioles ainsi que d'un boss final en son cœur pour couronner le tout. J'eus une tête franchement blasée à cette pensée. Ouais. Je l'attends le petit boss, je suis sûre qu'il kiffe à fond les câlins ce fripon.
Je redevins sérieuse et parvins à virer ces pensées parasites qui n'ont pas totalement leur place dans ma mission et dans ce moment précis. Je restai silencieuse.
Puis, rapidement, une nouvelle masse sombre se fit repérer par mon regard perçant dans la brume qui décidément allait de mieux en plus dense. Cette forme... est-ce que ça pourrait être un loup ? C'est une morphologie un peu bizarre et petite, mais... Voyons voir ça. Je tendis mes muscles et sans prévenir bondis vivement, plaquant l'être au sol. Il laissa échapper un couinement surpris.
Et puis, on croisa nos regards.

-Encore TOI ? ! , fulmina de son ton impatient et de sa voix insupportable le farfadet.

Oh non, encore ce truc relou ! Bon sang, quelle poisse de tomber sur cet enquiquineur une deuxième fois dans ma vie !... je m'en serais bien passée après le coup multicolore qu'il nous avait fait à Shura et à moi lors de la première rencontre avec cet être étrange. Il se débattait, tentant de me griffer sournoisement.

-Bon sang, les Four-Seasonniens, ça va de pire en pire hein ! Malappris que vous êtes ! Cornebidouille ! Screugneugneu de scalambidouvaRAH ! , commença-t-il à siffler, crier, grogner et jurer.

Et encore, je ne vous en ai donné qu'une partie de ses monologues beaucoup trop rapides de prononciation à mon goût, mais ça ne cessait pas, ça ne cessait jamais avec lui ! Il ricanait entre deux paroles révoltées et méprisantes, reprenant de plus belle sans arrêter ce flux interminable d'insultes et de révulsion ! AAAAAH RETENEZ-MOI JE VAIS L'ASSOMMER, L'ECHARPER, L'ECORCHER, LE MATRAQUER, L'EVENTRER LA TOUT DE SUITE SUR LE CHAMP S'IL NE LA FERME PAS ILLICO !!

-LA FERME.  , tonnai-je d'une voix forte qui témoignait d'une autorité qui ne se faisait pas contester sans conséquences peu enviables.

La sale bestiole se tut, me zieutant avec des yeux ronds. Comme quoi pas besoin d'avoir un cri du lion de la mort qui tue pour se faire entendre même des plus coriaces et des plus chiantes créatures que Four-Seasons puisse avoir connues.
Une idée avait germé dans mon esprit à partir du moment où j'avais eu ce bonhomme sous les pattes dans tous les sens du terme. Un sourire mauvais en coin de babines, je dis calmement et froidement :

-Ca tombe bien que tu sois là dis donc, on a justement besoin de leçons de politesse. Tu vas nous les faire gentiment en nous guidant dans ce labyrinthe. Pas d'entourloupes, j'ai avec moi un magicien qui dépasse de loin tes propres pouvoirs, et son hurlement ferait peur à Peur lui-même.

J'avais surtout pour but que le petit bonhomme m'en apprenne plus sur les nouveaux venus du Labyrinthe... tout en nous évitant quelques mauvaises rencontres supplémentaires si cela était en ses capacités. Je savais qu'au fond ce n'était pas un être belliqueux, mais plutôt farceur- dans le bon comme dans le mauvais sens. Mais franchement, mieux vaut avoir ça que rien et se perdre sans avoir plus d'informations dans ce dédale infernal.
Il fixa ses prunelles sur Hjalmar, le jaugeant. Son visage resta impassible et garda la lueur méprisante de son regard. Il souffla du nez, hautain et sans daigner m'accorder plus qu'une oeillade, ricana :

-NiAhaHahAHa oui je l'ai entendu ton magicien niaHAhAha fu fU Fu. Vous êtes très agaçants et vous me faites mal aux oreilles avec tout votre raffut là. Et puis s'il est peut-être puissant, tu es trop mal élevée pour que j'accepte de vous aider.
-Excuse-moi pour la manière dont je t'ai accosté et de la façon dont je t'ai parlé.  , soupirai-je doucement.
-hMMMmm. Même pas besoin de te dire de t'excuser, un bon point niark niark. Ôte tes pattes de là vile friponne.

Je m'écartai sobrement, sachant qu'on tenait là une piste qui pouvait se révéler intéressante. Je lançai un bref regard compris à Hjalmar, le rendant insistant par sa courte durée. On pouvait tous les deux avoir de quoi remplir nos missions à effectuer avec ça, j'espérais qu'il ne gâche pas cette opportunité inopinée. Le farfadet se releva en s'époussetant d'un geste agacé et nerveux. Il ricana de nouveau un bon coup. Il pointa du doigt le géant, le visage acéré.

-J'ai peur de personne, et encore moins de vous deux NIARK NIARK

Il nous tourna dos et se mit en marche d'un pas dansant et tranquillement sournois.

-Hihihi en route mauvaise troupe hihihi , siffla-t-il en s'enfonçant dans la brume.

Je fixai alors Hjalmar des yeux, attendant sa réaction. Je le sentais sage, alors je préférais connaître ce qu'il en pensait avant de me lancer tête baissée dans ce que j'ai déniché. On est un duo après tout, et même si on ne dépend pas tellement l'un de l'autre, faut qu'on soit d'accord et synchros sur nos décisions. S'il s'avance pour suivre le farfadet, je ferai de même. Sinon... et bien il faudra que je fasse valoir les bons arguments hein, parce que moi, personnellement, je vois pas d'autres choix aussi meilleurs que celui-ci. Après, il comporte des risques, certes, j'en ai bien conscience et mon regard en disait long sur tout ce que je pensais. Mais il ne faut jamais cracher sur le hasard quand il peut nous apporter par audace un coup de pouce.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Hjalmar
Animatrice
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Philly
Masculin Messages : 59
Date d'inscription : 15/05/2018
Age : 16
Ta localisation réelle : Les bas tréfonds de l'humour

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: héhéhé é_é

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Dim 3 Juin 2018 - 13:01




L  e    L  a  b  y  r  i  n  t  h  e    d  e    P  a  n



Hjalmar   &   Faïryna



   

Hjalmar  entendit des petits bruits aigus, stridents, qui semblaient former des paroles. Quelqu'un parlait ? Une chose ? Ce n'était pas l'Automnale, certes sa voix n'était pas très plaisante aux oreilles du bleu, puisque qu'elle n'avait pas une voix si...insupportable. Le Librelune n'y prêta pas attention, se dit que c'était son imagination qui lui jouait des tours. Après tout ce labyrinthe est réputé pour ça.

Et puis ces jacassements continuaient. Il ne comprit plus rien et regarda Faïryna qui était en pleine embrouille avec...un individu indescriptible. Hjalmar ne changea pas sa posture mais baissa les yeux, d'un air hautain. Depuis combien de temps ce machin était là à gesticuler ? Il était si petit que le Librelune aurait pu lui marcher dessus sans même le voir.

-LA FERME.

Les paroles brutales de sa compagne le tira de ses pensées et le fit revenir sur la terre ferme. Il n'avait absolument pas écouter la conversation qui devait se tenir là depuis quelques minutes. L'espèce de petit bonhomme coloré s'était enfin tut, calmant les tympans du Librelune.

      L'Automnale poursuivit :

-Ca tombe bien que tu sois là dis donc, on a justement besoin de leçons de politesse. Tu vas nous les faire gentiment en nous guidant dans ce labyrinthe. Pas d'entourloupes, j'ai avec moi un magicien qui dépasse de loin tes propres pouvoirs, et son hurlement ferait peur à Peur lui-même.

Un magicien ? Hjalmar n'a jamais pratiqué telle sorcellerie et il ne sut pas s'il fallait être flatté ou non. Il se contenta d'ignorer ses dires, sachant qu'elle n'avait pas l'air de savoir ce qu'elle disait sur lui. Elle résumait ses pouvoirs à un simple rugissement, certes impressionnant mais inapproprié dans certaines circonstances. Peut-être dans celles-ci d'ailleurs...

Le truc fixa Hjalmar. De haut en bas. Le bleu fronça les sourcils, pour qui il se prend celui-là ? Mais son attitude l'amusait, il ne voyait pas en quoi il pouvait leur faire du mal. Ce ne serait que par leur propre sottise qu'il pourrait être piégé par ce fifrelin. Le mépris de ce-dernier déplut au Librelune, mais soit.

-NiAhaHahAHa oui je l'ai entendu ton magicien niaHAhAha fu fU Fu. Vous êtes très agaçants et vous me faites mal aux oreilles avec tout votre raffut là. Et puis s'il est peut-être puissant, tu es trop mal élevée pour que j'accepte de vous aider. Le lutin avait reprit

-Excuse-moi pour la manière dont je t'ai accosté et de la façon dont je t'ai parlé.  Faïryna avait l'air exténuée dans ses paroles

-hMMMmm. Même pas besoin de te dire de t'excuser, un bon point niark niark. Ôte tes pattes de là vile friponne. 

Échanger avec cette créature semblait vain. Sa voix était peu supportable mais ses gesticulations étaient amusantes. Le saphir d'eau croisa de nouveau l'émeraude qui semblait insistante. Hjalmar lui fit un sourire puis un clin d’œil dès que la bestiole tourna le dos. Dansant, le lutin avançait en première tête en continuant de chanter moult stupidités.

L'Automnale n'avait pas l'air rassurée quand elle attendait la réaction du mâle. Hjalmar ne voyait pas en quoi ils ne pourraient pas faire confiance à la petite créature, mais aussi en quoi ils pourraient lui faire confiance... Il soupira et dit d'un sourire au coin :

-Il semble être notre seule issue . Je n'inspire pas une grande confiance en lui, mais avec ou sans on sera bien obligé de subir ses bêtises. De plus je pense que c'est mieux d'avoir au moins un guide. Je ne vois pas qu'est-ce que cela pourrait lui apporter de nous jeter dans la gueule du loup. Cependant restons sur nos gardes, je n'ai pas envie de me faire poignarder de derrière.

D'un pas assuré, Hjalmar suivit le lutin qui s'engouffrait dans la pénombre laiteuse. Il ne pouvait pas espérer faire le bon choix puisqu'il n'y en a pas dans ce labyrinthe. Entrer dans celui-ci n'en était pas un.

Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 310
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Sam 30 Juin 2018 - 22:41

Mon compagnon de route expectora un soupir et me répondit, un sourire en coin de babine.

-Il semble être notre seule issue . Je n'inspire pas une grande confiance en lui, mais avec ou sans on sera bien obligé de subir ses bêtises. De plus je pense que c'est mieux d'avoir au moins un guide. Je ne vois pas qu'est-ce que cela pourrait lui apporter de nous jeter dans la gueule du loup. Cependant restons sur nos gardes, je n'ai pas envie de me faire poignarder de derrière.

Tu m'étonnes.
Je remuai doucement les oreilles, calme, et clignai des yeux pour clore cet accord. Tout est okay si on a le même avis ou en tout cas si nous prenons un même chemin. Enfin après, l'absence du géant bleu ne m'aurait nullement embêtée, car sans aucune once d'arrogance ou autre, je sais me débrouiller. J'ai été entraînée, et je n'ai pas besoin d'être aux crochets de quelqu'un d'autre pour aller au bout d'une mission ou pour survivre, enfin a priori. Après tout, en tant que tueuse, je ne pense pas que c'est le lapin planqué dans les buissons qui irait accomplir mes commandes à ma place. Non. Je sais tenir mes responsabilités, et je m'efforce de le faire en respectant autant mes principes que possible. Ma mentor m'a aidée à développer mes capacités en ce but.
Mais c'est sûr que c'est toujours plus prudent d'être à deux, même si je suis loin d'avoir peur.
Quand Hjalmar commença à suivre le farfadet, je me mobilisai en même temps que lui et nous ne mîmes pas très longtemps à le rattraper, marchant juste derrière lui ; alors qu'il s'exclamait justement, impatient « Bon alors vous v'nez crebleu !! », sa voix insupportable sifflant entre mes tympans. Je baissai une oreille, réprimant une envie de grimacer. Après tout faudra le supporter certainement un moment, cet espèce d'énergumène et sa voix qui tape sur le système. Toutefois, je ne pus m'empêcher d'avoir un air très las quand il siffla « Niark niark vous êtes aussi lents que des escargots ma foi, comme quoi plus c'est grand plus c'est con et plus c'est con plus c'est lent mUAHA ». En fixant avec une légère insistance le pauvre Hjalmar. Insupportable cet individu. Je levai les yeux au ciel. Ca s'annonçait bien ce chemin dis donc. Enfin ça s'annonçait bien dès le début en fait, dès qu'on a mis nos pattes dans ce foutu lieu épineux dans tous les sens du terme. Certains nous auraient traités peut-être de suicidaires de plonger à pattes jointes dans ce nid à problèmes.... et on en voyait l'un des résultats probants et tête-à-claque qu'était notre guide. Pourtant, cette créature était l'intelligence même. Juste... qu'elle aime mettre le désordre, faire des farces et des mauvais tours aux autres... M'enfin, mieux vaut ignorer ces piques malicieuses et se concentrer sur son but personnel. En tout cas mon éloquente exagération sur le compte du grand bleu avait eu l'air de l'avoir impressionné assez pour ne pas nous balancer des boules multicolores dans la figure. Ce qui était ce que je cherchais à produire en débitant ce petit mensonge. La face impassible et le regard calme, je demandai au lutin :

-Dis-moi....
-hMM ?

Je le zieutai un coup, impassible mais une lueur déterminée au fond de mes prunelles.

-T'es-tu fait embêter récemment par d'autres... créatures ?

Il s'esclaffa.

-pFFFFFFFFFFFFFFFF ! Sache ma p'tite que personne ne m'embête, car c'est moi qui embête les autres ! AHA LA BONNE BLAGUE ! T'es pas si barbante que ça en fait aHAHAHAHA !

Je me retins de répliquer quoi que ce soit et ne me départis pas de mon masque stoïque, attendant patiemment.... Quelque chose ?
En tout cas, on dirait que je visai juste sur ce moment, car il reprit après un court temps de silence où à la fin il fronça ses sourcils grotesques.

-Mais.....

Mais ?
Je n'osai pas intervenir, ne voulant pas agacer cette espèce de petit être susceptible et explosif. Ce fut peut-être une nouvelle fois une sage décision, car il continua.

-Mais... Y'a eu quelques intrus c'temps-ci par-là. Y'a des choses pas nettes qui se trament, c'est mon flair qui vous l'dit.

Je plissai le regard, la face sérieuse et terriblement concentrée, ne cessant de tout analyser. Après un silence, je sentis qu'il voulait que je le relance car sans doute était-il de ceux qui se plaisent à être au centre de l'attention. En tout cas, il s'était un peu calmé semblait-il.

-Des intrus ?   , dis-je de mes sourcils légèrement froncés.
-Niark niark tout exact poulette.

…...... poulette. J'eus l'espace d'un instant envie de lui démontrer que les poules n'ont pas de dents et que ce n'est pas aujourd'hui que ça changera, serrant légèrement les crocs avec une pointe d'agacement, mais en réalité, avec ce bonhomme je n'étais plus à ça près.
Je relevai un instant mon regard, hésitant un court moment.

-Avaient-ils, par exemple, quelque chose comme des masques ?

La bestiole glissa son regard jaune et plissé vers moi, puis vers Hjalmar puis de nouveau vers moi, tournant la tête vers nous.

-Pourquoi toutes ces questions ?  , siffla-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Hjalmar
Animatrice
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Philly
Masculin Messages : 59
Date d'inscription : 15/05/2018
Age : 16
Ta localisation réelle : Les bas tréfonds de l'humour

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: héhéhé é_é

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Sam 28 Juil 2018 - 13:51




L  e    L  a  b  y  r  i  n  t  h  e    d  e    P  a  n




Hjalmar   &   Faïryna



Hjalmar n'écoutait plus. Il avait préféré reposer ses oreilles plutôt que d'écouter les stridentes fausses notes que créait le minuscule lutin. Il avait finit par comprendre que ses paroles étaient inutiles quand il entendit l'insulte qu'il mentionnait à son égard. Il se contentait seulement de le suivre, scrutant les alentours malgré la brume épaisse enveloppant les allées du dédale.

Faïryna posait des questions à la petite créature à propos des intrus. Elle faisait bien, il avait sûrement pu voir si des individus louches étaient venu se réfugier ici. Cependant, ce n'est pas dans le labyrinthe où ils seraient dangereux, sachant qu'on y trouve nombre de monstres plus cruels qu'eux. Même si Hjalmar était un loup brave et calme, il se trouve qu'il peut avoir des faiblesses vis-à-vis d'avoir la frousse...

Mais le Librelune resta de marbre, préférant se concentrer sur le lieu hanté. Le lutin les scruta avec ses grands yeux jaunâtres et globuleux avant d'éviter de répondre à la question de l'automnale. Louche, douteux, il avait sûrement du voir des choses anormales dans ce lieu. Cependant, le félin bleu n'y prêta pas attention et attendait de voir ce que le farfadet pourrait leur apporter.

Ils bifurquaient vers un long couloir dont on ne voyait pas le bout, mais Hjalmar pu dire qu'il s'agissait sûrement d'une impasse. De grandes ombres dansaient autour d'eux et le ciel devint si noir qu'il formait un plafond au labyrinthe. Le Librelune se sentit cerné, dans un lieu clos, sans échappatoire. Il n'aimait pas cette sensation et avait sans arrêt cette impression d'être observé par une multitude de petits yeux lumineux. Certainement pas des lucioles, il ne faut pas s'attendre à la plus innocente des bêtes dans ce labyrinthe.

Hjalmar se pencha vers la louve et lui dit tout bas dans l'oreille :

-Je crains que nous allons devoir avoir affaire à un guet-apens, je ne sais pas ce que ce lutin traficote mais je ne pense pas qu'il nous emmène vers un endroit sauf. Si seulement il s'agit d'un endroit...

En terminant ses paroles, la créature nommée se retourna. Ils s'étaient arrêtés et Hjalmar fronça les sourcils d'interrogation. Il préféra ne rien dire, si jamais il ne fallait plus faire de bruit, même si le vacarme qu'il avait provoqué plus tôt avait sûrement prévenu les monstres de leur intrusion. Le Librelune se sentit bête et avait comme une impression d'être testé. Il n'aimait pas être mit à l'épreuve à son insu.

Peut-être que l'ambiance oppressante du labyrinthe poussait Hjalmar à se remettre en question. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas douté de la sagesse et les connaissances que lui avaient apprit ses Anciens. Cependant, son moral commençait à se troubler. Il lutta parmi la brume de son esprit pour ne pas être déstabilise. Brouiller les esprits, une arme extrêmement puissante si l'on sait bien s'en servir. Mais Hjalmar était tenace et ne céda pas à l'aura suffocante du dédale.

C'est ainsi que le lutin disparut sous leur yeux, un dernier grand sourire narquois avant de partir dans un pan de fumée. Rien ne se produit depuis, et le bleu ne préféra pas bouger. Il regarda Faïryna dans les yeux, consterné par ce qu'il se produisit devant eux. Et c'est alors qu'un autre élément détourna son regard : une grande boîte mystérieuse glissa à quelques mètres d'eux. Elle s'arrêta par on ne sait quelle force à deux mètres de leurs pattes.

Un cliquetis en provenait. Hjalmar se pencha vers l'objet d'une provenance inconnue, sans bouger.
-Ne fais rien surtout, on ne sait pas ce que cet objet peu fai-

Il fut coupé par la plus grande surprise de sa vie. Comme un éclair lumineux, une énorme masse surgit de cette boîte. Hjalmar comprit que ce n'était pas vivant et en une fraction de seconde il put voir qu'une énorme tête de clown comique se tenait au dessus d'eux, se balançant de son ressort dans un grincement tonitruant.

Ni une ni deux, le Librelune poussa un cri d'effroi et prit ses pattes à son cou. Il ne savait pas si c'était le coup de la surprise ou la tête de ce...machin. Il courut aussi vite qu'il pu jusqu'à la sortie du labyrinthe, suivit du rire moqueur du lutin qui semblait se multiplier à l'infini. Une fois sorti du labyrinthe il s'arrêta brutalement et reprit son souffle, espérant que l'automnale l'avait suivit.

N'importe quoi ! Le sage est imperturbable Librelune effrayé par un stupide jouet ? Il ne voulut pas en croire son propre esprit, il avait été si troublé et manipulé qu'il était devenu une marionnette.
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 310
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identité du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   Mer 22 Aoû 2018 - 0:24

Alors que le petit bonhomme me posait cette question de son air vicieux, nous arrivions à un long corriger que seule une ombre épaisse finissait en cul-de-sac. Si j'avais jeté un regard au ciel, j'aurais vu que l'obscurité n'est pas le monopôle de seul ce couloir humide d'une brume plus légère et discernable que la purée de pois d'avant. J'avais l'impression de respirer un peu mieux; mais l'atmosphère restait lourde, presque orageuse. Les ronces étaient des tentacules ténébreuses qui abritaient des lueurs vivaces qui disparaissaient logique nos yeux se posaient dessus. Des lueurs qui étaient comme... des yeux.
Me crispant légèrement, je ne me départis de mon stoïcisme que d'un discret froncement de sourcils. Ça pue le soufre, me dit mon instinct.
Sentant mon partenaire pencher son museau vers moi, je glissai mon regard sur lui en coin, l'écoutant tout en restant absolument attentive aux environs qui comprimaient l'air contre nos esprit.

- Je crains que nous allons devoir avoir affaire à un guet-apens, je ne sais pas ce que ce lutin traficote mais je ne pense pas qu'il nous emmène vers un endroit sauf. Si seulement il s'agit d'un endroit...

En toute réponse j'acquiesçai légèrement et grondai infiniment discrètement. Ça sentait définitivement de plus en plus le traquenard.
Et étonnamment, ça ne me surprenait presque pas. Je sifflai intérieurement contre ce maudit lutin qui à tous les coups nous a emmené vers un de ses sales tours aussi pourries que les dents d'un loup pris par la rage. Mais c'était à prévoir.
Quoi que, si ça se trouve je suis médisante, et ce cher farfadet horripilant ne nous veut que du bien.
Mouais, ça sonne discours optimiste.
L'intéressé s'arrêta et nous suivîmes ce geste d'arrêt. Il prit son temps pour se retourner vers l'efficace duo que nous sommes. Il nous adressa un dernier sourire moqueur, tandis qu'avant que l'on fasse quoi que ce soit, il devint petit à petit qu'une fumée volatile qui se dispersa dans l'air saturé du lieu, en faisant même une ultime gestuelle qui semblait être une sorte de courbette, soulevant légèrement son chapeau. Je voulus m'élancer pour le plaquer, mais ça ne servait à rien, l'oiseau de malheur s'en est envolé.
Je montrai les crocs de rage, grondant doucement. Je fis toutefois rapidement silence, aux aguets, quand une sorte de cube se traîna au sol vers nous en un glissement peu rassurant. Nos deux paires de mirettes qui s'étaient croisées de déconvenance, fait qui contribua à contenir mon grognement, s'étaient tournées vers ce nouvel élément.
Cadeau du lutin, et à coup sûr une mauvaise blague.
Je fouettai l'air frais d'une estocade de ma queue comme un lieutenant dégaine son sabre de tension.
Je m'apprêtai à m'avancer sans crainte même si un peu d'appréhension que je ne montrai guère, mais Hjalmar me doubla.

-Ne fais rien surtout, on ne sait pas ce que cet objet peu fai-

J'avais haussé indiscernablement les épaules, et zieutant derrière l'imposant Libre-lune, je sentis venir quelque chose de la boîte, et voulus le prévenir!
Mais trop tard. Le cliquètement stressant qui se faisait entendre avait fait jouer son mécanisme diabolique, coupant le pauvre Hjalmar qui était en première place en plein dans sa phrase.
Je me figeai incontrôlablement, la respiration se coupant malgré moi de stupeur. Encore secouée contre ma volonté, le cri de stupeur de mon comparse parvint à me tirer légèrement de ma torpeur où je jaugeais d'un regard rond comme le derrière d'Outa-Ranos la face hystérique et comiquement inquiétante de la grosse bouille de clown qui avait jailli; me clouant malgré ma maigre habitude des tours du lutin pour cause d'en avoir déjà été victime, paralysée au sol.
Sentant au courant d'air qui me fouetta que le mâle bleu prenait ses pattes à son cou, je voulus le rattraper, ou le retenir, mais je ne parvins pas sur l'instant à bouger.
Les choses se calmèrent, et je me retrouvai seule dans le sombre passage.
L'échine légèrement hérissée encore de surprise, je me secouai doucement la tête et m'ébrouai.
Écoutant sans angoisse le silence perturbé par les grincements du clown, je respirai profondément, me reprenant efficacement en main- du moins je l'espérai.
Bon, il va falloir que je retrouve monsieur maintenant. J'espère qu'il ne s'est pas plongé dans un dédale!
Je m'apprêtai à tourner talons.
...
Mais mes yeux, au dernier instant, reperèrent quelque chose.
M'arrêtant dans ma marche, je me figeai un instant.
Je retournai du côté de la boîte farceuse.
Oui, il y avait un objet un peu plus loin, derrière. Je m'approchai.
Une exclamation muette entrouvrit mes mâchoires, me statufiant.
Un bracelet en cuir reconnaissable entre mille maintenant que je suis en possession de toute ma mémoire.
Nerveusement, je le saisis rapidement avec délicatesse entre mes crocs, impulsive.
Le chemin anormalement court portant l'odeur de Hjalmar dirigeait vers la sortie, et je me repris, sortant tranquillement en trottinant légèrement.
Je m'arrêtai, avisant le Libre-lune.
Un petit moment passa et je ris doucement en voyant la bouille du mâle bleu, avec gentillesse. Je mis un léger coup de museau amical dans son épaule, et fis-je, espiègle, en m'éloignant, le regardant droit dans les yeux :

-Promis je ne parlerai à personne de ce qu'il s'est passé là-dedans.

Je ne sais pas si ces paroles sont rassurantes, mais après le coup de flippe, rien de tel que de décompresser un peu en riant un coup comme si nous étions deux amis soudés par ces épreuves. Et puis adieu à sa réputation si le monde sait qu'une farce d'un lutin certes fourbe a su terrasser le grand bleu. Bon dieu, s'il ne vient pas de Four-seasons à l'origine, quel baptême pour lui! Il va penser que c'est un monde de fou. Ce qui est peut-être le cas.
Le bracelet de cuir pendouillait à un de mes crocs.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Labyrinthe de Pan [ft. Faïryna]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Territoire de l'Automne :: Le labyrinthe criant-
Sauter vers: