Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 
Top friends

8831


Partagez | 
 

 The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès

Aller en bas 
AuteurMessage
Adriel
Cellule
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carni, Kanu, Kannubis, un.kanny, Vivi
Masculin Messages : 15
Date d'inscription : 04/04/2018
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Guérisseur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: HE'S FREE LADIES. B)

MessageSujet: The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès   Mar 17 Avr 2018 - 15:44



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sun & Bubbles
Adriel ft. Damoclès







Il faisait bien trop beau pour être productif. Adriel n'était pas du genre tire-au-flanc, mais avec le retour tant attendu des beaux rayons du soleil et la bonne humeur générale du clan depuis la naissance de Lalwendë et d'Azaël, le guérisseur avait plus envie de célébrer que d'être véritablement utile à son clan. Comment lui en vouloir ? La température remontait enfin et les terres estivales semblaient renaître plus encore que le Printemps. D'autre part, Adriel n'était pas encore assez mature pour réaliser véritablement les responsabilités qu'il pouvait avoir. Il s'était donc volatilisé discrètement du camp de l'été, esquivant une tâche qu'il laisserait probablement à un autre guérisseur en prétextant ne pas avoir été mis au courant ( bien qu'il soit un piètre menteur.) et se disait qu'on ne lui en voudrait pas d'avoir été prendre un peu de repos. Après tout, le clan avait été dans un état d'effervescence qui semblait à peine se calmer et Adriel voulait profiter d'un petit moment d'amusement, avant qu'une nouvelle catastrophe le force à rester concentré sur ses tâches de guérisseur.

Il s'était faufilé hors de l'endroit réservé aux guérisseurs du clan, échappant à la vigilance de ses mentors. Adriel n'était plus un apprenti, officiellement, mais il manquait encore d'expérience et, du fait de son incroyable maladresse, restait souvent supervisé par les autres soigneurs du clan, qui s'assuraient qu'il n'aille pas mélanger des remèdes qui n'avaient rien à voir entre eux ou une autre bêtise dont il avait le don. Adriel était réaliste et ne se vexait pas qu'on le materne encore. Au contraire, il était plus rassuré qu'un autre vérifie qu'il ne fasse pas n'importe quoi et appréciait leurs enseignements sans aucune arrogance et sans jamais se vexer. Il était un peu bonne pâte, au fond, malgré ses sautes d'humeur occasionnelles.

Le mâle roux avait attendu qu'il fasse jour pour rejoindre un de ses coins préférés : l'Oasis Perdue. Adriel pouvait se déplacer parfaitement dans le noir, du fait de son ouïe hypersensible et de son odorat tout aussi aiguisé; il était même moins maladroit dans l'obscurité qu'en pleine journée ! Cependant, il avait appris à détester toute température même un peu basse, de sorte que la brise matinale qui soufflait entre ses poils était trop désagréable pour lui. Non, lui aimait la douceur du soleil et rien d'autre. Ca n'était pas la première fois qu'il se rendait dans ce lieu caché et paradisiaque, mais il était toujours aussi peu rassuré en traversant le tunnel obscur qui y menait. Il le savait : il suffisait d'aller tout droit, de bifurquer à droite au bout et on débouchait sur l'Oasis. Pourtant, il craignait toujours de s'emmêler les pinceaux et de prendre un couloir qui l'emmènerait se perdre on ne sait où.

Son regard encore enfantin s'illumina lorsqu'il arriva enfin sur le lieux qui baignait déjà dans la lumière du jour, faisant scintiller les rochers. Si Adriel avait tergiversé en chemin et faillit faire demi-tour pour docilement retourner dans la tanière des guérisseurs, tous ses doutes s'étaient envolés et il ne ressentait rien d'autre qu'une béatitude totale.

Tranquillement, il s'était assuré que personne n'était dans le coin pour le faire sursauter ( et il sursautait assez souvent, trouillard comme tout.) et était parti s'allonger sur un rocher à la surface lisse et chauffée par les rayons de l'astre diurne. A le regarder, Adriel n'avait pas du tout le physique du guérisseur, ses muscles saillant sous son fin pelage et sa carrure aussi robuste que celle d'un combattant, ses larges pattes assez puissantes pour faire de larges bonds ou asséner des coups terribles...Et toute cette force, jamais utilisée; ça paraissait une vérité assez dure à croire.  Adriel avait choisit une pierre bien au bord de l'eau, de manière à ce qu'il puisse plonger sa tête dedans et l'y laisser. Ses petits naseaux sur les côtés se fermaient et s'ouvraient à la manière de branchies, lui permettant de respirer aussi facilement que s'il avait la tête hors de l'eau. Et...Il avait fini par s'endormir.

Il n'avait aucune idée de depuis combien de temps il s'était endormi, mais le soleil tapait beaucoup plus fort et son pelage roux était brûlant à force de rester exposé à ses rayons. Adriel était donc allongé à plat ventre, son énorme corps et sa queue disproportionnée dépassant du rocher sur lequel il était posé. On aurait dit qu'il n'avait pas de tête, cette dernière étant complètement sous l'eau, ne laissant dépasser que ses cornes et un bout d'une de ses nombreuses oreilles. Dormir la tête sous l'eau était une de ses habitudes de gamin qui l'amusaient profondément. Sauf que, si on ne l'avait jamais vu faire ou qu'on ne le connaissait pas, on aurait directement pensé qu'une seule chose : qu'un pauvre malheureux s'était noyé et gisait là, inconscient.  


(c) Mychat/Ondolindë sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Damoclès
Damo-bushie
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Runy
Féminin Messages : 85
Date d'inscription : 30/12/2017
Age : 23

Identitée du loup/chien
Rang:
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Non

MessageSujet: Re: The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès   Mar 17 Avr 2018 - 16:46



Dead Healer & Stupid Redhead
with Adriel
Encore une belle journée d'ét- de printemps. Damoclès ne se lassait pas du beau temps et des températures plutôt élevées des terres estivales ; son poil avait déjà commencé à se désépaissir, et elle semait régulièrement des touffes de poils beiges un peu partout en se grattant contre des palmiers. Du moins, pour ce qui était des parties de son corps qui n'étaient pas abîmées ; pour les autres, elle faisait au mieux.

Grâce à sa convalescence forcée et à la surveillance de Laïka, la demoiselle retrouvait une silhouette qui faisait enfin honneur à sa haute stature. Elle n'était plus squelettique, recommençait à développer ses muscles, et même son poil semblait plus brillant et moins emmêlé. Elle avait dans l'idée de demander à sa partenaire de l'aider dans ses coupes d'ailleurs, peut-être qu'avec son attirail métallique elle pourrait y faire quelque chose...

Pour l'heure, la petite louve beige ne l'accompagnait pas dans sa promenade, et la rouge déambulait donc en solo. Elle avait promis aux guérisseurs de ne pas s'essouffler, ne pas tirer sur ses cicatrices, ne pas oublier de boire, rester à l'ombre pour ne pas attraper un coup de chaud, ne pas aller trop loin, revenir avant le soir... La liste était tellement longue que la solitaire crut que le soleil se serait couché avant qu'elle puisse partir, mais enfin, elle était libre. Après tout, il lui restait des endroits à explorer !

Elle était donc retournée dans les Gorges Écarlates, qu'elle avait déjà un peu visitées en allant jusqu'aux chutes du Juste Droit - là où elle avait rencontré Ondo. Optant pour une toute autre direction, la donzelle erra sans but un moment, se promenant nonchalamment à l'ombre des rochers et des arbres qui se trouvaient sur sa route. Elle appréciait le climat de ces terres, mais se dit que s'il faisait déjà aussi chaud alors que le printemps s'installait depuis peu, en été ce devait être une véritable fournaise ! Peut-être qu'elle retournerait en hiver à ce moment-là, ou bien elle irait découvrir l'Automne.

Aforce de crapahuter, la belle commença à ressentir la soif, et se rappelant les indications - nombreuses - des guérisseurs, se mit en quête d'un point d'eau. Mais elle avait beau avancer en scrutant tout autour d'elle, aucun liquide ne fit son apparition ! Elle réalisa finalement que le terrain devenait désertique, et que si elle voulait boire, c'était avant qu'elle aurait dû y penser... Contrariée, elle ne se démonta pas pour autant et poursuivit son chemin, persuadée qu'elle trouverait bien quelque chose à laper un peu plus loin.

Non seulement elle ne croisa aucune flaque, mais en plus l'ombre elle-même commençait à se raréfier ; le soleil, à son zénith, tombait directement sur les gorges, ne laissant que quelques espaces abrités de ses rayons ardents. Rasant les murs, la solitaire commençait à en avoir sa claque de marcher dans les cailloux, mais n'avait pas non plus envie de faire demi-tour et de recommencer toute la route jusqu'à des lieux plus cléments. Harassée, elle était en train de faire une pause lorsqu'un souffle plus frais - une véritable bénédiction ! - souleva le poil empoissé de sueur de sa nuque. Tournant la tête, elle aperçut alors une grande faille qui s'enfonçait dans l'obscurité, qu'elle n'avait même pas remarquée en passant à côté. Un vrai signe du destin ! Sans attendre, la baroudeuse s'engouffra dedans, accueillant avec joie la fraîcheur sur tout son être.

Elle pensait au début qu'il faisait totalement noir dans ce couloir de pierre, mais une fois que ses yeux furent habitués à l'obscurité, elle remarqua de drôles de champignons accrochés aux parois, qui diffusaient une lumière ténue. Fascinée, elle suivit leur piste dans le tunnel frais, se demandant si elle finirait par trouver une source ou quelque chose d'intéressant comme ça.

Après quelques minutes de marche, la lumière du soleil filtra au bout du passage, et la neutre s'y dirigea sans se presser, préparant son corps au changement de luminosité et de température. L'endroit où elle déboucha avait tout du paradis, pour les voyageurs fatigués comme elle : de l'ombre, de la verdure, et de l'eau !! Très important de l'eau !

Heureuse d'avoir trouvé de quoi se désaltérer, Damoclès fondit sur le point d'eau à pas mesurés, et lapa quelques gorgées apaisantes. Elle se délecta de la fraîcheur du liquide et en profita pour tremper son museau et se rafraîchir la tête. Une fois satisfaite, elle releva le nez, se pourléchant les babines... et réalisa alors qu'elle se trouvait juste en face du corps inanimé d'un loup, la tête immergée.

Il y eut comme un blanc, puis elle se redressa vivement en poussant un cri de surprise, maudissant ensuite immédiatement cet éclat qui lui causa une vive douleur dans le dos. Satané Gâuneur, il allait donc se rappeler à sa mémoire pendant encore un moment... Grimaçante, la louve étudia la situation, consternée. Comment pouvait-on mourir de manière aussi bête ?? Avait-il glissé ? S'était-il noyé ou avait-il chuté sur la tête ? Ennuyée, elle contourna l'eau, traversant là où le lit n'était pas très profond, et s'approcha du rocher sur lequel se trouvait la scène de crime.

C'est alors qu'elle reconnut la grande silhouette avachie sur la pierre, grâce à sa taille et au couleur du pelage : Adriel, guérisseur estival. Un de ceux qui l'avaient soignée, mais de loin, et supervisé par les autres. Damoclès n'avait pas vraiment d'opinion sur lui vu qu'elle ne l'avait pas côtoyé de manière personnelle, mais se sentait embêtée que l'été perde un de ses membres - d'autant qu'il paraissait plutôt gentil. S'approchant du buste, elle regarda la disposition du macchabée en arquant le sourcil tellement la position lui semblait improbable. Comment avait-il atterri comme ça ?? L'observant sous toutes les coutures, elle finit par arriver au cou, puis regarda la tête du guérisseur, dont la perception était perturbée par les remous. Quelle tristesse ! Mais qu'est-ce qu'il faisait là-dessous aussi ?? Peut-être avait-il perdu quelque chose ? Curieuse de tirer tout ça au clair, la rouge se pencha à côté du corps inanimé, inspira profondément, puis enfonça à son tour sa tête dans l'eau avec de grandes éclaboussures.

L'eau était fraîche et l'expérience plutôt agréable, même si la sensation de respiration bloquée ne lui plaisait guère. Ouvrant petit à petit les yeux pour les habituer à la présence du liquide, Damoclès cligna des paupières et finit par distinguer la tête d'Adriel à côté d'elle. Son visage était tourné dans sa direction, et semblait... presque apaisé. Était-il mort dans son sommeil ? La solitaire s'approcha pour vérifier s'il était blessé quelque part, et vit passer une petite bulle devant elle. Intriguée, elle s'approcha encore plus près...

Pour voir les yeux du rouquin s'ouvrir subitement, la fixant avec intensité. Prise de panique, la neutre poussa un cri en laissant échapper de nombreuses bulles, chercha à inspirer mais ne fit qu'avaler de l'eau, et galéra à revenir à la surface. Ses pattes glissèrent à de nombreuses reprises sur la berge, et dans son effroi, elle faisait des gestes incohérents pour échapper le plus rapidement possible à sa prison aquatique - ce qui était visiblement très peu efficace, et complètement chaotique vu de l'extérieur. Enfin, quand elle put trouver une prise, elle sortit violemment la tête hors de l'eau dans une gerbe de gouttelettes propulsées par ses mèches hirsutes, redressant son dos dans un craquement douloureux, toussant et hoquetant comme une loque sur la berge. Dans son mouvement brusque, elle tomba à la renverse, et avant qu'elle ait pu retrouver correctement son souffle, l'arrière de son crâne heurta un rocher. Elle sombra dans une semi-inconscience en crachant encore un peu d'eau, les poumons en feu et le corps douloureux. Était-il arrivé la même chose à Adriel..? Peut-être était-ce la malédiction de cet oasis... Peut-être allait-elle mourir elle aussi...
(c) Damoclès
Revenir en haut Aller en bas
https://runedraconis.deviantart.com/
Adriel
Cellule
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carni, Kanu, Kannubis, un.kanny, Vivi
Masculin Messages : 15
Date d'inscription : 04/04/2018
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Guérisseur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: HE'S FREE LADIES. B)

MessageSujet: Re: The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès   Mar 17 Avr 2018 - 17:56



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sun & Bubbles
Adriel ft. Damoclès







Avant, Adriel avait un peu peur de dormir seul. De fait, il craignait que toute sa douce vie en été ne soit qu'un rêve et qu'en se réveillant, il soit de retour dans sa cage isolée du véritable monde. D'autres fois, il rêvait qu'il était encore blotti contre sa maman et le réveil lui pinçait douloureusement le coeur, lorsqu'il s'apercevait de son absence. Enfin, tout ça c'était quand il n'était encore qu'un jeune loup à peine capable de se débrouiller seul sans risquer sa vie. Son cerveau semblait avoir fait le tri ( ou peut-être avait-il simplement oublié volontairement.) et ses songes n'étaient plus parcourus que de bonnes odeurs et de doux paysages. Cela lui arrivait de faire des cauchemars, occasionnellement, mais pas au point de le terrifier à l'idée même d'aller dormir. Aujourd'hui n'était pas un jour propice à lui provoquer des cauchemars, à priori; son sommeil était profond mais il rêvait à peine, imaginant qu'il gambadait sur des nuages ou au fond de l'océan. Rien qui aurait pu lui faire peur, donc. Alors quand un cri strident fit vibrer ses quatre oreilles, Adriel fut tellement prit au dépourvu qu'il se figea, incapable de bouger, et ouvrir grand les yeux sous l'eau, tiré de son sommeil.

C'est que, même sous l'eau, l'ouïe d'Adriel était assez sensible pour entendre parfaitement. En fait, les sons lui paraissaient encore plus déformés et forts sous l'eau, de sorte que ce qu'il entendit ressemblait plus à un gargouillis vraiment très fort et strident. Rien qui ressemblait à un cri lupin. Sa respiration s'emballa, expirant de nombreuses petites bulles par ses narines. L'estival se savait complètement vulnérable, dans une telle position et il se maudit un peu de s'être endormi comme ça, sans aucune méfiance. Si son ouïe était fonctionnelle sous l'eau, son odorat et sa vue, eux, l'étaient moins; ce qui fit qu'il était incapable d'identifier l'auteur d'un tel cri. Il crut que cela faisait parti de son rêve, mais le son avait été bien trop fort et la douleur dans ses tympans bien trop réelle pour qu'il n'ait s'agit que d'une hallucination. Mais surtout, il se demandait si c'était sur lui qu'on criait ou si quelqu'un se faisait attaquer, sous son nez, alors qu'il dormait profondément. Etait-ce un cri de peur? D'avertissement ? Adriel était dans un état de confusion telle qu'il se trouvait incapable de bouger le moindre muscle. Pourtant, lorsqu'il était venu s'allonger, il n'avait senti l'odeur de personne. Avait-il dormi pendant si longtemps, sans remarquer qu'un inconnu s'était approché ?

Tandis qu'il contemplait ce qu'il allait bien pouvoir faire, une tête plongea juste à côté de la sienne. Adriel, écarquilla les yeux de surprise et de terreur, ses globes oculaires ouverts si grands qu'ils avaient l'air exorbités. Juste en face de lui, des yeux aussi perçants que de la lave en fusion croisait son regard totalement désappointé. Cette fois-ci, ses muscles répondirent à l'appel et Adriel se redressa brusquement, soulevant une grosse vague d'eau. L'estival poussa un hurlement sonore qui fit écho à celui que poussa à nouveau l'intrus. Il eut à peine le temps de se dire qu'il allait finir par devenir sourd; que tentant de se redresser sur le rocher, ses griffes aiguisés glissèrent sur la surface lisse et il s'écrasa lamentablement avant de rouler et de s'écraser la tête la première dans l'eau, dans un plat tonitruant qui lui gifla le visage. Son cerveau n'arrivait absolument pas à procéder rationnellement. Heureusement, il n'avait pas à se débattre dans l'eau, puisqu'il n'avait pas à retenir sa respiration; mais il était confus et bu plusieurs gorgées d'eau avant de réussir à remonter à la surface, avec l'air de celui qui a vu la mort.
Et il resta bêtement assis, là, ses cheveux roux trempés et barrant ses yeux. Son poitrail assez fourni dégoulinait d'eau. Ses deux premières oreilles trop longues tombant dans tout les sens et ruisselantes d'eau. La gueule entre-ouverte et la langue pendante. Concrètement, on aurait dit une serpillière trop usée. Il n'avait pas le temps de rester sonné à contempler le sens de la vie ! La louve ( car il sentait les odeurs, maintenant ) lui avait sûrement crié dessus parce qu'elle voulait le menacer ! Adriel ne se dit pas un seul instant que la louve avait pu hurler de terreur, aussi prise au dépourvue que lui.

Instinctivement, et sans y réfléchir à deux fois, Adriel usa de ses puissants muscles pour bondir hors de l'eau jusqu'à la berge rocailleuse. Visiblement, il n'apprenait pas très vite de ses erreurs, celui-là! Sautant ainsi toutes griffes dehors sur la pierre déjà mouillée, ses griffes crissèrent sur la roche sans réussir à s'y accrocher et Adriel parvint à sortir de l'eau mais glissa à nouveau et alla s'écraser lourdement juste à côté de la louve, qui gisait à demi-inconsciente et à moitié dans l'eau. Le guérisseur se releva tant bien que mal, prenant garde cette fois-ci à ne pas retomber; et se mit à grogner en sifflant avec agressivité sur la louve...Puis sa menace mourut dans un hoquet de surprise.

Maintenant qu'il pouvait la voir correctement ('fin, à travers ses mèches emmêlées, mais quand même.) , il reconnaissait la louve qui était loin d'être considérée comme une intrus par les estivaux. Son sang se glaça lorsqu'il réalisa que la louve n'était autre que Damoclès, une louve qu'il avait soigné avec les autres guérisseurs il y a de cela quelques jours à peine. Oh, comme il allait se faire engueuler ! La louve beige était toujours en convalescence et restait sous les bons conseils des guérisseurs estivaux, qui avaient pansé ses blessures avec bonne volonté. En clair : elle n'était déjà pas au meilleur de sa forme. Et en plus : ce n'était pas une ennemie.

Adriel se mordit les babines de culpabilité, maintenant qu'il comprenait son erreur. La louve toussait et crachait de l'eau et le guérisseur se précipita à ses côtés. Faisant attention à ne pas user de ses canines surdimensionnées, il attrapa la louve beige par la peau du cou et la tira sans aucun effort pour l'éloigner du bord de l'eau. Il sentait son esprit courir à toute vitesse tandis qu'il se rappelait les bons gestes du guérisseur. D'un geste un peu tremblant, Adriel poussa la louve sur son côté afin qu'elle puisse recracher l'eau qu'elle avait avalé sans s'étouffer. Une patte posée au niveau de ses poumons, il appuya tout doucement, pour l'encourager à tousser et à recracher l'eau. La pauvre avait du boire la tasse à cause de lui et Adriel voyait d'ici les ennuis qu'il allait s'attirer si on découvrait qu'en plus d'avoir paressé, il avait re-blessé une invité de l'Eté.

Il hoqueta, toujours paniqué :

« Han non non non non non ce serait trop con ! »

Doucement, le guérisseur au pelage roux se pencha près de la louve à la crinière flamboyante et demanda, la voix un peu tremblante et l'air penaud :

« Eh ! Dit moi, eh, t'es pas morte, hein ? »


Sa respiration à lui ne s'était toujours pas calmée, mais comme il respirait toujours par ses naseaux et pas par sa truffe, il était impossible d'entendre le rythme paniqué de ses inspirations et tout aussi impossible de voir ses côtes se soulever; comme s'il ne respirait pas du tout. Sa crainte et son agressivité première était passés, mais il était toujours aussi peu rassuré. C'est pas qu'il pensait exagérer, mais qu'allait-il faire si la louve lâchait entre ses pattes ? Et dire qu'il faisait si beau.



(c) Mychat/Ondolindë sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Damoclès
Damo-bushie
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Runy
Féminin Messages : 85
Date d'inscription : 30/12/2017
Age : 23

Identitée du loup/chien
Rang:
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Non

MessageSujet: Re: The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès   Mar 17 Avr 2018 - 22:38



Dead Healer & Stupid Redhead
with Adriel
Dans sa semi-conscience, Damoclès percevait un sacré remue-ménage, comme un écho lointain dans ses tympans pleins d'eau, qui devait se dérouler non loin de là où son corps inerte était étendu. C'était une expérience très étrange que celle qu'elle vivait actuellement ; elle avait l'impression, sans pour autant voir quoi que ce soit d'autre qu'une obscurité rougeoyante, qu'elle flottait au-dessus du sol, au-dessus d'elle-même, avec la sensation dérangeante que le moindre courant d'air pourrait la faire s'envoler sans possibilité de retour.

Le stress suscité par ce désagréable ressenti suffit à lui faire reprendre quelque peu ses esprits, et elle se rendit compte en plus de ça que quelqu'un la déplaçait. La solitaire sentait toujours de l'eau qui encombrait ses poumons, mais avait du mal à réunir assez de souffle pour la recracher. Les manipulations d'Adriel arrivèrent à point nommé, et grâce à lui, même mollement étendue sur le côté, la rouge put cracher tout son soûl ce liquide indésirable qui lui obstruait les bronches.

Petit à petit, elle libéra suffisamment ses voies respiratoires pour pouvoir tousser et soulager sa trachée, expectorant à s'en irriter la gorge. Toujours comme à travers un voile, mais un peu plus proche qu'auparavant, la voix du guérisseur lui parvenait, à moitié dissimulée par le bruit de ses crachats. La neutre avait d'autres chats à fouetter pour le moment avant de s'inquiéter de la teneur de ses propos, et finit par calmer sa toux, expirant dans un râle rauque, les yeux mi-clos.

« Eh ! Dit moi, eh, t'es pas morte, hein ? »

Lorsqu'elle ouvrit complètement les yeux, elle réalisa qu'il était juste au-dessus d'elle, affichant une mine inquiète qui avait presque quelque chose de comique d'aussi près. Suite à ses deux premières frayeurs, Damoclès parvint à se maîtriser, mais ne put s'empêcher de sursauter face à la proximité du rouquin. Certes, il lui avait sauvé la vie - après avoir failli la tuer de peur quand même - mais ce n'était pas une raison pour la reluquer à courte distance...

« Nan... » Sa première tentative pour parler fut interrompu par une nouvelle quinte de toux, qu'elle maîtrisa rapidement. « Nan, chuis pas morte. »

Sa voix était grave et rauque, du fait de l'utilisation forcée et agressive qu'elle venait de faire de sa gorge. C'était pire que d'habitude, mais il faudrait sûrement faire avec pour les prochains jours... Se redressant à demi sur un coude, la rouge poussa la grosse tête étrange de l'estival avec sa patte, sans brusquerie, mais avec fermeté.

« Par contre s'tu veux vraiment pas que j'clamse faut m'laisser un peu d'air. »

Elle avait encore envie de tousser, mais lutta pour ne pas aggraver son cas ; les chatouillements finiraient bien par s'estomper. L'idéal serait de trouver à manger, l'idée de boire de l'eau lui étant un peu insupportable pour le moment. Se massant la tempe, la solitaire passa en mode assis - avachi - et regarda autour d'elle.

« Hmm, y'a pas encore de fruit ou de baie à manger par ici, j'suppose ? »

Tant pis, elle patienterait jusqu'à son retour dans la partie "civilisée" des terres estivales. Son regard couleur de lave revint sur Adriel, qu'elle fixa en silence quelques instants. Elle l'avait déjà remarqué pendant sa convalescence, mais de tous les loups bizarres qu'elle avait croisés ici, il avait sûrement la palme d'or. Trop d'oreilles, trop de narines, des dents pas conformes... Y'avait de quoi se demander d'où ce spécimen pouvait débouler. Mais il était tellement gentil qu'on oubliait vite toutes ces particularités, et pour l'heure, la rouge souhaitait plutôt aborder l'épisode qui venait de se dérouler dans cet oasis.

« Me dis pas que t'étais en train de dormir la tête sous l'eau ?? »
(c) Damoclès
Revenir en haut Aller en bas
https://runedraconis.deviantart.com/
Adriel
Cellule
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carni, Kanu, Kannubis, un.kanny, Vivi
Masculin Messages : 15
Date d'inscription : 04/04/2018
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Guérisseur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: HE'S FREE LADIES. B)

MessageSujet: Re: The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès   Mer 18 Avr 2018 - 14:35



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sun & Bubbles
Adriel ft. Damoclès








Le guérisseur envisagea un instant de prêter allégeance aux divinités de ce monde lorsqu'il vit la solitaire à la crinière de feu reprendre conscience. Bon, elle n'était pas complètement revigorée non plus, et toussait encore comme si elle eut cherché à s'arracher les poumons; mais au moins elle ne gisait plus sur le sol. Adriel poussa un gros soupir, pas du tout discret, de soulagement. Ils étaient bien loin du camp de l'Eté et, si l'affaire s'était avérée plus grave, le mâle roux ignorait comment il l'aurait ramenée à temps jusqu'aux autres guérisseurs ( Adriel pouvant respirer sous l'eau, il n'était pas du tout spécialiste des cas de noyade.) ou comment il aurait évité de se faire tirer les oreilles par ses supérieurs. Du coup, heureux de ne pas avoir à envisager cela, il gardait son regard fixé sur la louve comme si elle était une miraculée bénie des dieux, avec un air un peu bêta.
Peut-être croyait-il que si il détournait son regard d'elle un seul instant, le miracle s'estomperait et elle se remettrait à mourir ( quoique, cela paraissait quand même fortement improbable.). Son visage, d'ailleurs, était un peu beaucoup trop proche de la pauvre Damoclès qui le lui fit savoir en posant une de ses pattes sur face et le repoussant pour qu'il s'écarte un peu.

« Par contre s'tu veux vraiment pas que j'clamse faut m'laisser un peu d'air. »

Oh bah ça, non, il n'avait aucune envie qu'elle clamse ! Adriel n'avait pas peur de Damoclès, en soi, car elle n'était pas une inconnue; cependant il n'était toujours pas totalement rassuré après ce réveil en fanfare et la patte de la louve l'eut à peine touché qu'il se déroba, faisant plusieurs pas hésitants en arrière pour s'écarter un peu, comme s'il avait peur qu'on le touche. En réalité, ce réflexe de se dérober lorsqu'on voulait toucher son visage lui était venu à cause des louveteaux estivaux qui, curieux de découvrir l'étrange morphologie d'Adriel, avaient maintes fois cogné ses crocs trop longs ou, pire, fichu une de leurs petites griffes dans ses naseaux. Du coup, il était devenu un peu méfiant.

Le guérisseur voulut aider Damoclès à se redresser, mais il se dit qu'elle n'était tout de même pas handicapée ( et qu'elle risquait d'essayer encore de le repousser avec une patte dans sa face.), et se garda bien de bouger de son endroit où il s'était assis, sa queue trop longue entourant ses pattes.

« Hmm, y'a pas encore de fruit ou de baie à manger par ici, j'suppose ? »

Adriel, sans vraiment étudier la question, se mit à hocher vigoureusement la tête, un large sourire sur les lèvres et s'exclama, avec l'air heureux de l'enfant qu'on interroge sur quelque chose qu'il croit savoir :

« Si, si ! Des goyaves, y en a toute l'année et on les trouve facilement et...»

Puis, la question de Damoclès monta enfin vraiment jusqu'à son cerveau et le sourire noir d'Adriel se tordit un peu et il secoua la tête, rectifiant :

« Ah ! Mais pas ici, non...»

L'estival était en train de faire mentalement l'inventaire de tous les fruits et baies qu'il connaissait et les endroits où les trouver, se rappelant sagement les enseignements de ses pairs sur la végétation estivale. Adriel adorait l'odeur et le goût sucré des fruits, de sorte qu'il savait généralement où en trouver et quand. A cause de sa mâchoire plus adaptée à tuer qu'à mâcher la chair molle des fruits, le mâle roux était en réalité presque incapable d'en consommer sans s'étouffer ou s'érafler la langue sur ses canines aiguisés; mais il était trop têtu pour arrêter d'essayer. Cependant, si l'Oasis était gorgée de végétation, celle-ci n'abritait aucun fruit comestible. ( 'Fin après, si c'est du poison qu'elle voulait, là y en avait à foison.).

Son regard s'était porté sur le visage de Damoclès et il observait l'endroit où elle s'était cognée. Elle risquait d'avoir une sacré bosse, et pas le genre de bosse super gracieuse. La voix rauque et abîmée de Damoclès fit se dresser une de ses oreilles trop longue qui, ne pouvant tenir debout, alla retomber de l'autre côté de sa tête.

« Me dis pas que t'étais en train de dormir la tête sous l'eau ?? »

Adriel, qui était un peu lent parfois, se demanda d'abord " mais quel rapport avec les fruits ?", sans se dire que la question était parfaitement légitime. Il fronça les sourcils et inclina un peu la tête sur le côté, renvoyant encore ses longues oreilles basculer de l'autre côté de sa tête. Sûrement avait-il tendance à oublier que tout le monde ne pouvait pas respirer sous l'eau. Il répondit, confus, comme si c'était évident :

« Bah, si. »Puis, ayant peur qu'on voit cela comme quelque chose de bizarre, ajouta. « C'est super agréable, tu sais ! Et puis, ça garde la tête au frais. »

Après tout, elle avait bien plongé la tête sous l'eau elle aussi. Adriel dut croire qu'elle avait fait cela pour elle aussi dormir la tête sous l'eau, et pas du tout pour vérifier que l'estival n'était pas en train de décéder lamentablement.

« C'est aussi ce que t'allais faire, nan ? »

Quoique, se remémorant son réveil brusque, il voyait mal l'utilité de crier pour s'endormir. Adriel plissa les yeux, toujours aussi confus et demanda , autant à Damoclès qu'à lui même :

« Mais attend, alors, pourquoi t'as crié ? »


Le soleil tapait désormais tellement fort qu'Adriel, qui avait le dos exposé à ses rayons, était presque déjà complètement sec, à l'exception de ses cheveux en bataille qui ruisselaient toujours d'eau. Ses enseignements de guérisseur durent lui revenir encore, car, sans attendre la réponse de Damoclès, il se dressa sur ses pattes et indiqua de la tête un coin protégée du soleil par la végétation dense :

« Euh, dit, tu veux pas qu'on s'abrite ? Moi ça va, hein, mais toi j'ai pas trop envie que tu chopes une insolation en plus de ton hématome. »

Après tout, Damoclès n'était pas une estivale, et Adriel la voyant déjà affaiblie par le fait d'avoir failli se noyer, n'avait pas envie qu'elle perde de nouveau conscience parce qu'elle était restée trop longtemps au soleil.



(c) Mychat/Ondolindë sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Damoclès
Damo-bushie
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Runy
Féminin Messages : 85
Date d'inscription : 30/12/2017
Age : 23

Identitée du loup/chien
Rang:
Popularité:
15/100  (15/100)
En couple ?: Non

MessageSujet: Re: The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès   Ven 20 Avr 2018 - 9:58



Dead Healer & Stupid Redhead
with Adriel
Le mouvement brusque d'Adriel pour se reculer et aller s'asseoir plus loin intrigua brièvement Damoclès, puis elle se contenta simplement d'apprécier le retour de son espace vital. Sa truffe la piquait et elle sentait un petit mal de crâne poindre, ce qui ne la ravissait pas vraiment. Ça lui apprendrait, à faire dans le charitable et à se mêler des affaires des autres ! Elle aurait bien mieux fait de laisser le guérisseur à sa... son... ses occupations, se contenter de boire et aller taper un petit roupillon un peu plus loin, sereinement. Mouais. Sauf que le corps étendu et inerte l'avait bien trop choquée pour qu'elle ait pu penser à pioncer par la suite, donc c'était peine perdue.

« Si, si ! Des goyaves, y en a toute l'année et on les trouve facilement et...» Il y eut un moment de blanc, au cours duquel la rouge dévisagea son étrange interlocuteur, voyant clairement la lumière se faire dans son esprit. Une petite lumière, mais c'était déjà ça. « Ah ! Mais pas ici, non...»

C'est bien ce qu'il lui semblait, mais l'intervention était louable. La solitaire n'avait jamais eu l'occasion de le vérifier, mais elle avait entendu certaines mauvaises langues se rire de la lenteur d'esprit du rouquin ; même s'il y avait un peu de vrai, elle retenait surtout la volonté de bien faire et l'enthousiasme du jeune loup, et ne voyait pas de raisons de se moquer.

Posant doucement sa patte sur l'arrière de son crâne, la demoiselle grimaça en sentant la belle bosse qui avait fait son apparition. Formidable, une nouvelle blessure de guerre, et attention ! Celle-là était quand même particulièrement héroïque... Un brin dépitée, elle fouilla les environs du regard, essayant malgré tout de détecter quelque chose de sucré qui pourrait lui remplir le ventre, mais elle ne vit rien que des cactus. Elle n'y connaissait rien en plantes estivales et ne voulait pas mourir empoisonnée, donc tant pis ; sur ça, elle pouvait certainement faire confiance au guérisseur.

« Bah, si. C'est super agréable, tu sais ! Et puis, ça garde la tête au frais. »

Lentement, Damoclès tourna son regard circonspect vers le cornu assis non loin d'elle. Elle convenait qu'il n'y avait rien de mieux qu'une baignade pour être au frais... Mais l'inconvénient avec la tête, c'est qu'on ne pouvait pas y rester indéfiniment sans mourir noyé. Alors y dormir ??

« C'est aussi ce que t'allais faire, nan ? »

Plissant les yeux, elle continua à le fixer, clairement dubitative. Il était vraiment sérieux, là ? Qu'est-ce qu'elle pouvait répondre à ça ? Son cerveau embrumé essayait de trouver une quelconque logique dans les paroles d'Adriel, mais pour le moment son état ne lui permettait guère d'y comprendre quoi que ce soit, aussi ne trouvait-elle rien à répondre, attendant de voir s'il la prenait pour un jambon ou non. Quand il s'interrogea sincèrement sur le pourquoi du comment de son cri, elle comprit qu'il était réellement sérieux et secoua lentement la tête, se massant la tempe. Qu'est-ce que c'était que ce numéro...

Lorsqu'il se leva en préconisant de trouver un peu d'ombre, elle se dit que c'était une des premières choses sensées qu'elle lui entendait dire, et se leva à son tour, fébrile. Trop de chaleur, de remue-ménage et d'eau dans son cerveau, il lui fallait un peu de repos.

« Bonne idée, j'commence à bouillir. »

Suivant l'indication du rouquin, elle clopina vers un douillet coin d'ombre, se blottissant contre la paroi de pierre fraîche sur un lit de mousse. Par-fait. Maintenant elle pouvait éventuellement réfléchir un peu.

Tout en s'installant confortablement, elle étudia en coin son étrange compagnon de la journée ; il y avait tant de détails qui l'étonnaient chez lui, elle ne savait même pas par où commencer. Mais cette petite observation et l'ombre bienfaisante sur sa tête douloureuse lui permirent au moins de mettre enfin ses neurones en action, et dans cet effort, elle plissa à nouveau les yeux, scrutant avec attention son jeune comparse. Et si il était tout équipé de gadgets ou de particularités qui lui permettaient de faire des choses impossibles pour le commun des loups ? Et si ce que les autres prenaient pour de la bêtise était surtout une sorte... d'ignorance, peut-être, des usages courants ? Il lui semblait qu'elle venait d'assister à une démonstration plutôt concrète de ces deux points, et décida de tirer les choses au clair, redressant la tête pour plonger ses yeux dans ceux de l'estival.

« Attends, t'es en train de me dire que tu peux respirer sous l'eau, c'est bien ça ? »

Forcément qu'avec ça, les siestes immergées devenaient bien plus simples et plus agréables. Ça expliquait beaucoup de choses ! Enfin, pas comment, exactement, il parvenait à faire ça, mais c'était tout de même un début. Davantage détendue maintenant quelle était au frais - et sa curiosité attisée par ses premières suppositions - Damoclès se redressa un peu plus, levant la tête pour toiser Adriel.

« Tu sais que tous les loups ne peuvent pas faire ça ? Moi par exemple j'en suis incapable. Tout à l'heure, j'étais juste en train d'vérifier si t'étais pas mort noyé. »

Elle laissa échapper un rire grinçant, secouant la tête et tournant ses yeux de braise vers la surface brillante de l'eau.

« Ben ça explique la peur bleue qu'on s'est collés alors. »
(c) Damoclès
Revenir en haut Aller en bas
https://runedraconis.deviantart.com/
Adriel
Cellule
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carni, Kanu, Kannubis, un.kanny, Vivi
Masculin Messages : 15
Date d'inscription : 04/04/2018
Age : 18
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identitée du loup/chien
Rang: Guérisseur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: HE'S FREE LADIES. B)

MessageSujet: Re: The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès   Hier à 12:15



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sun & Bubbles
Adriel ft. Damoclès








En étudiant les réactions de plus en plus incrédules de la louve solitaire, Adriel commença à réaliser qu'il était probablement en train de raconter n'importe quoi. Il se dit, en fronçant les sourcils, qu'il avait dû manquer un épisode, ou que quelque chose lui échappait. Sans ajouter de remarque, trop occupé à cogiter sur l'air désappointé de Damoclès, le guérisseur estival la mena vers un endroit à l'abri du soleil. L'ombre amenait un petit peu de fraîcheur qui fut apprécié autant par l'estival que la solitaire. Il avait remarqué que Damoclès progressait en claudiquant, ce qui ne pouvait à priori pas venir de son choc à la tête, mais n'était en tout cas pas très rassurant. Cependant, un petit peu consciencieux, ou peut-être simplement timide, Adriel ne voulait pas l'assaillir avec son inquiétude de guérisseur.

Il s'installa à son tour à l'ombre, pas très loin de Damoclès, s'étalant de tout son long comme s'il était une carpette. La mousse sous son ventre le rafraîchissait et le chatouillait un peu. Ses oreilles partaient encore dans tous les sens, mais il y était tellement habitué qu'il ne s'étonnait plus d'en avoir une qui traînait sur le sol, et une autre dans son visage. Il rapprocha ses pattes devant lui pour poser tranquillement la tête dessus. Là, il était parfaitement à l'aise. Le soleil n'allait pas arrêter de briller d'ici tôt et si l'été était encore loin d'être installé, il n'y avait déjà aucun nuage dans le ciel pour entraver ses rayons. Du coin de l'oeil, il observait Damoclès. Tout ce qu'on lui avait conté d'elle, lorsqu'elle était arrivée chez eux pour faire soigner sa blessure, c'est qu'elle avait vaillamment combattu " Nachtgewalt et ses Nuiternes". Autant vous dire que ça ne lui évoquait rien, il n'avait jamais croisé le chemin ni des Nuiternes, ni de Nachtgewalt ( dont il pouvait à même prononcer correctement le nom.). Néanmoins, le rouquin la respectait instinctivement. Et instinctivement, il éprouvait pour elle une sorte de respect, un sentiment de "Wouaw, elle s'est battue contre des ennemis très fort". Son regard croisa le sien et Adriel redressa un peu la tête à sa question :

« Attends, t'es en train de me dire que tu peux respirer sous l'eau, c'est bien ça ? »


Il hocha vigoureusement la tête. Adriel pensait que l'autre l'avait déjà deviné, mais il comprenait de plus en plus que cela n'était pas évident. Elle ajouta :

« Tu sais que tous les loups ne peuvent pas faire ça ? Moi par exemple j'en suis incapable. Tout à l'heure, j'étais juste en train d'vérifier si t'étais pas mort noyé. »

Lentement, ses yeux s'écarquillèrent lorsque toutes les pièces du puzzle s’emboîtèrent : il réalisait sa grossière erreur. Depuis le début, il s'était dit que quelque chose clochait; mais il avait fallu que Damoclès le lui explique clairement pour que le rouquin ne prenne pleinement conscience de sa méprise. Il se mit à regarder Damoclès avec un air d'incrédulité qui paraissait presque comique, tant on aurait dit qu'il n'avait pas du tout envisagé que la situation fut ainsi. Il resta bouche bée, comme si sa mâchoire inférieure allait tomber. Puis Adriel s'exclama bruyamment :

« Aaaaaah ! Mais c'est pour ça alors ! »

Il faut croire qu'à cet instant, son cerveau se ralluma ( ou s'alluma tout court) enfin, car le guérisseur estival prit un air de réflexion, avant d'ajouter :

« Tout le monde n'a pas ce pouvoir, c'est vrai. »

C'était plus un oubli que de l'ignorance totale. Adriel était conscient, au fond, que la noyade existait bien et que tout le monde ne pouvait pas rester indéfiniment sous l'eau. Cependant, cette notion d'un second pouvoir, destiné uniquement aux estivaux, l'avait amené à une confusion qui le poussait à s'emmêler les pinceaux et à penser qu'en fait : tous les loups qui se rendait en été, même sans être de ce clan, possédaient le même pouvoir. On avait déjà dû lui dire que tout le monde ne possédait pas ce pouvoir, mais Adriel ne l'avait visiblement pas retenu. Le seul pouvoir dont il n'oubliait jamais qu'il était uniquement le sien, c'était son pouvoir de contrôle de la gravité. Celui là, il l'avait depuis l'enfance, ça n'était pas pareil. Tandis qu'il y pensait, son regard se posa sur des cailloux devant lui qu'il fit machinalement s'élever au dessus du sol, puis se reposer, comme si de rien était.

Reposant son attention sur la louve à la chevelure rouge, Adriel prit un air quelque peu penaud et coupable. S'il s'était rappelé ce détail, la louve ne se serait jamais cogné ainsi la tête. Le mâle roux dit, d'une voix un peu plus basse et avec un petit rire nerveux :

« J'suis désolé de t'avoir fichu une trouille pareille...»Puis il ajouta, avec un petit soupir. « Toutes ces histoires de magie, de multiples pouvoirs différents pour chaque loup, ça m'embrouille des fois et j'oublie comment ça fonctionne ou je confonds...»

L'attention d'Adriel s'était éloignée du visage de Damoclès. Son regard se posa sur le dos de la louve, qui était collée contre la pierre. Il surveillait, sans rien en dire, que la blessure béante de Damoclès ne s'était pas rouverte et ne saignait pas. Il ne voyait rien et ne préférait pas l'affoler. Le mâle roux demanda, curieux mais toujours un peu penaud, reposant sa tête sur ses pattes :

« Alors, du coup, si j'comprend bien, toi aussi t'as un second pouvoir; mais qui n'a rien à voir avec le fait de pouvoir respirer sous l'eau, c'est ça ? »




(c) Mychat/Ondolindë sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Lazy Healer and the Famous Warrior | ft. Damoclès
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Territoires Estivaux :: Gorges Ecarlates :: Oasis Perdue-
Sauter vers: