Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Tous les yeux semblent tournés vers l'Archipel Mystérieux et le pouvoir de la Chimère... mais qui la trouvera en premier ?


 

 :: Hors jeu :: Archives Printemps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Droguons nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ~ Ouranos
Invité
Invité
Dim 12 Juil 2015 - 22:58


Droguons nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas

Le soleil était à son zénith. L’été. Une belle saison que voilà, bien que la chaleur y fût parfois trop forte. Le soleil était toujours de sorti depuis le début de l’été. Une petite averse ou même juste quelques gouttes de pluie ne feraient pas de mal en ce temps de sécheresse. Les plantes allaient certainement mal le vivre. C’est pourquoi, Kaïne était en quête de fraicheur ou plutôt d’eau. Il aimait lézarder de longues heures sous le soleil mais ça masse de poil l’étouffait, il devait s’hydrater souvent s’il ne voulait pas sécher et finir comme une momie. En effet, le loup ressemblait plus à une sorte de gros nounours cinglé qu’à un loup tellement les poils constituant son étrange fourrure verte et marron étaient abondants. La langue pendant sur le côté tel un abrutit fini, il déambulait dans la forêt printanière en direction de la cascade de remous. Sa longue queue trainait sur le sol sec, attrapant toute la poussière qu’elle pouvait. Ses pattes teintées de bleu retombaient lourdement sur le sol. Autant dire que ce n’était pas un loup très discret. Et dire qu’il avait choisi d’être espion, pour le plus grand bonheur du clan des petites fleurs… N’importe qui pouvait retrouver sa trace, mais peu lui importait, ce jour-là il était chez lui et ne craignait rien.

Après quelques minutes de marche, le  gros louloup printanier arriva enfin à la cascade de remous. Cette dernière portait bien son nom, on pouvait observer un amas de bulles et d’écume à l’endroit où s’écrasait la chute d’eau. Elle se déversait dans un petit bassin où l’atmosphère était fraiche, parfait pour se ressourcer. Beaucoup de loups racontaient que cet endroit cachait un trésor. Un trésor qui devait se trouver dans une grotte, derrière la cascade. Ce ne devait être que des légendes. Le loup s’avança près de la source pour y boire quelques gorgées. L’eau était tiède, ce n’était pas très agréable pour se désaltérer mais c’était l’endroit le plus proche pour boire. Kaïne n’était pas un très grand sportif, c’était plutôt un gros pantouflard, il faisait donc toujours en sorte de faire le moins d’efforts possible. Donc chaude ou froide, il pouvait boire, c’était le principal.

Il regarda autour de lui. Une question ultime lui traversa l’esprit : qu’allait-il faire à présent ? Chasser un bon bout de viande ? Se dégourdir les pattes dans la forêt ? Espionner les loups des autres clans ? Nooon de trop flemmardise. Il allait dormir, ça c’était une bien belle activité ! Soudain, une brise fraiche vint lui chatouiller les narines, il éternua plus fort que jamais. Son esprit sembla tout à coup plus ramolli que d’habitude. Son pouvoir avait dû s’activer. Raison de plus pour glander. Les yeux semi ouverts, il alla se coucher dans un petit coin à l’ombre, non loin du bassin. Trop occupé à se rouler sur le sol tapis d’herbe fraiche, il ne remarqua pas qu’on l’observait et ne senti pas l’odeur ennemie qui tournait autour de lui. Il finit par se poser sur son flanc et ferma ses yeux…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 16 Juil 2015 - 11:58


Excursion imprévue



Feat Kaïne


L'Aube s'était levée bien des heures auparavant, extirpant certains loups de leur sommeil tandis que la Lune se faisait chasser comme renégate par les lumières d'un nouveau jour. La fraîcheur déposa ses perles et ses joyaux de rosées sur l'herbe et les plantes, gardant bien les arbres de ce trophée, seuls les plus bas en eurent le privilège, alors que de base, leur grandeur en faisait la beauté de leur ramure. Mais qu'importe cet instant présent, le mâle qui vagabondait dans l'humidité du petit matin se fichait éperdument ds paysages et des sombres beautés éclairées qui l'entouraient, se pavanant comme désireuses d'attirer son regard. La brise s'était levée, agitant la nature environnante et faisant légèrement danser les cheveux améthystes et les longs poils noirs qui formaient la fierté du canin. Ses regards étaient furtif, vagabond sur ce qui l'entourait. Il traquait, mais quoi donc ? Une simple proie, un faible repas pour faire taire les hurlements de son estomac qui quémandait qu'on le rassasie. Un mouvement attira les prunelles violettes de l'adolescent. Il leva la tête et huma l'air. Le léger souffle lui apporta l'odeur qu'il désirait tant sentir : un lièvre. Tel un bon chasseur, il se mit en position, se baissant jusqu'à avoir les poils du poitrail très proche du sol, voire le frôlant. Ouranos s'avança en silence, le plus qu'il le pouvait dans ses herbes semi-hautes. Son pelage ne lui permettait de bien se dérober dans le paysage si verdoyant, mais tant pis, il devrait faire avec, comme toujours. Il devait user de stratégie pour ramener un butin qu'il le calerait. Il continua son avancée jusqu'à voir enfin le pauvre animal qui lui tournait le dos. C'était parfait. Il fit encore quelque pas puis se stoppa net. Le lièvre tendait ses oreilles, tournant la tête devant lui, ignorant que le danger se trémoussait en arrière. C'était le moment d'agir. Le corps du mâle se tendit comme un arc. Il contracta le plus possible les muscles de ses pattes arrières, afin d'avoir un bon appui pour son bond. Chose faite, il appuya violemment sur ses membres arrières et souleva le partie haute de son être, faisant un magnifique bon. Sa proie se retourna en entendant du bruit, mais, la peur ne put l'envahir que son regard devint animé par la mort. Le pauvre lièvre ne garderait dans l'Au-Delà que le souvenir du crâne de la mort fendant sur lui et lui broyant le cou aussi sèchement pour qu'il n'ai le temps de ressentir peur et douleur.

Fier de sa proie, l'estival se releva, tenant dans sa gueule le corps du défunt. Murmurant une prière entre ses crocs vers la seule Déesse en qui il avait donné existence, la Vie, il la remercia de ce présent et demanda paix au repos de l'âme du lièvre qu'il avait du tué. Le cycle de la vie passionnait le jeune loup bien plus que les autres canins s'interrogeaient sur ce qui les entourait. Trouvant un petit coin à l'ombre, il dévora doucement mais surement sa capture, rassasiant son estomac qui se tut pour de bon. Ouranos resta au même emplacement pendant un long moment, regardant l'astre du jour avancée vers son apogée habituelle. La chaleur se levait tandis que Soleil approchait de l'heure qui marquait le milieu de la journée. Le mâle devrait vite bouger si il ne voulait pas être bloqué par la chaleur de l'après-midi. Se levant avec une certaine flemmardise, il poursuivit son chemin en se léchant les babines, se débarbouillant des dernières traces de son pauvre festin. Sans prendre réelle attention, il s'aventura hors de son territoire, allant vers le printemps, les ennemis d'autrefois de tous les clans avec le règne du belliqueux Oxymore et de sa reine dite des plus belles, Moune. Le jeune loup n'avait connu cette période d'hostilité, il vivait dans la paix, bien qu'illusoire selon lui, mais dans la paix quand même. Regardant autour de lui, il ne reconnu les bois de chez lui. Fronçant les sourcils sous le crâne, symbole de sa malédiction, il se stoppa. Il huma l'air. Le Printemps empestait bien plus que la véritable saison touchant toutes les terres. Il regarda en arrière de lui. Il ne voyait plus le chemin qu'il avait pris. Il se retrouvait piégé dans la forêt sans fin. Il grogna et lâcha un juron pour lui-même. Il n'avait plus le choix, il allait devoir vagabonder jusqu'à retrouver le chemin vers les siens. Dans sa tête, l'être emprisonné depuis sa naissance ria et murmura, comme dans un écho, les mots suivants :

-Te voilà perdu entre les crocs d'un printemps dangereux, mon frère. Mon très cher frère ...

Elle ricanait et semblait se délecter de la scène embarrassante de la perdition en des terres où il n'avait encore jamais mis les pattes.

- Tais-toi donc, Anemone. Ton silence n'est que délice pour moi.

Il grogna et continua son excursion, lançant des regards aux alentours. Tous ses sens étaient en alerte. Il devrait vite trouver la maudite sortie à ce labyrinthe aux hautes cimes ! Mais hélas, il ne parvint qu'à s'enfoncer davantage dans la forêt, arrivant près d'une cascade qui par le bruit de sa chute l'avait entrainé à elle. Ouranos pensait y trouver la Cascade de Nienor, mais, il ne trouve qu'un autre, à l'eau faisant bien trop de remous à son gout. Soit, il ferait une pause ici. Il se pencha et lapa la surface tiède de l'eau gigotante. Il allait se laisser tomber quand des pas indiquèrent la venue d'un autre. Filant en silence dans les bosquets, il regarda le mâle printanier arriver, faisant du bruit tel que les proies à des kilomètres à la ronde avaient du l'entendre ! Tss, il peut pas être plus silencieux celui là ?! pensa-t-il. Mais, il se garda de faire le moindre bruit en voyant l'imposant loup venir dans son champ de vision, avec son épais pelage qui le faisait davantage ressembler à un ours qu'un canidé. Ça se présentait mal pour Ouranos qui changea de cachette, tout en silence pour mieux surveiller les moindres faits et gestes du printanier quelque peu étrange à son gout. Ironique quand on savait le secret qu'il gardait, lui qui avait absorbé sa soeur dans le ventre de leur mère ... L’hirsute aux poils verts et marrons ne sembla le remarquer, si bien qui se coucha en fermant les yeux. Que devait diable faire l'estival ? Se planquer, ou bien prendre la fuite en toute vitesse ? Il ne le savait pas et resta sur ses positions, prêt à décamper le plus vite possible.  

Code & Photos by Funkimina

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Sam 12 Sep 2015 - 22:42


Droguons nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas

Le loup à moitié endormi profitait de la fraicheur que lui procurait le sol tapis d’herbe douce, il se sentait tellement bien. Son esprit était parti ailleurs, dans les nuages. Il avait la douce impression de voler. On pouvait penser que son pouvoir qui se déclenchait pour un oui ou pour un non était une plaie dans la vie de tous les jours. En effet pour un loup normal mentalement ce serait certainement très chiant, mais pour Kaïne qui avait un petit pète au casque, son pouvoir était pour lui un don du ciel. Être détendu et heureux quasiment tout le temps, n’était-ce pas formidable ? Personne ne pouvait rêver mieux. Tout le monde ne pouvait être que jaloux de lui. Son pelage ébouriffé lui donnait à présent l’apparence d’un gros tas de poil difforme. Il respirait lentement, percevant chaque odeur qui l’entourait. Un parfum de fleur vint l’envahir pendant quelques instants puis un effluve fruité vint faire son apparition. Le loup renifla à plusieurs reprises et releva sa lourde tête. Un étranger devait se trouver non loin de lui mais où ?

Kaïne se releva tant bien que mal en position assise. Tournant la tête à droite puis à gauche il cherchait une ombre, une silhouette ou autre trace de la présence d’un intrus estival. Mais tout était flou autour de lui, voilà le plus gros inconvénient qui lui offrait son pouvoir, il était incapable de se concentrer correctement lorsqu’il était déclenché. Il réussit à se mettre debout sur ses quatre grosses pattes. Le dos courbé, le regard vague, les poils dressés dans tous les sens et la langue pendue sur le côté, on aurait dit un mongol ou un loup touché par une étrange maladie mentale. Le paysage autour de lui tournait dans tous les sens, il crut même voir pendant un instant la licorne qu’il traquait habituellement. Il ferma les yeux et utilisa la seule chose qui fonctionnait correctement, sa truffe. Humant l’air il essayait de repérer d’où émanait le parfum  estival. Il finit par rouvrir ses paupières et posa son regard sur un buisson non loin de lui, sans vraiment être sûr que l’inconnu(e)se trouvait caché là. Il se racla la gorge et brisa le silence.

Hum… Qui est-là ?! Sors de ta cachette !
Revenir en haut Aller en bas
Requiem
Roi des Piercings ♥
Requiem
Race : Loup/louve
PUF * : Gloomi
Masculin
Messages : 679
Date d'inscription : 06/04/2014
Âge : 23
Ta localisation réelle : Sur un petit nuage ♥

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Droguons nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ~ Ouranos Left_bar_bleue0/1000Droguons nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ~ Ouranos Empty_bar_bleue  (0/1000)
En couple ?: LIBERTIN.
Dim 18 Oct 2015 - 16:00

» J'archive ! ♫ «
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: