Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

 :: Hors jeu :: Archives Neutre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Renaître de ses cendres [ESTIVAUX]
Sahondra
Tige
Sahondra
Race : Loup/louve
PUF * : GoldenSorrow, Sheyla, cadence12
Féminin
Messages : 150
Date d'inscription : 22/12/2015
Âge : 26
Ta localisation réelle : Québec

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Notoriété:
Renaître de ses cendres [ESTIVAUX] Left_bar_bleue50/1000Renaître de ses cendres [ESTIVAUX] Empty_bar_bleue  (50/1000)
En couple ?: Il est ma moitié - Elijah
Jeu 6 Juil 2017 - 18:18

Pourquoi était-elle venue? Voir le territoire recouvert de cendres était loin d'être une vision idyllique pourtant. Mais elle avait tenu à venir, voir les dégâts et arpenter encore et encore les paysages qui l'avaient vu grandir. Là, debout sur la plage a fixer l'immense forêt de palmiers à l'allure fantomatique elle ne s'avait que faire. Elle restait là, immobile sur le sable couvert de cendre. La louve crut entendre un bruissement et elle tourna vivement la tête : rien. Plus rien ne parcourait la forêt jadis si chaleureuse. Les rires des louveteaux et le chant des oiseaux avaient désertés les lieux. Désolation. Voilà le premier mot qui lui venait à l'esprit. Tout autour d'elle était recouvert d'une importante couche de cendre. Jusqu'à l'eau de la mer qui prenait une couleur sombre en touchant le rivage.

Les tremblements avaient diminués et les coulées de lave se faisaient moins importantes. Mais quand on tournait la tête vers le volcan on pouvait encore sentir la rage qui l'habitait tel un démon. Ici, ils étaient suffisamment loin pour être en sécurité seule la cendre et la fumée atteignaient cet endroit.  Sahondra s'assit avec souplesse dans le sable et la cendre, la poussière montant d'un bloc pour se coller à sa fourrure chocolat. Un soupir plus tard, elle secoua la tête pour chasser les débris calcinés qui lui collait aux oreilles.

Il y avait bien une raison qui l'avait poussé à venir ici. La louve souhaitait voir le territoire estival et en parcourir le sol. Elle avait peur au fond d'elle même que tout ne s'arrête jamais et qu'ils ne puissent revenir. Elle se devait de venir faire un dernier tour d'horizon pour revoir les endroits que son peuple avait parcourut durant des décennies. Elle se releva, hurlant vers le ciel sombre pour appeler ceux qu'elle connaissait à venir. Ils feraient une chasse, bien qu'elle doutait trouver du gibier. Une chasse pour être à nouveau un clan, être à nouveau estivaux chez eux. Le clan se devait d'être fort, de relever la tête et de s'unir pour combattre les éléments même si cela devait se faire sous un ciel noircit par la colère du volcan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Sam 8 Juil 2017 - 23:41

Renaître de ses cendres
Eos allait aux travers des terres de l'Été, la mort dans l'âme. L'éruption du volcan avait dévastée une bonne partie des terres de son clan. Qu'allaient-ils devenir sans leur territoires ? Il faudra des semaines pour que la nature se remette de ce traumatisme. La cendre tombait un peu partout sur les terres autrefois chaleureuses et accueillantes du clan estival. Mais maintenant, tout n'était plus que désolation. Une catastrophe, une sorte d'apocalypse, c'était une bonne façon de caractériser ce qu'il s'était passé ces derniers jours.

Forte heureusement, il n'y avait pas eu de victimes, ou alors le soldat n'était pas au courant. Le camp avait été évacué rapidement, le clan étant mis à l'abri, loin de ce volcan de malheur. La lave de ce dernier avait détruit la végétation et la terre à proximité. Il ne sera jamais plus possible de chasser en ces lieux, coupés de toute vie par la coulée ardente de la lave volcanique. Le clan était en lieu sûr. Les plus forts souhaitant revenir pour constater les dégâts encore récents n'ont pas été retenu, Eos était de ceux-là. Il ne pouvait que contempler ce désastre, un désastre produit par un volcan en éruption. Ce dernier était encore actif, de la fumée et quelques coulées de lave s'en échappant encore. Mais le gros du danger était écarté, même si les terres de l'Été avaient été en parti ravagé.

Le loup orange se demandait comment allait faire Sahondra pour arranger la situation. C'était si... désespéré du point de vue du soldat. Le contrôle de leur territoire leur avait échappé et maintenant il était peu probable qu'ils puissent y revenir de sitôt. Il allait falloir trouver une solution rapide pour quelques temps. Peut-être demander l'aide des autres clans ? Ça ne serait sans doute pas simple. C'est sur cette réflexion qu'Eos entendit un bruit qui lui fit lever le museau au ciel. C'était un appel de ralliement, un appel de Sahondra. En tant que soldat, il se devait d'y répondre. Mais surtout, alors que le clan était dans une situation délicate, il fallait resserrer les liens entre ses membres pour éviter l'explosion.

Eos traversa rapidement l'étendu de sable couverte de cendres et traversa une forêt de palmiers qui semblait mourir sous les cendres. Il ne devait pas se laisser tomber dans la peur et la crainte aussi facilement. Il était du clan de l'Été, le clan du soleil, et le soleil finit toujours par revenir, même après une grosse tempête. Tout n'était pas perdu, le clan estival devait rester uni. La saison pourrait les soutenir dans leur tâche de reconstruction ardue. « L'Été vivra ! » C'est ce qu'Eos criait intérieurement, il ne fallait pas se laisser abattre devant ces terres désolés par le volcan.

Le soldat sortit finalement du couver gris de la forêt couverte de cendres pour arriver sur la plage. Il découvrit, non sans une certaine stupéfaction, que l'eau aussi était d'une teinte morose, les cendres s'y étant déposées en quantités importantes. Il serait préférable d'éviter de boire cette eau. Le loup orange tourna la tête à droite, puis à gauche, et aperçu finalement son alpha qui semblait attendre que son clan la rejoigne. Elle était assise dans le sable mêlé à la cendre. Eos s'approcha d'un pas mesuré, préférant conserver les formes même en ces temps de crise. Il s'adressa finalement à son alpha, une fois arrivé à quelques pas derrière elle.

« Alpha, j'ai entendu votre appel. Quels sont vos ordres ? »

Ce qu'il disait, il avait appris à le dire. En tant que soldat, il estimait ne pas avoir à appeler l'alpha par son nom, quand bien même il le connaissait très bien. Comme ils étaient seuls, il préférait aussi garder une position plus basse que Sahondra, laissant une barrière hiérarchique entre eux. Il ne voulait pas que son alpha désespère, car cela nuirait au clan. Il tentera de la motiver si jamais il découvrait que c'était le cas.
code réalisé par fracture46
Revenir en haut Aller en bas
Valkyon
Pousse
Valkyon
Race : Loup/louve
Masculin
Messages : 115
Date d'inscription : 14/02/2015
Âge : 19

Identité du loup/chien
Rang: Espion
Notoriété:
Renaître de ses cendres [ESTIVAUX] Left_bar_bleue0/1000Renaître de ses cendres [ESTIVAUX] Empty_bar_bleue  (0/1000)
En couple ?: Il préfère batifoler pour le moment
Lun 10 Juil 2017 - 13:00

Rise like a Pheonix
Estivaux
Il avait bien mauvaise mine, le fier dragon estival. Lui, dont l'attitude moqueuse était si souvent qualifiée d'arrogante, lui qui n'hésitait pas à élever la voix, défiant jusqu'à ses supérieurs pour faire entendre ses opinions, lui dont la verve, bien que souvent horripilante, était connue de tous et savait captiver les foules... n'était plus que l'ombre de lui-même. Il s'était tu depuis le réveil du volcan, observant ces terres qu'il avait souvent délaissées pour d'autres mais qu'il chérissait tant se dégrader un peu plus chaque jour, impuissant face à la colère du monstre de flammes et, bien que certains affirmaient l'avoir vu en planer au-dessus de terres ennemies, il ne prenait plus aucun plaisir à voler, tant la vue qu'il avait alors sur ses terres désolées le rebutait.
Il n'avait pas fallu plus de quelques jours au dragon chocolat pour que, conscient de son état et de l'image qu'il renvoyait aux autres loups, il ne s'éloigne de la meute, n'apparaissant que lorsque sa présence était requise. Il ne voulait, en effet, effrayer ses congénères, qui le connaissaient pour son caractère mordant et sarcastique, et non pour son aspect soucieux et résigné. Un isolement forcé pour ne pas démotiver les troupes, voilà donc ce que Valkyon s'était imposé comme nouveau mode de vie.
On pouvait cependant voir à son expression fatiguée, à son poil, auquel il tenait pourtant tellement, sale de suie et de poussière, ou à ses ailes tombantes, que le fier dragon ne s'était pas reposé. Il avait parcouru, désireux de trouver un nouvel endroit pour son clan, les quatre coins des terres de Four Seasons, hésitant toutefois à voler pour ne pas être pris d'une soudaine rage inutile. Le verdict était sans appel. Toutes les terres, bien qu'à différentes échelles, étaient touchées, et ne tarderaient certainement pas à disparaître sous les cendres.
C'est donc la queue basse et la mort dans l'âme que l'espion estival, sa mission échouée, revint sur ses terres choyées, observant à l'abri d'une grotte isolée la déchéance de son monde.

Un jour cependant, un chant lointain le tira de sa morosité. Un appel harmonieux, profond, qui résonnait en lui comme une promesse de renouveau. Son Alpha appelait la meute à se reformer autour d'elle, les frères éloignés depuis trop longtemps par la fatalité à se retrouver. Il lui sembla, malgré l'aspect collectif de cet appel, qu'il lui était adressé tout particulièrement, à ce loup auparavant si majestueux qui n'était plus que l'ombre de lui-même.
Tel le ressort d'un diable en boîte, le loup chocolat se redressa, s'observant un moment avant de décider d'arranger un peu son pelage. Il était presque entièrement noir de cendre et de terre mêlées, il ne pouvait décemment pas se présenter ainsi devant les autres. Son orgueil reprenant, pour quelques instants, le pas sur son dépit, il tenta vaille que vaille de redonner de l'éclat à son long pelage. A son grand étonnement, il parvint, au bout d'un long moment toutefois, à distinguer le blanc de son poitrail, bien qu'encore et toujours salit. Lorsqu'il se décréta un minimum présentable, il étendit ses grandes ailes de cuir et, d'un puissant coup, prit son envol.

Sa progression n'avait plus rien de majestueux et de gracieux. Sa queue, abîmée récemment par un projectile volcanique qu'il n'avait su éviter à temps, ne le guidait plus aussi bien, rendant sa trajectoire hésitante. Il ne lui fallu pas longtemps pour arriver au-dessus de la forêt tropicale et ce qu'il vit alors lui souleva le coeur. La forêt, autrefois si verdoyante, n'était plus qu'un cimetière sinistre d'arbre enseveli sous les noirs dépôts du volcan.
C'est alors qu'il les vit, deux silhouettes solitaires échouées sur  ce paysage désolé. Il n'était pas le premier visiblement, son Alpha déjà accompagnée d'un loup au pelage d'un orangé vif. Virant brusquement, il décida de se poser à l'écart. Décision judicieuse visiblement puisque, lorsqu'il se posa, un épais nuage de cendres noires s'éleva, masquant la présence du brun aux autres loups. Une hésitation lui enserra alors la gorge. Pouvait-il se présenter ici ? Sa présence serait sûrement dérangeante et plus déprimante qu'autre chose après tout.
Le grand mâle secoua vivement la tête. Il ne devait pas s'occuper de ça, il était venu parce qu'on l'avait appelé, il se devait de se présenter. Relevant la tête et adoptant le pas assuré que les autres lui connaissaient, il s'approcha de son Alpha, inclinant respectueusement le cou devant elle.
- Dame Sahondra, je sais bien que je n'ai pas été très présent ces derniers temps. Sachez cependant que mes ailes sont vôtres, et je n'ai eu de cesse de chercher une terre, un endroit quelconque pour que l'été puisse perdurer en sécurité. Elles n'attendent plus que vos ordres, à présent qu'aucune mission ne les animes, pour repartir à l'assaut des cieux.

Il s'inclina une dernière fois avant de reculer, saluant au passage l'orangé déjà présent. Une telle docilité ne lui ressemblait pas mais, en de tels moments, la solidarité et l'obéissance etaient tout ce qui pouvait sauver une meute.
Code by Eressëa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: