Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Votre devoir sera de rétablir la paix des saisons, mais il y a toujours des trouble-fêtes...

 

Partagez | 
 

 Penses très bêtes d'Akaka

Aller en bas 
AuteurMessage
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: Penses très bêtes d'Akaka   Jeu 9 Juin 2016 - 16:23

La boîte à tout et n'importe quoi de l'étrange bêbête qui vit sous votre lit

Revenir en haut Aller en bas
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: Liam - Louveteau - Fils d'Akasan et Glycenne   Jeu 9 Juin 2016 - 16:39


Liam
Souffle de Gel


➤ Nom : Son nom est Liam
➤ Prononciation : "Li-ame"
➤ Âge : Tout jeune louveteau.
➤ Clan : Il appartient au Clan Hivernal
➤ Rang : Potentiel Bêta Intendant, à voir au fil du temps et à concrétiser avec les Alphas hivernaux - en l'occurence Akasan et Glycenne.
➤ Sexe : Ce jeune loupiot appartient à la gente masculine.
➤ Orientation sexuelle : Même si sa préoccupation actuelle ne se range pas à ce trait, il sera bisexuel (modifiable si le joueur le désire).


➤ Pouvoirs :
Winter's Breath
Si Glycenne, sa mère, possédait la capacité d'invoquer bourrasques et fragiles flocons, Liam a seulement hérité partiellement de son don. En effet; s'il est impossible au louveteau de propager en son entourage rafales de givre et éclats de glace, il est cependant en mesure de geler tout organisme de petite taille ou de faible consistance à l’aide de son simple souffle.
Propageant l’ardeur glaciale de son sang sur son environnement, il suffit au fils de l’hiver de souffler délicatement sur l’objet ciblé, avant que celui-ci ne se pare de couronnes de givre.
Bien que ce don amuse largement le louveteau, il n’en perçoit cependant pas l’utilité. Geler fleurs et graviers ne semblent pas l’intéresser, et son pouvoir ne possède pas une puissance telle qu’il puisse geler la toison de ses rivaux. Peut-être Liam lui trouvera-t’il une autre utilité ?

Truth Maker
Jouant avec ce don comme il jongle avec les mots, Liam a su trouver un élément qui l’amuse plus que n’importe quel autre.
Si un corps pur uniquement constitué d’eau prend sa source dans les cieux et s’abat sur la terre - pluie, flocons, grêle, etc.. -, le fils de l’hiver peut alors en prendre le contrôle pour le laisser s’infiltrer dans le corps d’un adversaire de son choix. Cette manipulation lui permettra ensuite, une fois l’élément introduit dans sa victime, d’influencer le pensées de cette dernière. Un féroce estival pourra, par exemple, voir, brutalement, Liam comme un allié si le prince hivernal en décide ainsi. Si, dès que la substance est évacuée du corps de ses ennemis - ou amis, sait-on jamais -, elle ne lui permet plus de contrôle, le loup ciblé peut cependant souffrir de séquelles. Il retrouvera ses songes précédents, mais pourra malheureusement conserver des idées qui n’étaient pas siennes.
Capturer une gouttelette ou un cristal de givre par la seule force de son esprit se révèle colossalement difficile pour l’enfant des glaces. S’il apprendra à maîtriser ce don dans le futur - toujours avec difficulté, cependant -, son influence sur ses victimes demeurera toujours minime. Il ne peut agir sur une certitude ancrée dans l’esprit d’un loup. Sa force réside dans l’ignorance et la crainte. L’incertitude est l’alliée irréfutable du petit, et sa présence seule permet ses actes.
Liam ne peut influencer les pensées de son adversaires que quelques minutes, jusqu’à ce que la substance le lui permettant soit rejetée d’elle-même. Le loupiot est alors, durant sa manipulation, plongé dans une transe inexplicable. Il ne peut pas plus agir que son adversaire, concentré sur son esprit et non plus sur le monde qui l’entoure. Le loupiot ne peut pas, non plus, contrôler plusieurs idées dans une même journée. Son don ne se révèle utile que sur un cycle de 24 heures. Une fois utilisé, il faudra au louveteau patienter un moment.
Ce pouvoir ne fonctionne qu’en présence de pluie, de grêle, de neige etc…
[Don légèrement modifiable par le joueur si souhaité, merci cependant de veiller à ne pas trop changer tout ça et de conserver l’idée principale du pouvoir. Si cette explication n’est pas très claire, il est possible de me contacter, je ne mords pas (: ]


➤ Physique : Don de ses aïeux hivernaux, Liam semble se confondre dans la froideur de l’hiver. Si sa toison d’azur ne lui permet pas le camouflage qu’il désirerait, elle témoigne cependant de son titre d’enfant du froid. Epaisse, elle lui épargne les morsures de son environnement, lui accordant une apparence solide.
Haut sur pattes, le loupiot se révèle plus agile et endurant qu’il n’y paraît. Les légers poils mouchetant ses coussinets lui permettent une parfaite harmonie avec la neige, l’empêchant de glisser à tout instant. Sous l’épaisseur de sa fourrure saphir, il est possible de discerner une importante masse de muscle, quoique moins marquée que son frère, Shorkan. Liam se confond sans mal dans la foule de ses comparses, arborant les principales caractéristiques hivernales.
Son pelage est un héritage direct du sang de son père. D’un bleu profond sur son museau à un clair-azuré sur sa queue, maints ornements d’indigo parsèment son corps élancé. Témoignage de son environnement, quelques taches de neige s’affichent sur son poitrail, sur son ventre ou encore sur ses pattes arrières.
Si Liam semble arborer les principaux attributs de son père, il est cependant possible de déceler les traces de sa mère en sa personne. Ses oreilles et sa queue d’ardoise, ainsi que quelques arabesque d’ébène, quoique maigre héritage, révèlent ses origines véritables.
Une crinière d’un bleu pur se dresse sur ses épaules, renforçant d’avantage encore son apparence puissante.
Prunelles d’un brasier de givre, ses iris améthystes ne manquent pas d’attiser la curiosité à son égard. Terrifiantes de beauté, nul ne sait véritablement ce qu’elles renferment.


On remercie Hurri pour cette petite beauté de design eue :
 


➤ Caractère : Parfait opposé de ses soeurs, Liam est un véritable comédien qui modèle la vérité avec une telle habilité que nul ne peut vraiment se douter de ses machinations intérieures.
Face à l’attendrissement aveugle dont font preuve ses parents - ou tout du moins son père -, le loupiot a rapidement saisit l’occasion de parvenir à ses fins sans difficultés.
Habile et terriblement traître, l’enfant des glaces sait parfaitement que la confiance n’est qu’un jeu de mots. Il ne croît, véritablement, qu’en quelques valeurs dont il juge l’importance digne d’interêt. La lumière n’est qu’ombre à ses yeux, tout comme l’ombre n’est que lumière. Tout se confond, comme tout est radicalement opposé. Ses sens ne semblent pas percevoir les frontières que les membres de son espèce s’imposent.
Liam ne connaît pas de limites. Peu lui importe la vie, peu lui importe la mort. Seules les inébranlables réalités qu’il n’a alors pas su contester le retiennent encore. La vérité n’est que poussière, à ses yeux. Les certitudes incontestables seules échappent à son indifférence.
Jonglant des mots, il saura devenir ce qu’il n’est pas. Si, aux yeux de ses comparses louveteaux, il apparaît comme un petit rat vicieux, ses parents ne désirent et ne voient en lui rien qu’un petit ange.
Le louveteau est conscient de ces éléments, et jouer avec sa nature le contente plus que n’importe quel jeu.
Jouant avec ses camarades, il n’hésitera pas à se voiler sous le caractère d’un autre. Une simple bousculade lui suffit pour hurler à l’agonie et se cacher sous les jupes de ses parents, riant alors de voir ses comparses grondés et punis. Moqueur à souhait, le loupiot est clairement détesté par ses camarades.
Mais ces regards portés sur sa personne lui importe peu. Il sait parfaitement qui il est, ce qu’il cache derrière cette fourberie constante.
S’il chérit sa fratrie, Liam ne peut nier le vorace sentiment de jalousie qui le dévore lorsque son père mène Aranwë sur les berges du Fjord, ou encore lorsque Shorkan et Eirlys s’amusent gaiement, liés par une relation que l’enfant ignore. Refoulant tant bien que mal ces émotions qu’il sait mauvaises, le loupiot compense ses déceptions par une méchanceté constante envers ses camarades, se souciant à peine de l’impact de ses mots.
Sous son voile mesquin, l’enfant du froid révèle cependant une nature curieuse et admirative. Dès lors que l’attention qu’il requiert auprès de sa famille lui parvient, il sait se révéler amical et joueur, comme n’importe quel enfant de son âge. Ce sont, en ces rares instants, qu’il dévoile sa véritable nature sans crainte de devenir ce qu’il n’est pas.
Son hypocrisie refait, malheureusement, rapidement le dessus, et il reparaît à nouveau sous son image glaciale et agressive. Légèrement buté sur les bords, le loupiot agit selon ses propres règles, ne répondant à aucun ordre qui ne vienne pas de sa propre personne. Peu lui importe punitions et reproches. Il n’obéit qu’à ses certitudes, refusant qu’un autre lui impose ses décisions. S’il est convaincu que ses choix soient le plus justes, il peut cependant arriver qu’il ait tort - sans qu’il ne le reconnaisse véritablement, bien sûr - .
Fier de sa famille, le loupiot se révèle aussi voué que Shorkan à protéger sa fratrie. Si les relations entre les deux enfants peuvent se révéler tendues, principalement dues aux reproches de l’imposant louveteau, Liam sait foncièrement l’amour qu’il porte à son frère.
En grandissant, l’enfant du froid conservera ses certitudes quand à la maigre importance de certaines valeurs, et agira toujours pas le biais de ses uniques convictions. Si la loyauté dont il faisait preuve auprès de sa famille se transmettra rapidement à son Clan, il n’en restera pas moins méfiant de son univers. Gagner sa confiance se révélera une épreuve difficile, dont le prix se vaut néanmoins. Fidèle, à l’image de son père, à ceux auquel il a voué sa vie, il tiendra promesse s’il n’est trahi.
La distance que prendra alors sa soeur, Aranwë, vis à vis de sa famille, le déstabilisera, et il tentera par tout les moyens de la ramener, veillant davantage encore sur ses proches.
Mais le temps ne semble pas encore venu pour l’enfant de se soucier de telles affaires, et sous son hypocrisie quasi-constante, il saura se faire apprécier de rares individus. Les temps changent, et si ses certitudes se révèlent presque nulles, qui sait s’il ne placera pas sa confiance dans de nouvelles valeurs, à l’avenir ?
[Le caractère peut être légèrement modifié par le joueur. Veillez cependant à conserver ses principaux traits, Liam ne changera jamais d’idées quand à son obéissance à lui-même. Certaines caractéristiques sont peut-être un peu floues, il est toujours possible de me contacter si vous ne saisissez pas un élément de son caractère (:]


➤ Histoire :
L’obscurité, puis la lumière.
S’était-il révélé au monde, ou était-ce le monde qui s’était révélé à lui ?
Dans l’obscurité de ses pensées inconscientes, il sentit un élan de vie parcourir son corps, le dotant d’un esprit propre. Souffle d’une énergie qu’il ignorait, il anima chacun de ses muscles, libérant l’afflux de son sang en son corps. Durant un instant, il perçut le mouvement de sa chair, discernant le brutal murmure de vivacité qui vibrait dans ses os.
Il inspira, savourant l’air qui sifflait dans ses poumons.
Redoutant presque ces nouveaux dons qui lui étaient offerts, il osa un nouveau souffle.
Une certitude inébranlable le parcourut alors. Dans les douces ténèbres qui l’enserrait, il lui parut entendre une nouvelle voix. Instinct qu’il ne pouvait contenir, il lutta un instant, se libérant de l’entrave de l’obscurité. Là où l’ombre le retenait, la lumière lui apparut.
Ses prunelles s’entrouvrirent.
Dans l’euphorie d’un nouvel univers qui s’affichait à lui, il comprit.
La vie l’avait choisi. Et il avait choisi la vie.

Héritage de l’union d’une colombe et d’un ange, Liam est l’un des enfants d’Akasan et Glycenne. Né sur les terres neutres, le loupiot quittera néanmoins les berges du Fjord dans les jours suivants sa naissance. Choix de sa mère, largement approuvé par son compagnon, Liam et sa fratrie grandiront au sein de l’Hiver, bercé par la douce présence de Glycenne. Si Akasan s’éloignera peu à peu, non sans un regret, de la famille qu’il a appris à chérir, il n’abandonnera cependant pas sa progéniture, veillant à demeurer régulièrement auprès d’elle.
Liam apprendra rapidement la concurrence constante qui règne entre les quelques portées de l’Hiver, et n’hésitera que très peu avant de se lancer dans la compétition.
Le regard d’un être inconnu ne manquera cependant pas de l’intriguer. Goriar, son oncle, frère de Glycenne et éternel rival d’Akasan, attisera constamment sa curiosité. Si l’éclat qu’il entrevoit dans les prunelles de l’imposant hivernal effraie grandement le loupiot, il perçoit cependant l’attendrissement du colosse à son égard. Mais peu importe vraiment au loupiot. Glycenne saura le protéger, ou du moins, il l’espère.
Les relations avec sa fratrie diffère selon les individus en question.
Shorkan l’agace grandement, il ne peut le nier. La rivalité constante qui oppose les deux louveteaux ne fera qu’empirer durant leur enfance. Liam se considère indépendant du regard de son frère, celui-ci surveillant constamment chacune de ses actions. Ne manquant pas de le lui rappeler, il n’hésitera pas à lui jouer un mauvais tour si l’occasion se propose.
Malgré la concurrence qui l’éloigne de celui qu’il s’amuse à qualifier de « petit frère », Liam respecte grandement Shorkan et l’apprécie autant que le reste de sa famille.
Si le loupiot a parfaitement saisi la personnalité de Shorkan, celle d’Aranwë lui échappe encore. Distante, insaisissable, elle semble percevoir bien plus de choses qu’elle n’en laisse témoigner. Quoique parfois joueuse, sa soeur se mêle rarement à leurs occupations enfantines, préférant de loin admirer l’eau qui goutte chaque matin sur les roches de la pouponnière. Perplexe, Liam se désintéressera rapidement de la loupiote lavande, considérant qu’elle cherche simplement à se faire remarquer.
Avec le temps, il parviendra à saisir les idéaux de la fille des glaces. Se rapprochant peu à peu d’elle, il se surprendra à l’admirer dans ses pensées. Il ne sait véritablement ce qu’elle contemple, mais, et le loupiot se refuse à la nier, il demeure émerveillé par la beauté de ses utopies. C’est avec un ignoble regret qu’il la verra s’éloigner, et tentera de la retenir par tout les moyens. Plus complices qu’il ne l’aurait jamais cru, Liam ressentira pour la première fois un effroyable désarroi.
Il aime Aranwë de toute son âme, et il lui paraît la connaître mieux qui quiconque. Il n’hésitera pas à remettre son propre honneur de louveteau en jeu pour lui sauver la mise.
Protecteur, à l’image de Shorkan, au possible envers Eirlys, Liam redoute en chaque instant qu’elle ne se brise, tant par sa fragilité que par son innocence. La considérant comme sa petite soeur, le loupiot ressent au fond de lui-même cet incontestable devoir de responsabilité qu’il a envers elle.
Elle est certainement la membre de sa fratrie avec laquelle il s’amusera le plus, ne manquant pas une occasion de jouer avec elle. Jamais il ne tentera de la blesser, tentant même de prendre les coups à sa place - ce qui est, en soit, contradictoire vis à vis de sa nature. Il ne laissera aucun louveteau l’harceler, ayant juré de protéger la petite quoi qu’il advienne.
Prêts aux 400 coups, les louveteaux s’entendent merveilleusement bien. Nul doute que leur relation s’épanouira avec le temps.

➤ RP d'exemple (pour connaître ton niveau) : En 10 lignes minimum.

➤ Codes du règlement :


➤ T'as un nom toi ? TEXTE
➤ Ou peut-être un PUF ? TEXTE
➤ Âge : TEXTE
➤ Comment nous as-tu trouvé ? TEXTE
➤ Tu te plais ici ? TEXTE
➤ Autre(s) : TEXTE

*PUF : pseudo utilisé sur les autres forums



Dernière édition par Akasan le Dim 9 Juil 2017 - 15:26, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: It's time for wake up the stars – Aranwë, fille d'Akasan et Glycenne   Sam 9 Juil 2016 - 0:10


Aranwë
Children of the World



➤ Nom : Elle se nomme Aranwë
➤ Prononciation : "Arane-oué"
➤ Âge : Jeune loupiote, venant de recevoir la vie.
➤ Clan : Elle appartient au Clan de l'Hiver, tout comme sa mère et sa fratrie, mais le quittera bientôt pour la guilde des Librelunes.
➤ Rang : Jusqu'à ce que ses désirs la sépare de son clan, elle est aspirante espionne
➤ Sexe : Cette enfant de l'hiver est une femelle
➤ Orientation sexuelle : Si ses préoccupations ne sont, pour l'instant, en aucun cas tournées vers ce sujet, l'enfant du givre sera homosexuelle.


➤ Pouvoirs :
Divison of Soul

Le principal don de l'enfant se divise en deux phases distinctes.

De l'enfance à l'acquisition de Sword:
 

De l'acquisition de Sword à l'ultime étincelle de son coeur:
 
En bref:
 
[Une nouvelle fiche sera réalisée lors du passage d'Aranwë chez les Librelunes puis lors de son acquisition de Sword.]

Frost Flowers
Si le chant métallique de l'épée d'Akasan a délicatement forgé les traits froids de l'enfant, une beauté singulière réside en elle, dévoilant la délicatesse de cette fleur hivernale confondue à celle de sa lame fondue dans les glaces. En effet, lorsqu'Aranwë effectue quelques pas, des roses de gel naissent sous ses coussinets de neige. Telles la traine d'une étoile choisie pour reine, la fille de l'hiver dépose dans son sillage ces délicates et sublimes roses de glace. Cependant, même si ce don est de toute beauté, son utilité, quant à elle, n'est pas certaine. Ces fleurs ne se matérialisent qu'en présence d'une surface gelée importante et suffisante pour devenir pétales et cristaux de glace. Les fleurs ne survivent que quelques secondes avant de faner immédiatemment et de retrouver leur état premier, ce qui était glace retourne alors à la glace. Aranwë, cependant, maîtriseras mal ce don durant la majorité de son enfance. Les roses peuvent donc se manifester dans son sillage - si les conditions nécessaires à leur création sont remplies - sans qu'elle ne le souhaite.

➤ Physique :
Aranwë, enfant déjà, est de toute beauté. La finesse naturelle de ses traits suffit à charmer l'oeil, et il n'est pas surprenant que son agilité et sa rapidité représentent ses principaux atouts. Sa fourrure indigo est dotée d'un épais manteau de poils, afin de la préserver de la cruelle morsure du froid. Quelques arabesques lavandes ornent ce corps élancé et presque parfait. Un étrange symbole de neige, décliné de celui de son géniteur, se dessine sur ses cuisses. Une courbe de glace prolonge la ligne de ses yeux d'or et décore ses joues. Sur ses pattes semblent s'être déposées une multitude d'étoiles, mouchetant ses membres d'un indigo sombre se dégradant vers un bleu glacial à l'extémité de ses pattes. Ses doigts arborent de délicats gants de neige, fond immaculé sur la noirceur de ses minuscules griffes.
Cachant partiellement son regard de braise, ses longs cheveux de lavande clair parcourent la légère courbe de sa nuque, et voilent parfois ses prunelles d'ambre, par leur longueur. Sous cette épaisse masse de cheveux indigo se cache une jolie et longue tresse, tissée par Glycenne, sa mère, que l'enfant des neiges conservera le plus longtemps possible. Ses oreilles se dressent, d'un gris sombre délclinant vers le noir charbon de sa génitrice. Sa queue, étonnement longue et fournie, se teinte de trois bandes charbon, unies, enfin, par une extrémité immaculée.
Haute sur patte, Aranwë est taillée pour le climat difficile de sa saison, tout en conservant la beauté d'une rose épanouie. Sa finesse est son principal attribut, malgré l'épaisseur de sa fourrure.
Ref':
 
Aranwë par Rune <3 :
 
Aranwë par Urine <3:
 
Aranwë par Sumi <3:
 


➤ Caractère :
"Vous jouez avec un monde qui n'a jamais été vôtre."
Longtemps, la fille des glaces restera murée dans le silence. Pas une syllabe, seul ce sourire léger, presque imperceptible, pour orner ses babines. Et, enfin, le premier mot viendra. Un mot inconnu, un mot sans véritable importance. Mais il suffira.
Contrairement à Liam, Aranwë, dès l'instant où la lumière a caressé ses yeux, a pu sentir l'amour de ses parents, et y déceler le don que Mère Nature lui a accordé. Mais si l'attachement qu'elle accordera immédiatemment à Glycenne et Akasan se manifestera sans problème, le regard qu'elle portera sur sa fratrie est totalement différent. La curiosité, bien sûr, attisera ses sens et la poussera, dans ses premiers instants, à aimer ceux qui seront sa vie. Cependant, et cela, rapidement, la loupiote fuira leurs jeux de loupiots et se réfugiera auprès de son père. Un lien connu d'Akasan lui seul l'unira rapidement à sa fille, et celle-ci acquiéra sans problème sa philosophie et sa constante mélancolie.
Silencieuse et capturée par ce froid qui l'a saisie dès sa naissance, Aranwë apprendra, lentement, le goût des mots. La chaleur émanera de ses douces paroles, et la justesse des sonorités choisies seront probablement mal cernées, au commencement, par Shorkan, Liam et Eirlys. Malgré ses différences flagrantes, la fille des glaces saura se faire apprécier, de par sa douceur et sa justesse naturelle.
Lorsqu'elle grandira, l'enfant de l'hiver apprendra la cruauté de la vie, connaissant rapidement la détresse de l'incertitude et de l'isolement causé par l'agressivité dont feront preuve Liam et Shorkan. Éloignée, dès sa naissance, par ses différences, de sa fratrie, Aranwë choisira définitivement d'emprunter le même sentier que son père, le suivant non sans quelques regrets, et apprendra la cruelle loi de l'existence. Jamais, et qu'importera les coups du temps, son coeur ne sera véritablement dévoré par les glaces. Une once de chaleur, une compréhension constante de son entourage, l'unira à ce désir ardent de justice et de liberté. C'est en apprenant l'existance de la guilde des Librelunes, principalement par la relation de frère et soeur de sang qui unit Akasan et Maelia, que la loupiote se découvrira une véritable passion, presque fanatique, pour la lune et ses servants. Cet amour puissant d'une utopie de paix et d'équilibre la poussera à réfléchir longuement sur ses désirs et souhaits. Elle quittera finalement son père, aux côtés de Sword, pour servir cette lune qu'elle a appris à chérir.
Sa relation avec l'épée n'est pas aussi attendrissante que celle qu'elle entretient avec Akasan. Silencieuse, comme elle l'était enfant, à l'égard de l'épée, elle rechigne elle aussi à converser avec la lame. La cupabilité qui la ronge, à l'idée que son père lui ait légué son éternelle amie et compagne pour elle, dévore violemment son coeur, et elle ne peut se résoudre à accepter l'épée comme sienne, tout comme cette dernière ne peut accepter la fille de son ami comme maître.
Comme son géniteur, cette fille des neiges n'ignore pas le respect qu'elle doit à la vie. Ancrée dans une fidélité brûlante envers son père, sa mère, et le clan auquel elle aura prêté allégeance, Aranwë n'hésitera pas un instant à sacrifier la moindre seconde de sa vie, la moindre parcelle de son corps pour défendre ses valeurs et ses proches. Sous sa douce et délicate beauté se cache un coeur endurci par le temps, et si, parfois, les affirmations qu'elle dévoile restent cruelles, elles sont réelles. Enfant, la fille de l'hiver s'isolera longuement dans sa contemplation et l'illusion qu'un monde parfait est possible. Mais la réalité de l'existence qui s'offre à elle l'obligera rapidement à réaliser qu'elle ne pourra plus disparaître dans ses rêves. C'est avec courage et détermination qu'elle acceptera d'affronter l'avenir qui lui est réservé.

➤ Histoire : Ce fut le doux murmure des flocons qui l'éveilla à ce monde encore inconnu. Ses prunelles de braise s'entrouvrirent, mince éclat d'or dans la chaude obscurité des corps qui l'entourait. Alors que, lentement, ses sens s'ouvraient à l'univers fabuleux dans lequel elle avait trouvé la vie, la petite louve décela la première odeur. Ce parfum doux et lacté d'une mère aimante et attentionée. Cette délicate senteur qui la poussait à aimer celle qui lui avait donné la vie. Vint ensuite le toucher. La tendre chaleur de la pelucheuse fourrure des minuscules êtres à ses côtés éveillait en elle ce sentiment d'amour brûlant qui irriguait désormais son coeur. Peu à peu naquit ensuite le son. Le simple murmure du vent s'engouffrant dans la grotte, les respirations rythmées de son entourage, et, par dessus tout, le souffle léger des flocons à l'extérieur.
Et il y eut la vue. Enfin, dans l'euphorie qui envahissait lentement son petit coeur, l'enfant des neiges s'ouvrit au monde. A ses côtés, deux corps bleutés et, enfouie sous les pelages ébouriffés de ses frères, sa minuscule soeur de charbon. La loupiote s'émerveilla un instant devant la mince lumière qui filtrait au fond de la caverne. Lorsque, délicatement, elle tenta de se redresser, et de se libérer de cette épaisse masse de poils noirs qui l'avait si longtemps gardée du froid ambiant, elle le vit. Il était là, impressionante silhouette dans l'obscurité de leur repaire. Gardien de sa vie, et maître de ce domaine qui n'avait jamais été le sien, il la contemplait, de ses prunelles de glace. Pourtant, dans ces deux flèches gelées, l'enfant des flocons décela l'ardente chaleur qui le consummait lentement. Cette admiration, futile émotion qu'il ne contrôlait plus, pour la misérable vie qu'elle représentait face à l'immensité du monde.
Instinctivement, elle fit un pas vers cet être qui captivait le moindre de ses sens. Alors que son frêle et fragile corps semblait sur le point de s'effondrer et de briser l'enchantement qui avait capturé ce délicat instant, il s'avança et la soutint de son museau immaculé. Ses yeux de braise plongèrent alors dans les prunelles de son père.
L'épaisse toison bleu du grand loup réchauffa bientôt ses os gelés par le froid. Alors que celui-ci lui adressait un doux sourire, l'enfant des glaces s'aperçut qu'il s'éloignait lentement, l'incitant à le suivre. Elle lui emboîta lentement le pas, et put enfin s'offrir à la beauté du monde.
C'était un fjord. Le domaine de son père. La domaine de ce loup azuré aux yeux de givre. Là où tout avait commencé. Là où tout se terminerait. Mais un unique détail attira les yeux de l'enfant.
Là haut, loin dans le ciel, douce lumière et oeil dans la voûte céleste, luisait la lune. Surface laiteuse et nacrée, elle s'imprima dans l'esprit nouveau de l'enfant. Un frémissement défit cette contemplation dans laquelle elle s'était plongée. Sans qu'elle ne s'en aperçoive directement, une douce surface d'ébène se maria bientôt à la tendre toison de l'être indigo. Relevant la tête, sondant la nouvelle venue, les yeux d'ambre de la louvette croisèrent ce doux et léger regard qui serait bientôt son quotidien. Ce fut sa tendre voix qui s'éleva dans la beauté de la nuit.
- Bienvenue, Aranwë.

Aranwë est le fruit de l'union de Glycenne, nourrice hivernale, et d'Akasan, solitaire. Elle est la soeur de Liam, Eirlys et Shorkan. Si, dès sa naissance, la fille de l'hiver s'est prise d'un profond amour pour ses parents et son entourage, elle sera rapidement amenée à ne plus croiser le chaud regard de son père à chaque instant. En effet, celui-ci ayant autrefois renié son appartenance hivernale, ne peut se résoudre à retrouver et faire face à son frère, Araklann, et à son passé.
Après quelques jours passés à l'écart total de son Clan, succédant à sa naissance, la loupiote se verra emmenée au sein de la tribu de sa mère. Malgré son innocence, elle percevra nettement le mépris et la colère d'Araklann, le féroce hivernal, à son égard. Ignorant tout de lui, c'est l'incompréhension qui hantera le coeur de la loupiote.
Si Akasan gardera un rythme de visite relativement régulier, Aranwë choisira, en passant à l'adolescence, de le rejoindre, ne pouvant supporter d'être éloignée de lui. Puis, enfin, apprenant l'existence des LibreLunes, elle quittera encore son père pour devenir l'apprentie de Maelia, soeur de sang de son propre père.
➤ RP d'exemple (pour connaître ton niveau) : En 10 lignes minimum.

➤ Codes du règlement :


➤ T'as un nom toi ? J'en ai eut un... Un jour ee
➤ Ou peut-être un PUF ? Puisque tous les citer serait synonyme de doubler la taille de cette fiche, autant dire qu'ici j'ai été et suis encore Akasan (Kasan, Kaka-san ou Aka), Klya, Kileen et Kafei. Sinon, Night, Etoile Murmurante, Nuage de Pluie, et Soleilou, entre autres 8D
➤ Âge : Voyons Aka est éternelle 8D
➤ Comment nous as-tu trouvé ? Il y a... Longtemps. Très longtemps. Et comme la sénilité me saisit souvent j'ai oublié comment.
➤ Tu te plais ici ? QUELLE QUESTION ! BIEN SUR QUE NON !
➤ Autre(s) : Aka a les plus beaux enfants du monde e_e

*PUF : pseudo utilisé sur les autres forums



Dernière édition par Akasan le Dim 18 Juin 2017 - 19:16, édité 44 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: Kafei - La peur est une illusion, mais parfois, les illusions sont réelles   Jeu 14 Juil 2016 - 19:17


   Kafei
   
Hivernal

   

   ➤ Nom : Il se nomme Kafei
   ➤ Prononciation : "Ka-féï"
   ➤ Âge : Adulte depuis peu, il est, comme on pourrait le dire, dans la fleur de l'âge.
   ➤ Clan : Flocons et Poudreuse constituent son entourage, il est hivernal.
   ➤ Rang : Il est reclus.
   ➤ Sexe : Kafei est un mâle.
   ➤ Orientation sexuelle : Il est bisexuel, bien qu'il ne s'en inquiète que très peu.

   

   ➤ Pouvoirs : Kafei peut invoquer des papillons de glaces, qui, lorsqu'ils battent des ailes, répandent une poussière aux propriétés soporifiques. En effet, quiconque entre en contact avec cette poudre se sent brutalement épuisé, et ses forces le quittent peu à peu. Mais ces insectes ne restent présents que quelques secondes, avant de disparaître à nouveau. Un loup ne peut donc s'endormir sous l'effet de ce somnifère, mais seulement s'affaiblir. Kafei doit, entre ses invocations, se reposer, sous peine de quoi ses papillons  gelés pourraient se retourner contre lui et lui infliger de cruelles blessures, pouvant provoquer de graves hémorragies. Son propre pouvoir est donc cependant dangereux pour sa vie.
Kafei possède un second pouvoir, qu'il ne maîtrise pas, à proprement parler. Le vieux loup (voir histoire) a élu domicile dans son ombre et en profite pour le hanter. C'est peut-être la raison pour laquelle le loupiot prétend d'ailleurs entendre parfois des voix. Il ne contrôle pas ce pouvoir, mais le lupin grisonnant ne peut apparaître qu'une heure par jour, et uniquement lorsque le soleil est levé et que son ombre est bien visible.


   ➤ Physique : En 5 lignes minimum.

   
Image :
 


   ➤ Caractère : Kafei est un loup d'apparence réfléchi et calme. On pourrait presque croire à un vétéran endurci ou un vieux combattant empli de sagesse. Mais il n'en n'est rien. Ce jeune mâle est en vérité constamment tourmenté par de sombres pensées. En effet, et pour cause, Kafei se croit tout bonnement maudit. Pour lui, son entourage est source de danger, en chaque instant. Il considère sa propre ombre comme le diable en personne et redoute tous ceux qui l'entoure.
Du paranoïa ? C'est probablement ça. Le moindre brin d'herbe agité par le vent, une simple feuille valsant dans la brise suffisent à le terrifier. Si l'hivernal est très craintif, il n'en est pas moins lâche. Il déteste tout simplement se battre, fuyant sans aucun scrupule, abandonnant ses camarades en danger. C'est à peine si le reclus daigne dormir, tant la peur de rencontrer le malin l'effraie. De plus, Kafei entend sans interruption une voix, qu'il n'associe à personne hormis le diable. Il se sent maudit, et essaie de s'attirer la faveur des dieux inexistants qu'il adore. Tentant par tout les moyens de chasser le mauvais sort, il priera pour ses divinités dans les instants les plus critiques. Mais derrière cette constante folie, Kafei n'est rien d'autre qu'un être oublié d'une quelconque lumière. Il cherche simplement une lueur dans les ténèbres, et c'est certainement le mépris des autres qui a chassé ses dernières traces de raison. Cependant, malgré ses frayeurs, il est possible de "raisonner" Kafei. Si quelqu'un venait à s'attirer sa confiance, peut-être le jeune paranoïaque parviendrait-il à se libérer du poids de ses peurs ? Personne ne le sait, mais il est probable que l'hivernal reconnaisse un jour que ses peurs ne sont qu'une vulgaire illusion.... Mais qui sait ?
Kafei possède un autre trait de caractère, plus sombre et mieux caché. Il n'est pas aussi civilisé que ses compatriotes, et si la peur l'emporte trop, il pourrait en venir à mordre, griffer, agresser voire tuer ses camarades de Clan. Bien sûr, ceci n'est que très rare, et il est conscient de cette rage en lui. Ce que tous ignore, c'est que Kafei a appris à se détester, se haïr. Il a plus peur de lui même que du diable en personne. Il est à la fois le chasseur et la proie.
Après tout, la personne qu'il craint ne serait-elle pas lui-même ? Pour se punir, lorsqu'il a attaqué un camarade, il s'inflige de cruelles blessures allant jusqu'à s'ouvrir les pattes et en garder des cicatrices. Sa personnalité monstrueuse a fait de lui un véritable fléau pour les membres de l'hiver. Il n'en est que davantage détesté et harcelé, malgré la crainte qu'il attise.
Peut-être qu'après tout, ce sont les autres, le diable...

   ➤ Histoire :
- Kafei, reviens ici !
La louve crème battit de la queue avec impatience.
- Mais... Maman, je ne serais pas long...
Le petit loupiot baissa les oreilles, un air affligé sur le visage. La grande louve eut un froncement de sourcil, puis finit par sourire.
- Bon. Tu peux y aller, mais fais attention et ne tardes pas trop !
Le petit fila dès que sa mère eut donné son accord. Ses minuscules pattes foulaient le sol à toute vitesse, le guidant vers l'étang. C'était un lieu qu'il chérissait, s'y rendant toutes les après-midi depuis son plus jeune âge. Mais aujourd'hui, Kafei voulait aller plus loin. Au delà des limites. Là où il ne s'était jamais aventuré, dans ce monde si vaste que voilaient les saules pleureurs de la mare. C'était une toute nouvelle aventure qu'il était sur le point de vivre, et il ne voulait en perdre aucune miette. Lentement, il fit un pas, puis un autre. Du bout du museau, il écarta les feuilles qui avaient servi de frontière pendant si longtemps.
Ce qu'il vit alors fut le plus merveilleux spectacle donné pour lui de contempler. Une immense plaine s'offrait à lui, parsemée de fleurs en tout genre. A ses pattes était tracé un chemin de fougères et de sublimes plantes dont il ignorait le nom, tel un tapis rouge sur les marches du festival de Cannes. Kafei avança donc, s'aventurant dans ce monde tout nouveau qui était désormais le sien. Son nez était attiré par mille et une senteurs inconnues et toutes aussi mystérieuses les une que les autres. Son périple en terre étrangère fut bientôt brisé par le vol d'un papillon azuré. Le petit loup gambada à sa suite, émerveillé par cet étrange être doté d'ailes. Il fit quelques bonds, dans l'espoir de lui aussi prendre son envol. Mais peine perdue. Ses pattes ne décollaient que de quelques centimètres avant qu'il ne retombe.
Le loupiot atteint bientôt un bosquet, sans se soucier de ce brutal changement d'environnement. L'insecte saphir fut bientôt rejoint par une nuée de ses camarades. Kafei, soudain saisit d'une puissante impulsion animale, et, quoi qu'on en pense, naturelle, bondit dans l'essaim et saisit une dizaines de papillons entre ses redoutables mâchoires. Un sang vermeil gicla alors sur le sol, tant les insectes broyés étaient nombreux. Si, quelques minutes plus tôt, la simple image du louveteau suivant les doux insectes d'azur n'était que merveilles et poésie, il n'en était désormais plus rien. Un véritable carnage s'étendait sous ses pattes, révélant en lui le meurtrier que représentait son espèce. Il eut un sourire innocent, car pour lui, toute cette destruction n'était qu'un simple jeu. Ces êtes vivants qu'étaient les papillons n'étaient qu'un amuse gueule, des jouets tout aussi distrayants qu’éphémères. Kafei secoua la tête, éjectant aux passages les derniers morceaux de papillons coincés dans sa gueule. Du bout des pattes, il fit valser les ailes déchirées d'un cadavre, prenant un malin plaisir à torturer cet être déjà mort. Lorsqu'un bruit vint chatouiller ses oreilles, il ne s'en inquiéta pas, et scruta les environs des yeux, un sourire candide entaché de sang sur le visage.
Alors il vint. C'était un immense loup grisonnant, ses yeux rouges déjà ternis depuis longtemps. Autour de lui voletait un autre groupe de papillons, étincelants de mille feux. Le vieux lupin s'approcha de l'enfant, un sourire sadique, que Kafei ne pouvait comprendre, teintant son museau usé par le temps.
- Et bien, mon enfant, que fais-tu ici ? Ce n'est pas un endroit pour les louveteaux comme toi...
Le petit loup tendit ses yeux améthystes vers l'imposante carcasse du mâle.
- Oh, bonjour, monsieur ! Veuillez me pardonner, j'ignorais que ce lieu était votre domaine...
Il espérait que les formules de politesse enseignées par sa mère seraient suffisantes. Après tout, ce vieux loup grisonnant ne pourrait pas lui faire de mal... Non ?
- Il est vrai que ce bosquet est ma demeure... Tout comme la plaine que tu as parcouru pour parvenir ici.
Kafei eut un sursaut.
- Vous me suiviez ! Vous m'avez vu !
Le solitaire eut un rire pincé.
- Que croyez-tu, gamin ? On ne s'aventure pas chez moi ainsi... Mais dis-moi, plutôt, de quoi as-tu si peur pour t'en inquiéter autant ?
Le petit loupiot recula lentement, effrayé par tant d'assurance de la part de son interlocuteur.
- Oh, rien... Ma maman m'a dit qu'il ne fallait pas parler aux inconnus, alors... Mais vous ne me faites pas tellement peur, en fait.
Le mâle argent s'approcha de lui, les lèvres retroussées.
- Tu n'as pas peur de moi ? Tu devrais, petit, car tu as commis une faute envers ma personne.
Kafei recula, les poils de la nuque soudain dressés.
- Qu... Quelle faute ?
Le loup gris fit quelques pas, avant de s'arrêter devant les cadavres des papillons. Il poussa un bout d'aile de la patte, le sang recouvrant une partie de ses griffes.
- Ces papillons sont ma propriété, et tu as grossièrement joué avec... N'as-tu pas honte ?
Le vieux mâle avait craché ces mots sur un ton hypocrite, comme pour tromper son misérable jouet; car c'est ce qu'était désormais Kafei. Il avait été chasseur, mais, désormais, il était proie.
- Excusez mon impertinence, monsieur, mais... Ces papillons sont dotés d'une conscience.. Ils n'appartiennent qu'à eux-même.
L'imposant loup gris siffla entre ses crocs.
- Ne contredis pas mes paroles, petit morveux. Ces papillons sont à moi, et tu les as tous tués. Tu dois payer pour ça, ne penses-tu pas ?
Kafei se campa sur ses pattes et jappa.
- Je vous l'ai dis, il n'appartiennent à personne ! Ils peuvent comprendre, ceux sont eux qui contrôle leur vie !
Le lupin grisonnant lança une de ses pattes et écrasa la tête du petit au sol.
- Je sais ce que je dis, et, ma foi, il est inutile que je te l'explique, car tôt ou tard, Four Seasons connaîtra la notion de l'esclavage... Ne lutte pas, c'est inutile.
Brutalement, il enfonça le menton du louveteau dans la boue, l'empêchant de geindre.
- Alors, qu'en dis-tu ? Est-il juste de te punir ?
Il rit.
- Je me demande pourquoi je pose cette question, puisque, après tout, j'en connais la réponse.
Le vieux loup saisit Kafei par la nuque et l'obligea à se rétablir sur ses pattes. Mais à peine eut-il relevé les yeux que le monstrueux canidé l'envoya balader quelques mètres plus loin. Un sourire cruel masqua alors son visage. Les nuées de papillons à ses côtés se jetèrent sur le pauvre loupiot et l'assaillirent de tout part, lui infligeant d'horribles blessures. Mais si Kafei souffrait de ses plaies ouvertes, autre chose le blessait davantage. C'était une ombre qui envahissait son coeur et maculait son corps d'une marque indélébile.
"Sois maudit"
C'est grâce à ces mots qu'il comprit ce qui se produisait en ce sombre instant. Lentement, un sort qu'il ne pourrait estomper s'implantait dans son âme, le chassant de la lumière à tout jamais. Désormais, chacun de ses pas se ferait dans la peur, et plus jamais les anges ne lui accorderait, ne serait-ce qu'un instant, une simple lueur d'espoir. La bougie avait été soufflée en un instant, éteignant la flamme de son coeur au passage.
Kafei se sentit alors couler, et pourtant, il savait qu'il était inutile de se retenir. Laisser les ténèbres l'étouffer était la seule solution, la seule issue possible dans ce monde désormais glacial. Il aurait voulu ouvrir la gueule pour hurler, mais, désormais, il n'était plus rien, juste une ombre. Alors que le loupiot commençait à s'enfoncer dans la chaude masse que formaient les ténèbres, une voix tinta à ses oreilles.
"Je serais partout. Tes cauchemars seront mes rêves, ton ombre ma lumière. Je serais partout. Sous tes pas, dans ta tête. Tu es maudit, Kafei. Tu t'es frotté au diable, tu l'as provoqué. Il fallait t'attendre à payer, n'est-ce pas ? Alors qu'il en soit ainsi. Sois maudit. Maudit par le diable."
Avant de sombrer définitivement, le damné laissa échapper une larme, dernier souvenir de sa vie angélique. Ce sanglot était semblable à une bulle de nacre, éclatante dans la froideur de l'ombre. Et puis Satan passa, et, dans un rire déchaîné, tendit une griffe et creva cette bulle. Puis, il y eut les ténèbres. Seulement les ténèbres.
Kafei errait avec désespoir sous la pluie. Il était perdu, dans l'immense domaine du vieux loup, qui, du moins il lui semblait, vivait désormais dans son ombre. Les larmes amères d'un ciel enragé s'écrasaient sur ses longs poils blancs, comme pour lui prouver à quel point il était détesté. Peut-être était-ce les pleurs d'Anges désolés que l'un d'entre eux est été enlevé par le Malin. Le petit loup traînait des pattes dans la boue, comme si, brusquement, le poids de l'air était devenu trop lourd pour lui. A vrai dire, il avait peur. Terriblement peur. Quel était ce brutal sort maudit qui s'abattait sur lui ? Lorsque le tonnerre, hurlement du ciel, frappa la forêt d'une atmosphère pesante, Kafei se réfugia en toute hâte sous un bosquet. Les larmes dégoulinaient sur ses joues. Pourquoi lui ? Qu'avait-il fait de mal, après tout ? Il avait tué des papillons... Bien cruel châtiment qu'une malédiction pour un acte si peu conséquent.
"Tu as tué, Kafei, et tout tueur se doit d'être puni, ne penses-tu pas ?"
Le rire caractéristique du monstre animal résonna dans le crâne du loupiot, qui plaqua ses pattes sur sa tête, en proie au désespoir.
- Tais-toi, tais-toi ! Tu ne sais rien, tu ne peux rien !
Il pleurait sous ce ciel en larmes, comme pour mêler ses sanglots à ceux de la pluie. Les blessures des papillons restaient présentes sur son pelage, mais l'eau du ciel avait lavé les principales traces de sang. Quand les éclairs disparurent vers l'horizon, le petit loup se dressa à nouveau et continua son épopée. Lorsque, soudain, une branche d'arbre tomba juste devant lui, il sursauta et poussa un cri strident. Un pas de plus, et il aurait fini écrasé lamentablement. Son hurlement retentit dans le bois, et, dressant les oreilles, il perçut comme une réponse. Peu à peu, le son devint plus clair, et la voix qu'il entendit alors ralluma en lui la flamme qui s'était auparavant éteinte.
- Kafei ! Kafei !
Le loupiot se dressa sur ses pattes, poussant sa voix à bout et comprimant ses poumons au maximum.
- Je suis là, Maman ! Je suis là !
La silhouette blanche apparut brusquement derrière une branche isolée. Le jeune enfant accourut vers elle, trébuchant parfois. Mais lorsqu'il fit face à sa mère, le petit loup ne déchiffra dans les yeux de sa génitrice qu'une expression d'horreur.
- Ka... Kafei... Est-ce toi ?
Elle balbutia quelques mots, avant que son poil ne s'hérisse brutalement.
- Ce n'est pas toi ! Tu n'es pas Kafei !
Le petit louveteau pencha les oreilles vers l'arrière, reculant alors. Ses yeux améthystes s'étaient teintés d'une nouvelle peur. La peur d'être oublié.
- Mais... Maman, c'est moi !
La grande louve immaculée l'envoya brutalement valser de la patte.
- Kafei n'était pas comme toi ! Il avait une tout autre posture, plus fière, plus majestueuse, et ses yeux possédaient un tout autre éclat  Qu'as-tu fait à Kafei ?! Réponds !
Le loupiot eut un hoquet de stupéfaction et s'élança dans la forêt, fuyant celle qu'il avait jusque lors aimé à en mourir. Il avait tout perdu, à proprement parler. Tout.
- C'est de ta faute ! Tout est de ta faute ! Je n'avais fait que jouer avec des papillons, et pour cette simple raison, tu m'as tout volé ! Pourquoi es-tu si cruel ?! Pourquoi as-tu fais ça ?!
Le ricanement se fit entendre.
"Mais... Je te l'ai dit, Kafei, tu es un meurtrier... Tu le mérites "
La pluie lava les traces d'un combat que le jeune enfant avait mené contre lui-même.

- Il est mort ?
- Non, je ne pense pas... Je crois qu'il est juste endormi.
Le loup sombre toucha le petit du bout de la patte, tentant de le réveiller. Kafei eut un soupir, avant de se laisser retomber à nouveau. La tempête s'était levée, et, la veille, épuisé par sa lutte contre l'ombre, l'enfant s'était laissé tombé dans la poudreuse, tant le périple avait été long. Les deux lupins se penchèrent vers lui, soufflant doucement sur son pelage immaculé. Le plus sombre le saisit délicatement entre ses crocs, afin de le ramener à son peuple, la tribu du froid, les loups des glaces. Le Clan Hivernal.

Kafei grandit au sein de la tribu, sans oublier véritablement son terrible passé. Si, à son arrivée, il semblait avoir retrouvé des forces, il n'en est aujourd'hui que plus faible, et le moindre loup de sa meute l'effraie. Vint en nuit, où, le vieux loup l'ayant tellement tourmenté, il attaque un de ses compatriotes, sous l'effet de la peur. Il lui causa de graves blessures, et en fut terriblement puni. Du rang de noble soldat, il passa à celui de reclus, abandonné de tous et voué à l'ombre et la peur.
Qui sait de quoi est capable l'ombre dans son coeur, la malédiction qui s'est abattue sur lui ?
   ➤ RP d'exemple (pour connaître ton niveau) : En 10 lignes minimum.

   ➤ Codes du règlement :
   

   

   ➤ T'as un nom toi ? TEXTE
   ➤ Ou peut-être un PUF ? TEXTE
   ➤ Âge : TEXTE
   ➤ Comment nous as-tu trouvé ? TEXTE
   ➤ Tu te plais ici ? TEXTE
   ➤ Autre(s) : TEXTE

   *PUF : pseudo utilisé sur les autres forums
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: Re: Penses très bêtes d'Akaka   Dim 6 Nov 2016 - 10:21

Juste pour voir mon sujet affiché dans les derniers messages et pouvoir le sélectionner directement ee
Revenir en haut Aller en bas
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: Re: Penses très bêtes d'Akaka   Mer 16 Nov 2016 - 19:34

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Akasan
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Adulte
Mâle
Solitaire
Hétérosexuel

Respectueux * Mélancolique * Fidèle * Froid* Solitaire
Agressif * Meurti * Déterminé * Méfiant* Contemplatif


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Akasan est le fruit de l'union d'un hivernal et d'une solitaire venue d'un autre monde. Avec lui est venu Araklann, son frère.
Dès sa naissance, le petit loup bleu fut considéré trop faible par son père, qui le chassa, lui et sa mère, du royaume des glaces. Le loupiot et sa génitrice vécurent donc, jusqu'à ce que l'enfant des flocons atteignent le début de l'adolescence, à l'écart des Clans, sur les Terres Solitaire. Akasan, fut, avant même de pouvoir s'exprimer, un louveteau contemplatif et respecteux du monde qui l'entourait. Attendant sa mère, tandis qu'elle chassait, il admirait la neige à ses pattes. Puis, vint un jour où l'attente ne se fit que trop longue. Sachant pertinemment que le pire était arrivé, il partit à la recherche de sa mère, pour finalement retrouver son cadavre. Le jeune solitaire reconnut, dans sa fourrure, le parfum d'un hivernal, et sut se rappeler à qui il appartenait. Mais la crainte des charognards le poussa à abandonner là le corps de la défunte, et il prit la fuite. La lâcheté lui fut cependant fatale, et, se retournant, le lupin bleu affronta un ours colossal. Il connut ainsi l'amer poids de la défaite.
Il erra ensuite quelques temps sur Four Seasons, avant de découvrir, enfouie sous la neige, une épée qui développa son pouvoir, et qu'il ne quitta plus. Il connut les épreuves de la vie, et, désormais, son histoire s'écrit sans cesse un peu plus...


Vous
Un manipulateur qui a raté son coup : Le solitaire n'a jamais défié personne. Cependant, celui-ci semble vouloir l'y forcer. S'il est agacé par ce comportement, Akasan ne le montrera pas. Chaque prétexte sera bon pour tenter de l'écraser, et, malgré la réticence qu'il trouve parfois à se battre, il n'hésitera pas.
Des "amis" : Akasan leur a accordé sa confiance, et il leur faudra s'en montrer à la hauteur. Ces loups ont étés capable de le comprendre, et de percevoir cette flamme qui brûle encore en lui. Le loup bleu leur a juré fidélité, et il est prêt à remettre son honneur et ses positions en jeu pour eux. Pourront-ils s'en montrer dignes ?
Des loups qu'il déteste foncièrement, ceux-ci l'ayant agacé ou défié : Akasan a toujours détesté les imbéciles modelant les mots comme bon leur semblait. Il ne peut accepter que ces petits impudents qui hantent le monde et le pourrissent de leurs paroles, et il mettra tout en oeuvre pour leur "clouer" le bec.
liste des RPs
EN COURS
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Glycenne
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Maelia
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Hyuri
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Kyochi
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Lathraios
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Hariken & Goriar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Glycenne & Goriar
ACHEVES OU ABANDONNES
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Glycenne & Goriar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Glycenne
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Hezerkine
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Hershey
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Glycenne
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Glycenne
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Maelia
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Legolas
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Findis, Lector, Diane, Adèle, Legolas, Kenya, Hurricane & Snowflake

Glycenne
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Tout espoir est permis tant qu’on est apte à y croire..."

Il a rencontré l'Ange charbon sur les berges du Fjord d'Arandur, en lui tombant littéralement dessus. Le loup bleu comprit, au premier regard, qu'il s'était épris d'elle. Oar la suite, il parvint à croiser maintes fois ses yeux, et, tandis que la chandelle qu'il avait cru si longtemps éteinte en son coeur se rallumait doucement, le solitaire lui avouait la beauté de ce qu'elle était. La singulière relation qui les liait signa, après plusieurs épreuves, leur union, et l'arrivée, bientôt, de quatre loupiots.
L'Ange Charbon
Maelia
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Nos utopies sont semblables, Maelia..."

Le loup bleu a connu Maelia alors que Peur s'était lancé à leurs trousses. C'est au détour de leurs propres tombes que leurs regards se sont croisés, et, affrontant Peur, le Solitaire et la Librelune s'allièrent afin de détruire ces chimères cauchemardesques qui avaient dérobés leurs craintes. Un lien forgé dans leurs plus terribles tourments se forma, et, unis par cet ardent désir de défendre cette paix qu'ils souhaitaient tant, ils combattirent ensemble. Les deux loups se perdirent de vue après la bataille contre Peur. Cependant, Akasan revit Maelia sur les Terres de Four Seasons et, tout deux conscients de l'étrange relation qui étaient leur, s'unirent par le sang et devinrent frère et soeur de guerre.
La guerrière de la Lune
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Lathraios
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Il le voyait mieux que lui ne pouvait le voir..."

Ce loup blanc aux yeux voilés par une bandeau de ténèbres intrigue le solitaire. L'aveugle semble comprendre la moindre de ses pensées, au point de percer ses douleurs les plus enfouies. Mais qui sait ce que le loup bleu pourrait apprendre de lui ?
L'aveugle de Neige
Goriar
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Ce loup de l’hiver, innommable créature..."

Goriar est le frère de Glycenne. Dès la première rencontre de cette dernière avec Akasan, l'hivernal s'est empressé de séparer les deux loups, ce qui fut finalement inutile. Meurtrier aux pattes tâchées de sang, le solitaire voit ce monstre comme une créature innomable aux yeux d'or teintés de ses propres meurtres. Il le méprise au plus haut point et n'hésite pas à l'affronter, si la cause qu'il mène est juste. Mais le colossal loup crème semble avoir accepté Akasan, et se montre, désormais, plus amical envers lui.
Le fauve des Glaces

Hyuri
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Laisse moi rire, gamin !..."

Dès que ce petit solitaire a osé le défier, en s'embrasant brutalement, Akasan a su qu'il ne l'aimerait pas. Ce misérable impudent s'est permis de modeler les mots comme bon lui semblait, osant lui cracher que même Goriar était plus accueillant que lui. Le lupin d'azur lui en veut aussi d'avoir rencontré Glycenne, craignant que cet imbécile lui ai fait du mal. Un combat a suivi leur court dialogue, et malgré quelques blessures, le neutre ne compte pas le laisser cet ignorant le vaincre...
Le solitaire de Feu
Kyochi
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Il est rare de croiser vie lupine en ces lieux..."

Cette petite louve au yeux écarlates se tenait au bord du Lac des Murmures lorsqu'Akasan la surprit. Elle semble assez spéciales, et ses prunelles barées d'une croix dérangent quelque peu le loup bleu. Mais elle semble amicale. Une bonne entente pourrait-elle être possible ?
L'enfant aux yeux de braise
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Legolas
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Alors, quel secret me caches-tu ?..."

Alors qu'Akasan, encore adolescent, errait dans le temple de Bandï, ce loup, jeune enfant, s'est présenté à lui. Le menaçant de sa lame, le solitaire n'a pas manqué d'agressivité envers l'enfant. Si, depuis, il a appris à l'oublier, qui sait quel réaction pourrait avoir l'actuel Librelune en revoyant son ancien tortionnaire ?
Le Librelune à l'oiseau
Araklann
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Il le connaissait, et pourtant..."

Son frère. Il est conscient de son existence pour l'avoir déjà aperçu, au sein des terres hivernales. Ce fut son simple aspect qui attisa en lui cette certitude brûlante, et d'affreux doutes le ronge désormais quand à son identité. Est-il possible qu'il ose lui parler ? [Disponible à l'incarnation [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]]
L'inconnu de l'Hiver
Revenir en haut Aller en bas
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: Re: Penses très bêtes d'Akaka   Dim 22 Jan 2017 - 10:15

Aranwë
Fille de l'Hiver, gardienne de la Lune

Âge : ...
Situation conjugale : Célibataire, en couple, marié(e), veuf(ve), divorcé(e)
Situation familiale : Enfant unique, (demi-)frère(s), (demi-)soeur(s)
Métier/études : ...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Caractère

...

Physique

...


Histoire

L'histoire de votre personnage.

Un peu de vous

PUF : Le pseudonyme que vous utilisez habituellement
Prénom : A+B=Z
Âge : En années, pommes de terre, diamants, balais, etc...
Un peu plus de vous : Selon votre inspiration ou à la gloire des points de suspension

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: Re: Penses très bêtes d'Akaka   Sam 8 Juil 2017 - 12:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
«We have lived in fear, and our fear has betrayed us, But we will overcome the apathy that has made us; Because we are not alone in the dark with our demons, And we have made mistakes; But we've learned from them »
Littles Stars
Dansant avec le vent, valsant sur les crêtes assouvie par les brises, elle s’était dressée, reine du monde qu’elle conquérait alors. Bravant les ténèbres qui défiaient sa nature, elle avait lutté, chassant de son domaine les vestiges de la nuit. Dardant son regard acéré sur l’univers qui s’offrait à sa glaciale chaleur, nulle obscurité n’avait survécu à son souffle dévastateur. L’aube avait arraché son royaume aux griffes de la nuit.
Ce fut sa délicate et ardente caresse qui ébranla les paupières alourdies de sommeil de l’enfant. Baignée par les légers parfums et les sourds ronflements de ses frères et sa soeur, l’inconscience dans laquelle elle avait demeuré lui échappa peu à peu, la rappelant à ce monde qu’elle apprenait, peu à peu, à chérir. Cillant un instant, la loupiote étouffa un soupir léger. Elle ne souhaitait délaisser les ombres nocturnes, appréciant l’atmosphère délicate de l’obscurité. Ses quelques semaines d’existence lui avaient dévoilé son admiration profonde pour la voûte céleste et ses infinies constellations. Redoutant presque la brûlure du soleil, la loupiote s’était aisément dérobée au sommeil qui plongeait son entourage dans une torpeur profonde pour rejoindre cette nuit qu’elle appréciait tant. Chacun de ses sens lui paraissait, indéniablement, plus attentif, plus admiratif encore de cet univers infini qui s’opposait à son insignifiante personne. Elle n’était qu’une infime poussière, un grain de sable dans un océan nocturne noyé par les chatoyantes lueurs des étoiles.
Mais, plus encore que ses précieux astres, une ultime lumière l’intriguait, lui accordant un avide désir de connaissance, au plus profond de son minuscule coeur. Mère d’un univers qui ne demeurait que partiellement le sien, elle chérissait le moindre de ses enfants, déposant son doux regard sur le plus faible, le plus insignifiant des êtres. Sa caresse délicate nourrissait, davantage encore que le réconfort de la nuit, l’ardente adoration de la fille des glaces pour l’obscurité. Simplement parce qu’elle était là, veillant sur chacun de ses sbires, les chérissant comme sa propre progéniture. Si l’ombre charbon avait assuré, de sa présence, de sa personne même, l’ultime amour de l’enfant pour celle qui lui avait offert la vie, nul n’avait alors su égaler la profonde passion qui la saisissait face à l’éclatant visage de la Lune.
Une seconde avait suffit, alors que ses prunelles de braise s’étaient dardées sur l’oeil de la nuit, pour qu’une secrète fascination capture son coeur. Jamais elle ne s’en était détachée, convaincue qu’une déesse inconnue de tous veillait sur son univers, insaisissable lueur dans les ombres dansantes de l’obscurité nocturne. Une mère illégitime qui veillerait sur ses enfants jusqu’à la fin même de leurs temps. Elle serait toujours là, leur offrant cette primordiale source de lumière que tout mortel s’acharnerait à déceler dans les ténèbres. Elle était ce pour quoi la loupiote se dressait, chaque soir, se confondant dans les ombres que tous redoutait, et qu’elle adorait, dans les méandres de la nuit.
Ses prunelles daignèrent alors, dans l’utopie d’une énième journée, se dévoiler à la cruelle morsure du soleil matinal. Ce fut, en premier lieu, la fourrure de Shorkan qui lui apparut. D’un azuré profond, il lui sembla alors qu’elle étincelait brièvement. Se souciant vaguement de ce mystérieux phénomène, la fille des neiges se concentra à nouveau sur son propre corps. Ses membres endoloris par ses récentes veillées lui semblaient transis par le froid hivernal, alors même que l’étouffante chaleur de son entourage l’oppressait. L’irrépressible besoin de s’évader la surprit alors, animant ses membres d’une vigueur nouvelle. Elle se redressa, tâchant d’agir dans le silence. Elle ne souhaitait être surprise dans sa fuite, consciente que ses actes ne se révéleraient les meilleurs.
Insouciante criminelle, Aranwë enjamba précautionneusement les corps blottis contre l’épaisse toison d’ébène. Après quelques centimètres, l’enfant hivernale s’ébroua délicatement, chassant les minuscules noeuds piégés dans son manteau de poils. Ses yeux se posèrent alors sur l’entrée de la grotte. Son coeur se serra lorsqu’elle aperçut la silhouette indigo tapie sur la roche, lui tournant le dos. Elle ne souhaitait le décevoir, craignant son regard peiné plus que n’importe quel autre châtiment. Le loupiote demeurait sa plus humble admiratrice, et trahir sa confiance la déchirait, apaisant presque son insatiable soif d’échappatoire.
Plus singulier encore que son irrépressible fascination pour l’astre lunaire, le sentiment qui l’envahissait à chaque nouveau regard qu’elle portait sur le lupin indigo ravivait une ardente flamme en son minuscule coeur, attisant un brasier qu’elle se plaisait à nourrir. Il la fascinait, la convaincant que nulle étoile, nulle lune, n’aurait jamais su l’égaler. Il était cet immobile gardien, qui, veillant sur sa personne comme sur son ultime trésor, attirait le moindre de ses sens, la moindre de ses émotions. Il la captivait, de ses prunelles de givre, de l’abysse de ses yeux gelés. L’enfant des neiges ne savait saisir les brûlants sentiments qui dansaient dans son regard, tant ils se révélaient puissant et inexplicables. Elle savait qu’il l’aimait, qu’il l’adorait. Mais jamais elle ne saurait la véritable valeur de ses sentiments. Dévorés par une flamme plus puissante encore que celle qu’elle attisait, Akasan avait livré sa vie à ses étoiles, pour une éternité dont nul ne connaissait la fin, voire même le commencement. Il semblait à la loupiote qu’il l’avait toujours contemplée, avant même qu’elle ne se dévoile au monde.
C’est avec peine, les oreilles rabattues, qu’Aranwë rampa silencieusement jusqu’au fond de la caverne, s’extirpant dans une brèche creusée dans la roche. Son coeur se serra, tandis que les divers sentiers de la caverne hivernale se dévoilaient à elle. Hâtant le pas, la princesse lavande s’engouffra dans les sillons jadis creusés par le glacial souffle des eaux. Bravant les vents courroucés qui s’opposaient à sa fuite, elle atteignit finalement l’une des sorties inconnues du campement hivernal, balayant dans son sillage ses empreintes délicates.
L’immense étendue blanche ébranla ses prunelles de braise, imprimant dans son esprit l’ardent dessin d’un royaume englouti par les glaces. Ses escapades nocturnes ne l’avait jamais conduite à franchir les frontières imposées par la caverne hivernale, et sa découverte première du délicat manteau des terres de l’Hiver la surprit autant qu’elle la troubla. Aveuglante infinité de son domaine, la neige étendait son royaume sur l’horizon imprécis, bravant les lois des saisons même. Une once de fierté naquit dans le coeur de l’enfant, admirative de cette nature rebelle qui défiait les limites établies par ses enfants. Ce fut avec une infime délicatesse, soucieuse de conserver le parfait drapé de givre qui l’encerclait désormais, qu’Aranwë osa marquer les terres de son domaine de son empreinte légère. Lorsque ses coussinets immaculés rencontrèrent la surface de gel, un frisson incertain ébranla son échine. Une force à laquelle elle ne s’était, jusque lors, jamais confrontée fourmilla dans ses fragiles griffes d’obsidienne. L’infinité du corps drapant les terres de l’hiver regorgeait d’une puissance que tous ignorait. Bravant les vents, défiant la flore, la neige étendait son domaine quel qu’en soit le prix. Ardente d’un pouvoir méconnu, nul ne la dominait. Aranwë savoura la bouffée de liberté qui la parcourut tandis que ses pattes légères se fondaient dans l’épaisse poudreuse.
Combien de minutes, combien d’heures erra-t’elle, contemplant les étendues inexplorées qui s’offraient à son regard ? Combien de pas voila-t’elle, du revers de sa queue, pour estomper les traces de son crime ? Innocente délinquante, l’enfant du givre vagabonda dans ce domaine qui serait désormais sien.
Ce fut, alors qu’elle tentait d’échapper au regard pénétrant du soleil de midi, que ses sens lui révélèrent une présence qu’elle n’avait su remarquer.
En cet instant, si futile soit-il, fut dévoilée son indéniable différence. Alors que, par nature, tout louveteau de sa condition aurait fuit, redoutant une potentielle menace, elle s’assit patiemment, sondant l’horizon sans une parole. Alors que tout louveteau se serait élancé dans les crêtes de givre, l’enfant de l’Hiver avait savouré la douceur du froid sur ses membres, contemplant les étendues immaculée qui s’offraient à elle. Alors que tout louveteau aurait jappé de fureur, d’excitation, en découvrant la frêle silhouette devant ses yeux, elle était demeurée silencieuse.
Jusqu’à ce que les braises de ses prunelles se confondent avec les saphirs azurés de l’autre loupiote.
Ce fut à peine si la fille des glaces détailla son opposante, tant son regard lui semblait la captiver.
Sa toison parfumée de senteurs inconnues, l’autre enfant semblait légèrement plus âgée que l’hivernale lavande, de quelques mois tout au plus. Mais lui importait véritablement.
La raison de sa présence importait peu à l’enfant, insouciante, pour l’heure, des frontières claniques. Son unique certitude résidait dans l’indéniable vérité que l’inconnue se tenait là, face à elle.
Et que ses prunelles enchantaient plus que tout l’or de son regard hivernal.

Fiche par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Akasan
Fleur
avatar

Race : Hybride loup/chien
PUF* : Kasaight, Aran/Kil
Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2015
Age : 15
Ta localisation réelle : Quelque part... Voire même derrière toi

Identité du loup/chien
Rang: Alpha
Popularité:
0/0  (0/0)
En couple ?: Lorsque la Colombe s'éprend d'un Ange ~

MessageSujet: Re: Penses très bêtes d'Akaka   Sam 22 Juil 2017 - 11:35

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
AranwëContemplative ● Utopiste ● Juste ● Respectueuse ● Mature ● Distante ● Solitaire ● Incomprise ● Obéissante ● Lucide ● Indifférente ● Courageuse ● Méfiante ● Indépendante

Loupiote
Princesse Hivernale

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Myself and Yourself
Héritage de l'union d'Akasan, ancien solitaire, et de Glycenne, précédente nourrice hivernale, Aranwë prétend désormais au titre de princesse hivernale. L'accès inattendu de ses parents à la direction de l'hiver lui permet donc un certain rang, qu'elle méprise cependant. Très peu encline à assumer ce rôle, à l'image de son père,
la fille des glaces fuira finalement ces responsabilités à l'adolescence, en devenant Librelune sous la tutelle de Maelia, soeur de coeur d'Akasan.
Si l'enfant semble, à première vue, semblable en tout point à ses frères et soeurs, elle se révèle pourtant, et véritablement, différente. Contemplative d'un monde que peu semblent vraiment discerner, sa plus importante fascination se centre sur l'astre nocturne. Convaincue qu'une mère céleste veille sur elle,
dardant ses rayons délicats sur ses enfants de la nuit dès lors que le soleil s'affaisse dans son linceul de ténèbres, Aranwë ne cesse d'admirer la lune,
quitte à s'aventurer hors de la caverne hivernale pour poursuivre son unique amour. Extrêmement distante de l'environnement qui l'entoure, la loupiote ne daigne pas se lier aux autres portées hivernales, et ne jouera que très peu avec sa fratrie durant son enfance. Très mature et philosophe pour son âge, sa vision du monde qui la berce ne manquera pas de surprendre qui croit la voir telle que tout ses semblables : curieuse et innocente.
Et rares seront ceux qui perceront véritablement la sagesse de ses mots.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Ceux qui croient savoir : Ils sont nombreux, et tous ignorent les mots de l'enfant. Elle ne paraît, à leurs yeux, qu'une gamine omnibulée par des fantasmes puérils. Mais ils verront, un jour, qu'ils étaient seuls à avoir ainsi tort. (0/Illimité)
Ceux qui savent : Plus rares que les précédents, ceux-ci ont compris, et s'ils contestent parfois ses idées, ils respectent sa pensée. (1/5)
Son jardin secret : Elle (de préférence) s'est montrée apte à recevoir ses questions les plus indécises. La soutenant dans ses choix et ses regrets, elle saura lui indiquer un chemin qu'elle juge sûr. Aranwë écoutera aussi ses tourments s'il le faut. (0/1)
Le non-prince charmant : Elle le déteste, tout simplement. Si l'enfant se dévoile quelque peu rebutée par la gente masculine,
cet individu l'insuporte plus que tout autre. Tentant de conquérir le coeur de l'enfant des étoiles, tout les moyens sont bons pour la laisser chavirer. Malheureusement pour lui, Aranwë se révèle lesbienne, et tentera de le rejeter sans lui infliger cependant des blessures dont il ne saurait se relever.(0/1)
Le monde : Vous tous, qui cherchez à rencontrer cette servante de la Lune, et qui souhaitez proposer autres rencontres que celles listées plus haut,
elle vous attend ! (0/Illimité)
Récits de ses aventures
En cours[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Arwen
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Maelia
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Liam &
Volta
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Glycenne

Achevés[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ft. Nobody


Adulte
Alpha HivernalPapa

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
AKASAN
Veilleur des Etoiles
Peut-être a-t'il toujours été là, veillant sur son étoile comme nul gardien n'aurait jamais su le faire. Dès le premier regard, le premier échange de l'enfant avec son père, un lien indescriptible s'est établi. Nul ne sait véritablement quelle est la nature de cette saugrenue relation qui unit fille et géniteur. Adoptant rapidement la philosophie contemplative et utopiste de son plus admirable modèle, Aranwë choisira finalement sa voie de servante de la Lune suite aux histoires fabuleuses contées par Akasan sur sa rencontre avec Maelia, sa soeur de sang. Veillant à conserver les idées de cet être qu'elle chérit plus que tout, l'enfant luttera à son tour pour un monde de justice, même si ses méthodes diffèreront cependant.

Adulte
Alpha HivernaleMaman

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
GLYCENNE
Gardienne des Rêves
Si le lien que l'enfant partage avec son géniteur se révèle surprenant, celui qui l'unit à sa mère se fait plus commun. Irrémédiablement attachée à cet être qui a su lui offrir la vie, la petite révèle cependant une affection particulière pour l'Ange d'obsidienne. Tentant de renier ses convictions philosophiques en la présence de sa mère, la loupiote essaie de s'afficher à ses yeux comme une enfant enjouée et curieuse, même si cette comédie se révèle parfois laborieuse. Désirant plus que tout prouver à sa mère qu'il n'ait nul lieu de se soucier de son sort, Aranwë manifeste cependant un amour particulier pour sa génitrice, ne serait-ce que par un regard. Si quiconque venait à lui voler son corbeau, l'enfant des neiges lutterait jusqu'à son ultime souffle pour la reconquérir.

Loupiots
HivernauxLiam, Shorkan & Eirlys

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FRATRIE
Enfants des neiges
Ils furent les premiers que l'enfant appris à connaître. Sa première confrontation à la société, à ses égaux.
Trois boules de poil partageant son sang et ses racines, et qui participeront eux aussi à perpétuer l'héritage de leurs parents. Si Aranwë se révèle distante et glaciale face aux autres portées, l'idée même d'oser dévoiler cette nature à ses frères et sa soeur ne l'effleurerait jamais. Les chérissant, à l'image de l'amour qu'elle porte à Glycenne, au possible, l'enfant demeure convaincue que jamais personne ne pourra égaler la perfection d'Eirlys, Shorkan et Liam. Car si leurs défauts demeurent, leurs qualités semblent suscpetible d'égarer toute trace de reproche à leur sujet.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Loupiote
SolitaireA venir

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ARWEN
Fille de la Colombe
Rencontrée dans les gorges escarpées du Canyon de Neige Orangée, l'enfant des glaces ignore tout de cette vagabonde solitaire, du moins, pour l'instant. Mais ses prunelles saphir n'ont pas manqué de la captiver, et il semble à la fille des neiges que cette inconnue ne l'est pas autant qu'elle y parait. Voyons ce qui se passera ensuite...

Adulte
LibreLunerelation

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
MAELIA
Soeur de la Lune
Description.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Penses très bêtes d'Akaka   

Revenir en haut Aller en bas
 
Penses très bêtes d'Akaka
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four seasons :: Hors jeu :: Rappels :: Pense Bête-
Sauter vers: