Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 
Top friends

8831


Partagez | 
 

 Trop vieux pour ces conner...Bêtises. [Avy et Herrade]

Aller en bas 
AuteurMessage
L'Aveugle
Administratrice
avatar

Race : Hybride loup/chien
Masculin Messages : 392
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 19
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identitée du loup/chien
Rang: Bourreau
Popularité:
5/100  (5/100)
En couple ?: Non

MessageSujet: Trop vieux pour ces conner...Bêtises. [Avy et Herrade]   Dim 29 Avr 2018 - 17:05



Trop vieux pour ces conner...Bêtises.
Avec Herrade

L'Aveugle détestait les marais. Non. C'était un euphémisme. Il exécrait les marais. Ces odeurs putrides, contradictoires, toxiques, et ces sols boueux, piégeurs, infestés de reptiles en tout genre que l'Aveugle peinait à entendre. Et bien sûr : l'Eté s'était installée sur une terre pleine de marécages. Bien sûr. Ce serait trop simple sinon, n'est-ce pas.

D'ordinaire, le chien-loup ne s'éloignait jamais dans ces lieux sordides, peu désireux de s'y perdre ou d'y salir son pelage gris. De toute façon, il avait bien d'autres territoires à explorer, et préférait le faire en compagnie de Lukhe ou d'Arwen, étant bien moins aventureux qu'autre fois. Mais aujourd'hui était une journée où la paresse et les ralements ne pouvaient justifier son refus d'accéder à ces terres. En effet, Elijah lui-même, le "petit toutou de Sahondra" comme aimait ironiquement l'appeler l'Aveugle, avait personnellement ordonné la traque et la sanction de Kileen, la traitresse estivale. En temps que bourreau, le vieil estival n'avait eu guère la possibilité de rechigner (même s'il l'avait fait quand même). De toute façon, l'opportunité de donner une raclée à une ancienne tueuse comme l'était Kileen l'avait enthousiasmé sans qu'il le montre. La perspective d'une belle baston, et de se défouler un peu, était trop rare pour être refusée. Alors le chien-loup s'était mis en route, utilisant son flair hors du commun.

S'il s'était d'abord dirigé vers l'Hiver, où le dénommé "Nachtgewalt" avait tout commencé, l'Aveugle avait vite perdu la piste de la jeunette, à cause d'une tempête de neige récente. Agacé, il était alors retourné en Eté, se doutant que l'instinct de la traitresse serait probablement de s'y réfugier. Son odeur l'avait alors mené vers les fameux marécages où il se trouvait à présent, à son grand daim. Les moustiques bourdonnant autour de ses oreilles qu'il ne cessait d'agiter, la boue qui collait à son poil trop long, lui procurant des frissons de dégoût...Tout semblait liguer contre lui. Et évidemment, cela contribuait à sa mauvaise humeur.

La truffe dans la boue, l'Aveugle avançait prudemment, guettant l'arrivée d'un serpent, où le moment malheureux où il sentirait une de ses pattes s'enfoncer outre mesure dans un sable mouvant. Le soleil était haut dans le ciel, procurant une chaleur agréable le long de son dos, tandis que l'humidité lui collait au poil et à la peau. L'atmosphère était étouffante, et il était difficile de suivre l'odeur diffuse de Kileen parmi les multiples senteurs de fleurs, de boue, et de moisissure sous-jaccente. D'autres loups, de plus, étaient passés ici depuis peu, couvrant l'odeur de la tueuse, et l'Aveugle reconnaissait en particuliers celle de deux autres loups qu'il avait cru sentir en Hiver, ce qui pourrait confirmer son idée de trouver des traitres en Eté - ou simplement le passage d'intrus.

Finalement, le grand loup s'agaça de son avancée lente et exténuante dans la boue du marais, et s'écarta de la piste pour se poser sur un parterre de fleurs qui lui semblait plus sec que le reste du terrain. En grognant, il essaya de passer sa langue sur ses antérieurs pour en retirer le surplus de boue, puis cracha la terre avec dégoût au sol sans retenir ses jurons. Son estomac choisit de grogner à ce moment là. En soupirant, le chien-loup renifla dans l'air pour trouver l'odeur d'une proie pas trop lointaine...

...Mais seule une vive odeur de pourriture, étrangement familière, lui parvint.

L'Aveugle fit claquer sa mâchoire avec fureur et eut une moue agacée, son regard bleu brillant d'un éclat froid. Il se releva et décida à contrecœur de retourner pister la traitresse, quant soudain l'odeur le frappa de plein fouet.

C'était une odeur de printanier - de printanière, pour être exact.

L'Aveugle cligna des yeux plusieurs fois, cette odeur lui étant familière. Mais la proximité avec l'odeur de la traitresse était de bon augure : peut-être s'agissait-il d'un de ses comparses NuitsTernes ? Auquel cas l'Aveugle pourrait peut-être obtenir quelques informations intéressantes.

Un sourire froid éclaira son museau, tandis que discrètement il s'avança vers la source de cette odeur. Il fit le tour de cette dernière, jusqu'à se trouver à quelques mètres de cette dernière. Alors, dénué de l'envie de jouer l'espion, il s'écria suffisamment fort pour que l'autre l'entende, tout en restant prêt à lui bondir dessus si l'autre détalait :

-Eh toi ! La printanière ! Tu es bien loin de tes terres. Dis-moi, tu ne connaitrais pas la traitresse Kileen par hasaaaa...

Alors que son manque de subtilité lui semblait légèrement exagérée, même pour lui, la familiarité de l'odeur lui revint d'un seul coup :
C'était celle de la très agaçante gamine de Rage.

L'Aveugle s'arrêta en pleine phrase, stupéfait. La gamine semblait avoir bien grandie, d'après son odeur, et également d'avoir gagné en taille selon les bruits qu'elle produisait en se déplaçant. Puis, devant cette constatation, une autre se fit  :

L'Aveugle n'avait aucune envie de reproduire un défi de gaminerie comme la dernière fois. La boue était bien assez emmerdante comme ça !

Grommelant intérieurement, l'Aveugle modifia donc la fin de sa phrase :

-...aaaaah mais en fait non. Je m'en fous. J'espère que pour une fois, les veilleurs du coin feront bien leur travail.

Et sur ces paroles peu implicites et absolument impolies, il commença à s'éloigner, ayant d'autres combats bien plus intéressants à mener ailleurs pour s'autoriser une petite lâcheté. Lui qui était capable de magnifiques débats et d'un magnifique vocabulaire lorsqu'il le souhaitait, n'avait pas du tout envie de gâcher cela sur une printanière, pas plus qu'il ne voulait gâcher son énergie sur elle.

"Lâche !" ricana une voix mauvaise au fond de lui.

"Toi, silence !" répliqua intérieurement l'Aveugle.

Il était trop vieux pour ces conneries.



©️ codé par Michouille
Revenir en haut Aller en bas
Herrade
Spring is my life
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Runy
Féminin Messages : 159
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 23

Identitée du loup/chien
Rang: Bourreau
Popularité:
10/100  (10/100)
En couple ?: NIET

MessageSujet: Re: Trop vieux pour ces conner...Bêtises. [Avy et Herrade]   Lun 30 Avr 2018 - 10:23


Trop jeune pour perdre son temps

With le Vieux Ronchon

Du laisser aller. C'est ce que le jeune bourreau printanier pensait de son activité pour le clan dernièrement ; suite au résultat désastreux de la traque de Viehrs, dont elle était ressortie salement amochée, elle était restée reprendre des forces au Printemps, pestant contre son inconscience. Dire qu'elle était revenue indemne de la confrontation contre les NuitsTernes... Le sale traître au pelage blanc lui avait joué un bien mauvais tour.

Herrade repartait donc en chasse, l'humeur sombre de cette perte de temps. Elle boitait encore un peu, mais ça restait léger, aussi ne ménageait-elle pas ses efforts pour retrouver la piste des fuyards. Pour le moment, elle n'avait pas encore remis la patte sur Samarithin, mais son tour viendrait à lui aussi... Car pour l'heure, la providence lui avait envoyé un signe bien plus intéressant.

Retournant fouiller le territoire hivernal, elle était repassée sur le lieu de bataille contre l'albinos, mâchoires serrées en une mine désapprobatrice. Et dire qu'ils n'avaient pas échangé une seule parole... Drôle de danse. Partant de là, elle avait mis toutes ses connaissances de pisteuse en action pour débusquer un indice, une début de piste ou quoi que ce soit d'autre, mais c'était le hasard qui l'avait finalement guidée mieux que quiconque.

Alors qu'une averse lui tombait dessus, glaçant jusqu'à ses os, la verte était rendue dans les environs de l'abîme, et c'était plus le désir de trouver un abri que son instinct de traqueuse qui l'avait poussée à se faufiler entre les hautes parois de glace, puis à trouver une petite grotte... Qui avait visiblement déjà servi il y a peu. Elle eut un instant de stupeur en débusquant quelques restes de senteur de sa cible, qui en plus était accompagné de deux autres odeurs, plus ou moins reconnaissables. Celle d'une femelle, sûrement la louve blanche disparue avec le duo infernal. Et la dernière... Nacht en personne.

Son visage dur barré d'un sourire mauvais, la printanière était ressortie dare-dare, la truffe collée au sol. Il lui fallait suivre cette piste avant qu'elle ne finisse noyée. Et tant pis si elle attrapait froid, elle n'aurait plus pareille occasion !

Quelle joie de pouvoir quitter le froid du territoire hivernal pour la douce torpeur de celui de l'été..! Mais quel dommage que cette foutue piste la fasse arriver dans des marais puants et vaseux... Elle avait connu les estivaux un poil plus délicats que ça, et imaginait que jamais l'un d'entre eux ne devait s'aventurer ici. Entre les odeurs de pet, les mouches et autres insectes, mais aussi cette chaleur moite qui lui collait au poil, traquer les deux zigotos n'était franchement pas une partie de plaisir.

Et visiblement, ça n'allait pas s'arranger tout de suite.

Avançant à grands pas, alternant truffe au ras des pâquerettes et museau au vent pour ne pas perdre sa piste parmi toutes ces odeurs nauséabondes, Herrade avançait sans trop se soucier de son environnement immédiat, concentrée sur sa tâche. Jusqu'à ce qu'une voix grinçante et insupportable lui vrille les tympans, faisant remonter dans sa gorge la bile d'une forte contrariété - voilà que quelqu'un la surprenait encore. Si ç'avait été Vierhs, elle était bonne pour se faire perforer la couenne à nouveau...

-Eh toi ! La printanière ! Tu es bien loin de tes terres. Dis-moi, tu ne connaitrais pas la traitresse Kileen par hasaaaa...

Arquant un sourcil, la printanière en question se tourna vers l'origine de la voix, et marqua un temps d'arrêt en avisant le vieux loup gris qui l'apostrophait ainsi. Eh ben quoi, le vioc', il avait freezé avant de finir sa phrase ? Lui aussi était à la recherche d'une NuitTerne ? Eh bien, l'Alpha estivale se laissait également aller si elle confiat ce genre de tâches à un vieux croulant...

-...aaaaah mais en fait non. Je m'en fous. J'espère que pour une fois, les veilleurs du coin feront bien leur travail.

Fronçant les sourcils, Herrade laissa son visage s'orner d'une grimace mécontente. C'est quoi ces manières ?? Pour qui il se prenait ce vieux débris ?? Hors de question d'en rester là, elle avait des questions pour lui et il devait lui répondre !

« Minute, ça m'intéresse c'que tu cherches. »

Le ton était impérieux, et le bourreau se lança immédiatement à la suite de l'estival. Peu difficile à rejoindre, le bougre, il suffit à la donzelle de quelques pas et bonds souples pour se mettre dans son sillage, tandis que lui semblait galérer comme pas possible, comme s'il était...

« Eh mais attends, j'te connais toi ! T'es le vieux grincheux de la dernière fois !! »

La verte était stupéfaite, même si pour le coup, "la dernière fois" n'était pas l'expression temporelle la plus adaptée pour désigner leur dernière rencontre. Avec le recul, elle avait l'impression que mille ans s'étaient écoulés depuis cette désagréable rencontre sur la plage... Se portant à la hauteur du ronchon, et ne se privant pas de le détailler sous toutes les coutures - sacré coup d'vieux qu'il avait pris quand même - la printanière reprit le ton plus ferme des affaires.

« Tu es à la recherche de la NuitTerne estivale ? Le traître printanier est passé par ici, tu as des informations le concernant ? »

S'il était comme elle missionné contre les derniers adeptes du corbeau, c'est qu'il était bourreau aussi ? Quelle surprise... Jamais Herrade n'aurait pensé faire pareille rencontre aujourd'hui. Elle ne savait pas si c'était quelque chose de positif ou de négatif, attendant le bon-vouloir de son vis-à-vis par rapport à ses questions ; au pire, s'il rechignait à lui partager des informations, elle pourrait toujours lui jeter de la vase au visage. Comme si cette idée impertinente faisait rejaillir en elle la jeune effrontée qui venait jadis se promener en été, la demoiselle reprit un ton sincèrement incrédule, jaugeant son compagnon de route.

« J'arrive pas à croire que tu sois encore vivant. »

(c) Herrade
Revenir en haut Aller en bas
http://runedraconis.deviantart.com/
L'Aveugle
Administratrice
avatar

Race : Hybride loup/chien
Masculin Messages : 392
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 19
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identitée du loup/chien
Rang: Bourreau
Popularité:
5/100  (5/100)
En couple ?: Non

MessageSujet: Re: Trop vieux pour ces conner...Bêtises. [Avy et Herrade]   Mar 8 Mai 2018 - 12:04



Trop vieux pour être patient
Avec Herrade

"Minute, ça m'intéresse c'que tu cherches !"

L'Aveugle avait oublié cette manière disgracieuse de s'exprimer - et cela ne lui avait pas manqué. En un sens, cela lui rappelait celle de parler de Lukhe, mais ce dernier n'était pas aussi rustre dans sa voix - et nettement moins agaçant. Il leva les yeux au ciel, mais ne s'arrêta pas, peu disposé à communiquer avec la gamine printanière, même si elle pouvait avoir des informations. Et d'abord, que faisait-elle là ? Son père ne lui avait jamais appris à ne pas marcher sur les plates-bandes des autres ?

Malheureusement, la printanière n'attendit pas qu'il lui réponde et se lança à sa suite, dans de désagréables bruits spongieux de boue. Elle était rapide, la bougresse, probablement très entrainée. L'Aveugle devinait une musculature importante devant de si contrôlés mouvements, et il aurait pu en être respectueux si il n'en avait pas rien à foutre. Il soupira.

-Dégage, pot-de-colle, avant que je ne te foute une raclée...marmonna-t-il sans aucune subtilité.

Ca avait le mérite d'être clair, à défaut d'être élégant, et c'était également parfaitement sincère. Mais la gamine de Rage semblait peu s'en préoccuper, et dans une réminiscence soudaine, elle s'exclama :

-Eh mais attends, j'te connais toi ! T'es le vieux grincheux de la dernière fois !!

L'Aveugle se raidit devant cette appellation peu glorieuse et lui jeta un regard méprisant, tandis qu'un sourire sarcastique lui montait à la gueule.

-Et c'est moi qu'on dit aveugle...ricana-t-il froidement.

Il soupira et accéléra le pas, se redressant. Il avait beau être vieux, il était encore fort et vigoureux, et n'aimait pas qu'on utilise son âge pour justifier une pseudo-vulnérabilité - ce dont la printanière semblait convaincue. Une branche basse lui racla la tête et il l'évita de justesse, déconcentré par la présence de la gamine. Il grogna, tandis que l'autre poursuivait d'un ton ferme :

-Tu es à la recherche de la NuitTerne estivale ? Le traître printanier est passé par ici, tu as des informations le concernant ?

-Même si j'en avais, lâcha l'Aveugle en réponse, pourquoi je les partagerais avec toi ? Je n'ai pas besoin de ton aide, que je sache.

L'autre marqua un temps avant de finalement répondre sur un ton tellement innocent que c'en était douloureux :

-J'arrive pas à croire que tu sois encore vivant.

C'en était trop pour le chien loup qui fit volte-face en grognant brutalement, la fixant de son regard voilé sans toutefois la voir. Il s'avança vers elle jusqu'à être à quelques centimètres de son museau.

-Je n'ai pas la patience de tolérer tes insultes, gamine...gronda-t-il avec un sourire furieux. Je suis bourreau estival, je ne suis ni ta nourrice, et encore moins ton ami ! Alors je vais être clair : oui, j'ai des informations sur ton printanier, et non, je ne les partagerais pas avec toi...A moins...

Il redressa les oreilles, et un sourire moqueur naquit sur ses babines, tandis qu'une lueur naissait dans ses yeux bleutés :

-...A moins que tu ne me présentes des excuses. Peut-être que là, je serais d'humeur plus...Généreuse. Autrement, tu as intérêt à déguerpir. Je suis peut-être un "vieux grincheux", mais je suis celui qui affronta ton père autrefois, et s'en sortit sans aucune cicatrice. Crois-moi, tu n'as pas envie que je m'énerve vraiment.

L'arrogance dans ses paroles dissimulaient une réelle envie belliqueuse, ainsi qu'une grande lassitude. L'Aveugle utilisait l'argument du combat avec Rage plus parce qu'il se souvenait de l'admiration de la printanière pour ce dernier, que par réel exploit de combat - puisqu'il s'estimait meilleur combattant que le grand vétéran.

Il espérait ainsi la faire déguerpir. Car il n'avait aucun espoir de la voir collaborer - elle avait au moins cette fierté en commun avec son guerrier de père.


©️ codé par Michouille
Revenir en haut Aller en bas
Herrade
Spring is my life
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Runy
Féminin Messages : 159
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 23

Identitée du loup/chien
Rang: Bourreau
Popularité:
10/100  (10/100)
En couple ?: NIET

MessageSujet: Re: Trop vieux pour ces conner...Bêtises. [Avy et Herrade]   Mar 15 Mai 2018 - 11:55


Trop jeune pour perdre son temps

With le Vieux Ronchon

Visiblement, la santé mentale du vieux bougon ne s'arrangeait pas, voilà qu'il marmonnait dans sa barbe sans lui prêter la moindre attention... A moins que ce soit dû à l'âge ? En tout cas, il n'allait pas en s'arrangeant, et cette deuxième découverte n'était pas bien joyeuse aux yeux d'Herrade. Si seulement elle était tombée sur quelqu'un d'autre que lui... Mais pour mener à bien sa mission, elle pouvait bien faire quelques sacrifices. Voilà pourquoi elle persistait à talonner le gris, attendant un peu de bonne volonté de sa part. Lorsqu'il déclara ne pas avoir besoin de son aide, la jeune tiqua ; elle n'avait de toute façon jamais proposé de l'aider, où il avait vu ça ? A la rigueur, elle aurait pu partager des informations, mais comme elle n'en avait aucune sur la traîtresse estivale... Avant qu'elle n'ait pu mettre les choses au clair, l'aveugle se retourna, fulminant, et vint se planter devant elle. Elle ne recula pas d'un iota, se campant au contraire fermement sur ses pattes et plissant les yeux. Héhé, au moins, maintenant qu'elle avait grandi, il était beaucoup moins impressionnant...

- Je n'ai pas la patience de tolérer tes insultes, gamine... Je suis bourreau estival, je ne suis ni ta nourrice, et encore moins ton ami ! Alors je vais être clair : oui, j'ai des informations sur ton printanier, et non, je ne les partagerais pas avec toi...A moins...

Wow, minute, première nouvelle, il était bourreau ?? Dans son état et à son âge ? Fallait-il que l'été manque de bons éléments... Quoi qu'il en soit, la suite des propos du vieux schnock ne firent qu'horripiler un peu plus la "gamine", qui commençaient à en avoir ras-le-bol de ses manières. Il n'était bon qu'à râler, ou ça lui arrivait de bosser, de temps en temps ? Elle n'en attendit pas moins la suite, souhaitant voir quelle nouvelle énormité il allait sortir.

- ...A moins que tu ne me présentes des excuses. Peut-être que là, je serais d'humeur plus...Généreuse. Autrement, tu as intérêt à déguerpir. Je suis peut-être un "vieux grincheux", mais je suis celui qui affronta ton père autrefois, et s'en sortit sans aucune cicatrice. Crois-moi, tu n'as pas envie que je m'énerve vraiment.

Herrade commença par lever les yeux au ciel, secouant la tête avec un air affligé. Des excuses, et puis quoi encore... Ce loup avait décidément un ego surdimensionné, c'était usant. En revanche, la mention d'un combat contre son père la troubla, et elle fronça les sourcils. Rage ne lui en avait jamais parlé, de ce combat... Sûrement que l'autre mentait, voilà tout. Sans aucune cicatrice... voilà qu'il voulait souiller l'honneur de son père en plus de lui courir sur le haricot ! Sentant la colère enfler, la printanière poussa un bref soupir exaspéré, avant d'approcher à son tour son museau du mufle à poils gris. Elle ne se gêna pas pour parler bien fort, qui sait, il était peut-être un peu sourd aussi, et elle voulait que le message rentre.

- PRIMO ! Je ne suis pas là pour copiner ou pour bayer aux corneilles ; figurez-vous, môssieur le bourreau estival, que vous vous adressez à votre homologue printanier, que ça vous plaise ou non.

Petit à petit, elle sentait la moutarde lui monter au nez, mais tâcha de se modérer en reprenant tout de suite, sans laisser le temps à l'autre de glisser une énième jérémiade.

- SECUNDO ! Et ce ne sera pas long. Des excuses ? Bonne blague. Je n'ai fait que décrire ce que je voyais... mais forcément, comme ça ne t'est pas arrivé depuis longtemps, je comprends que tu ne sois plus vraiment au fait.

Parfaitement gratuit, mais ça faisait du bien. Une fois de plus, elle engagea à nouveau, parlant un poil plus fort sous l'effet de la colère ; on abordait un sujet plus sensible. L'estival ne pouvait profiter du spectacle, mais peut-être sentirait-il l'intensité du regard perçant qu'Herrade dardait sur lui.

- TERTIO ! Je me moque de tes salades de vieux combattant, et tant que tu ne m'auras pas affrontée, tu ne seras pas à même de juger mon niveau, alors mets-là un peu en sourdine, papi.

Fulminant à son tour, elle resta un instant le cou dressé devant le gris, jaugeant ses prunelles laiteuses, mâchoires serrées. Elle ne parvenait pas à décolérer, voilà qui n'allait pas l'aider pour sa traque ! Décidément, quelle guigne d'avoir croisé la route de ce vieux cabot... Soupirant à nouveau, la printanière se détourna, contournant l'adversaire. Parvenue à son côté, elle s'arrêta, glissant un dernier point à voix basse, mais ferme.

- Oh, et un petit quarto, tant qu'on y est... Ne fais plus mention de mon père. Tu n'es pas digne de sa mémoire.

Rincée de la proximité avec son homologue, elle fit quelques pas, avant de le regarder par-dessus son épaule, attendant sa réaction. Allait-il seulement se décider à lui dire quelque chose sur son traître, ou pouvait-elle repartir dès maintenant, les libérant tous deux de cette désagréable entrevue ?

(c) Herrade
Revenir en haut Aller en bas
http://runedraconis.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trop vieux pour ces conner...Bêtises. [Avy et Herrade]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trop vieux pour ces conner...Bêtises. [Avy et Herrade]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Territoires Estivaux :: Marais de la Désolation-
Sauter vers: