Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 A walking catastrophe | ft. Lula

Aller en bas 
AuteurMessage
Adriel
Petite Graine
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carni, Kanu, Kannubis, un.kanny, Vivi
Masculin Messages : 25
Date d'inscription : 04/04/2018
Age : 19
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identité du loup/chien
Rang: Guérisseur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: HE'S FREE LADIES. B)

MessageSujet: A walking catastrophe | ft. Lula   Sam 7 Avr 2018 - 16:00

You're a walking catastrophe, but we like you all the same

Adriel & Lula

La guerre n'avait pas eu lieu sur les terres de l'été, pourtant ces dernières été aussi affectées que si la bataille avait eu lieu directement ici. De ce qu'on lui avait expliqué, un traître printanier avait mis le feu à la jungle rouge, peu après la naissance tant attendue des filles de Sahondra, alpha de l'été. La reine elle-même, ayant sûrement trop à faire avec sa nouvelle progéniture,  n'avait guère exprimé de volonté de revanche. Adriel n'avait pas été particulièrement surpris : il n'était peut-être pas le plus érudit de tous, mais il connaissait assez son alpha pour savoir que celle-ci ne fonçait pas tête baissée dans le combat et ne laissait guère la haine ou la volonté de représailles voiler son jugement. Le jeune mâle s'était dit qu'il aurait aimé un jour être capable d'une telle maîtrise de soi.

En attendant, l'incendie lui posait à lui un autre problème. Comme tous les autres clans, l'été avait des blessés à traiter; or, avec l'état présent de leur jungle, il était particulièrement ardu pour le jeune guérisseur de trouver les plantes adéquates. L'odeur de cendre était insupportable pour les sens sur-développés du loup roux, qui avait du mal à repérer l'odeur de plantes à travers le masque de fumée. Ses petits naseaux, sur les côtés de son museau, étaient fermés et il respirait par sa truffe, qui était moins sensible. Adriel soupira doucement. Il n'avait pas participé aux combats. D'une part, parce qu'il n'avait aucune idée des tenants et aboutissants de ce conflit et était incapable d'identifier qui étaient exactement leurs ennemis. Et d'autre part, car s'il avait décidé de ne plus utiliser sa force et ses capacités meurtrières, ce n'était pas pour briser cette promesse à la première difficulté. Tout ce qu'il avait suivi, c'est qu'un des traîtres faisait partie de l'été et la haute hiérarchie en était profondément peinée. Adriel contempla cette traîtrise un instant, une moue confuse sur son visage : pourquoi haïrait-on son propre clan au point de le trahir ?

Adriel haussa les épaules et se remit en route. Il avait le museau près du sol et ramassait aussi délicatement que possible les plantes médicinales qu'il trouvait ça et là, dans les coins de la jungle qui n'avaient pas été touché par l'incendie désastreux. Sa marque bleue illuminait son chemin. Par moment, le loup roux se mettait à pester entre ses crocs trop longs. Déjà qu'il galérait à reconnaître des plantes en temps normal, si en plus il n'arrivait pas à trouver celles qu'il connaissait par coeur ! Son pas était traînant et il veillait à ne pas soulever trop de cendre, l'odeur étant réellement insoutenable pour le pauvre estival trop sensible. Ses yeux lui piquaient un peu et il y avait des larmes qui perlaient dans les coins, embuant sa vue. Il était parfois obligé de soulever sa tête pour respirer un peu d'air frais.

Le soleil perçait encore plus entre les feuillages de la jungle, maintenant qu'il en manquait une partie pour la recouvrir de leur ombre. Sa chaleur caressait agréablement le pelage roux du mâle, qui se serait peut-être mieux camouflé dans la flore si le bleu de sa marque et de son collier ne le rendait pas immédiatement repérable. C'était profondément agréable, de sentir ainsi les rayons réchauffer son dos. Petit, Adriel ne savait même pas que quelque chose comme le soleil existait, en dehors de sa cage. Pour lui, louveteau, la seule source de chaleur était sa mère et les lampes halogènes.
Adriel, voulu agiter la queue de bonheur, mais un seul mouvement de celle-ci souleva un immense nuage de cendre qui fit tousser l'estival. C'était bien la peine de faire attention à ne pas s'étouffer avec la cendre, tiens !

Une fois qu'il eut fini de cracher la cendre qui obstruait sa gorge, Adriel repéra du coin de l'oeil la plante qu'il cherchait en particulier. Ces fleurs avaient des vertus apaisantes et anti-douleur, du moins c'est ce dont Adriel se souvenait. Il manqua de lâcher tout son bouquet, tant il triomphait de sa trouvaille. La plante en question était placée dans un large tronc d'arbre creux, que le feu avait dû faire tomber. Là, entre l'écorce protectrice, les fleurs resplendissaient de toutes leurs couleurs. Adriel prit un sourire de gamin fier de lui et s'approcha du tronc creux. Elle n'était pas inaccessible, mais il devait se pencher et se tordre pour y accéder. Et Adriel était trop gros et pas assez souple pour le faire. Mais il était têtu et persévérant, lorsque quelque chose suscitait son intérêt. A force de se tortiller comme un débile, se roulant dans la tête, l'estival réussit finalement à passer sa tête et une patte dans le creux du tronc. Adriel s'apprêtait à cueillir la fameuse fleur, lorsqu'un bruit fit se dresser autant que possible ses quatre oreilles.

A en juger par la force du bruit, l'individu qui s'approchait de lui ne devait pas être très loin. Le bruit de ses pas résonnait dans ses tympans et se rapprochait de plus en plus, alors qu'Adriel était en claire position de faiblesse. Instinctivement, il paniqua et voulu sortir du tronc dans lequel il avait eu tellement de mal à se glisser. Maladroitement, Adriel voulu s'extirper rapidement et cogna violemment ses cornes dans le tronc, les y coinçant.

Merde-euh !



De manière un peu ridicule, le loup trop gros poussa avec ses pattes contre le tronc pour finir par réussir à en sortir sa tête. D'un seul coup, sa tête sortit du tronc dans lequel elle était coincée, emportant avec lui un énorme morceau d'écorce dans lequel était encastrée ses cornes. Sa propre force le propulsa en arrière et il roula dans l'herbe. Quand il s'arrêta enfin, il se redressa et s'ébroua, se défaisant du morceau d'écorce. Ses naseaux s'étaient rouverts et l'odeur d'une louve, toute proche, emplit tout son odorat, masquant tout le reste des plantes. Redoublant de panique, il se déroba et sauta en arrière. Instinctivement, il avait découvert ses babines et ses crocs noirs, grognant avec menace. Cependant, sa menace s'éteint bien vite, car en reculant, il cogna ses pattes arrière dans le tronc. Ce dernier le faucha. Adriel perdit à nouveaux l'équilibre et bascula en arrière, disparaissant derrière le tronc d'arbre. S'écrasant lourdement, il souffla.

Aïe..!



Le loup roux se redressa tout doucement, appuyant ses pattes avant sur le tronc d'arbre. Il avait des petits copeaux d'écorce qui parsemait ses cheveux et son pelage. Ses longues oreilles lui tombait à moitié dans le visage et, avec ses mèches, lui barraient la vue. Il s'exclama en direction de l'inconnue qu'il ne pouvait voir, mais sentait parfaitement :


T'es qui ?!


DEV NERD GIRL



Dernière édition par Adriel le Lun 9 Avr 2018 - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Cellule
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : BitterTwins
Féminin Messages : 12
Date d'inscription : 30/03/2018
Age : 24

MessageSujet: Re: A walking catastrophe | ft. Lula   Dim 8 Avr 2018 - 16:08

C'était elle, la miss Catastrophe, en chair et en os, on la voyait, on la sentait, on l'avait dans le sang, elle abandonne tout le monde, elle fait changer les femelles de bord.
La séduction c'était parfois très simple. . Sans tomber dans le vulgaire ou le trivial, il valait toujours mieux éviter la prise de tête, surtout. On la voyait sirène; elle était collier de chien. De là à dire que ça demandait aucune méthode? Bien sûr que non. C'était aussi analytique et précis qu'en demandait tout autre quête. Tout était lié et semblable, à mettre au même niveau, sans hiérarchie, Ni Bien ni Mal, seulement les objectifs à atteindre, et Lula avait soif de sang, sans arret, soif d'energie, assoifée de vigueur lupine, c'était sa folie douce, sa lubie, son idylle.

Franchement, les séduire et se faire inviter au seuil de leur intimité, les faire sauter peu à peu les barrières protectrice de leur âme,  alors que dans son âme aseptisé elle n'avait pas une onse, pas une miette restante encore de sentiment, était surement une tache aussi ardue que résoudre un problème de mathématiques fort compliqué. Qu'on puisse nier cela l'agacer fortement. Déjà, mais qu'on la renie elle, qu'on lui foute un rateau ou qu'on la rejette, ça, ça la rendait ombrageuse, une colère indicible et difficilement calfeutrée. Et avec une telle faim tenaillant son petit corps chétif, Lula était presque prete à mordre sans plus faire de simagrés, sans avoir les douceureux préliminaires séducteurs qu'elle a l'habitude de prodiguer à ses proies amoureuses, avant de hop suprise, mordre un coup dedans, une catastrophe vous dis-je.

La médiocrité était peu séduisante, et la brutalité, n'en parlont pas, aussi ne voulut elle pas en venir à là, lorsqu'elle entendit un loup cracher, peut être était il malade? Elle s'approcha discretement, il devait être assez loin. Non, pas de brutalité, ne pas devenir un vil moustique qui se repaît de sang sans y avoir été inviter, un peu de douceur dans ce monde de brute que diable! Mais la candeur, le naturel avait son charme, Lula l'avait toujours penser et ce que pensait Lolita était mondial, universel comme la muse puisque tous lui appartenait. Il suffisait de prétendre faire ce qu'on pensait qu'on voulait qu'on nous fasse, quand il ne fallait pas faire ce qu'on attendait de nous. Ce qu'on attend de nous est d'ailleurs rarement original, parfois, on met du temps à le trouver, c'est difficile, délicat et le chemin est pénible, il nous entraine encore plus près du gouffre sur lequel on traine en funambule, parce que l'adversaire passif se fout de nous, il cherche à nous faire tomber, mais c'est globalement toujours la même chose.
Elle entendit un plus si lointain "aïe" Lula tressaillit de plaisir intérieurement, combien de fois avait elle entendit ce petit cri de déplaisir, de surprise parfois, mêlé à une certaine frayeur séduite? Aussi lorsqu'elle entendait ce bruit elle l'associait dorénavant inconsciemment à l'heure du repas. Lula s'approcha définitivement et tomba sur un loup ma foie plutôt beau gosse. Je veux dire beau gosse pour un animal, je ne sais pas si un animal peut être beau gosse selon les critères canins mais bref.

" T'es qui?"Dit il prestement.
Lula ne voulut pas passer pour une Brute, donc, ni pour une assoifée de sang, ce n'était pas très attrayant, ni très commun, du moins un loup qui mord les autres loups, car tous étaient plutôt carnivores qu'autre chose. Elle fit donc sa tête candide et naturelle de d'habitude, celle qu'elle avait toujours si bien travaillée et retravaillée afin qu'elle soit la plus agréable possible, ses deux yeux dorés ronds aillant l'air parfaitement innocent, cependant elle ne put s'empêcher d'hausser un sourcil un peu réprobateur, même pas de bonjour? Ce mâle avait il l'habitude de rencontrer des gens aussi awesome ? Enfin, elle chassa vite cette expression un peu supérieur de son visage.

"Je suis Lula, bon-jour! Et toi, t'es qui?"
Revenir en haut Aller en bas
Adriel
Petite Graine
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carni, Kanu, Kannubis, un.kanny, Vivi
Masculin Messages : 25
Date d'inscription : 04/04/2018
Age : 19
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identité du loup/chien
Rang: Guérisseur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: HE'S FREE LADIES. B)

MessageSujet: Re: A walking catastrophe | ft. Lula   Mar 10 Avr 2018 - 22:23

You're a walking catastrophe, but we like you all the same

Adriel & Lula

Dans un premier temps, une voix douce et suave le fit sursauter à nouveau. L'echo de la voix de la femelle chatouilla ses oreilles hypersensibles. C'était toujours moins désagréable qu'une voix stridente pour ses multiple tympans, mais Adriel ne put s'empêcher d'éclater un peu de rire, comme si on l'avait véritablement chatouillé, et de se mettre à secouer la tête énergiquement. Une fois. Deux fois. Puis il se calma tout aussi promptement qu'il s'était agité. Une de ses longues oreilles était rabattue sur sa tête, mais au moins le mouvement était parvenu à déplacer les mèches rouges qui couvraient ses yeux. Un beau regard doré rencontra le sien et Adriel se sentit déjà bafouiller alors qu'il ne parlait même pas encore.

La jeune louve lui apparut alors. Elle était, il fallait l'admettre, plutôt jolie. Son pelage crème resplendissait sous les rayons du soleil estival et donnait l'impression d'être blanc. De longues mèches rouges entouraient son fin visage. Elle portait un air d'assurance naturel de louve qui est habituée à ce qu'on la complimente, mais à laquelle n'était attachée aucune sensation de mépris ou d'arrogance démesurée. Un voile transparent tombait sur ses épaules, ballotté par la chaude brise estivale, il ajoutait à son air angélique, fragile.
Adriel, bien sûr, n'analysait pas les choses aussi profondément. Tout ce que le jeune loup roux voyait, c'était qu'elle le regardait avec une petite moue sûrement due au manque de politesse de l'estival.

Ce dernier sembla brusquement se rappeler qu'on abordait pas les gens ainsi et, dévisageant timidement Lula, il balbutia, comme incapable d'articuler une phrase complète :

Adriel !



En même temps, il restait sur ces gardes. L'odeur de la louve, bien qu'agréable, ne lui disait rien du tout. C'est qu'il n'avait jamais été très doué pour associer correctement les odeurs à chaque clan. Seul le sien lui était parfaitement familier, une douce odeur de sable chaud, de fruits sucrés et de végétation humide. Celle là, il l'aurait reconnue parmi milles. Pour le reste, c'était plutôt hasardeux. Et celle de la louve le laissait parfaitement confus. Et la confusion le rendait précautionneux. C'était peut-être une intrus ? Elle lui voulait peut-être du mal ? Adriel la fixait du coin de ses yeux bleus et or, incapable de se décider à son sujet.

Il avait toujours entre les crocs le bouquet d'herbes et de fleurs médicinales qu'il destinait à sa réserve. Il n'allait pas les lâcher, vu comme il en avait besoin, cependant, cela donnait l'impression, par un amusant quiproquo, qu'Adriel était en fait en train d'offrir des fleurs à la jolie louve. Le loup roux ne se rendait pas compte de son geste et garda les fleurs de sa gueule. Cela lui donnait un air à la fois innocent et naïf, de jeune mâle au coeur d'artichaut, qui voulait séduire les jeunes demoiselles. Cependant, il n'en était rien, en réalité. Le pauvre cornu était plus tourmenté par le fait qu'il s'agisse d'une inconnue, que par le fait qu'elle soit jolie.

Ainsi, ses fleurs toujours dans sa gueule, il se mit à dévoiler légèrement ses crocs noirs. Sans menace réelle, mais pour manifester sa méfiance et son absence de confiance. Lorsqu'il ne savait pas comment réagir, la réaction d'Adriel était toujours de ne pas se montrer amical avec son interlocuteur, afin de le cerner. Sauf que là, c'était quelque peu ridicule, puisqu'il grognait et dévoilait ses babines, mais qu'il avait toujours entre ces mêmes crocs un beau bouquet garni. Ne pouvant pas desserrer les crocs, au risque de laisser tomber ces plantes ( ce qui nous laisse penser qu'il était conscient d'avoir le bouquet toujours entre les crocs), Adriel siffla, presque incapable d'articuler correctement :

T'viens d'où comm'ça, Lula ?



Certes, s'il essayait d'être rationnel, la louve n'avait pas l'air bien agressive. Il était même certain que l'énorme loup qu'étais Adriel l'aurait écrasé sans soucis d'un simple coup de patte. Néanmoins, Adriel était un loup qui répondait encore énormément à son instinct et se laissait dicter sa conduite par ce dernier.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Cellule
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : BitterTwins
Féminin Messages : 12
Date d'inscription : 30/03/2018
Age : 24

MessageSujet: Re: A walking catastrophe | ft. Lula   Lun 16 Avr 2018 - 11:19

Lorsque Lula avait découvert qu'elle n'était pas la seule jolie poupée à qui on écarte les jambes d'un seul geste simple sur ses terres, elle avait décidé de devenir la pire. La plus belle, la plus douce, la plus pimbêche, la plus tout. Elle avait décidé de rendre la subjectivité objective, et d'être aimé de tous sans distinction du genre.
Lorsqu'on n'arrivait pas à anticiper les désirs de l'autre, qu'il en devenait incompréhensible, il fallait prendre des risques, quitte à montrer la craquelure de notre carapace. Si on veut pouvoir en créer aussi chez l'adversaire, des failles. L'amour dans notre zone de confort c'était infaisable. Il fallait souffrir, trembler sur le chemin, pour enfin pouvoir nous attacher l'espace d'une nuit.
Et si on veut pouvoir un jour embrasser ses plaies, y laisser notre marque de fiel et les recoudre juste après de nos lèvres mielleuse, aseptisé et sans teciture depuis tout ce temps glacé de l'horloge organique... Lorsqu'on se rend compte qu'on aime plus, c'est douloureux, mais quand on se sent assez fort pour continuer, alors, on continue.
Voilà pourquoi Lula avait déjà oublié la petite gêne qui s'était emparée d'elle tout à l'heure et était déjà emplie de joie en voyant le loup aux multiples oreilles lui répondre.

« Enchanté Adriel, ça fait très... Séraphique ! C'est beau j'aime bien ! » Elle se dit qu'il était inutile de gueuler ces mots, Adriel devait l'entendre parfaitement voir un peu trop bien ? Elle se demanda un instant si c'était génant, d'avoir une paire d'oreille en sur nombre.
« Je viens d'ici et d'ailleurs, de nulle part en somme... » Elle marqua une pose où elle vint plus pres de lui histoire de marqué leur rapprochement et la naissance de ce qu'elle éspérait une bonne entente, en somme elle éssayait de dire qu'elle venait de nulle part mais qu'elle venait en paix.
«  Je suis venue spécialement pour toi donc ! J'espère que tu es content, à plat ventre et incline toi devant ta relique de beauté ! Je plaisante ». Elle ria légérement, de ce rire cristallin qui était le siens.
Revenir en haut Aller en bas
Adriel
Petite Graine
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Carni, Kanu, Kannubis, un.kanny, Vivi
Masculin Messages : 25
Date d'inscription : 04/04/2018
Age : 19
Ta localisation réelle : Dans le Saladier Saint. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Identité du loup/chien
Rang: Guérisseur
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: HE'S FREE LADIES. B)

MessageSujet: Re: A walking catastrophe | ft. Lula   Mar 17 Avr 2018 - 1:00

You're a walking catastrophe, but we like you all the same

Adriel & Lula

Il fut quelque peu prit au dépourvu par l'attitude de la louve crème, autant que par ses paroles. Adriel était quelqu'un qui n'appréciait pas les attitudes peu claires et tendancieuses, tout simplement parce qu'il ne les comprenait pas. Et le jeune mâle, lorsqu'il ne comprenait pas quelque chose, avait tendance à penser qu'on cherchait à se moquer de lui ou à l'embrouiller. Tout sous-entendu était incompréhensible pour un loup aussi direct qu'Adriel, qui n'était pas non plus très second degré. De ce fait, il inclina la tête sur le côté et se mit à froncer les sourcils, d'un air confus et un peu enfantin.

La louve n'avait toujours pas l'air méchante, en tout cas pas du genre de méchanceté qu'il ait jamais rencontré. Il ne savait quoi penser d'elle, vraiment. Elle l'avait complimenté, ce qui n'arrivait pas souvent au mâle roux et le faisait forcément rougir, sans qu'il soit capable de dissimuler ses émotions. Il était bien trop honnête pour cela. Enfin, il ne savait pas ce que "Séraphique" pouvait bien vouloir dire, ce genre de vocabulaire étant un peu trop élaboré pour lui; mais de la manière dont elle l'avait employé, ça ne sonnait pas du tout comme une insulte. L'estival avait un peu baissé ses longues oreilles, constamment gêné par les bruits toujours trop forts au point qu'il n'en faisait même plus cas. Cependant, elle n'avait pas révélé d'où elle venait et cela contrariait un peu le guérisseur. Ca n'était pas son boulot, certes, mais il aurait préféré qu'on lui dise d'emblée si c'était une ennemie ou une amie...Enfin, le jeune adulte supposa que ce n'était pas si facile et que nul ne se présenterait avec un petit écriteau "Ami" ou "Ennemi".

Tandis qu'il méditait cela, il ne fit pas attention au rapprochement de la louve et sursauta lorsqu'il la découvrit encore plus près de lui. Il rougit instantanément et, se prenant les pattes dans sa queue trop longue, Adriel trébucha et se rattrapa in extremis pour se retrouver assis sur le fesses, l'air pataud et timide. Qu'une pareille inconnue, quoique fort jolie, se rapproche autant de lui, cela réveillait ses instincts qui lui disaient de s'éloigner. Après tout, elle avait peut-être l'air adorable, mais rien ne lui assurait qu'elle ne se rapprochait pas de lui pour mieux pouvoir planter ses crocs dans sa truffe !

Il lui répondit en balbutiant, manquant de mordre sa langue dans la précipitation.

Euh..Ah..Ah bon?! Mais euh...Je crois pas qu'on se connaisse d'avant pourtant..Euh..Ben ça alors...



Adriel, on l'a dit, n'était pas très second degré; si bien qu'il se mit à fouiller dans sa courte mémoire, pour y retrouver la trace d'une certaine Lula...Sans succès. Intrigué, il pensa enfin à poser au sol les fleurs qu'il avait dans la gueule, les gardant près de ses pattes afin de ne pas les perdre. Il avait toujours le gout de la sève sur sa langue, mais cela ne le dérangeait pas. Il avait vraiment l'impression que cette louve cherchait à l'embrouiller...Ou alors il n'y comprenait rien. En tout cas, ce qu'il comprenait, c'est qu'elle voulait qu'il s'incline..Ou peut-être pas en fait..Et..Rah! Le rire fluet de la louve lui faisait un peu tourner la tête !

D'un seul coup, l'estival se dressa sur ses pattes ( sans manquer, encore, de trébucher ) et tordit la tête de manière à pointer ses petites cornes en direction de Lula, comme s'il criait "EN GARDE!"; mais sans vraiment être menaçant. Avec son éternelle franchise qui ne connaissait encore aucun filtre, il s'exclama :

Mais eh, dit moi, tu s'rais pas un p'tit peu prétentieuse toi ?



Il n'était pas véritablement menaçant, et ne cherchait même pas à être vexant ou blessant, il parlait directement et avec l'honnêteté du gamin naïf qu'il était encore un peu, derrière son corps d'adulte bien bâti.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A walking catastrophe | ft. Lula   

Revenir en haut Aller en bas
 
A walking catastrophe | ft. Lula
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Archives Eté-
Sauter vers: