Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 
Top friends

8831


Partagez | 
 

 Et si le corbeau était fait comme un rat ? [Nacht et Herrade]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nachtgewalt
Administratrice
avatar

Race : Loup/louve
Féminin Messages : 210
Date d'inscription : 25/05/2016
Age : 19
Ta localisation réelle : Dans la forêt !

Identitée du loup/chien
Rang:
Popularité:
-3/100  (-3/100)
En couple ?: Très bonne blague. J'adore l'humour.

MessageSujet: Et si le corbeau était fait comme un rat ? [Nacht et Herrade]   Sam 12 Mai 2018 - 12:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fait comme un rat ?


Le vieux navire échoué avait une odeur de moisissure ainsi que d'algues sèches forte déplaisante. L'obscurité y était totale malgré le soleil qui l'encerclait à l'extérieur, mais l'humidité y était absolument omniprésente, poisseuse, horrible pour le plumage de Nachtgewalt. Ce dernier ne parvenait pas à dormir tant il détestait sentir les gouttes tomber sur son plumage, lui donnant de nombreux frissons. Il n'était pas guérisseur, mais il n'était pas certains que c'était bon pour ses blessures en train de cicatriser. Mais bon, Nacht n'était pas vraiment en état de se plaindre : trouver un abri aussi sombre sur une plage tenait du miracle, d'autant que la marée qui venait souvent envahir les cales du navire tenait à distance les loups les plus aventureux.

Soupirant, Nacht changea de position, éloignant de lui un coquillage spiralé. Sur le pont supérieur piaillaient de nombreux oiseaux, probablement peu enchantés de la présence d'un prédateur aussi proche. Mais le noiraud n'était pas capable de les chasser, même s'il avait faim. La proie que lui avait ramenée Viehrs récemment n'était pas très consistante, ce n'était qu'une simple mouette tuée sur le rivage. Nacht se demanda ce que faisait actuellement le printanier, étant donné qu'il avait refusé de l'accompagner dans un endroit aussi "sinistre que déplaisant", d'après ses mots. Cela avait donné lieu à une longue dispute où Nacht lui avait rappelé qu'il était la dernière chose qui le protégeait de Seira, avant que Viehrs lui rappelle à son tour que de jour, il n'était pas capable de se protéger lui-même. Une dispute ordinaire pour ce faux couple d'exilés.

Les bruits réguliers de la mer qui se rapprochait de plus en plus de la coque commencèrent à nouveau à bercer Nacht, qui se blottit en boule, repliant sa queue sur ses yeux. Sa cicatrice à l'épaule le tançait douloureusement, chose devenue habituelle depuis sa rencontre avec Daenarys. Le démon noir sourit, les yeux fermés, en imaginant la surprise de l'alpha printanière en voyant la dague de la mercenaire plantée entre ses deux côtes. Quel plaisir il aurait à y assister...Mais il avait d'autres chats à fouetter, le plus gros d'entre eux étant sa survie elle-même.

Le sommeil vint lentement s'emparer du noiraud, sous ces douces pensées venues égayer ces ennuis actuels, et il s'endormit enfin.


L'obscurité était si épaisse que je ne distinguais rien d'autre, à présent, que la silhouette de Ladh devant moi, éclairé par la lune seule. Je le sentais hésitant, tandis qu'il prenait parfois un embranchement qui ne me semblait en rien différent du précédent emprunté. Mais il ne ralentissait pas. Il savait qu'il ne pouvait pas se le permettre.

Ende ne reprenait pas la parole. Parfois, il se faisait si discret que je devais me retourner pour vérifier qu'il nous suivait bien. Dissimulé dans son pelage, je ne distinguais de lui que ses deux yeux au milieu de son visage, emplis de fatigue et de ressentiments. Pourtant, moi, je ne perdais pas confiance malgré le froid qui engourdissait mes pattes, ou l'extrême lassitude qui me faisait fermer les yeux parfois. C'était cette même confiance qui me maintenait éveillé, malgré l'heure tardive, et qui m'empêchait de ne pas penser à la raison ou aux conséquences de notre départ. Malgré tout, dès que je fermais les yeux, je voyais le visage de Mère, et je m'efforçais de les rouvrir immédiatement.

Fort heureusement, je n'eus pas à m'en préoccuper trop longtemps, et je ressentis un immense soulagement quand je vis Ladh s'immobiliser et déclarer simplement :

-On est arrivé.

Je relevai les yeux et aperçus une petite cabane devant nous, juste assez grande pour héberger un groupe de notre taille. Ende se porta à ma hauteur, observant les lieux sans rien dire, mais il ne perdit pas sa moue inquiète et méfiante.

J'entendis Mealladh glousser, et je me tournai vers lui. Il souriait, un sourire victorieux et fier.

-On est arrivé ! répéta-t-il avec plus d'entrain. Ah ! La vieille serait surprise, hein ?


Nacht ouvrit brusquement les yeux, se réveillant dans un sursaut. Il avait été tiré de son sommeil par un bruit dont il ne se rappelait pas, mais il restait aux aguets. Dans l'obscurité du pont inférieur où il se trouvait, seuls ses deux yeux blancs étaient distinguables.

Il entendit des bruits légers, venant du dessus, mais il se rendit compte que ce n'était pas cela qui l'avait réveillé. Ce n'était pas un bruit.

C'était le silence provoqué par le départ des oiseaux.

Nachtgewalt était à présent certain que quelqu'un était sur le navire, mais l'odeur de la mer et de la moisissure l'empêchait de déterminer son allégeance. En tout cas il était certain que ce n'était pas Viehrs. Et le nombre de ses alliés se comptaient sur les griffes d'une patte.

Nacht jura en allemand, et se recroquevilla dans l'obscurité, derrière les quelques tonneaux éventrés où il se trouvait. Le navire était grand et sombre ; avec un peu de chance, l'étranger ne le trouverait pas.

Il n'était pas en état d'affronter qui que ce soit.




Code ©️ FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Herrade
Spring is my life
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Runy
Féminin Messages : 159
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 23

Identitée du loup/chien
Rang: Bourreau
Popularité:
10/100  (10/100)
En couple ?: NIET

MessageSujet: Re: Et si le corbeau était fait comme un rat ? [Nacht et Herrade]   Mer 16 Mai 2018 - 14:57

La chasse était rouverte. Ces derniers temps, le bourreau printanier se faisait discret, disparaissant plusieurs jours d'affilée, faussant compagnie aux rares loups croisés sur son chemin, mais ne restant pas sans rien faire pour autant... Non, la verte avait retrouvé la piste de sa cible, et tâchait de l'exploiter au mieux tout en restant discrète. Elle explorait plusieurs recoins du territoire estival, silencieuse, agissant de nuit et avec parcimonie, ne souhaitant pas gâcher la surprise en se dévoilant trop tôt... Ainsi, voilà où se terraient le noir corbeau et son chien fidèle. Peut-être le froid du printemps hivernal les avait chassés de leur repère, ou bien c'était un choix stratégique de se réfugier ici, où on ne les y attendrait pas après les derniers méfaits de Gauner...

Quoi qu'il en soit, elle se rapprochait d'eux, elle le sentait. Les traces se faisaient plus fraîches, leur présence plus palpable... Nul doute que d'ici quelques jours, elle pourrait enfin remettre la patte sur Viehrs, et appliquer la sentence comme il se devait. Enfin ! L'idée la démangeait depuis un moment, surtout après leur dernière entrevue. Elle en gardait encore une belle cicatrice, et malgré la convalescence, avait continué à s'entraîner pour gagner en force et compenser cette faiblesse passagère. Elle avait ainsi adapté sa technique de combat pour ne pas être gênée outre mesure... Bref, elle était totalement prête à en découdre une nouvelle fois.

Herrade avait passé la nuit planquée dans les broussailles du littoral, épiant les moindres mouvements. Elle se sentait proche du but, et cette idée l'avait maintenue éveillée quasiment toute la nuit. Mais rien n'était venu perturber sa paisible surveillance, aussi s'était-elle octroyé quelques heures de sommeil juste avant l'aube - et même un peu après. Elle avait passé le matin suivant à longer la plage, s'aventurant quelques fois sur le sable, mais restant hors de vue la plupart du temps - la couleur de son pelage était plutôt aidante, pour le coup. Le soleil de printemps était maintenant haut dans le ciel, et le voir rayonner ainsi mettait la jeune louve dans une forme éblouissante, en plus d'un moral d'acier, tel qu'en avait pas eu depuis longtemps - surtout après sa rencontre avec un vieux ronchon sorti de la poussière des ans.

Alors qu'elle parcourait les environs, la silhouette d'une grosse carcasse au loin attira l'attention de la printanière, qui se demandait comment un animal d'une telle taille avait pu s'échouer jusqu'ici. Curieuse, elle décida d'aller inspecter tout ça, restant à couvert le plus longtemps possible. De très nombreux oiseaux recouvraient le cadavre, qui en fait, n'en était pas vraiment un, réalisa-t-elle plus tard... Un vieux machin tout rouillé oui, voilà à quoi ça ressemblait. Un espiègle sourire aux babines, Herrade décida de le baptiser "L'Aveugle déchu", et cette idée lui plut beaucoup. A tel point qu'elle eut fortement envie d'aller l'explorer, histoire de voir tout ça de plus près. Qui sait, ça pouvait faire une cachette idéale en plus, déjà qu'il n'y avait pas beaucoup de passage...

Souple et silencieuse, le bourreau trotta jusqu'aux abords de l'épave, sans la quitter des yeux. Fascinant, c'était un gros morceau ! En deux bonds agiles, elle trouva un chemin jusqu'à une surface plane et en hauteur, d'où elle regarda les environs. Surpris par son arrivée, les piafs qui s'y trouvaient - maculant quasiment toute la surface de leurs déjections, berk - s'envolèrent à grands renforts de cris et battements d'ailes. Hm, pas très discret, mais tant pis. Côté discrétion, elle avait bien d'autres alliées...

Faisant quelques pas, la jeune regarda autour d'elle, attentive aux moindres détails. Elle s'arrêta et marmonna quelque chose d'incompréhensible, mirant et guettant au niveau du sol, l'oreille tendue. Rien... Pas étonnant, elle se trouvait sur une carcasse de fer au milieu du sable, normal qu'il n'y ait pas d'araignées. Les locaux devaient plutôt être de type crabes ou crustacés... Pour la forme plus qu'autre chose, Herrade réemploya la langue arachnide, invoquant quelques unes de ses amies les plus rapides et adroites. Surgissant de sa coiffure, trois spécimens se glissèrent jusqu'au sol, puis s'infiltrèrent dans les crevasses de la soute, partant en quête d'indices d'un passage quelconque - ou d'une présence, qui sait. Comme ça, il n'y avait pas à se creuser pour trouver un chemin vers les étages inférieurs, et la fière printanière pouvait explorer le pont tranquillement.

Ce qu'elle fit, posant ses pattes avec délicatesse sur les planchers usés pour ne pas risquer de passer au-travers, se promenant entre les mats et dans les cabines quasiment effondrées. Un peu sinistre, mais définitivement sympa, comme endroit.
Revenir en haut Aller en bas
http://runedraconis.deviantart.com/
 
Et si le corbeau était fait comme un rat ? [Nacht et Herrade]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Territoires Estivaux :: Mer Intérieure-
Sauter vers: