Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 Saute, saute, saute !! [Axl]

Aller en bas 
AuteurMessage
Herrade
Spring is my life
avatar

Race : Loup/louve
PUF* : Runy
Féminin Messages : 190
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 24

Identitée du loup/chien
Rang: Bourreau
Popularité:
10/100  (10/100)
En couple ?: NIET

MessageSujet: Saute, saute, saute !! [Axl]   Mer 26 Oct 2016 - 20:55

Saute, saute, saute !!
ft. Axl

Humiliant, voilà le terme approprié ! Un terme qui correspondait parfaitement à la situation qu'Herrade était en train de subir, suspendue dans le vide. Bon, ici le vide se résumait à la distance entre la mâchoire de Rage et le sol, mais c'était quand même impressionnant de son point de vue ! A croire qu'elle n'avait pas encore assez grandi pour que son père cesse de la trimballer comme ça... D'un point de vue physique et mature, peut-être.

La peau de son cou tirait et c'était particulièrement désagréable de se sentir autant alourdie de son propre poids. Ce serait certainement la dernière fois que le Bêta accomplirait ce rituel punitif et la gamine en était fortement soulagée, même si ça ne suffisait pas à lui ôter ce furieux sentiment d'inconfort. Enfin, ils parvinrent à la Cascade des Remous, et une fois de plus la printanière accueillit comme une bénédiction du ciel l'absence totale de témoins.

Rage la laissa tomber sans ménagement sur une pierre plate, signe de plus qu'il n'était vraiment pas d’humeur à plaisanter, aussi la fautive se garda bien d'émettre la moindre plainte. Elle jugea plus sage au contraire de se replier sur elle-même en s'asseyant, tête et oreilles basses, attendant comme une condamnée le début des festivités. Ça risquait de chauffer pour elle aujourd'hui, il valait mieux que Vice ne soit pas dans les parages sinon elle en entendrait parler pendant de nombreuses lunes...

- J'imagine que tu sais pourquoi on est là.

La voix grave et caverneuse de son père la fit tressaillir, son ouïe étant peu accoutumée à un timbre si froid. Oh oui elle savait, mais une fois de plus il valait certainement mieux qu'elle garde le silence et laisse passer l'orage, en se contentant seulement de se recroqueviller un peu plus. Elle détestait ces moments de réprimande, mais curieusement ça l'empêchait rarement de refaire des bêtises... Quoi que cette fois la gravité de la situation et de l'humeur de Rage la feraient peut-être réfléchir à deux fois.

- Regarde-moi, Herrade.

Cette fois, le ton plus doux incita la susnommée à relever timidement les yeux. Elle put constater que son géniteur s'était assis, et la regardait avec une expression de reproche mêlée de lassitude. Hm, peut-être aurait-elle mieux fait de ne pas relever la tête finalement, ce regard réprobateur de la part de son père constituait la plus cruelle des punitions... Elle entendait encore dans ses cauchemars la voix du vieux schnock estival qui lui assénait que le printanier avait engendré une plaie ! Pourtant, malgré sa détresse, elle tint bon et se redressa face à l'adversité, prête à recevoir son jugement.

- Je sais que j'ai une part de responsabilité dans vos... égarements, à Vice et toi. Mais j'ai tout de même reçu beaucoup de plaintes à ton sujet, jeune fille.

Aïe, les sujets qui fâchent... Pendant plusieurs minutes, l'effrontée dut accueillir en silence la litanie des nombreux témoins ou victimes de ses diverses farces et autres joutes verbales. Elle reçut chaque doléance sans piper mot, reconnaissant intérieurement ses fautes - certaines en tout cas, pour d'autres elle persistait à croire que les plaignants manquaient franchement d'humour. Une fois la diatribe finie, Rage se lança avec mécontentement dans la narration du dernier méfait de sa fille, tel un juge énonçant les faits de l’affaire. Oui, elle s'était battue avec Vice parce qu'il lui avait une fois de plus fourré ses coussinets puants sous le nez pendant qu'elle s'étirait. Oui, ils avaient roulé pendant plusieurs minutes en pestant comme de beaux diables... et oui, en voulant riposter après avoir été séparée de son frère, elle avait envoyé un gros filet puant et poisseux... sur Myosotis, qui faisait une inspection des nouveaux apprentis juste un peu plus loin.

Au final, il y avait eu plus de peur que de mal, même si le mal en lui-même était assez conséquent. L'Alpha printanière était restée maîtresse d'elle-même - Rage soutenait que c'était grâce à leur profonde amitié que sa fille s'en était si bien sortie - et au final l'incident s'était terminée de manière assez diplomate et bon enfant, suscitant quelques rires gênés parmi l’assistance qui s’était empressée de secourir sa Reine. Diplomate, en public en tout cas. En voyant le regard de son père, Herrade savait qu'elle ne tarderait pas à morfler. La suite du discours enflammé ne tarda pas à lui donner raison.

- Une attaque sur ton Alpha ! Avec une odeur pareille !! Te rends-tu seulement compte ? Tu ne serais pas ma fille, elle t'aurait fait trancher la tête !

Tête baissée, Herrade écoutait sans rien ajouter. En réalité, elle avait un point de vue un brin différent sur la situation ; déjà, fut un temps pas si lointain, Myosotis lui aurait certainement réglé son compte en public, mais plus aujourd'hui. Elle avait acquis une maturité et une sagesse qui avaient fait d'elle une Alpha plus raisonnable. Ensuite, elle restait persuadée que son père, tout au fond de lui-même, dans la partie encore enfantine de son âme de vieux baroudeur, avait dû bien s'amuser de la scène. Mais une seconde avant de réaliser que c'était sa fille l'auteur de la blague.

- Herrade, tu m'écoutes ?

Sursautant, la louvette se redressa en couinant un « oui ! » précipité assez peu convaincant. Son père laissa échapper un soupir avant de fixer un regard blasé sur sa progéniture.

- Mon oeil. Nouveau soupir, puis il laissa passer quelques instants de silence, regardant le ciel. Herrade le fixait en attendant la sentence, tendue. Il se décida finalement à reprendre : J'espère que tu garderas ce souvenir de honte comme une cuisante leçon de bienséance. A l'avenir, je ne veux plus aucun dérapage de ce genre... Compris ?

La drôlesse opina vivement du chef, soulagée. Elle s'en tirait plus facilement que prévu ! Déjà, un début de sourire naissait sur ses babines, et d'un mouvement leste elle fit un pas vers son géniteur pour le câlin de la réconciliation. Celui-ci la prit de court en assenant une grosse patte sur sa tête, la ramenant bien vite sur le plancher des vaches.

- Pas si vite, microbe ! J'vais pas te laisser t'en tirer à si bon compte. Pour ta peine, tu vas rester bien sagement ici, à la cascade, jusqu'à ce soir. Pas question d'aller cavaler à droite ou à gauche pour créer de nouveaux esclandres... Y'a les nourrices qui s'occupent des mioches pas loin, et elles sauront si tu quittes les lieux, fais-moi confiance. Et moi aussi.

Il s'était penché pour prononcer ces derniers mots, et Herrade sentit un désagréable poids sur la tête qui lui arracha un grognement mécontent. Après lui avoir allégrement ébouriffé la mèche, son père la gratifia de son célèbre ricanement avant de lui souhaiter une belle et calme journée, reprenant sa route. S'ébrouant, la petite fit volte-face, entraînant avec elle de nombreuses mèches hirsutes.

- Mais papa, c'pas juste !!

Juste ou non, il était déjà loin, et le dernier regard qu'il lui lança lui ôta immédiatement toute envie de râler à nouveau, voire même de contrarier ses ordres. Boudeuse, la loupiote posa son popotin au sol d'un mouvement brusque, maugréant à souhait sur l'injustice dont elle était victime. Heureusement qu'elle était seule dans son désarroi.

Herrade leva le museau vers le ciel. La journée serait encore longue avant que la luminosité ne décline et que le soir arrive, malgré l'avancée de la saison. Autrement dit, elle avait quelques bonnes heures à tuer toute seule ici avant d'être délivrée de sa punition, et de rejoindre la civilisation.

Non pas que le fait d'être seule la chagrine ! Elle avait l'habitude de s'entraîner ou même de jouer de son côté, mais le fait d'être mise à l'écart ruinait tout de même un peu son enthousiasme. Pire, si elle tendait l'oreille, elle percevait même les cris et les rires des jeux des plus jeunes avec les nourrices, installés non loin, et ces simples sons d'insouciance lui hérissaient le poil. Pour la peine, elle se rapprocha de l'eau, où les fameux remous glougloutant qui avaient donné son nom à la cascade la coupèrent des bruits parasites.

Là, assise sur les rochers humides, elle s'autorisa un instant de réflexion sur son comportement. C'est vrai qu'elle pourrait être un peu plus regardante des conventions et bonnes manières qui tenaient tant au cœur des printaniers... Peut-être pourrait-elle être plus raisonnable et réfléchir à deux fois avant de faire quelque chose d'insensé. Peut-être. Mais pour le moment, elle venait de voir une feuille tomber au pied de la chute d'eau, et ce simple mouvement lui avait donné une foule d'idées et de possibilités de divertissement pour l'après-midi ! Le soleil était un peu timide mais la température ambiante pouvait bien permettre un petit bain...

Un grand sourire espiègle sur sa frimousse, Herrade ne perdit pas une seconde et se faufila dans les fourrés bordant les rochers de la cascade. Un peu d'escalade et quelques glissades sur la mousse plus tard, et elle était parvenue en haut, fièrement dressée et des fougères plein les cheveux. Un véritable épouvantail, MAIS un épouvantail conquérant ! D'un pas cérémonieux, elle approcha du bord, remua l'arrière-train, estima les distances ; aucune peur en elle, jamais une héroïne de sa trempe ne pleurerait pour un si petit saut ! En plus, elle était certaine qu'il y avait assez de fond pour qu'elle ne se blesse pas.

- Tu vois P'pa, ça m'arrive de réfléchir avant de faire les choses !

Et toc ! Ceci étant dit, elle fit un pas en arrière, s'aplatit, se prépara à bondir en quelques mouvements assez saugrenus, puis s'élançaaaaa !

- GERONIMOOOOO !

C'était bien évidemment beaucoup plus épique dans sa tête, avec un saut au ralenti et un long cri qui n'en finissait plus tandis qu'elle chutait vers les remous bouillonnants... Dans la vraie vie, elle fut rapidement engloutie par les flots juste après avoir entamé le "mo", et le reste se perdit en bulles. Ce qui n'entama nullement son enthousiasme ! Une poussée contre les roches qui tapissaient le fond - « je savais bien qu'y avait la place de sauter ! » - et elle refaisait surface, riant à gorge déployée et se débattant dans de grandes gerbes d'eau. Elle ne fit même pas l'effort de retourner sur la berge et se contenta de barboter tranquillement. Finalement, cette punition ne se présentait pas si terrible que ça !

© Runy
Revenir en haut Aller en bas
http://runedraconis.deviantart.com/
Ohm
Lama-Rigolant ♥
avatar

Race : Loup/louve
Masculin Messages : 297
Date d'inscription : 08/01/2016
Age : 15

Identitée du loup/chien
Rang: Espion
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: On ne saurait dire

MessageSujet: Re: Saute, saute, saute !! [Axl]   Dim 11 Déc 2016 - 14:56

» Up «
Revenir en haut Aller en bas
 
Saute, saute, saute !! [Axl]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Territoire du Printemps :: Forêt sans fin :: Cascade de remous-
Sauter vers: