Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 L'aide mémoire de Seira

Aller en bas 
AuteurMessage
Seira
Bourgeon
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : LayLucifer
Féminin Messages : 226
Date d'inscription : 21/12/2016
Age : 23

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
55/100  (55/100)
En couple ?: Attend le prince charmant

MessageSujet: L'aide mémoire de Seira   Jeu 5 Avr 2018 - 14:49


Nehalena
???


➤ Nom : Nehalena
➤ Prononciation : Né-a-lé-na
➤ Âge : louveteau d'apparence, mais bien plus vieille
➤ Clan : Solitaire ?
➤ Rang : ??
➤ Sexe : Femelle
➤ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle


➤ Pouvoirs : La voleuse d'âme.

♦️ La gueule géante de Nelahena lui donne la possibilité d'arracher l'âme de ses victimes pour en absorbé le pouvoir. L'âme est stocker dans son estomacs, lui provoquant une faim insatiable.

Chaque pouvoir porte un nom qu'elle lui a donner et n'est utilisable que si elle répète le mot trois fois (Ex: "Incendie, incendie, incendie."), cependant si quelqu'un retrouve le nom de l'âme alors celle-ci est libérer de la malédiction de Nehalena et elle perd ce pouvoir.

Les pouvoirs de Nehalena sont répartie en trois catégorie (petit, moyen et fort), que l'ont retrouve sous des mots de plus en plus puissant (ex: étincelle, flamme, incendie) et chaque pouvoir de nature différente doit être catégorisé par des mots différents (Pour des pouvoirs utilisant de l'eau, ce sera " goutte, vague, tsunami", pour des pouvoirs apportant le calme, " doux, calme, appaissant", ect). Nehalena peut en accumuler autant qu'elle veut, mais ne peux pas avoir un mot en double (ex: Incendie et incendie) elle devra donc faire un choix du pouvoir qu'elle garde et dans le cas contraire avaler l'âme ce qui lui donnera la sensation d'être affamé pendant des jours entier malgré la quantité de nourriture qu'elle peut absorbé.

♦️ En soit, Nehalena est très très puissante dans l'utilisation de son pouvoir, car elle peut voler le pouvoir du loup qu'elle tue et l'utiliser comme elle veut, c'est pourquoi il est necessaire de rajouter des malus tel que :

- La faim dévorante que lui provoque les âmes lui donne un corps famélique et si elle doit manger une âme elle se tord de douleur sous l'effet de la faim pendant plusieurs jours.
- Plus Nehalena stock d'âme dans son estomacs, plus elle a faim et plus sa capacité physique diminue. Il lui deviens impossible de gagner un duel de force et chaque action physique se voit enlever -2pt sur son lancer de dé.
- Chaque capture d'âme prend 2 tour pendant lesquels Nehalena est vulnérable et ses deux tours se solde par un lancer de dé chance qui détermine si Neha gagne l'âme et son pouvoir (de 4 à 6, elle gagne l'âme).
- Toute les saisons, donc tout les 3 mois environs, Nehalena digère les âmes et se voit perdre les pouvoirs qu'elle a gagner, il lui faut donc en retrouver d'autre qui lui redonnerons de la puissance.
- Même si elle arrive à la cacher, Nehalena à une gueule immensement grande voir juste monstrueuse qui lui remonte presque jusqu'aux oreilles. Ainsi, on capte vite qu'il a danger à être près d'elle, c'est pourquoi elle est obliger de parler sans trop ouvrir la bouche.
- Lors de l'utilisation d'un pouvoir, si Neha est toucher, il est possible au joueur de lancer un dé chance qui lui fera échappé l'âme et donc perdre le pouvoir liée ( si le dé fait un score entre 3 et 6, l'âme est libéré).
- Nehalena est soumise aux conditions des âmes qu'elle a volé. Bien entendu, 1 pouvoir par âme qu'elle vole.
- TOUT les Rps avec Nehalena sont à balle réelle (pour elle) et pour le joueur si, et seulement si, sont accord est spécifier dans le RP sans quoi elle ne pourra le tuer.
- Nehalena commence le jeu avec 1 pouvoir (car contextualisé dans la fiche), mais aucun de plus car les aillant perdu.

➤ Physique : Enfant, elle est petite, famélique et souillonne.

Adulte : On retoruve chez elle la splendeur qu'elle avait dans son corps humain : De long cheveux noirs et bouclés, une taille très svelte et maigre dut à son pouvoir de dévoreuse d'âme, une queue longue, haute sur pattes, des yeux aguicheurs et des cornes recourbés qui rappel sa nature démoniaque (bien que sur FS des cornes ne sont pas forcement un symbole spécial).

Par Isumi d'amour de mon coeur merci mille fois ♥:
 


➤ Caractère : dangereuse, manipulatrice, sadique, belliqueuse, cherche le pouvoir et la puissance, mauvaise, sarcastique.

➤ Histoire : Histoire en dessous

- Arrivé sur FS dans le corps d'un louveteau dont elle écrasa l'âme.
- A tuer sa mère pour voler son âme.
- C'est rendu compte que c'était pas forcement une bonne idée, car dans FS un louveteau sans mère aura du mal à vivre.
- Se fait passé pour une petite inoffensive.

➤ RP d'exemple (pour connaître ton niveau) : En 10 lignes minimum.

➤ Codes du règlement :


➤ T'as un nom toi ? TEXTE
➤ Ou peut-être un PUF ? TEXTE
➤ Âge : TEXTE
➤ Comment nous as-tu trouvé ? TEXTE
➤ Tu te plais ici ? TEXTE
➤ Autre(s) : TEXTE

*PUF : pseudo utilisé sur les autres forums



Dernière édition par Seira le Mar 3 Juil 2018 - 12:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seira
Bourgeon
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : LayLucifer
Féminin Messages : 226
Date d'inscription : 21/12/2016
Age : 23

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
55/100  (55/100)
En couple ?: Attend le prince charmant

MessageSujet: Re: L'aide mémoire de Seira   Jeu 5 Avr 2018 - 19:53

Il y a plus de dix ans, dans le royaume de Catleya, le roi Rowan célébrait son mariage avec la jeune Bérénice héritière d’une grande famille noble de son royaume. Alors que la cérémonie battait son plein, que les lumières éclairait la salle de réception d’or et que la musique assourdissait les hommes, le roi cherchant sa nouvelle épouse et ne la trouvant pas, se mis à parcourir le château jusqu’à la retrouver donnant son corps à un garde qu’elle avait fait son amant. Pris d’une fureur sans nom suite à cette découverte, le roi ordonna qu’on exécute le garde et qu’on donne son corps aux chiens, quand à la reine, elle subit la pire humiliation que le royaume eut connus. Elle fut mise à nue sur la grande place que bordait les murs du château, souillé par l’intégralité de la garde royale avant d’avoir la gorge trancher par la main de son propre mari.

Dans le souvenir de cette affreuse journée, les habitants du royaume se mirent à vivre dans une angoisse constante, d’autant plus que le roi refusait désormais de faire confiance à n’importe qu’elle femme.
Pourtant, après la noce rouge de Bérénice, de nombreuses familles essayèrent de présenter leurs filles au souverain, mais les jeunes femmes, tantôt transcendé de peur, tantôt d’une confiance extrême qui déplaisait au seigneurs, finirent bien vite aux portes dans la fange où il lui plaisait de les voir gémir.

Quand un jour, par une nuit de tempête, une voyageuse en guenille se présenta au porte du palais. D’abord agressif, le roi se rendit lui-même aux portes pour y chassé la demoiselle quand ses yeux emplis de colère se posèrent sur le visage juvénile et couvert de terre de la jeune femme.

« Charme, charme, charme. »

Le visage crisper du roi se détendit, ses yeux s’écarquillant sur le visage apeuré de la jeune femme qui, avec sa main maigre, essaya de cacher son visage encrassé. Elle souffla du bout des lèvres des excuses, qu’elle désirait juste un toit pour se protéger de la tempête qui faisait rage, mais qu’aucune auberge ne désirait l’accueillir, car elle n’avait pas un sous sur elle. Rowan serra la poigner de la porte si fort que ses phalanges en devinrent blanches et, alors que les gardes tremblaient de peur pour cette pauvre imprudente qui avait osé frapper à la porte du souverain sanglant, il poussa de toute ses forces l’énorme battant qui alla claquer contre le mur de granit de sa demeure. Sous le choc, ses hommes ne réagirent pas. Il posa un regard déterminé sur la jeune femme et déclara :

- Alors, que les auberges soient brûlées pour t’avoir refusé l’hospitalité.

Elle lui sourit tendrement, avec ses lèvres minces, et il la fit entré.
Une semaine plus tard, on célébrait sous une pluie de pétale de rose le mariage du Roi Rowan et de la Reine Nehalena qu’on découvrit être d’une grande beauté. Le règne de peur qu’avait amener la colère du roi s’en alla au moment où tous posèrent les yeux sur sa compagne, dont les longs cheveux bouclés soulignaient des traits gracieux qu’on n’eut plus vue sur une femme depuis des générations, mais apporta un petit quelques choses qu’on ne put définir. Les hommes furent en admiration devant leur nouvelle reine et lui promirent ce jour-là de répondre au moindre de ses souhaits.

~

Le roi Rowan mourut deux ans à peine après son mariage. Atteins d’une maladie étrange, qui lui fit perdre ses couleurs et son énergie vital, il s’endormit un soir pour ne plus se réveillé en laissant derrière lui une épouse éplorée. Leur mariage n’avait pas donner d’enfant, malgré leurs nombreuses tentatives, cependant quand Rowan mourut ce fut sa femme qui hérita du trône et non pas l’un de ses potentiels héritiers venu de la branche germaine que tous avaient oublié pour une raison on ne peut plus étrange.

« Oubli, oublie, oubli ».

Le peuple ne s’en formalisa pas, trop amoureux de cette belle jeune femme qui portait aujourd’hui la couronne de leur royaume chéri.
Il n’y a nul doute que Nehalena c’était faite des ennemis et qu’on essaya de mettre fin à son règne, mais tous les hommes c’étant approché d’elle avait oublié tout le mal qu’il lui voulait, quand il ne disparaissait pas dans ses draps pour ne plus jamais en ressortir. L’angoisse naquit dans le cœur des femmes qui ne voyait plus leurs pères, leurs maris ou leurs fils revenir, mais devant le sourire de la reine et son infini clémence les hommes écartèrent leurs compagnes de ses rumeurs sournoises à son égard.

Pendant des années, la reine Nehalena régna sur le royaume de Calteya sans que le pays ne suspecte quoi que ce soit.

~

Cela faisait dix ans que le mariage rouge avait eu lieu et que la nouvelle reine était montée sur le trône quand un voyageur mis les pieds en Calteya. Il était jeune et aspirait à la connaissance de ce monde, plein d’entrain et d’une joie de vivre qui ne laissèrent pas ses rencontres indifférentes. Débarquant dans ce royaume dont il ne savait rien, il s’approcha avec curiosité de ses habitants qui ne tardèrent pas à lui conter à quel point leur reine était bonne et généreuse. Convaincue par la parole des habitants du caractère altier de leurs dirigeante, Meawen se rendit au château où il demanda hospitalité.

Ses yeux bruns se posèrent alors sur une femme d’une immense beauté dont le mince sourire le convainquit du bienfait de ses actes, malgré le regard inquisiteur des gardes qui était posté au pied de tous les piliers du la salle du trône. La reine lui offrit une chambre, dans laquelle il put se reposer quelques heures et déballé ses affaires quand une visite nocturne l’interrompit. Il eut un hoquet de surprise en s’apercevant que la servante, qu’il croyait recevoir, était en réalité la reine vêtue d’une fine chemise de nuit sous laquelle il distinguait jusqu’à la pointe de ses seins. Il recula, les joues couvertes de rougeur, alors que sans un mot, mais avec cet éternelle sourire qui sublimait son visage, la reine s’approcha jusqu’à poser ses lèvres minces contre les siennes.

Meawan écrivit dans son journal, suite à ce balai nocturne, qu’il avait passé la meilleure nuit qu’il n’avait jamais connus et que, pour le plaisir de revoir les grands yeux de la reine, il rallongea son séjour. Nehalena réchauffa sa couche tous les soirs et, après l’amour, les amants avaient pris pour habitude de se parler à voix base de ce qui les passionnait. Nehalena lui parlait distraitement de fleurs et de son royaume, alors que le voyageur, beaucoup plus bavard, étalait devant elle toute sa connaissance.

- Tu étudies la magie ? – Le questionna-t-elle assise, nue, devant le bureau recouvert de parchemin froissé.
- Oui, mais je ne suis pas très doué.

La reine posa ses yeux sur les écritures et resta concentré un long moment dessus, avant de froissé le papier et de le jeter dans la corbeille.

Les jours passant devinrent des mois pendant lesquels Maewen s’installa dans le château de la reine. Même s’il n’était pas étranger aux regards haineux que les gardes lui lançaient, mais il ne s’en formalisa pas, car il avait désormais un but. La reine, qui s’était prise d’affection pour lui, lui avait offert le poste de conseillé, mais lui refusait obstinément l’accès à la bibliothèque. Avec beaucoup d’insistance, de caresse et de tendresse, la reine finit par lui donner la clef de la bibliothèque. Maewen y passa beaucoup de temps, car les étagères du château regorgeaient de trésor unique. Cependant, pendant ses longues heures éclairées par la lueur d’une bougie, le jeune homme étudia une ribambelle de livre dont il tomba d’un vieux grimoire poussiéreux un portrait déchiré. Le brun saisit le morceau de toile déchiré avec curiosité et écarquilla les yeux en reconnaissant le visage de sa reine. Ainsi, il réalisa que depuis qu’elle avait été couronné Nehalena n’avait pas changer de visage. Il dégluti quand il se rendit compte que la peinture devait bien avoir dix ans, mais qui le choqua le plus fut qu’aucun humain dans le royaume ne fut étonné de ne pas la voir vieillir.

Dans l’espoir d’obtenir une réponse, il apporta le portrait à Nehalena qui fut prise d’une crise de rage et lui arracha le portrait des mains avant de le jeter dans l’âtre. Elle voulut privé Maewen de la clef de la bibliothèque, mais malgré la terreur qui l’habitait alors il utilisa toutes les caresses et les mots doux possible pour l’apaisé et conserver ce privilège. Parce qu’elle semblait lui vouer une affection sincère, elle accepta.

~

Une lettre arriva au beffroi de Mingarth, le vieux magicien s’étonna de la voir arrivé par étincelle magique d’autant plus qu’elle lui venait de son ancien et pathétique apprenti. Il y jeta un coup d’œil avant de la froissé et de la lancer au sol d’un air dédaigneux. Caliawen se baissa, saisit la lettre tout en sermonnant le vieil homme de son comportement puéril et posa les yeux sur l’écriture raturé de Maewen. Elle fronça les sourcils, de toute évidence, il avait écrit ce mot dans la précipitation.

« A l’archimage des runes Mingarth,

Votre ancien apprentie, Meawen, vous écrit cette lettre pour vous faire part d’un fait alarmant. Je me suis rendu dans le royaume de Calteya dans le but de continuer mes études malgré que vous ayez déclaré que j’étais la plus mauvaise apprentie que vous n’aillez jamais eut. Là-bas, j’ai fait la connaissance de sa majesté la Reine Nehalena dont la beauté est connue dans tout le royaume. Je me suis très vite lié d’amitié avec elle et sa majesté m’a offert le poste de conseillé pour que je reste à ses côtés.

Cependant, de récente découverte me font croire que la reine n’est pas ce qu’elle parait être. J’ai trouvé, cacher de dans vieux grimoire, le portrait qu’on avait fait d’elle il y a dix ans sans que son visage n’est changé, sans que les habitants du château ne soient dérangés par ce fait alarmant. Il me parut, suite à cela, qu’il m’arrivait d’oublier de nombreuses choses. J’en oubliait un jour jusqu’à mon nom, que vos instructions avisées m’ont permis de retrouver, car je l’avais noté sur un bout de papier que je gardais cacher sur moi.

Malgré cette frustration qui ne faisait que grandir, j’éprouvais un profond attachement pour la reine qu’il m’était difficile de dissimuler et qui rendait mes recherches plus ardues, car j’avais l’empressions de la trahir. Bravant cette difficulté, je fouillais la bibliothèque jusqu’à découvrir un livre très ancien dont les pages jaunis purent me faire comprendre ce qu’il m’arrivait.

Je vous envoie la page que j’ai arracher du livre, en espérant que vous m’enverrez rapidement de l’aide… »

Au bout de la feuille, la jeune femme trouva des taches de sang humide, elle se pinça les lèvres et lu avec attention la page que son ancien ami lui avait envoyer.

«  Le démon dévoreur d’âme.

Au fondement de l’humanité, quand la lune s’essaya à crée des créatures à l’image des hommes, elle en vain à crée les démons. Parmi eux, se trouvait les sœurs des ombres dont leurs renommés sont tristement célèbre pour tous les mots qu’elles laissèrent dans leurs passages.

( Caliawen vit tout un passage raturé qu’elle sauta pour se concentré sur la partie que désirai lui faire lire Meawen).

La plus dangereuse de ses créatures n’est qu’autre que la dévoreuse d’âme Nehalena dont ne peut jamais dresser un portrait fidèle. Seul sa maigreur et la large gueule, qui s’étend jusqu’à ses oreilles, couverte de dent pointu peuvent vous mettre sur la voie. Ce démon est plaisant pour les hommes et les charmes avec son corps ensorceler et sa voix dont les mots répéter trois fois accomplisse le moindre de ses désirs. Les femmes étaient insensibles à ses charmes, le démon se charge de les éloignés d’elle si elle ne les tue pas.

Pour venir à bout de ses ennemis, Nehalena à de nombreux moyens d’y parvenir, mais sa méthode préférer restera d’arracher l’âme de sa victime en l’aspirant accueillant ainsi son pouvoir en son sein et pouvant le réutiliser comme bon lui semble. Les âmes se trouvant dans l’estomacs du démon sont voué à une souffrance éternelle, car elle ne les fait apparaitre que pour semer la mort et la destruction.

De toute évidence, Nehalena est un démon majeur de la création et elle se doit d’être approché avec la plus extrême des prudences car le moindre de ses coups peut se révéler mortel. ».

Caliawen serra les poings, se rua sur son baton et quitta la tour.

~

Depuis la disparition de Meawen, le royaume de Catleya c’était couvert d’épais nuages gris qui plongeait le royaume dans une étrange et terrifiante torpeur. Surement était-ce le dernier sort qu’avait essayer de lancer l’apprenti-mage pour se défendre contre le démon qui l’oppressait, mais par expérience Caliawen savait que c’était bien plus que cela.

Pour venir à la rescousse de son ami, elle avait abandonné son apprentissage et même la menace de Mingarth de fermer les portes de son beffroi à tout jamais n’avait su l’arrêter. Elle ne deviendrait jamais une vrai mage des runes, elle était prête à l’accepter. Elle remit une mèche de cheveux blond derrière son oreille, contempla la terre meurtrie de Catleya et talonna sa monture qui s’élança sur les routes du château.

Le pont levis était baisser, la corps déserte de toute forme de vie embaumait d’une sordide odeur de putréfaction qui rendit la monture de la magicienne nerveuse. Elle mit pied à terre et l’attacha à un poteau près de la sortie, saisit son bâton et parcouru la cour du regard. Après une observation plus minutieuse, elle aperçue les cadavres des gardes aux pieds de l’escalier menant à la grande porte dont le visage, s’il n’avait pas été dévoré par les vers, étaient pétrifier dans une expression de peur intense. Caliawen leva ses yeux aigue-marine vers la grande porte, dont les battants entrouverts l’invitait à entrer. La porte eut un horrible grincement qui se répéta en échos dans tout le château, rendant son entré discrète impossible, dévoilant à la magicienne ce qu’il restait d’une demeure luxueuse dont les étendards sale et effilé étaient couvert de poussière, alors que des araignées se pressait à disparaitre du tapis rouge qui s’étirait jusqu’au pied du trône où siégeait le monstre.

Elle était belle, comme avait insister l’extrait que lui avait envoyer son ami, mais Caliawen n’arrivait pas à lui trouver du charme. Elle tapa le sol du bout de son bâton tout en murmurant un mot runique, un bouclier bleuté l’entoura et, alors, cette impression d’infinie beauté disparu à ses yeux.

- Tien donc, une magicienne.
- Combien de temps t’as-t-il fallu pour retirer toute vie à ce pays ? – fit-elle sèchement, Nehalena eut un fin rictus qui s’étira bien trop loin au goût de la jeune femme.
- Qu’est-ce que cela peut te faire ? Tu viens jouer les héroines, pas faire un rapport détaillé de la situation.
- Je viens chercher Meawen.
- Oh ! – Le démon paru agréablement surpris. – Désolé trésor, mais il semblerait que tu arrives trop tard.

Caliawen serra son arme tellement fort que ses phalanges devinrent blanches et que son visage se tordit de rage. La reine gloussa tout en repoussant une boucle noire derrière son oreille.

- Ne fait pas cette tête. Il a été valeureux et jamais une âme ne m’a donné autant de fil à retordre que la sienne. D’ailleurs, c’est de sa faute si mon pays est aussi terne, il a crié tellement fort que tous les gardes ont été alerté et que mon charme a été rompu. J’ai dut tous les tuer.
- Et toutes ses âmes t’ont donné tellement faim que tu as dévorée tous les chevaux, tous les chiens, tous …
- Tous les humains restant, en effet. Ça m’a fait beaucoup de peine, tant d’âme perdu parce qu’ils étaient incapables de combler ma faim.

Nehalena se leva, doucement et avec grâce, tout en dénouant la ceinture aux parures dorées qui ornait ses hanches. Le bruit des cliquetis de ses boucles sur le sol mis la magicienne en alerte, détaillant d’un œil avisé les courbes de la démon se mouvoir avec souplesse en sa direction.

- J’ai toujours faim et les âmes les plus faibles que j’ai avaler commence à disparaitre. Autant dire que… tu tombes bien.

Sur le sublime visage de la reine s’étendit un sourire carnassier, dont elle distingua des crocs acérer, qui s’étendit encore et encore jusqu’à atteindre ses oreilles. Une gueule affreuse que soulignait des globes vides où brillait une lumière rouge, qui lui faisait même oublier que ses mains manucurées étaient devenues des griffes recourbées qu’elle agitait comme pour se dégourdir. Caliawen déglutie, admirant en silence le vrai visage du démon dévoreur d’âme.

« Peur, peur, peur ».

Le bouclier de la magicienne explosa sous le sort du démon qui eut un léger grognement. Reprenant contenance, la blonde se mis à courir se réfugier derrière un pilier alors que Nehalena fonçait vers elle avec une vitesse qu’elle ne pouvait lui soupçonner. A peine fut-elle à l’abris que la colonne de marbre explosa. Elle eut à peine le temps d’invoquer un nouveau bouclier que son corps heurta le sol avec une tel violence qu’elle en eut le souffle couper. Caliawen eut à peine le temps de se relever pour fuir en catastrophe que le démon abattu sa grande main griffue là où elle se trouvait l’instant d’avant réduisant les dalles de pierre en morceau. Si elle n’avait pas utilisé un sort d’accélération, la magicienne aurait été réduite en charpie.

Elle murmura un sort qui la fit disparaitre et comme le démon de ne la trouvant pas, elle fit retentir son rugissement dans tout le château. Le cœur de Caliawen palpitait alors qu’elle courrait aux couloirs délabrés du château, à la recherche de ce Meawen. Même si le démon lui avait affirmer qu’elle lui avait voler son âme, elle ne voulait pas abandonner ce qu’il restait du corps de son ami. Une odeur de fumée envahit ses narines et elle n’eut pas le temps de se retrouver que le monstre, d’un revers de la main, lui fit traverser le mur adjacent. La magicienne toussa, cracha le sang qui s’accumulait dans sa bouche, tendit le bras vers le trou béant en jurant dans un langage ancien. Une boule de feu jadis de sa main et alla s’écraser contre le visage de démon qui gémis de douleur.  

« Flamme ! Flamme ! Flamme ! »

Le sort se retourna contre la magicienne qui laissa bruler le bureau couvert d’encre et de papier sur lequel elle s’appuyait pour se ruer vers le démon en soufflant une bourrasque de vent qui retourna les flammes et propulsa le démon contre les rambardes. La jeune femme eut à peine le temps de bondir à travers la fente que Nehalena lui agrippa la cheville. Elle eut à peine le temps de voir son visage monstrueux transformer par la colère qu’une nuée de dents s’approcha de son visage. Son bras se fit engloutir par le démon, dont les crocs acérer se plantèrent dans l’épaule de la mage, la douleur était si intense que les larmes lui montaient aux yeux tandis que sa chair se déchirait sous l’emprise du monstre. Malgré la douleur qui la parcourait, elle hurla un sort runique qui déversa dans la gueule du Nehalena un flot acide qui lui fit lâcher prise. De sa gueule s’évadèrent deux âmes dont Caliawen eut peine à croire à l’existence, mais profitant de la faiblesse du monstre elle se jeta sur lui entouré par un sortilège de force.

La rambarde se brisa sous l’impact du coup et les combattantes tombèrent de plusieurs mètres. Nehalena eut à peine le temps d’utiliser le pouvoir d’une âme pour se protéger que son dos heurta violement le sol dans un craquement sort. L’âme qu’elle avait invoquée s’envola. Tournant son regard empli de sang vers la magicienne, dont les nombreux contrecoups lui avait retiré des âmes importantes, le démon inspira et lui hurla au visage.

«  Tempète, tempète, tempète !! ».

Le corps de Caliawen roula jusqu’à heurter un mur. Un mince filet de sang coulait de ses lèvres, d’un geste rapide de la main elle repoussa sa mèche blonde imbibé de sang et préparé un nouveau sort de protection contre le démon qui, levant ses énormes griffes en l’air, rapatria une multitude d’objet qu’elle lui envoya au visage. Fourchette, chandelier, chaise et même les cadavres de ses anciennes victimes furent projetés sur elle, tant et si bien qu’elle eut du mal à esquivé avec ses cotes douloureuses. Un corps la frappa, brisant son bouclier et le démon en profitant pour se jeter sur elle la gueule béante.

Caliawen planta ses mains sur les crocs de Nehalena pour l’empêcher de lui arracher le visage, mais le démon sourrit et aspira de toute ses forces l’âme qu’elle désirait ardemment. Le froid envahit la magicienne jusque dans ses os, la tête lui tournait, ne voyant plus qu’un gouffre béant où son âme glissa innexorablement. Elle se mordit les lèvres jusqu’au sang, refusant de quitter le combat ainsi, pensant de toute ses forces à la dernière lettre que lui avait écrit Meawen. Son ami.

La pensé de son ami lui donna le courage, malgré que la force lui manquait, de murmuré le sortilège le plus puissant qu’elle avait entrevue dans un vieux grimoire de la bibliothèq de son maitre. Elle la répéta, une fois, deux fois, trois fois, puis la hurla à plein poumons pour que ses mots se perdent dans la gorge du monstre qui eut le souffle couper. Caliawen inspira, retrouvant son souffle court et son âme, elle se fit violence pour cracher une dernière fois au visage de Nehalena les mots qui puissèrent ses dernières forces :

« Va t’en ! Loin ! Aussi loin que le temps et l’espace le permettent et laisse cette terre purifiée de ta maléfique présence. »

Un large rayon de lumière tomba sur le démon. Elle brula son corps, la fit se tordre de douleur et l’aspira malgré toute sa réticence jusqu’à ce que toutes les âmes qu’elle avait englouties s’enfuit de son gossier secouer de spasme quand, enfin, elle disparut entrainer par le sortilège de la magicienne.

La blonde laissa échapper un soupir, à bout de force, puis tourna douloureusement la tête vers le cadavre qui l’avait eurté. Un mince sourire triste s’étira sur son visage quand elle reconnut le visage assécher de Meawen. Elle ferma les yeux, faisant glisser une larme le long de sa joue ensanglanté, en se disant qu’elle avait au moins réussit à venger son ami. Un petit feu bleu s’approcha alors de son front, posa ses lèvres glaciales contre son front et s’éteint paisiblement en laissant son amie reprendre ses forces.

~

A travers le temps et l’espace filait un rayon de lumière dorée qui gardait en son sein un monstre hurlant de douleur. La malédiction de la sorcière avait été d’une puissance que Nehalena n’aurait jamais pu soupçonner. La douleur était insupportable, ses âmes avaient abandonné son estomac et son corps entier souffrait le martyr. Tendant ses bras griffus vers une étoile filante, qu’elle rata, le démon essaya de fuir la destination que Caliawen lui réservait. Quand enfin le sort cessa, elle était plongée dans un monde obscure dont aucune lumière ne brillait. Pris de terreur, Nehalena chercha fébrilement une lueur à laquelle se raccrocher. Levant les yeux, elle s’aperçue qu’une pluie de cristal tombait sur elle.

Elle inspira, malgré son souffle saccadé, et reconnus l’odeur des âmes nouvelles qui approchèrent du monde. Elle battit des bras et des pieds jusqu’à atteindre la lumière la plus proche qu’elle fourra à l’intérieur de sa gueule. Une explosion se déclara et lui brula la gorge. Elle ne put hurler, mais vomit les résidus de cristaux qui lui colorait la gueule de paillette bleuté. S’étendant à tout son corps, la lumière la dévora jusqu’à la rendre aussi petite et minuscule que l’âme qu’elle avait volée. Alors, elle chuta vers les ombres avec dans le cœur une terreur sans fin.

Quand elle rouvrit les yeux, ce fut parce qu’elle risquait de s’étouffer avec l’affreux liquide gluant qui empêtrait ses poumons fragiles. Nehalena cligna plusieurs fois des yeux, avant de se rendre compte qu’elle se trouvait dans un trou puant et humide où une chienne venait de mettre bas. Elle allait l’égorgé pour mettre un terme à cet agaçant sourire qui ornait ses lèvres, quand elle se rendit compte de sa faiblesse. La louve, la mère, saisit son enfant par le cou et la posa contre ses flancs où une délicate odeur de lait l’envouta. Le louveteau suça le lait que possédait la louve avec ardeur, alors que les contractions de la mère lui firent donner au monde des enfants mort-nés. La louveteau sentie la peine et la tristesse qui prirent sa mère aux tripes, mais elle s’en moquait ouvertement.

Quelques jours plus tard, Nehalena se rendit compte de l’endroit où le sort de la mage des runes l’avaient envoyer. Une terre où les loups étaient maitres et dont elle était devenu la nouvelle habitante. Sa mère, une jeune solitaire d’une niaiserie exaspérante, prenait grand soin d’elle malgré sa gueule difforme, sa maturité terrifiante et le fait que sa naissance est entrainé la mort de ses frères. Nehalena profita au maximum des proies que lui rapportait sa mère, mais son petit estomacs vides réclamait encore et toujours cette nourriture qu’elle ne se laissa pas d’avaler. Quand, un jour, sa mère la sermonna pour sa gourmandise, la petite se mit à pleurer toute les larmes de son corps. Alors, blesser par la peine de sa fille, la louve s’approcha pour se faire perdre par un souffle surnaturel dans lequel elle se perdit. La grande gueule de l’enfant arracha l’âme de sa mère et Nehalena ne trouva aucune pitié à abandonner le corps de la mère-fille sur le pas de sa tanière.

Quand, le lendemain, la faim la tirailla. Elle comprit alors sa bêtise. Elle contempla d’un regards indécise le corps de sa mère dont elle devrait se repaitre jusqu’à être assez forte pour chasser elle-même … en espérant ne pas être chasser à la place.
Revenir en haut Aller en bas
Nehalena
Germe
avatar

Race : Loup/louve
Féminin Messages : 64
Date d'inscription : 04/07/2018
Age : 23

MessageSujet: Re: L'aide mémoire de Seira   Mer 12 Sep 2018 - 12:22

Idée de Personnage


Luën (ou Lune, prononcer Lou-én-ne)

Lune ou Luën comme elle se fait appeller, est l'incarnation physique de l'antité runique de la lune. Fille de la déesse-mère, c'est une déesse qui a donner naissance à la nuit, aux rêves et aux monstres qu'elle à part la suite enfermer dans un monde sombre qu'elle a crée.
Luën viens d'un autre monde où vivent les hommes qui sont la création de la Déesse-Mère. Le Monde de Nehalena.
Sur FourSeason, elle doit se plier aux règles du monde qui est de prendre une forme de loup ou de chien si l'ont veut pouvoir y intervenir. Elle est ici pour surveiller, capturé ou simplement endiguer la monté en puissance de Nehalena qu'elle recherche depuis longtemps, mais contre laquelle il lui était difficile d'agir.

Luën prend ainsi la forme d'une louve au pelage blanc avec des longs cheveux blancs nacrés et des marques noires/gris/coloré qui deviennent blanches brillante quand elle utilise sont pouvoir.

Son pouvoir est : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
(Nibel étant l'un des noms qu'on lui eut donner il y a des années, mais son véritable prénom restera Luën. PS: Je tien à préciser que la voix entendu dans l'extrait musical qui fait boum boum à mon coeur est la voix de Luën ewe).

Cette capacité permet de donner à un jusqu'à 4 loups un pouvoir durant la durée d'un RP.

Ses conditions :
- Pouvoir uniquement utilisable de nuit quand la lune est présente. Les soirs où la Lune n'est noire, Luën ne peut pas utiliser son pouvoir.
- Quand elle veut l'utiliser, ses marques se mettent à briller d'une lumière blanches étherer ce qui lui donne un aspect divin et brillant. Partout où elle se déplace, Luën est la plus visibile de tous ce qui en fait une proie facile (dixit : La lumière blanche/bleuté est dut à la lumière de la lune qu'elle émet. Cette lumière à tendance à attiré tout ceux qui ont un rapport avec l'astre).
- Pour donner un pouvoir, Luën doit toucher le loup avec sa truffe.
- La puissance du pouvoir est déterminé par lancer de dé. 1-2 : Pouvoir faible. 3-4: Pouvoir moyen. 5-6 Pouvoir puissant.
- Les dons sont déterminé à l'avance et noté ouvertement dans un document. Ils doivent être validé part le staff et ne peuvent être choisit aléatoirement en court de RP sauf autorisation exeptionnelle.
- Les pouvoirs ne durent qu'un RP.

Caractère

Lune fait partie de ses gosses qui n'en sont pas. Elle est déterminé dans la mission qu'elle entreprend et refuse de s'en détourner ce qui rend compliquer ses liens sociaux. Mystérieuse et renfermer, Luën n'est pas du genre à s'ouvrir aux autres et elle s'étonnera toujours du caractère altier de certains. Elle ne se fait pas d'illusion, elle sait qui elle est et ce dont elle est capable. Elle connais son pouvoir depuis sa naissance, car c'est elle qui l'a choisit, mais elle se pliera toujours aux règles qui ont été instauré avant son arriver. Du genre Solitaire, elle ne s'impose pas inutilement aux autres, mais n'hésite pas à prendre les devant si elle voit qu'il manque un meneur ou qu'on met les pattes dans son domaine de compétence.

Prudente - Intelligente - Renfermer - Sérieuse.

Rana (Tueur de l'hiver)

Rana est le fils d'Opium et de Ness, ainsi que le grand frère d'Opale et de Béryl.
Il est né du second mariage de son père, a eut une enfance heureuse en compagnie de ses parents et ses soeurs et prend actuellement fièrement la suite de son père.

Rana fait parti de ceux qui savent qui est le père des enfants de Meneldil, car le secret lui a été souffler. Il n'appércie cependant aucunement la porté de l'ancienne alpha et pire, il les méprise et se plait à leur lancer des piques quand il les voit. Le loup avec lequel Rana s'entend le moins est Yaël.
Du temps où Layla était sur le trône, il se plaisait à la faire tourner en bourrique, à être insolent, tout en restant sur le fil de l'insubordination. Il a rapidement fait comprendre à la louve qui il était, que lui avait la chance d'avoir eut son père pour de vrai et qu'il ne lui donnerai aucun respect véritable car elle était sa demi-soeur.

Aujourd'hui sous les ordres d'Akasan et de Glycenne, il c'est légèrement calmer dans son jeu.

Caractère :

Rana est arrogant et impétueux, depuis tout petit il ne tien pas en place et se vante facilement de son sang et de son talent innée. C'est une teigne, pure et symple. "Jeune et con" c'est ce qu'on pense de lui et il l'assume complètement. On ne cesse de l'envoyer sur des missions difficile pour qu'il s'y perde, se blesse ou tire une leçon, mais à chaque fois il reviens plus victorieux encore.

Rana n'est clairement pas apprécier par les siens, c'est une tête bruler et depuis la mort de son père il y a quelques années de cela quand le loup est allée se coucher à coté du cadavre de Meneldil pour l'accompagner de l'haut de-là il est encore plus insupportable, car n'aillant pas supporté l'attachement loyal de son père envers la vieille louve.

Rana aime cependant bien quelques chose : C'est les louves qui forme sa famille. Avec Béryl, il passe le plus clair de son temps à jouer et à se moquer des autres, avec Opale ce sont des moments de détente ou d'entrainnement assidue qui le rendent plus fort et avec sa mère c'est le souvenir d'un passé idyllique dont il aime se souvenir.

Rana est immature et doit encore apprendre à grandir, mais il ne perdra cependant jamais son caractère difficile.

Pouvoir

1 - Rana peut se fondre dans les ombres et disparaitre tel une brume noire. Il est sous cette forme intouchable et indétectable, mais il ne peut pas non plus porté un coup à son adversaire sous cette forme. Quand Rana se melent aux ombres, ses marques bleues brillent très fort ce qui le rend visible avant qu'il attaque et quand il disparait.

2 - (saison) Une fois tout les deux Rps, Rana peut déployer en cercle autour de lui des stalacmite de glaces qui le protège d'une attaque. Leur invocations rend cependant une potentiel fuite difficile s'il ne veut pas s'empaler lui-même sur les pics de glace.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] par Layla.
Revenir en haut Aller en bas
Nehalena
Germe
avatar

Race : Loup/louve
Féminin Messages : 64
Date d'inscription : 04/07/2018
Age : 23

MessageSujet: Re: L'aide mémoire de Seira   Lun 24 Sep 2018 - 12:09


Lofn
Eté


➤ Nom : Lofn
➤ Prononciation : Lo-Fhhh-nnn
➤ Âge : Jeune adulte (Fin septembre 2018)
➤ Clan : Eté
➤ Rang : Nourrice
➤ Sexe : Femelle
➤ Orientation sexuelle : Bisexuelle


➤ Pouvoirs :
Sorbet Citron (Saison) : Le pelage de Lofn à un gout bien particulier. En effet, si on lèche son poil bleu clair on se rend compte qu'il a un gout de menthe, si vous lui mordillez ses cheveux blanc vous vous appercevrez qu'ils ont un gout de vanille et il en ira de même pour ses marques roses qui laisseront un gout de framboise et jaune qui auront un goût de citron.

Les zones de son pelage que vous lecherez vous laisseront un gout dans la bouche et si vous vous approchez assez de Lofn vous sentez tous ses parfums s'unir comme devant un bon bol de glace.

Bubble Bobble : De la bouche de Lofn peut sortir des bulles roses qui font la taille de la tête d'un loup moyen et dans lesquelles elle peut enfermer des petits objets qui volent en lévitation autour d'elle. Lofn peut en faire apparaitre jusqu'à 5, mais dans certains cas (ou elle veut déplacer un louveteau de force par exemple et uniquement si celui-ci n'est pas trop gros), elle peut réduire ce nombres de bulle à 2 et y enfermer des petits êtres vivants qui fond maximum la taille d'un jeune louveteau.

➤ Physique : Lofn c'est l'une de ses louves estivales dont ne sait pas d'où elle tire sa chevelure satinés. Elle rigole quand on lui fait des compliments sur ses longs cheveux nacrées dont elle prend grand soin, replaçant souvent la fleur que sa mère lui a offert et qui trône à coté son oreille. Nul besoin de couronne, car Lofn s'embellit avec bien peu de chose, bien qu'elle face très attention à ce que ses cheveux ne trainne jamais dans le sable.

Ses longues pattes sont couvert d'un duvet très fin et imperméable qu'on hésité les loups vivant proches des rivages. Sa longue queue, qu'elle tien souvent relever, plus part fierté que pour évité qu'elle trainne elle aussi dans le sable. En somme Lofn est très filifforme plus qu'autre chose, elle est tout en longeur et en finesse, si ce n'est ses oreilles plus petites que la moyenne, elle semble très basique pour une louve estivale.

Même ses couleurs, qu'on pourrait parfois confondre avec ceux qu'un hivernale, mettent court aux digression des qu'on fait une petite mise au point. Son pelage d'un bleu azurin est strier à ses hanches et à ses épaules par quelques traits d'un pastel grisatre aux cotés des quels pointes quelques taches citrons qui soulignes quelques poils framboises, ainsi que des pupilles rosées. Mais... la plus grande fierté de Lofn, se sont ses griffes naturellement roses qui ont fait plus d'une jalouse !  

Image :
 


➤ Caractère : De part son statue de nourrice, on donne directement à Lofn un caractère doux et altier. Malgré quelques sautes d'humeur qui parre son allure délicate de nombreuses ratures sombres tel qu'une jalousie possessive pour ses proches, des envies de reconnaissance exacerber ou encore un manque de patience notable pour tout ceux qui entre dans l'âge adulte.

Lofn a le coeur sur la patte, facilement attendrit par les enfants, elle se laisse souvent berner par eux et est facilement en colère contre eux quand elle s'apperçoit de la supercherie. Lofn est une grande enfant, qui aime qu'on s'occupe d'elle de quelques manières que ce soit, en la coiffant, en lui racontant des histoires ou en la bordant, être constament près des enfants lui permet en parti de rester dans ce petit monde doux qu'est l'enfance qu'elle ne veut pas quitter malgré l'insittance de sa mère pour qu'elle grandisse.

Lofn est fleur bleue, elle aime la romance et tout ce qui s'y rattache, mais elle refuse avec politesse ceux qui viennent l'aborder (là encore, par peur de grandir), mais elle s'ennuie quand on ne viens pas lui chanter des louanges. D'un naturel maladroit, Lofn n'est pas tailler pour le combat, mais d'avantage pour être une demoiselle en détresse qu'il faut sauvé (si elle n'est pas plus proche du profil d'une drama queen par moment).


➤ Histoire : En 10 lignes minimum pour les adultes et 6 pour les louveteaux.

➤ RP d'exemple (pour connaître ton niveau) : En 10 lignes minimum.

➤ Codes du règlement :


➤ T'as un nom toi ? Sei.
➤ Ou peut-être un PUF ? LayLucifer
➤ Âge : Attend, j'en ai 1 ... 2 ... 3
➤ Comment nous as-tu trouvé ? Des années que je suis ici monsieurs !
➤ Tu te plais ici ? *tapetape la tête de Lofn*
➤ Autre(s) : Je te n'aime.

*PUF : pseudo utilisé sur les autres forums

Revenir en haut Aller en bas
Seira
Bourgeon
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : LayLucifer
Féminin Messages : 226
Date d'inscription : 21/12/2016
Age : 23

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
55/100  (55/100)
En couple ?: Attend le prince charmant

MessageSujet: Re: L'aide mémoire de Seira   Ven 12 Oct 2018 - 22:21


Rana
Hiver


➤ Nom : Rana
➤ Prononciation : Ra-na (Viens de "Rána" de l'oeuvre de Tolkien. Il est dit que " [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]")
➤ Âge : Adulte
➤ Clan : Hiver
➤ Rang : Tueur
➤ Sexe : Mâle
➤ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.


➤ Pouvoirs :
Masque des ombres : Rana peut se fondre dans les ombres et disparaitre tel une brume noire. Il est sous cette forme intouchable et indétectable, mais il ne peut pas non plus porté un coup à son adversaire sous cette forme. Quand Rana se melent aux ombres, ses marques bleues brillent très fort ce qui le rend visible avant qu'il attaque et quand il disparait. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Barrière du dernier recourt (saison) : Une fois tout les deux Rps, Rana peut déployer en cercle autour de lui des stalacmite de glaces qui le protège d'une attaque. Leur invocations rend cependant une potentiel fuite difficile s'il ne veut pas s'empaler lui-même sur les pics de glace.


➤ Physique : En 5 lignes minimum.

Image par Dany :
 


➤ Caractère :Rana est arrogant et impétueux, depuis tout petit il ne tien pas en place et se vante facilement de son sang et de son talent innée. C'est une teigne, pure et symple. "Jeune et con" c'est ce qu'on pense de lui et il l'assume complètement. On ne cesse de l'envoyer sur des missions difficile pour qu'il s'y perde, se blesse ou tire une leçon, mais à chaque fois il reviens plus victorieux encore.

Rana n'est clairement pas apprécier par les siens, c'est une tête bruler et depuis la mort de son père il y a quelques années de cela, quand le loup est allée se coucher à coté du cadavre de Meneldil pour l'accompagner de l'haut de-là, il est encore plus insupportable, car n'aillant pas supporté l'attachement loyal de son père envers la vieille louve.

Rana aime cependant bien quelques chose : C'est les louves qui forme sa famille. Avec Béryl, il passe le plus clair de son temps à jouer et à se moquer des autres, avec Opale ce sont des moments de détente ou d'entrainnement assidue qui le rendent plus fort et avec sa mère c'est le souvenir d'un passé idyllique dont il aime se souvenir.

Rana est immature et doit encore apprendre à grandir, mais il ne perdra cependant jamais son caractère difficile.


➤ Histoire : Rana est le fils d'Opium et de Ness, ainsi que le grand frère d'Opale et de Béryl. Il est né du second mariage de son père, a eut une enfance heureuse en compagnie de ses parents et ses soeurs et prend actuellement fièrement la suite de son père.

➤ RP d'exemple (pour connaître ton niveau) : Ce Rp aurait dut être posté à la suite de la mort de Meneldil. En mémoire de ce vieux loulou et pour débuter l'histoire qu'est celle de Rana je le post ici

Le serment du chevalier:
 

➤ Codes du règlement :


➤ T'as un nom toi ? TEXTE
➤ Ou peut-être un PUF ? TEXTE
➤ Âge : TEXTE
➤ Comment nous as-tu trouvé ? TEXTE
➤ Tu te plais ici ? TEXTE
➤ Autre(s) : TEXTE

*PUF : pseudo utilisé sur les autres forums

Revenir en haut Aller en bas
Seira
Bourgeon
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : LayLucifer
Féminin Messages : 226
Date d'inscription : 21/12/2016
Age : 23

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
55/100  (55/100)
En couple ?: Attend le prince charmant

MessageSujet: Re: L'aide mémoire de Seira   Dim 21 Oct 2018 - 21:22

Parce qu'il faut toujours s'en souvenir !

Luh à dit :
Meh.
On peut militer contre la déforestation sans être un arbre.
Donc vive le LGBT sans être lgbt ee
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'aide mémoire de Seira   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'aide mémoire de Seira
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Hors jeu :: Rappels :: Pense Bête-
Sauter vers: