Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 La Louve et l'Enfant | PV Blue |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arwen
Blonde Naine & les 7 Canins
avatar

Race : Loup/louve
Féminin Messages : 36
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 16

Identitée du loup/chien
Rang:
Popularité:
10/100  (10/100)
En couple ?: Non

MessageSujet: La Louve et l'Enfant | PV Blue |   Mar 25 Oct 2016 - 17:43


La Louve et l'Enfant


L’air glacial de l’hiver s’engouffrait dans les narines de l’enfant, brûlant sans vergogne les organes neufs que le Ciel lui avait offert. Dans les profondeurs de l’hiver, saison du silence aux habits d’ivoire, quelques gouttes écarlates s’écoulaient doucement, suivant le rythme pourtant effréné de la course mortelle qui s’engageait en son sein.  Peu habituée à recevoir à recevoir un des habitants d’origine, Mère Nature semblait s’être tue, observant le spectacle qui se déroulait avec une fascination des plus malsaine.  A travers ce mutisme presque oppressant,  la terre paraissait vibrer sous les battements d’un cœur inconnu. Du sang neuf traversait  ses veines, et chaque mouvements  étaient produits par une détermination commune à tous, une volonté  qui résultait de l’instinct et qui permettait encore de guider cet être à travers un monde dans lequel il n’avait pas sa place.  O il y avait bien des millénaires que cette planète aux quatre saisons  n’avait pas laissé une telle créature souiller leur monde.  Et c’était  avec une certaine délectation qu’elle laissait à présent faire les choses, se demandant alors, quel allait-être le sort de l’Enfant  dans un monde dominé par les Bêtes.

Une course silencieuse aux issues décisives se menait.  Les pieds nus d’une enfant martelaient la neige sans discontinuer  depuis bien longtemps déjà. Enfin, peut importait la durée lorsque l’on avait à survivre.  L’esprit pouvait se montrer incroyablement fascinant lorsqu’il arrivait à faire abstraction de ce qui est en temps normal le plus important, n’est-ce pas ?  Depuis l’Aurore, à vrai dire, Arwen se battait contre la mort. Et parce que l’humain qu’elle était devenu était connu pour être une de ces créatures les plus tenaces, les plus têtues dans leurs idéaux, elle n’avait toujours pas lâché et semblait ne pouvoir se résoudre à se faire dévorer.  Ses longs cheveux trainant derrière elle comme un étendard blond, elle courrait à en perdre haleine sur le territoire neigeux, coursée par deux jeunes canins affamés. Et dire que la nuit précédente elle avait partagé leur corps, s’était nourrie avec eux. Désormais à leurs yeux, elle n’était plus qu’une étrangère, une créature faible  qui leur inspirait la haine et surtout la faim. Du jour au lendemain, elle était devenue une des indésirables de cette terre, un monstre, un souvenir de son ancienne vie qu’elle avait cru perdu pour toujours.

Mais visiblement, ce n’était pas le cas.

Elle s’était réveillée, complètement gelée et avait crié lorsque, à la place de ses habituelles pattes aux symboles dorés elle avait retrouvé des mains .  Elle s’était mise à marcher à quatre patte, coincée entre un esprit qui se pensait loup et un corps qui ne répondait pas à ses souhaits. Et alors, il y eut le moment fatidique, celui ou elle vit son reflet apparaitre dans une pauvre flaque. Une expression misérablement familière, un visage qu’elle n’avait jamais pensé pouvoir retrouver un jour. Cette fois-ci, elle poussa un hurlement atroce qui sembla éveiller toute la faune et la flore des environs. A ce moment là, Arwen  avait observé cette face juvénile et terrifiée  qui se reflétait sous ses yeux, avant de décréter d’une voix terrifiée qu’on allait revenir la brûler. Ses compagnons s’étaient alors éveillés, tout d’abord incrédule et échangeant un langage qu’Arwen n’était plus en mesure de comprendre. Dans un élan de désespoir,  l’humaine qu’elle était redevenue s’était brusquement approchée des deux lupins, leur tendant sa main, dans l’espoir qu’ils y décèlent une vague odeur de son ancienne forme. Mais c’est là qu’elle comprit qu’une barrière venait de se former entre  ce monde et elle.

Un de ses compagnons planta ses crocs dans sa main, avant que l’autre ne donne un coup à son congénère, l’invitant à relâcher la prise, car après tout, ils ne savaient pas de quoi cette nouvelle créature était capable. Ils se contentèrent alors de la fixer avec hargne, les babines retroussées en signe d’avertissement.  Mais Arwen libéra sa main ensanglantée, avant de se lever  et de tituber maladroitement et de commettre l’irréparable erreur de tourner le dos et de fuir devant ces deux prédateurs.

Essuyant les quelques larmes qui s’échappaient de ses yeux, l’enfant ralentissait de plus en plus l’allure, tandis qu’elle pouvait  entendre les grognements de ceux qui furent ses amis derrière elle. Les  prunelles dilatées, le visage figé dans une expression de terreur, elle était tentée de se laisser tomber au sol pour ne plus avoir à se relever. Elle ne souhaitait pas mourir et pourtant, elle  allait devoir y être forcée, en seconde fois, comme si c’était une malédiction…

Néanmoins, elle n’eut pas le temps de décider quoi que ce soit,  car sa cape le décida pour elle-même. Trébuchant sur le tissu bleu, Arwen se retrouva plongée en avant dans une pente  neigeuse, avant de sentir les crocs des deux lupins s’enfoncer dans  son épaule. Un cri de douleur s’échappa de ses lèvres, alors qu’elle venait enfin de terminer sa chute sur ce qui semblait être la lisière d’une forêt. Les yeux embués, le visage livide, elle n’eut même pas la force de crier lorsqu’elle sentit les crocs se détacher de son épaule. Elle sentait les souffles chauds et les grognements des deux canidés  autour d’elle, et Arwen trouva alors ironique le fait qu’il n’y avait pas son plus étranger à ses oreilles que ces râles que poussaient les deux loups, alors que depuis 8 mois elle n’avait appris qu’à comprendre que ce langage.

Néanmoins, les minutes passèrent  et Arwen était toujours vivante, sa douleur à l’épaule continuait de la faire extrêmement souffrir. Elle ignorait si en réalité les loups étaient en train de la dévorer, et que par un phénomène inexpliqué son corps avait décidé de faire abstraction de la douleur, tant elle était atroce. Laissant échapper un râle d’agonie, la fillette osa relever la tête, constatant alors avec une surprise non feinte que les deux canidés avaient disparus. Pourquoi… ? Qu’est-ce qui avait donc bien pu les pousser à partir… à la laisser ?....Elle porta alors ses prunelles bleues sur l’orée de la forêt, alors qu’une minuscule forme bleue semblait se détacher. Dans un élan de désespoir, la petite tendit sa main blessée, suppliant l’être du regard, avant d’éclater en sanglots.

«  Pitié… »



Code © FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Blue
Divinité Absolue
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Quelqu'un
Féminin Messages : 2000
Date d'inscription : 26/07/2011
Age : 22
Ta localisation réelle : Quelque part entre rêve et réalité

Identitée du loup/chien
Rang:
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Rien que de la solitude

MessageSujet: Re: La Louve et l'Enfant | PV Blue |   Mar 25 Oct 2016 - 19:23



   

   
La Louve et l'Enfant

   
Featuring Arwen


   
Blue s'était réveillée avec une impression étrange. Elle ne savait pas trop ce qui l'avait sortie ainsi de son sommeil mais une impression d'urgence lui enserrait le coeur. La loupiote qui n'en était pas une se leva lentement, usant de ses anciennes techniques de chasse elle put se faufiler en dehors de la tanière des Nourrices sans sa faire remarquer. Elle n'aimait pas particulièrement sortir alors que le soleil n'était pas encore levé au vu de son physique actuel mais peu importait. Il fallait qu'elle prenne la direction de la Forêt de Brume. Elle ne savait pas vraiment quoi mais elle sentait une pression dans son esprit. La pression d'une voix très lointaine mais familière. Blue secoua la tête pour chasser cette impression qui la tenaillait. Elle se lança au petit trot tentant de se réchauffer tout en se rendant plus rapidement à destination. La petite ne tarda pas à avoir nettement plus chaud et elle entrouvrit la gueule afin de mieux se ventiler. La pression étrange mais familière était revenue et elle la pressait. Plus cela allait plus Blue suspectait un esprit défunt. Elle ne les avait jamais entendu clairement tant qu'elle était sous forme physique mais elle savait que les esprits les plus puissants pouvaient se faire entendre, ou tout du moins comprendre vaguement, des vivants. D'autant plus qu'elle-même avait été en contact régulier avec certains esprits. Elle chassa cette présence d'un grondement agacé. Elle devait se concentrer sur ce corps mal entraîné si elle voulait arriver avant que l'esprit ne vienne lui souffler qu'un malheur était arrivé.

Dès qu'elle pénétra sous les hautes frondaisons de la Forêt de Brume Blue sentit que le calme habituel des lieux était perturbé. Il se passait quelque chose. L'esprit, l'ancienne solitaire avait décidé que esprit ou non elle partait du principe que c'en était un, fit de nouveau pression sur ses pensées. Cette fois-ci la louve ne montra aucune trace d'agacement et suivit le chemin qu'on lui indiquait. Une odeur de sang se fit bientôt sentir. De sang et de solitaires. Blue coucha les oreilles et sentit les poils se dresser sur son échine. S'ils décidaient de la prendre en chasse elle serait mal barrée. Son seul espoir était de se mettre dans le vent pour que son odeur d'hivernale porte jusqu'à eux. En parlant de ça... La loupiote aperçut enfin deux formes qui grondaient et mordait dans un truc encore non-indentifé. C'était de la forme au sol que montait la chaude odeur du sang. L'ancienne bâtarde mit son plan à exécution. Il était rare de vouloir être senti de ses ennemis mais, pour le coup, c'était sa seule cartouche pour les faire déguerpir. Elle eut l'immense plaisir de voir que tout fonctionnait comme sur des roulettes. C'en était presque suspect mais la chose ensanglantée bougeait et Blue était certaine que c'était pour ce truc qu'on l'avait faite venir ici alors autant se déplacer.

La loupiote avançait lentement, sur ses gardes. Elle ne savait pas encore ce qui l'attendait là-bas et puis elle craignait que les autres se rendent compte qu'ils venaient de partir en courant face à une bestiole haute comme quatre pommes. Les deux oreilles bleues nuit se dressèrent néanmoins tandis que sa mâchoire en tombait de surprise.

- Pitié…

Blue eut un mouvement de recul. Ce n'était pas possible. Non. Elle rêvait. Impossible. Les yeux azurs étaient écarquillés. Son coeur battait à tout rompre. Elle connaissait ce mot. Elle connaissait cette voix étrange qui n'avait rien à voir avec leur langage à eux. Ses oreilles se couchèrent tandis qu'elle mettait sa queue entre ses pattes. Des larmes perlaient au coin de ses yeux tandis qu'elle ne savait plus où s'arrêtait le rêve et où débutait la réalité. Elle finit pourtant par se remettre en marche, timidement, comme si bouger allait rompre le charme qui s'était établi. Presque rampant elle se rapprocha de l'humaine. Parce que c'était bien qu'était la forme. Une humaine aux longs cheveux blonds. D'étranges petits japements émanaient de la forme couchée à même la neige. La louve savait ce que c'était pour les avoir entendus venant de la part de l'Enfant. De celui avec lequel elle vivait il y a bien longtemps.

Elle était enfin face à l'enfant qui ne cessait de pleurer. L'une de ses mains étaient marquée d'une profonde morsure. De nouveau les oreilles de Blue se plaquèrent sur son crâne, une profonde colère envers les solitaires montait en elle. Cependant elle savait que cette émotion pourrait être mal interprétée aussi se força-t-elle à se reprendre. Lentement elle tendit le cou et lapa le sang qui avait commencé à coaguler. Elle se rétracta rapidement après le premier coup de langue de peur que l'inconnue face un mouvement brusque. Rien ne survint aussi recommença-t-elle. Lentement. Doucement. Elle avait envie de pleurer. Ses yeux étaient humides et brillants. Cette scène lui rappelait tant de souvenirs qu'elle pensait enfouits et enterrés à jamais dans sa mémoire. Elle prit une profonde inspiration, se forçant à atteindre un calme qu'elle avait l'impression d'avoir perdu à jamais. Se retrouver face à un jeune humain était compliqué pour elle. Très compliqué même. Elle poussa un petit couinement plaintif avant de poser sa truffe froide contre la joue de la petite fille. Elle savait que cela la ferait réagir. Elle le savait.


   
Code par xLittleRainbow pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://mytheaerin.forumactif.org/
 
La Louve et l'Enfant | PV Blue |
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Territoire de l'Hiver :: Forêt de brume-
Sauter vers: