Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna

Aller en bas 
AuteurMessage
Viehrs
Ministre Saladique
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carnival, Cicou0, un.kanny, Kanu
Masculin Messages : 153
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Reclus
Popularité:
20/100  (20/100)
En couple ?: Libertin.♥

MessageSujet: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Mar 24 Avr 2018 - 22:55

Viehrs ft. Faïryna

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH



Partir de l'Hiver pour venir en Eté, où il était encore activement recherché, n'était guère une idée glorieuse, aux yeux de Viehrs. Si les hivernaux semblaient avoir outrepassé le meurtre qu'il avait commis sur leurs terres, les estivaux eux n'avaient absolument pas digéré l'incendie qu'il avait déclenché; obligeant Viehrs à se montrer beaucoup plus vigilant qu'il n'avait envie de l'être. Ajoutons à cela les moustiques qui le harcelaient quotidiennement et la chaleur empreinte d'humidité, qui étaient encore plus présents aujourd'hui que quand il était venu déclencher ce fameux incendie. Viehrs en venait à regretter le froid mordant de l'hiver. D'autant plus qu'au moins, malgré le froid, la neige hivernale le camouflait. Ici, à travers les feuillages denses, son pelage était repérable à des kilomètres. Impossible de ne pas voir son regard attiré par l'éclat de son pelage, dénotant complètement avec la verdure luxuriante. L'hermaphrodite pesta. Auparavant, en tant que Nuiterne, il avait acquis un manteau noir qui camouflait sa fourrure; mais la bataille l'avait réduit en lambeau. Et Viehrs n'avait plus aucun moyen de se protéger des rayons du soleil. D'ailleurs, l'albinos était persuadé que la brûlure qu'il ressentait sur le bas de son dos était due à un méchant coup de soleil. Dire qu'il pensait que la température lui rappellerait celle du printemps...Il était bien loin de la vérité.

Il soupira. Il faut dire qu'il soupirait très souvent, ces derniers temps. Malgré-lui, l'hermaphrodite était devenu de plus en plus vigilant. Il arrivait mieux à camoufler le bruit de ses pas ( ce dont il se fichait éperdument avant ) et faisait plus attention aux odeurs qu'il pouvait capter, afin de se garder éloigné du chemin des autres loups. La sensation d'isolement lui serrait encore un peu le coeur, mais à force de méditation, l'albinos commençait à s'y faire. Il n'en était pas encore au stade où il se roulait dans la terre pour camoufler sa propre odeur, il avait encore trop de dignité pour s'abaisser à un tel acte. Disons qu'à le voir, on aurait presque pu croire qu'il s'était reconverti dans le métier de tueur. Il s'arrêta à cette pensée et gloussa. Beaucoup devaient déjà le considérer comme un assassin. Peut-être était-ce là sa voie ! Enfin, il était bien inutile de songer à cela, tant qu'il vivait en dehors de la protection d'un clan.

Viehrs cherchait un peu d'ombre dans les Ruines de Nestarias. Le lieu avait l'avantage de posséder encore certaines parties d'édifices tenant debout et qui pouvaient le cacher des rayons du soleil. De plus, la pierre était toujours au moins un peu fraîche quand on s'y collait. De quoi s'accorder un moment de répit. Qu'il l'ait mérité ou non.
Il était à la fois là volontairement, et en même temps il ne faisait que passer. Au moins, dans ce dédale de ruines, Viehrs pouvait facilement échapper à ses traqueurs ou au moins les faire tourner en bourrique. Cela ne lui plaisait guère, de devoir réfléchir ainsi. Mais enfin, son esprit ne faisait que s'adapter à son seul but poursuivi : survivre.


Une odeur mit ses sens en alerte. Une odeur manifestement étrangère au lieu, de pluie, de feuilles mortes et d'épices. Clairement pas une odeur estivale. Viehrs examina autour de lui : il n'était pas dans un cul-de-sac et pourrait s'enfuir en cas de besoin. Si cette odeur appartenait bien à un automnal, alors Viehrs avait déjà un peu moins de souci à se faire. Après tout, les automnaux n'avaient à priori rien à lui reprocher, du moins pas personnellement. Cela n'empêchait en rien sa méfiance, mais enfin, peut-être ce loup là ne lui sauterait pas directement à la gorge. Ca l'arrangerait franchement. L'albinos était las de fuir la moindre compagnie, mais la confrontation le lassait bien plus encore. Ne souhaitant pas être prit par surprise, Viehrs se faufila afin de se placer en hauteur. De sa position surélevée, le soleil lui tapait un peu plus sur le dos mais au moins il pouvait voir l'inconnu arriver.

Entre ses crocs, l'hermaphrodite soupira une prière presque inaudible.

« Ô dieux de ce monde, faites qu'il ne s'agisse pas d'un opiniâtre traqueur. »

Pour une fois, il ne s'annonça pas le premier. Si l'autre ne le voyait pas, il en serait bien aise. Il était toujours tiraillé. Viehrs ne fuyait jamais au contact des autres...Sauf quand les autres cherchaient inlassablement à mettre fin à ses jours. Un soupir lui échappa, encore un autre.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Code Pimpé by Kannubis
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identitée du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Mer 25 Avr 2018 - 12:59

Cela faisait déjà quelques jours que les terribles événements touchant les LibreLunes s'étaient déroulés sur le territoire hivernal. Les Nuitsternes pour leur grande majorité s'étaient envolés comme une brume insaisissable, laissant les Clans trahis sur leur rage de ne pas les avoir attrapés.
Du côté de l'Automne, c'était Göttin et Abglanz qui nous avaient échappés.
Ainsi, une fois de retour au camp, Daeron envoya des espions, des tueurs et des volontaires à leur recherche. Les espions et les tueurs pouvaient se permettre d'aller enquêter, quitte à aller sur les territoires des autres Clans, étant donné leur capacité incroyable de discrétion. On s'était répartis rapidement des zones de recherches sur tout FourSeasons. Certains avaient fait le choix de rechercher sur les terres neutres, me créant une petite boule d'angoisse. J'étais anxieuse pour Lathraios. Faites qu'ils ne le trouvent pas et qu'il se mette suffisamment à l'écart !
En attendant, l'heure n'est pas à s'inquiéter pour l'aveugle ailé. J'ai une mission, et je compte bien y aller jusqu'au bout.
Pour ma part, j'ai choisi le territoire de l'Eté. Pourquoi ? J'ai choisi rapidement, c'est tout, j'avais pas envie de m'embêter dix milles plombs à me demander quel endroit choisir puisque tous sont à fouiller. Et puis personne ne semblait décidé à le prendre, alors bon. Sûrement cet sentiment d'humilité face aux événements auxquels s'étaient confrontés bien avant les estivaux. Et bien écoute, là on a deux traîtres à attraper, donc on compatira plus tard.
C'était la seconde fois que j'allais sur le territoire estival, en sachant que ma première visite se situait du côté des cascades de Nienor. C'est là que j'avais rencontré le dénommé Loki, qui m'avait fort bien aidée comme j'étais tombée dans les pommes. Enfin, je l'avais rencontré là quand c'était encore accessible. Là je débarquais sur un territoire totalement inconnu, un des nouveaux conquis par l'Eté.
Ici, c'était pas du tout mais alors là pas du tout comme les cascades. Moustiques, air étouffant et compagnie, merci d'avoir pensé à la bonne touffe de fourrure que j'ai. J'ai le pelage collé à cause de la transpiration et de l'humidité ; autant dire que c'est très loin d'être agréable. Je comprends.... mieux pourquoi personne ne voulait prendre ce secteur pour les recherches bon sang. Enfoirés. Grumpf.
Au bout d'un moment, je pus apercevoir à travers les lianes et la cime des arbres encombrants visuellement, une structure en pierre, semblait-il comme un temple. De loin comme ça, elle me fit penser au temple qui se trouve pas loin de l'Etang aux feuilles d'Automne.
Dois-je arrêter là mes recherches ou continuer ? Continuer bien sûr, quelle question. Ce lieu, au fur et à mesure que je me rapproche, semble une très bonne cachette ou un très bon abri. Ce serait de l'idiotie de ne pas y jeter un coup d'oeil.
Je me rendis rapidement qu'il s'agissait en réalité de ruines, et non pas que d'un seul bâtiment. On voyait des habitations dégradées et délaissées par le temps. Quel lieu étonnant. Faut que je sois prudente, sait-on jamais. J'ai entendu parler de serpents, de tigres et autres trucs très très très sympathiques, surtout pour les loups empiétant sur leur territoire.
Soudainement, je me stoppai net, le poil redressé. Une odeur. Je baissai les oreilles, et me mis à couvert, rasant les murs, méfiante, reprenant ma marche silencieuse. Cette odeur.... quelle est-elle ? J'ai du mal à l'identifier à cause de toutes celles qui la brouillent. Ce qui est sûr, c'est que c'est celle d'un loup.
Mes oreilles se dressèrent quand des soupirs leur parvinrent. Soupirs ? Je relevai la tête. Hmm, je n'arrive pas à voir si le loup se trouve bien ici. Un sourire ironique étira le coin de mes babines, une lueur déterminée dans les yeux. Dans ce cas-là, on va le vérifier.
J'escaladai discrètement moult petits obstacles, et enfin le pelage immaculé de l'autre fut discernable par mes émeraudes. Je m'arrêtai, derrière lui, à une distance respectable au cas où il essayerait de m'attaquer dans une lubie suicidaire. Je l'observais, l'identifiant. Un éclair de compréhension traversa mes yeux. Le traître du printemps. Celui qui s'est volatilisé avec Nacht.
Ca pourrait être une bonne source d'informations sur ses camarades traîtres automnaux. Je vais essayer de lui extorquer ce dont j'ai besoin. Je pris une inspiration, et lançai, impassible :

- Bonjour.

Mieux valait ne pas l'effaroucher, car quelle déception s'il s'enfuyait sous le coup de la panique. Mieux vaut ne pas paraître agressive ou autre. Restons calme, neutre, et tout devrait bien se passer sans effusions de sang. Non pas que faire couler le sang me dérange outre que cela, surtout en étant une tueuse, mais je pense que quelqu'un d'autre, je cite au hasard l'Alpha printanière, Seira, voudra mieux s'y essayer.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Viehrs
Ministre Saladique
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carnival, Cicou0, un.kanny, Kanu
Masculin Messages : 153
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Reclus
Popularité:
20/100  (20/100)
En couple ?: Libertin.♥

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Mer 25 Avr 2018 - 17:03

Viehrs ft. Faïryna

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH


L'albinos scrutait les alentours devant lui. Ce qui, immanquablement, lui conféra un air bien stupide, quand la menace vint en réalité de derrière lui. L'individu devait être particulièrement silencieux, car Viehrs n'avait pas du tout entendu ses pas. Une telle mesure de discrétion ne pouvait venir que de deux rangs : soit un tueur, soit un espion. Dans le premier cas, l'albinos serait bien embêté. Dans l'autre, il aurait trouvé un moyen de s'échapper. Une voix féminine s'éleva derrière lui, à tout de même une certaine distance de sa personne. Une voix qu'il ne reconnaissait guère, sur laquelle il ne plaçait aucun visage. Elle ne se perdit pas dans des grands discours, elle ne le menaça même pas. Tout ce qui parvint aux oreilles de Viehrs, ce fut une froide salutation :

« Bonjour.»


Un instant, l'hermaphrodite leva les yeux vers le ciel, comme pour vérifier que le choix de la salutation correspondait au bon moment de la journée. S'en étant assuré, il sourit pour lui-même. Cela n'avait d'importance pour personne, à part pour quelqu'un d'aussi méticuleux ( et chiant.) que lui. Viehrs ne se retourna pas brusquement, loin de là. Il fit volte-face gracieusement, ainsi qu'il eut s'agit d'un pas de danse. Le mouvement firent s'entrechoquer les ornements de sa chevelure dans un petit tintement à peine audible.

Quand il fut face à celle qui l'avait interpellé, les yeux de Viehrs se plissèrent de curiosité autant que de surprise. Si la voix ne lui avait rien évoqué, le visage de la femelle ne lui était, lui, pas inconnu. Concrètement, il ne la connaissait en rien, pas même son nom. Cependant, lors de la bataille contre les Librelunes, il l'avait d'abord aperçue aux côtés de Daeron, son Alpha; puis aux côtés de Lathraïos, un de ses comparses traîtres. Les oreilles de Viehrs se dressèrent vivement. Oui, il avait bien aperçu cette louve dans une posture équivoque durant la bataille, qui aurait pu faire croire qu'elle avait cherché à protéger pas seulement un traître, mais en plus un solitaire ! L'albinos s'interrogea sur leur lien, car il était certain qu'ils se connaissaient, mais il ne savait pas en quels termes. Quoi qu'il fut de leur relation, il s'en fichait éperdument, ne jugeait rien; lui ne voyait que le potentiel que pouvait avoir cette information. En sa faveur, bien évidemment. Le sourire de Viehrs se tinta de sarcasme, mais il se garda bien de parler tout de suite.

La louve s'était approchée de lui sans animosité, simplement prudente et précautionneuse, tout comme il l'était. Rien que pour cela, Viehrs louait déjà le ciel : il ne sait pas par quel miracle il s'en serait sorti si cette louve si discrète l'avait attaqué dans son dos. L'hermaphrodite la salua solennellement en retour, d'un signe de la tête; mais conserva son mutisme. Il la jaugeait du regard, sans aucune gêne. Elle n'était pas plus grande que lui, mais était beaucoup plus taillée pour le combat, en témoignait les muscles qui roulaient sous son pelage noir à chacun de ses mouvements. La louve était clairement adulte, son visage n'avait rien de celui d'une gamine naïve. Elle possédait un regard vert perçant, qui était fixé sur lui et semblait le jauger en retour. Sa fourrure noire était égayée par de vives couleurs qui se côtoyaient sans se mélanger. Un pelage si particulier, Viehrs n'aurait pas pu l'oublier si facilement.

Il se mit rapidement à supposer que l'automnale n'était pas venu pour lui faire la peau, sinon elle aurait probablement profité de l'effet de surprise pour éviter de goûter à la lame meurtrière de ses poignards. Viehrs n'était toujours pas fixé sur son rang, ce qui ne l'arrangeait pas. En même temps, il ne voyait pas pourquoi les automnaux le rechercheraient.

Doucement, Viehrs s'assit et enroula dignement sa queue autour de ses pattes, la tête haute et sa coiffure ramenée sur une de ses épaules. Ses mèches étaient rabattues de manière à dissimuler partiellement la cicatrice sur son visage. Fixant l'automnale en regardant à demi au dessus de ses verres, l'albinos s'exprima, de sa voix toujours tellement empreinte de calme qu'on aurait pu croire que tout allait parfaitement bien dans sa petite vie tranquille :


« C'est si aimable de ta part d'avoir daigné me saluer, je ne puis que t'en savoir gré.» Il ferma ses yeux un instant, pour écouter aux alentours la végétation, toujours méfiant quant à la possibilité qu'on lui tende un guet-apens. Il jaugea un moment la distance entre sa gueule et ses poignards, en cas de revirement de situation trop brusque; mais ne voyant rien, il continua. « Nonobstant ma reconnaissance, qu'on saura futile pour une chose si simple, permet moi de te questionner; quant au fait que tu ne m'aies pas attaqué alors que tu en avais l'occasion. »

Le sourire de Viehrs s'accentua encore, si c'était possible, allant jusqu'à dévoiler un peu ses crocs. Il espérait que sa supposition serait juste, mais savait mieux que de se perdre en précipitations. Surveillant toujours minutieusement les gestes de l'automnal au pelage coloré, Viehrs s'enquit :

« Ne suis-je qu'une rencontre fortuite ou était-ce ma personne que tu étais venue chercher personnellement ? »

Il avait presque totalement ravalé son sarcasme et ses paroles n'étaient empreintes d'aucune irritation. Après tout, ce dont il voulait s'assurer, c'est que ce clan là au moins ne le traquait pas. Car après tout, il n'était loin de réfléchir avec ses muscles ( d'ailleurs, inexistants.) et si un clan n'entretenait aucun bellicisme à son égard, ce n'est pas lui qui irait déclencher volontairement sa fureur.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Code Pimpé by Kannubis
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identitée du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Mer 25 Avr 2018 - 22:04

Mes craintes quant à ce que le traître s'en aille sous le coup de la menace que je pourrais éventuellement représenter se turent quand il s'assit tranquillement sur son fessier. Ouf, c'est bon, il ne s'est pas enfui comme une petite dinde paniquée. Il faut dire que j'en ai entendu des belles sur sa façon de s'éclipser comme une poule mouillée à chaque fois qu'il se retrouvait face à une situation périlleuse. M'enfin, de mon simple avis est-ce plus un instinct de survie totalement justifié que de la pure lâcheté. Battre retraite pour s'en sortir ce n'est pas fuir. « Mentir si c'est pour s'en sortir, c'est pas mentir ». Ce souvenir me fit sérieusement rembrunir, ajoutant une nuance sombre à mon impassibilité.
En attendant, l'ancien printanier s'était mis à me répondre aussi.

- C'est si aimable de ta part d'avoir daigné me saluer, je ne puis que t'en savoir gré.

Il semblait aussi méfiant que je l'étais, et pour cause. J'étais curieuse de ce que ces airs de personne polie et courtoise cachaient comme objectifs. Je me taisais, attendant patiemment la suite, l'air nonchalant alors qu'intérieurement je suis sur le qui-vive. Qui sait quelles fourberies il pourrait tenter ?

-Nonobstant ma reconnaissance, qu'on saura futile pour une chose si simple, permet moi de te questionner; quant au fait que tu ne m'aies pas attaqué alors que tu en avais l'occasion.

J'arquai un sourcil devant son audace. Ah oui ? Alors comme ça c'est l'enquêtrice qui se fait interroger ? C'est un petit rigolo celui-là dis donc. Et c'est dit comme ça avec le sourire, l'expression affable. J'eus un sourire en coin tolérant devant ce calme arrogant.

-Ne suis-je qu'une rencontre fortuite ou était-ce ma personne que tu étais venue chercher personnellement ?

AHA. Il stresse. Ahlala je sens que je vais m'amuser moi. Alors amusons-nous.
Je le toisai de haut en bas, le détaillant d'un esprit analyseur. Ca sent que ça fait pas son footing matinal quotidien hein. Quoi qu'il en soit, je pensais pouvoir le neutraliser si la situation le nécessitait. Un sourire franc étira mes babines, faisant pétiller mes yeux dans un mélange d'ironie et de malice.
Je levai les yeux et les sourcils au ciel dans une gestuelle amusée, prenant une inspiration.

-C'est sûr que toutes les louves et les loups de Four Seasons sont à la recherche du grand et géniallissime Viehrs, incroyable traître printanier et bourreau des cœurs. , dis-je dans une moquerie piquante.

Je me rendis compte de la justesse du dernier titre que je lui avais involontairement, dans l'inspiration, désigné. Je re-pensais aux rumeurs sur Seira et le visage détruit que je lui avais remarqué sur le champ de bataille au milieu d'autres combattants. J'avais eu mal pour elle. Mal par compassion, aussi parce que je comprenais ce qu'elle avait ressenti. Quel choc de voir la personne qui nous tient le plus au cœur nous trahir ainsi. Lathraios...
Mon regard, s'il se ternit brièvement, se re-mit à briller avec détermination. C'est pas le moment. J'ai du pain sur la planche.
Je me mis à me mouvoir lentement et souplement vers le nouveau solitaire, raccourcissant la distance entre nous deux d'une démarche ondulée. Je m'arrêtai, ne voulant pas l’apeurer ou autre. J'eus un sourire sarcastique.

-M'enfin voyons, tu te doutes bien que si je suis à ta recherche, j'irais tout de suite le gueuler dans la forêt. , lançai-je avec ironie.
J'allais le laisser mijoter. Pourquoi répondrais-je à sa question ? Pour ses beaux yeux ? Par contre... lui as des informations qui m'intéressent assez compte tenu de ma mission.
Je m'assis sur mon fessier, dans le souci de ne pas l'effaroucher par une quelconque action involontaire qui lui ferait prendre ses résolutions pour filer.

-D'ailleurs, ça m'étonne que tu sois tout seul, tu n'es pas avec tes amis Nuit-ternes ou encore mieux, Nachtgewahlt et sa captive ? , soufflai-je comme si c'était la plus naturelle des questions.

On penserait presque que je me tape la discussion avec un vieil ami dont je prends des nouvelles, avec cette question posée si innocemment et tranquillement. Si j'avais eu une cigarette, j'aurais certainement lancé une fumée sirupeuse avec classe, et on aurait facilement pu placer un décor de bar avec deux verres d'alcool, un pour lui et un pour moi.
C'était comme le jeu de celui qui soutirerait le plus d'informations de l'autre sans se révéler. C'était assez excitant à vrai dire, et l'adrénaline de l'action commençait à se libérer dans mon corps, doucement.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Viehrs
Ministre Saladique
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carnival, Cicou0, un.kanny, Kanu
Masculin Messages : 153
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Reclus
Popularité:
20/100  (20/100)
En couple ?: Libertin.♥

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Ven 27 Avr 2018 - 0:50

Viehrs ft. Faïryna

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH


Dès qu'il vit le sourire sarcastique de l'automnale, Viehrs regretta d'avoir été trop poli et pas assez tranchant. Elle n'avait pas encore parlé que Viehrs sentait déjà qu'elle se fichait de lui; et ouvertement avec ça. Si ce comportement mimait celui de Viehrs, lui se vantait de l'appliquer avec tout de même un peu plus d'élégance. A voir le regard qu'elle portait sur elle, il était certain qu'elle le connaissait et savait parfaitement qui il était. Ca lui épargnerait certes les présentations; sauf que ça l'empêchait d'emblée d'envisager même de manipuler la louve noire, ou en tout cas pas grâce à son ignorance. Il tiqua en la voyant lever les yeux au ciel et de prononcer avec une moquerie à peine dissimulée :


« C'est sûr que toutes les louves et les loups de Four Seasons sont à la recherche du grand et géniallissime Viehrs, incroyable traître printanier et bourreau des cœurs. »

Quel manque de respect à sa personne ! Et lui qui s'était voulu si courtois et solennel. Le printanier redressa encore un peu la tête ( il allait finir par se filer un torticolis ) et renifla avec mépris, avant de lever les yeux au ciel à son tour. Il détestait qu'on se moque de lui et encore plus quand c'était de manière parfaitement explicite. Lui qui s'était rassuré que la louve n'essaie pas de le tuer, regrettait presque ses prières. La mention de "bourreau des coeurs" firent s'arquer ses sourcils de confusion. Il ne savait guère que sa réputation de séducteur s'était en allée jusqu'en automne, mais son ego ne pouvait que s'en sentir profondément flatté, ce qui compensait un peu sa vexation. Son irritation était invisible sur son visage, dissimulée derrière son sourire d'apparat. Il se consola et se calma en se disant que si elle continuait, c'est elle qui finirait par repartir bredouille.
Viehrs ne recula pas lorsque la louve s'approcha de lui et garda son regard planté dans le sien, une certaine lueur de défi illuminant ses iris. Il parvint à retenir les répliques cinglantes qui lui venaient, par la seule volonté de garder sa dignité. Après tout, s'abaisser à des insultes de bas étages pour cette petite louve colorée ? Jamais. Mieux valait la laisser déblatérer tous les propos qui lui plaisaient sans manifester d'affection. Viehrs, après tout, commençait à devenir imperméable à la haine primitive de ses congénères. Ainsi, il continua à toiser l'automnale avec supériorité, le dos et la tête droites.


« M'enfin voyons, tu te doutes bien que si je suis à ta recherche, j'irais tout de suite le gueuler dans la forêt. »


Et bien, vu que les estivaux le recherchaient aussi, une de plus ou de moins, cela lui importait peu. Il poussa un petit soupir de compassion empreinte de mépris à l'égard de l'automnale colorée, mais se retint toujours de parler. Malgré son attitude moqueuse et assurée, Viehrs n'avait aucun mal à voir clair dans son jeu. Ce qui lui fit penser qu'elle n'était définitivement pas une espionne, sinon son attitude serait plus minutieuse et calculatrice. Si elle ne lui avait pas sauté dessus, c'est qu'elle voulait quelque chose de lui. Qu'elle le traquait véritablement ou pas, le but poursuivi était le même; Viehrs pouvait donc se passer de réponse à sa question, bien que le manque de politesse ne lui plut forcément pas ( mais c'est un monde de brut pour sa personne si délicate.). Il plissa ses yeux, avec un petit sourire narquois et satisfait, toujours muet.

Puis, de manière plus que prévisible, la louve noir demanda, avec nonchalance et toujours autant d'assurance :

« D'ailleurs, ça m'étonne que tu sois tout seul, tu n'es pas avec tes amis Nuit-ternes ou encore mieux, Nachtgewalt et sa captive ? »

Oh oui parce que ce serait tellement intelligent de tous se balader au grand jour comme une joyeuse colonie de vacances ! Décidément, cette louve ne devait pas si bien le connaître, pour ainsi poser ses questions sans même chercher à tourner autour du pot. Viehrs, à la réalité, évitait de se déplacer constamment aux côtés du corbeau. D'une part, parce qu'une cohabitation trop prolongée les aurait probablement amenés à se voler dans les plumes. D'autre part, parce que le corbeau attirait encore plus que lui les tentatives d'attaques des différents assassins envoyés par tous les clans. Le pragmatique albinos, par conséquent, était présentement bien éloigné de lui. Quant à Asha...Viehrs avait tiqué au mot "captive", sans tout de suite identifier de quelle "captive" la malicieuse automnale pouvait bien parler. La position de la louve blanche lui était inconnue ou en tout cas pas précise.

Vous pensez bien que Viehrs n'allait guère révéler cela à son interlocutrice, qui se prenait pour une détective en plein interrogatoire avec son suspect. L'hermaphrodite resta encore silencieux un moment, soutenant le regard émeraude de la femelle. Puis, enfin, l'hermaphrodite fit mine de bailler d'ennui en se couvrant la gueule avec une de ses pattes. Il poussa un petit gloussement plein d'ironie, qu'il ne cherchait même plus à masquer derrière ses manières; et s'esclaffa, sans véritablement s'adresser à l'automnale :


« Par mes aïeux ! Je ne m'étais pas su si célèbre. »

Habilement, il esquiva complètement la question de l'automnale. Si elle croyait lui tirer les vers de la truffe si facilement, elle se mettait la griffe dans l'oeil. Viehrs détourna un instant le regard pour regarder au loin avec nonchalance et désintérêt. Cependant, à la vérité, Viehrs avait tout intérêt à rester. Après tout, ses informations, il ne les tenait pour confidentielles que pour conserver leur potentiel. Il se fichait de divulguer ce qui l'arrangeait - tant qu'il ne se mettait pas en danger - mais ses informations avaient un prix et Viehrs était plus escroc que négociateur.

Il reporta son attention sur l'automnale et demanda, d'une voix posée et tout aussi nonchalante que celle de son interlocutrice. Son ton était mélodieux mais ses paroles aussi aiguisées que les lames de ses poignards :


« Je ne savais point que les estivaux avaient aussi passé un accord avec les automnaux afin de les laisser circuler librement sur leur territoire. Enfin, je suppose que c'est moi qui n'ait pas assez dû écouter les rumeurs.» Il gloussa, agitant doucement sa longue queue blanche. « Tout bien considéré, c'est plus probablement mon jugement qui manque de rigueur : c'est que je n'envisageait pas que Daeron fut déjà assez remit de ses blessures pour entamer de telles négociations...» Il ajouta, solennellement, avec un sourire d'une bienveillance inquiétante. « Je lui souhaite un bien prompt rétablissement. »

Son regard rouge sang n'avait toujours pas quitté celui de la femelle et il acheva, son sourire ne se défaisant pas de cette ersatz de bienveillance qui masquait tout de ses véritables desseins.

« Ma foi, nous avons chacun bien des blessures à panser par les temps qui courent...»Il porta une patte à son propre visage, retenant son amertume. « Qu'elles fussent physiques...»Et plissa ses yeux, fixant toujours la louve sans jamais défaillir. «... Ou sentimentales.»



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Code Pimpé by Kannubis
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identitée du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Ven 27 Avr 2018 - 20:56

Il restait calme, et avait gardé son sourire tout du long de ma tirade, sans que nos yeux ne se décroisent une seule fois. Une sorte de défi mutuel à qui lâcherait la partie en premier. Quoi qu'il en soit, une fois que j'eus fini, l'ancien printanier laissa planer un silence dans l'air qui nous séparait. Quand enfin il ouvrit la gueule, alors que je pensais que c'était pour parler et dressais légèrement les oreilles, ce fut pour bailler d'un geste rébarbatif avec sa patte devant elle. Je dois avouer que j'eus une expression fort blasée à cet instant. Je le laissai émettre son petit rire jaune, et enfin il parla, ne me décevant pas pour cette seconde fois. J'attendais sa réaction avec patience après tout, n'est-il donc pas normal qu'enfin il me fasse le plaisir d'ouvrir la gueule ?

-Par mes aïeux ! Je ne m'étais pas su si célèbre. , dit le lupin blanc.

Je restai impassible et silencieuse à sa remarque. Oh non, ne me dites pas que c'est un de ceux qui sont bouffis d'arrogance sinon je sens que je ne vais pas résister à foutre mes griffes sur sa mignonne petite balafre siégeant sur son adorable visage d'ange.... Hmpf.
Je ne pus m'empêcher de lui faire les gros yeux. Je virai cette expression, me faisant la soudaine remarque que c'était ce que je faisais avec les louveteaux pas sages au camp et que c'était assez étrange de l'employer dans de telles circonstances.

-Je ne savais point que les estivaux avaient aussi passé un accord avec les automnaux afin de les laisser circuler librement sur leur territoire. Enfin, je suppose que c'est moi qui n'ait pas assez dû écouter les rumeurs. , commenta l'exilé avant de glousser un coup.

Et voici le retour de la face blasée spéciale Faïryna. Je sentis que ce n'était qu'à peine le début des déblatérations de l'autre, et j'eus le malheur d'avoir raison.

-Tout bien considéré, c'est plus probablement mon jugement qui manque de rigueur : c'est que je n'envisageait pas que Daeron fut déjà assez remit de ses blessures pour entamer de telles négociations... Je lui souhaite un bien prompt rétablissement.

Un sourcil s'arqua sur mon visage et je ne pus empêcher un frisson de traverser mon pelage aux paroles mielleuses du mâle à l'odeur d'encens. Je baissai une oreille, peu convaincue par ses dires.
J'avais l'impression de parler à un masque. Oui, voilà, un masque. C'est le mot exact. Ce loup est un masque ambulant.
Soudainement, dans mon esprit, il passait de la dinde paniquée au fin calculateur qu'il était. Après tout, réfléchis-je, pourquoi aurait-il fait ce qu'il avait fait avec le poste élevé qu'il avait dans le Clan du Printemps s'il n'avait pas bien calculé et pesé le pour et le contre ? De ce que j'ai entendu de lui, il était loin d'être un abruti qui agit sans avoir au préalable eu une réflexion approfondie.
Une idée me traversa alors. Vu comment il a évité soigneusement ma question, il a vu clair dans mon jeu. Grumpf. Enfin après c'était pas bien compliqué, c'est pas comme si j'ai l'habitude de tourner autour du pot. Pas un grand exploit en soit. Je suis franche, je vais droit au but. Est-ce un défaut ? Je ne sais pas, mais en tout cas je suis comme ça et compte éviter d'être hypocrite sauf si j'y suis obligée.

-C'est bien gentil à toi. , commentai-je laconiquement.
-Ma foi, nous avons chacun bien des blessures à panser par les temps qui courent...

Le loup au pelage immaculé se passa la patte sur la face. Sans doute parle-t-il de sa balafre.

-Qu'elles fussent physiques...

Que disais-je ? Enfin sans doute parle-t-il de sa balafre en tant que preuve de toutes les blessures qui ont été infligées pendant la bataille contre les Nuit-ternes. Je plissai les yeux en même temps que lui, mais peut-être pas pour les mêmes raisons. Où veut-il donc en venir ?

-... Ou sentimentales.

Je le fixai quelques instants sans réellement comprendre le but qu'il suit dans ses paroles, mes yeux s'arrondissant légèrement. De qui parle-t-il ? De lui et Seira ?.... ou alors.....
Je baissai une oreille mais ne détournai pas le regard, ne perdant pas l'éclat déterminé qui l'animait.
… De Lathraios et moi ?
Je me mis à m'interroger sur des choses. Nous a-t-il vus quand j'ai posé ma tête sur son poitrail sous une impulsion ? Ceux qui l'ont obligatoirement remarqué sont tout d'abord l'intéressé et Glycenne. Mais qui d'autre ? Les loups semblaient tellement plongés dans la bataille... Une oeillade aurait suffit à nous repérer ?
Je restai impassible et laissai à mon tour un silence s'installer.

-Certainement. Il faut dire que cette bataille a été assez généreuse, ça faisait bien longtemps et ça ne nous avait pas manqué. , répondis-je calmement. Le lot a surtout été fort en trahisons je pense aussi.

Allez.... on essaie de s'amener doucement au sujet qui m'intéresse pour pas le froisser.... soutirer des informations.... et hop-la l'affaire est dans le sac de mon côté.
Malheureusement, ce loup ne semble pas être du genre à offrir aux autres gratuitement. Un fin stratège hm ? Je ne sais pas. Je dois essayer de négocier si je ne parviens pas à obtenir ce que je veux. Je m'ébrouai et pris une profonde inspiration.

-Nombreux sont les loups envoyés à la recherche des traîtres claniques... , enchaînai-je sans détacher mes yeux verts des siens rubis. … des loups peut-être ouverts aux marchés pour avoir les informations qui l'intéressent.

Voilà. Je déballais mon jeu. Advienne que pourra.
Je guettais attentivement les expressions et les réactions du lupin, prête à réagir au quart de tour.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Viehrs
Ministre Saladique
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carnival, Cicou0, un.kanny, Kanu
Masculin Messages : 153
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Reclus
Popularité:
20/100  (20/100)
En couple ?: Libertin.♥

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Ven 8 Juin 2018 - 23:50

Viehrs ft. Faïryna

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH


Un très mince changement dans l'attitude de la louve, à peine perceptible, permit à Viehrs de voir que sa pique n'avait pas manqué sa cible. Il ne savait guère encore ce qu'il ferait de ce maigre début d'information, ni comment il pourrait le tordre et le changer pour servir ses desseins. En réalité, il n'était même pas certain de ce qu'il savait ou si elle avait bien confirmé ce qu'il croyait. Cependant, Viehrs accueillait et répandait avec bonheur la moindre rumeur, tant que ça pouvait lui servir. Ainsi que la l'automnale regagna promptement un masque parfaitement impassible et impénétrable, l'albinos lui répondit par un similaire masque de courtoisie froide. Un petit moment de silence s'installa, que l'ex-printanier n'osa pas briser. Puis, elle sembla se décider à lui répondre, sans se décontenancer :


« Certainement. Il faut dire que cette bataille a été assez généreuse, ça faisait bien longtemps et ça ne nous avait pas manqué. »

L'albinos fut amusé par sa manière de parler comme une ancienne. L'automnale au pelage coloré semblait pourtant autant sinon moins âgée que lui; de sorte qu'il se demandait si elle avait pu connaître les anciennes guerres de Four Seasons, ou si elle ne faisait que répéter ce qu'on lui avait enseigné dans sa jeunesse. Ses dires sonnaient comme un reproche que l'arrogant Viehrs n'était pas capable d'entendre. S'il comprenait le malheur de la guerre et la désolation qu'elle apportait avec elle, l'érudit loup blanc choisissait de l'occulter, lorsque ces guerres lui paraissaient indispensables ou inévitables. Bien sûr, il ne s'attendait pas à ce que quiconque puisse le comprendre. Il se contenta de cligner lentement des yeux, avec lassitude, comme pour signifier qu'il faisait au moins l'effort d'écouter.

« Le lot a surtout été fort en trahisons je pense aussi. »

Viehrs dressa les oreilles. Il fut presque piqué mais...Mais elle n'avait pas tort. C'était même tellement vrai que l'albinos ne pouvait pas le nier. Voilà un sujet sur lequel ils pouvaient bien être d'accord. Avec cynisme, le loup blanc hocha la tête en rigolant doucement, tous ses crocs dévoilés.

« Nombreux sont les loups envoyés à la recherche des traîtres claniques ,des loups peut-être ouverts aux marchés pour avoir les informations qui l'intéressent.»

Evidemment, le grand hermaphrodite fit mine de ne pas être plus intéressé que cela, alors que son coeur avait presque manqué un battement de surprise. Des loups de clans, prêts à bafouer leur honneur en traitant avec de sombres personnages eux-mêmes recherchés par d'autres loups de clans? L'idée avait quelque chose de profondément mauvais, de tordu. Même Viehrs en frissonnait. Mais il n'était guère de ceux qui donnent les longs discours de morale. Un tel marché pouvait drastiquement améliorer sa condition. Et il le savait.
En même temps, le loup savait qu'il ne devait pas se laisser trop emporter, au risque de manquer de prudence et de se faire avoir, alors que c'était son rôle à lui que de tromper les autres. Calmement, Viehrs continua de soutenir le regard de l'automnale. Dans cette ambiance de tension, il demanda doucement, avec une presque nonchalance :

«Et ces loups ouverts à des marchés dont tu parles, qu'ont-ils de valeur à offrir en échange ? »

Malgré son apparence il était des plus attentifs. Tout sourire, il ajouta en ricanant légèrement :

«Tu dois t'en douter mais il en faut beaucoup pour m'acheter. Je ne suis pas sûr que tu puisses te le permettre. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Code Pimpé by Kannubis
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identitée du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Dim 1 Juil 2018 - 0:02

-Et ces loups ouverts à des marchés dont tu parles, qu'ont-ils de valeur à offrir en échange ? , demanda le loup blanc.

Je plissai légèrement les yeux et eus un petit sourire froid en coin de babine car ce personnage ne risquait pas d'avoir ma sympathie de si-tôt. Lui aussi souriait, et il ricana :

-Tu dois t'en douter mais il en faut beaucoup pour m'acheter. Je ne suis pas sûr que tu puisses te le permettre.

Mon sourire s'élargit, malicieux et peut-être bien moqueur ou amusé. Il me tend une sacrée perche là. Comment résister à l'envie de le taquiner sournoisement ? Espérons juste que duchesse ne sera pas trop vexée, après tout c'est peut-être une grande âme sensible. Je pris une inspiration, et lançai avec une innocente nonchalance et le ton flegmatique :

-Eh bien eh bien, tu parais bien dans le besoin pour me prendre instantanément pour un de ces loups. Sir Viehrs a ainsi besoin d'aide ? Jamais je ne l'aurais cru, surtout dans ce lieu.... aussi confortable et agréable.

Me doutant que ça ne lui plairait pas de s'être fait planter dans un « piège » moqueur, je soupirai un coup, comme l'air las, puis, quittant presque à regret mon sourire amusé, mon faciès reprit tout son sérieux, fixant tranquillement mais avec détermination le traître, ma queue ondulant avec un calme qui n'avait pour but que de mettre en valeur mes muscles bandés qui n'attendaient qu'une attitude louche pour être utilisés à bon escient. S'il essaye de m'attaquer ou de s'enfuir, il allait tâter de mes crocs tiens. Mais en attendant, si on peut éviter cela, ça serait certainement mieux, surtout que je ne pense pas que l'Alpha Seira apprécie grandement que quelqu'un d'autre se soit accaparé la vie de sa cible sur liste noire. En plus, s'il a des infos qui peuvent s'avérer utiles, c'est toujours mieux de l'avoir vivant que ad patres six pieds sous terre. Dommage, les morts sont en général assez muets comme des tombes.... ah ahhahahaha ahha... c'était pas drôle. Pardon. N'empêche que c'est vrai, vous ne me direz pas le contraire.
Respirant profondément et silencieusement, je dis, concentrée, sérieuse et naturellement froide :

-Tout d'abord, je peux t'offrir ta vie. Ne nous voilons pas la face, j'ai de grandes chances de te trancher le jabot en deux temps trois mouvements si l'envie m'en prend. Après, ceci n'est qu'une formalité. Cela dit, toi, applique ton propre prix en plus de ta vie à épargner.

Car j'imaginais bien qu'il voudrait autre chose que de se faire épargner, petit cupide bouffi d'orgueil et de malice.
L'atmosphère était encore assez tendue. Je devais redoubler de prudence à chaque seconde de passée, aussi bien dans mes déclarations que dans mes actions. Il n'était pas bête. Si j'esquissais le moindre geste pour l'immobiliser, en toute logique il détalera. Enfin, c'est ce que je ferais, pensai-je en essayant de me mettre à sa place du peu que je connais de lui.
De toute façon ça paraissait logique cela. Et ce sera avec tout autant de logique que je bondirai pour l'immobiliser s'il tente quoi que ce soit du genre. Même si pour l'instant l'heure semble plutôt portée à la discussion, je reste tendue et sceptique, prête à réagir vivement si nécessaire. Et puis, je voulais voir où allait nous mener tout ça. Peut-être à rien. Peut-être à quelque chose... Mystère pour l'instant que j'essayais de percer en scrutant avec attention et sans aucune gêne le mâle encensé.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Viehrs
Ministre Saladique
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carnival, Cicou0, un.kanny, Kanu
Masculin Messages : 153
Date d'inscription : 11/07/2017
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Reclus
Popularité:
20/100  (20/100)
En couple ?: Libertin.♥

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Lun 16 Juil 2018 - 16:52

Viehrs ft. Faïryna

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH

DON'T COUNT ON LUCK TOO MUCH


Si la louve semblait être une menace et une tueuse de choix, du moins ainsi que Viehrs parvenait à lire son attitude, elle ne semblait pas pour autant être le meilleur négociateur que l'automne ait pu envoyer. L'albinos, sans véritablement porter de jugement sur cela, se dit qu'il pouvait l'utiliser à son avantage. Le fier albinos était persuadé de mener le débat, de sorte que la remarque moqueuse de la louve le fit plus rire que paniquer.

« Eh bien eh bien, tu parais bien dans le besoin pour me prendre instantanément pour un de ces loups. Sir Viehrs a ainsi besoin d'aide ? Jamais je ne l'aurais cru, surtout dans ce lieu.... aussi confortable et agréable.»


Pensait-elle l'avoir eu ? Le perfide albinos se retint de ricaner à nouveau. Il n'était guère faux qu'il avait besoin d'aide. Ou plutôt, besoin d'une opportunité pour améliorer sa situation, ce que l'automnale lui offrait sur un plateau d'argent. Viehrs n'était pas du genre, lorsque cela lui servait, à passer par quatre chemins pour obtenir ce qu'il désirait. Or, il se trouvait là que la louve, qui semblait jubiler qu'il réponde si facilement à sa proposition, était tout aussi encline que lui à marchander. Le fier albinos se retint par la même occasion de lever les yeux au ciel. Il n'avait guère beaucoup de temps à gâcher en tournant autour du sujet, ce qu'il pouvait se permettre avant, mais plus depuis qu'il n'était autre qu'un renégat recherché et haï. Qui sait quel piège véritablement mortel on aurait pu lui tendre, tandis qu'il dansait avec ses mots pour ne rien révéler de ses desseins. Il se contenta de balayer la remarque de la femelle d'un revers de la patte sans prendre le temps d'y répondre, las et devenu indifférent aux remarques sur sa condition. L'arrogant n'avait que peu de temps à accorder et il s'appliquait à en user adéquatement et sans le gaspiller. La louve continua, avec plus de sérieux et de mesure :


« Tout d'abord, je peux t'offrir ta vie. Ne nous voilons pas la face, j'ai de grandes chances de te trancher le jabot en deux temps trois mouvements si l'envie m'en prend. Après, ceci n'est qu'une formalité. Cela dit, toi, applique ton propre prix en plus de ta vie à épargner. »

Ignorant les menaces sur sa vie, qui étaient tout autant monnaie courante que les remarques sur sa condition; Viehrs jubila intérieurement devant la grossière erreur que venait d'opérer l'automnale. Ceux habitués à traiter avec Viehrs devaient savoir que l'hermaphrodite sans honneur ne reculait pas pour se vendre au plus haut prix, de sorte qu'en négociant à la baisse, il arrivait toujours à obtenir la meilleure part du marché. Le fourbe avait l'habitude de mener ainsi le jeu, mais pas qu'on lui laisse aussi facilement la main. Si son intérêt était désormais piqué au vif, le sage albinos n'en montra rien et demeura avec son habituel sourire poli et faux. Il ne pouvait guère se permettre de dévoiler à l'automnale l'erreur qu'elle faisait, de risque qu'elle recule dans son offre et ne soit plus encline à négocier. Viehrs voyait que la femelle le jaugeait toujours avec attention, pas tant pour ses mots que pour sa fourberie, craignant sûrement qu'au détour d'une phrase, il ne soit tenté de profiter d'un moment d'inattention pour planter ses crocs dans la chair de l'automnale. Cela vexait un peu la diva, en ce qu'il trouvait à la fois amusant et insupportable de voir ainsi les gens se méfier de sa maigre force physique, alors qu'il n'en usait que sous la contrainte et n'était jamais le premier à porter un coup. Ou alors c'était un coup mortel, fatal, et sans possibilité de riposte. Il se consolait en évaluant l'avantage qu'il pouvait trouver à conserver une part de mystère dans son attitude. L'albinos resta parfaitement immobile, ne souhaitant en rien provoquer physiquement la louve taillée pour le combat. Il leva simplement une de ses pattes qu'il vient poser sous son propre menton, se donnant un air pensif. Laisser mijoter le marché plaisait au noble loup blanc qui aimait faire attendre autant qu'on aimait le menacer. Pourtant, il savait parfaitement ce qu'il voulait. Il n'avait pas forcément prévu de le demander à l'Automne, mais maintenant que l'opportunité se présentait, ce clan là semblait être le plus adéquat. Accentuant très légèrement son sourire, l'albinos finit par lâcher, regardant parfaitement l'automnale dans les yeux :

« Une place en Automne, voilà mon prix. » Il explicita plus longuement. « Je ne suis guère naïf au point de vouloir que l'automne fasse de moi officiellement l'un des leur, détrompe toi. Je ne souhaite que sa protection et son accueil, sans pour autant qu'elle ne m'intègre à ses rangs. Et cela en échange des précieuses informations que je détient sur vos ennemis, qu'il s'agisse des traîtres...» Il marqua une pause, son sourire s'étirant au point de dévoiler ses crocs. « ...Ou vos ennemis printaniers. »

Viehrs détourna immédiatement le regard pour prendre un air dramatique, ne laissant guère le temps à l'automnale de répondre, il fit mine de se détourner même complètement du marché, en ajoutant de son air hautain :

« Mais enfin, vous ne pourriez guère vous le permettre n'est-ce pas ? Mon prix est trop élevé, n'est-ce pas ? Je suppose alors qu'il te faudra rentrer bredouille. Et qu'il faudra à Daeron rester déçu. C'est tant pis ! »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Code Pimpé by Kannubis
Revenir en haut Aller en bas
Faïryna
Petit Arbre
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Faïryna
Féminin Messages : 302
Date d'inscription : 08/05/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Dans le monde sombre et distordu de la malédiction de Gaïordos.

Identitée du loup/chien
Rang: Tueur
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Amoureuse de Lathraios (disparu) et mère de leurs enfants

MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   Jeu 26 Juil 2018 - 14:37

Il prit une mine pensive qui m'indifféra autant que le fait qu'il prit son temps. Prend ton temps mon vieux, fais gaffe à ce que tu vas demander. Tu es simplement un funambuliste sur une corde branlante, et si je le souhaite je peux la trancher avec le fil de ta vie.... ou tout du moins te mettre dans une situation précaire, plus encore que la tienne actuelle.
Son sourire madré s'accentua quand enfin il prononça son prix.

-Une place en Automne, voilà mon prix. Je ne suis guère naïf au point de vouloir que l'automne fasse de moi officiellement l'un des leur, détrompe toi. Je ne souhaite que sa protection et son accueil, sans pour autant qu'elle ne m'intègre à ses rangs. Et cela en échange des précieuses informations que je détient sur vos ennemis, qu'il s'agisse des traîtres ...Ou vos ennemis printaniers.

Je me crispai durement et gonflai un peu mon pelage. Dans mon visage impassible brilla une impitoyable lueur haineuse. Ainsi il pense qu'une Tueuse peut prendre de telles décisions à la place de son Alpha ? Il a le culot de venir comme cela, et de demander ça, à moi ?
C'était pour moi une offense à mon Clan, ce Clan auquel je voue toute ma plus fidèle et sincère loyauté.
Je retroussai les babines, montrant légèrement ses crocs, grondant presque, pendant que l'arrogant renégat se tournait imprudemment dos à moi. Il est mal tombé, on peut dire.

-Mais enfin, vous ne pourriez guère vous le permettre n'est-ce pas ? Mon prix est trop élevé, n'est-ce pas ? Je suppose alors qu'il te faudra rentrer bredouille. Et qu'il faudra à Daeron rester déçu. C'est tant pis ! , continua-t-il son petit cinéma miteux.

Un long moment passa dans le silence des bourdonnements vrillants des moustiques et de l'ambiance moite et collante de l'endroit. J'avais réfléchi, chose peu compliquée. On avait tout à gagner à l'avoir en tant que « prisonnier ». Mais il était hors de question qu'il se croie le chef dans cette situation, ah ça non.
Je bondis férocement sur son dos, le plaquant au sol avec animosité, grondant, révoltée encore par cet affront.

-Ecoute-moi bien espèce de larve. , sifflai-je glacialement et agressivement à son oreille, plantant mes griffes dans sa fourrure sans pour autant écorcher sa oh si délicate peau, grondant fougueusement. Je t'emmène auprès de Daeron. Mais ne pense pas une seconde que tu puisses jouer de mon côté pour augmenter tes chances de ne pas finir tel un paquet bien ficelé à l'Alpha printanière qui, de ce que j'ai entendu, semble impatiente de mettre les crocs sur ta petite personne. En proposant ce prix-là, tu deviens mon prisonnier, celui de mon Clan. Démerde-toi avec Daeron pour garder la vie sauve, je m'en fiche royalement. , crachai-je avec un calme brûlant d'antipathie. L'antipathie, il doit avoir l'habitude maintenant de toute façon.

On m'a envoyée chercher le ou les traîtres automnaux, au final je suis tombée sur une raclure renfermant des choses certainement intéressantes, une raclure qui n'hésitera probablement pas à jeter les informations si on présente une griffe contre sa jugulaire. J'ai en quelque sorte rempli ma mission... enfin elle le sera quand on sera arrivés au Clan.
J'appuyai une dernière fois de mon poids sur son frêle corps, effleurant volontairement sa peau de mes griffes, puis m'écartai.

-Passe devant, et pas de coups bas. , ordonnai-je sévèrement, crachant, les muscles tendus d'une colère crépitante, le regard le mitraillant comme les lunettes d'un fusil, le surveillant activement.

S'il y a bien une chose à ne pas faire avec moi, c'est de se fiche de ma figure ou plutôt de mon Clan. On n'est pas des Bisounours, comme semblait apparemment croire le traître de ce que j'ai entendu de ses paroles. Qu'il soit certain que l'Automne saura bien user de ce qu'il sait. Et qu'il ne se croie pas complètement à l'abri, car les dangers qui le menacent n'ont pas disparus pour autant par magie.
Emmenons-le auprès de Daeron maintenant. J'eus une courte pensée compatissante envers mon Alpha en pensant le truc que j'allais lui amener. Autant de soucis que de bénéfices en somme. Mais les soucis, ça se règle, et les bénéfices, ça s'encaisse, il suffit de bien s'y prendre... et de savoir jouer avec la chance.
Revenir en haut Aller en bas
http://astrala.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shouldn't play with your luck || ft. Faïryna
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Territoires Estivaux :: Jungle Rouge :: Ruines de Nestarias-
Sauter vers: