Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Tous les yeux semblent tournés vers l'Archipel Mystérieux et le pouvoir de la Chimère... mais qui la trouvera en premier ?


 

 :: Hors jeu :: Archives Printemps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby)
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Jeu 25 Juin 2015 - 19:32


Quand l'Eté s'invite

PV BIGBY



Cela allait faire quelques heures que l'Aveugle avait quitté le territoire de l'Eté. Il n'y avait même pas prêté attention. Il avait senti l'odeur de soleil et de chaleur disparaître, puis avait vu une odeur de fleurs et de renouveau s'installer paisiblement. Ses pas l'avaient guidé plus loin encore, loin de l'Eté et de son clan, loin des contraintes d'une meute par laquelle il était volontairement exclu.

"Si on me demande la présence de ma venue..." pensait-il paisiblement "...J'attaquerais l'opportun ou je lui dirais m'être perdu du fait de ma cécité."

Sa propre nonchalance le fit sourire. Au fond de lui, il avait conscience que son comportement ne l'aidait pas à s'intégrer, ou même à lui donner une meilleur réputation, au contraire. Au yeux de beaucoup, il restait un meurtrier, un être impitoyable, et aux yeux des autres, il était l'aveugle solitaire. Cependant, l'obscurité dans laquelle il était plongé lui épargnait d'avoir à affronter le regard des loups, qui est pour beaucoup dans les remords des petites natures.

Ainsi allaient les pensées de l'Aveugle tandis qu'il vagabondait dans le territoire du printemps. Il n'avait croisé personne pour le moment, et il se délectait de cette solitude apaisante dans une terre nouvelle. Il préférait la chaleur paresseuse du soleil et la douceur amère des terres désertiques, mais il savait apprécier la fraicheur humide des bois qu'il traversait, et l'odeur fleurie d'une terre en constant renouveau.

Au fil de ses pas pourtant, une certaine irritation vint le titiller. D'abord, ce fut le pollen qui se déposait sans fin dans son épais pelage : il détestait se sentir sale, et devait s'arrêter toutes les deux minutes pour retrouver un poil brillant ; même le sable n'était pas aussi agaçant ! Lui au moins avait la décence d'être discret. Ensuite, ce fut la soif qui vint lui assécher le gosier. D'ordinaire, en cas de déshydratation, il allait s'abreuver à la Cascade de Nienor, qu'il connaissait bien. Mais ici, loin de l'Eté, il ignorait où trouver de l'eau, et cela le mettait dans une humeur exécrable.

"Je suis sale et assoiffé !" grommelait-il dans un coin de sa tête. "Le printemps ignore-t-il l'eau, qui est la source même de toute vie - et de propreté !-?"

Lorsqu'il était encore un solitaire assoiffé de sang, il était un jour allé au territoire du printemps chasser quelques proies juteuses. L'Aveugle se souvint alors d'un petit endroit paisible, un lac tranquille où il entendait l'eau bruisser et les bêtes laper. Ce souvenir le tira de son agacement malsain, et il accéléra le pas, tentant d'ignorer le pollen dans son poil.

Profitant d'un sixième sens propre à sa cécité, l'Aveugle parvint finalement, après maint grognements et maint soupirs, au Lac de Sheerkan. Dans sa précipitation, il ignora l'odeur des proies qui se baladaient, il ignora l'odeur de l'herbe verte qui frottait ses pattes, et il ignora le bruissement discret des arbres surplombant le lac. Peut-être, s'il avait eu le sens de la vue, se serait-il attardé à observer l'eau étincelante, le ciel éclatant, la nature verdoyante, ou peut-être, comme à présent, se serait-il jeté sur la rive avec une furia propre à la soif.

Il but sans faire attention, profitant avec de grands soupirs de l'eau qui dégringolait le long de sa gorge. Une odeur pourtant mit brusquement fin à sa joie : une odeur de loup.

L'Aveugle se raidit. Il huma l'air et laissa ses sens prendre le dessus sur lui-même. Bientôt, dans un coin de sa tête, il imagina les lieux comme un aveugle peut le faire, c'est à dire sans formes, juste en odeurs, en sons et en matières. Depuis longtemps hélas, le chien-loup avait oublié à quoi ressemblait le monde hors de son obscurité coutumière.

Enfin, après avoir écouté et humé l'air un certains temps, l'Aveugle distingua, plus loin, un loup mâle près de l'eau. D'après les bruissements de l'herbe, il semblait imposant, mais ce n'était peut-être rien. Dans tous les cas, c'était un bêta du clan du Printemps, peut-être un Veilleur.

L'Aveugle sentit son poil s'hérisser à mesure qu'il réfléchissait. Il n'était pas chez lui ici, et le combat serait probablement inévitable s'il allait à la rencontre du mâle. Cependant, l'idée d'un combat ne lui déplaisait, sa frustration précédente n'ayant pas encore été évacuée. Il fit un pas en avant mais retint son geste. Non. Il ne devait pas combattre, il n'était plus un monstre assoiffé de sang, il devait se reprendre, il devait partir et retourner au territoire de l'Eté, à son clan...

Partir ? Partir comme un lâche, un loup faible, partir comme une proie ? Non. Non, c'était indigne de lui. Il était un tueur, un combattant d'élite, pas un faible. Sa cécité n'était pas une tare, elle était sa force, et s'il devait le prouver par la violence, alors il se battrait...

...Mais cela au prix de sa conscience?
Pris dans un duel intérieur, l'Aveugle resta immobile, observant le loup de ses yeux gris sans lueurs


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Jeu 25 Juin 2015 - 20:03



Quand l'été s'invite
Bigby




Bigby comme à son habitude, avait décidé de se séparer de la meute pour vagabonder dans la forêt. Il aimait bien être seul, seul le vent dans les arbres et le bruissement des feuilles l'accompagnant. La pointe de sa cravate lui frottait doucement le cou, soulevée par un quelconque zéphire tandis qu'il s'avançait sous le feuillage ombragée de la forêt. Il releva un peu le museau et huma l'air, curieux de savoir ce qu'il pourrait sentir. Une odeur d'humus lui parvint, un peu humide à cause de la rosée du matin, également des odeurs de différents loups sur certains troncs...Une femelle et un mâle...Sans doute une promenade romantique. Son flair sentit finalement une odeur très humide, signifiant qu'il y avait sans doute un lac pas loin. Ayant traversé de nombreuses fois ces bois, il savait que c'était le lac Sherkaan, un lac magnifique d'un bleu profond et pourtant si clair qui démontrait de sa pureté. Presque tous les animaux du territoire du printemps venaient s'y abreuver.
Il avait beaucoup chassé dernièrement et il se rendit compte qu'il avait un peu soif. Alors il décida de s'y rendre pour apaiser sa gorge aussi sèche que du charbon. Guidé par son flair, il zigzagua entre les arbres et arriva à la source en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. Mais alors il s'en approchait une odeur désagréable lui parvint. C'était une odeur qu'il lui était inconnue, un loup c'était sûr mais pas du territoire du Printemps. Curieux, il s'avança et constata sans surprise qu'un loup était venu s'abreuver, sur la berge d'en face. Il était gris, au pelage sale et désordonné et avait relevé la tête lorsqu'il s'était approché alors que le vent soufflait dans son sens, rendant impossible de le détecter. C'est alors, lorsque la lumière du soleil se reflétait dans ses yeux pâles, qu'il comprit qu'il était aveugle. Sa cécité l'avait sans doute rendu plus réceptif aux bruits pensa-t-il. Mais il devait savoir pourtant, même aveugle, qu'il n'était pas sur son territoire.
Il l'observa pendant quelques secondes, savant pertinemment que ce loup attendait qu'il fasse quelque chose.
"Que fais-tu ici Loup?" lui dit-il d'une voix forte.
© Maeya Fleur de Neige
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Jeu 25 Juin 2015 - 21:28


Quand l'Eté s'invite

PV BIGBY



Cela faisait maintenant quelques minutes que l'Aveugle observait le loup adverse sans le voir. Il était repéré et il le savait : il sentait le poids du regard de l'autre sur lui en une sensation désagréable. Cela l'irritait de plus en plus, mais il restait pourtant impassible, encore indécis. Son poil le démangeait à cause du pollen et il trouvait humiliant d'être observé dans un état aussi lamentable. Il serra les dents, sentant la contrariété envahir tout son être.
Il allait s'approcher quand la voix grave et rauque d'un loup mâle retentit :

"Que fais-tu ici Loup ?"

L'Aveugle se raidit, puis un sourire narquois naquit sur ses lèvres. Loup ? Son odeur était-elle si imprégnée de celle de l'Eté qu'à présent on ne sentait plus son ascendance de chien ? Il ignorait s'il devait s'en ravir ou s'en agacer, mais cela l'amusa.

-Je me désaltère ! répliqua-t-il d'un ton moqueur. L'hospitalité du Printemps interdit-elle à un pauvre loup aveugle de ne pas mourir de soif ?

A présent, l'Aveugle savait où se trouvait précisément le loup du Printemps : juste en face, sur la rive adverse. Sachant qu'à présent l'immobilité n'était plus une option, il choisit de s'approcher, doucement, à la manière d'un prédateur qui se méfie de sa proie. Plus il s'approchait, plus l'odeur du loup devenait forte, et les bruits lui apprenait à qui il avait affaire : un grand loup d'âge mur, à l'assurance certaine et à la posture calme et sereine. Il avait cette manière de remuer la queue qui indiquait à l'Aveugle qu'il le jaugeait et que malgré son apparence paisible, il était habitué à détecter chaque attaque d'un possible adversaire.

Malgré lui, cela réjouit le chien-loup. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas croisé un guerrier, un vrai, pas un petit louveteau ayant tout juste achevé sa formation et qui se croit tout permis. Il adopta une allure un peu plus calme aux abords du loup, puis s'assit avec un grand sourire, cherchant à décontenancer son adversaire. Oh, ça marchait d'habitude. D'ordinaire, la simple vue des yeux déchiquetés de l'Aveugle suffisait à inquiéter son interlocuteur. Ce loup-là serait-il différent ? Cela restait à voir.

"Ne me déçoit pas..." chuchota une voix mauvaise au plus profond de l'Aveugle. "...J'ai soif de combat."

L'Aveugle trépignait intérieurement, mais se forçait à se calmer : il n'était pas encore complètement soumis à sa folie.

Il restait toujours immobile, puis d'une voix douce lâcha :

-Eh bien ? Surpris de voir un membre du clan de l'Eté ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Ven 26 Juin 2015 - 9:14



Quand l'été s'invite
Bigby



Les deux loups se regardaient (du moins Bigby le faisait) sans esquisser le moindre mouvement. Tous deux savaient que si l'un deux bougeait, l'autre se mettrait à devenir agressif. C'était donc un bon point car cela signifiait que ce loup adverse n'était pas dénué d'intelligence et était, au contraire, très rusé. Quelque chose dans son odeur, autre le fait qu'il n'était pas du Printemps, lui indiquait qu'il fallait être très prudent dans ses paroles.

"Je me désaltère." répondit soudain le loup chien avec moquerie, "L'hospitalité du Printemps interdit-elle à un pauvre loup aveugle de mourir de soif?"

Bigby plissa les yeux avec méfiance mais ne répondit pas. Cet aveugle n'avait rien d'amical, il sentait dans sa voix qu'il cherchait à le déstabiliser mais aussi à le pousser au combat. Quelque chose n'était pas net chez ce loup-chien, le vent avait arrêté de souffler et seulement des odeurs infimes lui parvenaient. Parmi elles, il y en avait une qui le dérangeait, comme une abeille bourdonnant à ses oreilles, mais qui ne lui était pas inconnue. Il le jaugea pendant quelques secondes, tandis que sur les lèvres de l'aveugle se formait un sourire narquois. Puis il s'avança tout doucement dans sa direction mais comme auparavant, son ouïe surdéveloppée le détecta.

"Hé bien? Surpris de voir un clan de l'Eté ici?" railla-t-il, mais sous ses paroles, la menace de ne pas faire un pas de plus.

Bigby s'arrêta. Le jeu des silences était terminé. Ils savaient tous deux que sous chaque parole se cacherait quelque chose et qu'au moindre dérapement un combat pouvait commencer. Il le voyait sur les muscles tendus de l'aveugle, il était près à lui sauter dessus s'il esquissait le moindre geste suspect. Mais Bigby ne voulais aucunement déclencher un duel et restait donc très calme, la respiration posée.

"Je ne suis pas surpris." répondit-il en levant légèrement la tête, "Beaucoup d'animaux viennent se désaltérer au lac Sherkaan, et si tu es assoiffé, tu en as tout aussi le droit. Mais très peu sont du clan de l'Eté car ils savent que l'on ne passe pas les frontières sans autorisation de nos Alphas." fit-il posément. Puis il l'observa quelques secondes avant d'ajouter, Tu es un reclue n'est ce pas?"

Le vent se leva à nouveau et son odeur lui parvint. Il était excité et enragé sous sa carapace de sarcasme, il le sentait. Mais il avait également mis une patte sur l'odeur qui le dérangeait. Il l'avait bien connue cette effluve, oh que oui. Elle suinte par tous les corps combattants et ne disparait qu'avec des années de privation mais revient le dernier jour d'une vie. Cette si singulière odeur qui vient de ce si délectable poison, qui est la sueur des héros et l'eau des fous.

Le sang. Il sentait le sang.
© Maeya Fleur de Neige
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Ven 26 Juin 2015 - 9:40


Quand l'Eté s'invite

PV BIGBY



Le loup adverse était tendu, l'Aveugle le sentait. Il avait ce calme mêlé de méfiance qui évoquait au chien-loup la légère brise du désert qui précède une tempête de sable. Il avait gardé le silence à sa première phrase, mais sa répartie face à sa seconde ne se fit pas attendre :

-Je ne suis pas surpris, dit-il calmement. Beaucoup d'animaux viennent se désaltérer au lac Sherkaan, et si tu es assoiffé, tu en as tout aussi le droit. Mais très peu sont du clan de l'Eté car ils savent que l'on ne passe pas les frontières sans autorisation de nos Alphas.

Il observa l'Aveugle quelques instants, puis continua avec une certaine tension qui n'était pas là l'instant d'avant :

-Tu es un reclus n'est-ce-pas ?

L'Aveugle plissa les yeux et agita les oreilles, amusé. L'odeur du grand loup avait changé, elle reflétait désormais un dégoût surpris et une méfiance croissante. Serait-ce la vue de ses cicatrices la cause de ces sentiments ? Peut-être. Cela décevait légèrement l'Aveugle, mais il n'en montra rien.

Il garda le silence quelques instants, observant la tension monter entre eux et s'en délectant. Il aimait cette légère frustration, cette excitation propre aux guerriers, cette méfiance mêlée d'attente. Au fond de lui, il savait qu'il ne devrait pas rester là, qu'il ne faisait que renforcer la soif de combat en son cœur, et que le loup face à lui n'avait - pour l'instant - rien de belliqueux. Mais c'était un guerrier, et l'expérience de l'Aveugle lui faisait penser que c'était un grand guerrier, un loup que l'on ne rencontre pas souvent. C'était très amusant.

Gardant sa posture calme et narquoise, toujours assis, l'Aveugle déclara :

-En effet. Je suis un reclus. Tu es probablement un bêta, je sens l'odeur de la soumission sur toi, elle m'est infiniment désagréable.

Le chien-loup mentait avec la dextérité d'un serpent. En effet, le grand loup n'était pas un alpha, mais ce n'était pas un soumis non plus, non : c'était un tueur dissimulé sous la peau d'un mouton.

Il continua :

-Je remercie le Printemps de s'inquiéter de ma personne, c'est fort aimable de sa part. Cependant, j'ose espérer que personne ne me contraindra à partir, ce serait...Désagréable.

Puis une dernière fois, bien plus pernicieusement, il ajouta :

-Je ne me suis pas présenté, et je trouve cela bien impoli. Je suis l'Aveugle, c'est mon nom, enfin, celui de mon passé. Le tien a l'air lourd, je sens l'odeur du combat dans chaque parcelle de ton être, et crois-moi, je m'y connais. Qui es-tu ?

Soudain, à mesure de ses paroles, l'Aveugle découvrit dans son cœur une sorte d'espoir, comme s'il attendait que le grand loup révèle un passé sanglant et cruel, comme le sien. Oh ! Ce serait si agréable, de rencontrer un de ses pairs, puis de l'affronter. Oui.

Si agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Ven 26 Juin 2015 - 11:26



Quand l'été s'invite
Bigby



L'Aveugle sembla légèrement agacé par ce qu'il venait de dire. Mais bizarrement il eut également l'impression que ce n'était pas seulement à cause de ça, mais plus sur comment il avait réagis en découvrant la vérité sur son odeur. Pensait-il que désormais il était courant et  il fallait l'attaquer? Il n'en savait rien car il gardait une expression neutre même si dans ses yeux morts, il percevait une légère déception. Le loup chien ne répondit pas immédiatement et sembla le toiser pendant plusieurs  secondes. Bigby sentait la tension monter en eux, une tension qui n'avait rien d'anodin mais que le loup en face de lui paraissait apprécier, lui. Le loup noir savait que c'était un combattant, en même temps cela était dur de ne pas voir avec ses cicatrices qui sillonnaient un peu partout son pelage gris et cette odeur de sang qui, maintenant qu'il était tout près, poissait l'air autour de lui.
Etrangement il lui donnait des frissons, et pourtant Bigby n'était pas du genre à être impressionné par un autre loup. Il lui rappelait lui-même pendant ses "mauvaises années", plongé dans la folie et avide de sang frais. Il avait l'impression de se retrouver face à un miroir, ce qui était insupportable, voire presque douloureux.
Ses pensées s'égarèrent si bien qu'il sursauta lorsque l'aveugle reprit la parole.

"En effet je suis un reclus. Tu es probablement un bêta, je sens l'odeur de la soumission sur toi, elle m'est infiniment désagréable." cracha-t-il avec mépris.

Bigby haussa un sourcil avec interrogation. Il n'avait rien d'un bêta et ne sentait donc pas la soumission. Il cherchait encore à le déstabiliser, à blesser son égo, pour mieux découvrir ce qui se cachait sous ses airs calmes. Mais Bigby n'était pas stupide. Il savait qu'il mentait ouvertement. Mais il ne fallait pas qu'il s'énerve, sinon...

"Je remercie le Printemps de s'inquiéter de ma personne, c'est fort aimable de sa part" continua t-il avec ironie, "Cependant, j'ose espérer que personne ne me contraindra à partir, ce serait...désagréable."

Bigby comprit le message sous ses paroles mielleuses et polies. Lui qui le regardait, assis calmement sur son postérieur et ce sourire mesquin au coin des babines, n'attendait qu'un mot de travers pour l'attaquer. Tous leurs muscles étaient tendus sous le jeu et la tournure que prenait la conversation.

"Je ne me suis pas présenté et je trouve cela très impoli." ajouta soudain le chien-loup d'un air faussement désolé, "Je suis l'Aveugle, c'est mon nom, enfin celui de mon passé... Le tien a l'air lourd, je sens l'odeur du combat dans chaque parcelle de ton être, et crois-moi, je m'y connais. Qui es-tu ?"

Bigby tressaillit. Alors il l'avait deviné. Il savait qu'il cachait quelque chose et Bigby devait l'avouer, pour un aveugle il était plutôt clairvoyant. Ses qualités d'observation avec pourtant sa cécité, étaient impressionnantes, ce qui faisait de lui un animal des plus dangereux. Il ne fallait pas qu'il découvre qui il était, car il savait pertinemment qu'il allait s'acharner dessus et si c'était le cas...Il ne savait pas s'il allait se contrôler. Des souvenirs trop douloureux peuvent amener à une personnalité que l'on préférerait cachée.
Tout comme son passé.

Il plissa les yeux et les fixa dans ses orbites si pâles.

"Mon nom est Bigby. Je suis un chasseur du clan du Printemps."


© Maeya Fleur de Neige
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Ven 26 Juin 2015 - 11:59


Quand l'Eté s'invite

PV BIGBY




"Mon nom est Bigby, je suis un chasseur du printemps"

Bigby.

Bigby, Bigby, Bigby.

Ce nom résonnait aux oreilles de l'Aveugle et il le faisait rouler sur sa langue comme un morceau de chair onctueux.

Bigby.

Pourquoi avait-il l'impression de connaître ce nom ? Cela avait-il un rapport avec le passé probablement combattant du loup ? Avec cette manière dont il s'était tendu lorsque l'Aveugle avait prononcé les mots "odeur du combat" et "lourd passé" ? Probablement.

Il continua à faire rouler le nom sur sa langue, savourant son goût nouveau et pourtant si familier. Il se remémora son passé et tenta d'y trouver son nom comme on tente de se souvenir d'un visage.

Bigby, Bigby.

Rien à faire, le souvenir restait caché dans l'esprit malade de l'Aveugle. Celui-ci gronda très légèrement, frustré. Si son interlocuteur ajouta quelque chose pendant ses minutes de réflexion, il ne l'entendit pas, trop occupé à fouiller ses souvenirs. Le nom prenait un goût amer à mesure de sa frustration. Le chien-loup ouvrit la gueule à demi, humant l'air, réfléchissant.

Une idée lui vint.

Bigby...Ce n'était pas le nom en lui même qui lui était familier, mais cette manière de rouler dans sa gueule. Oui...Bigby...Pourquoi serait-ce un nom ? Après tout, "L'Aveugle" n'en était pas un à proprement parler, et cela pouvait être un surnom.

Bigby, un surnom. Mais qui aurait un passé suffisamment lourd pour le cacher derrière un pseudonyme ? Quel loup, à la prononciation semblable, avait marqué les souvenirs de l'Aveugle ?

Alors il se souvint.

Le Big Bad Wolf. Le grand B. Le Big B.

Bigby.

Lorsque son souvenir revint, un large sourire éclaira le visage impassible du chien-loup, montrant ses larges dents. Ses yeux sans lueurs brillèrent froidement, de cette lumière hésitant entre la victoire et la joie.

"Le Big Bad Wolf, un chasseur du Printemps ?" jubila la voix mauvaise en lui. "Faut-il qu'il ait honte de son passé pour se dissimuler ainsi derrière un rôle de bêta et de gentil. C'est ça, sa faille."

S'il avait été un chat, l'Aveugle aurait ronronné, mais il se contenta de jubiler en silence. Trouvant sa propre excitation un peu forcée, il se calma et retrouva un masque impassible.

Se relevant, il commença à tourner autour du grand loup, très doucement, d'un pas sûr et léger. Il s'éclaircit la voix, trouva un ton doux et pas trop joyeux, et conta :

-Il était une fois un grand loup noir. Noir, il l'était dans son âme et dans sa fourrure, et grand, il l'était dans sa carrure et dans sa cruauté. Avide de massacre, ce loup tuait sans vergogne, buvant le sang encore brûlant et laissant couler les hurlements sur son poil avec l'indifférence des rochers. Il était craint, cruel, mauvais, si bien qu'il gagna le surnom du "Grand Méchant Loup", le "Big Bad Wolf" dans sa langue maternelle. Il était arrivé peu de temps avant moi, un ou deux ans je dirais, et pourtant, il avait laissé une marque bien plus profonde que n'importe quelle cicatrice, que n'importe quelle plaie. Oh, tout le monde craignait le Big Bad Wolf, le Big B ! On faisait peur aux enfants avec son seul nom, on terrorisait les vieillards en imitant son puissant souffle, son immense pouvoir.

Au fur et à mesure que l'Aveugle contait, doucement, comme une comptine, Bigby se raidissait et ses muscles se tendaient à l'extrême. Le chien-loup entendait ses dents claquer tandis que le grand loup tentait de se calmer. Cela l'enthousiasma, avide de conflit, et il continua :

-Heureusement pour les petites gens, le grand méchant loup finit par disparaître comme il était venu, en un souffle. Les massacres cessèrent, la paix revint, et très vite son nom devint une sorte de légende, une invocation monstrueuse. Cela va faire pas mal d'années maintenant, mais on se souvient bien de lui. Je m'en souviens. Tu t'en souviens, toi, Bigby ?

L'Aveugle retint un éclat de rire devant l'odeur pleine de colère, de honte, et de frustration de son interlocuteur. Il eut pourtant l'impression de se prendre une gifle quand il s'aperçut que cette odeur, si fraiche, si agréable, c'était aussi la sienne dans ses moments plein de remords.

Il cessa de tourner autour du loup, légèrement perturbé, sentant sa joie mauvaise s'évanouir doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Ven 26 Juin 2015 - 18:47



Quand l'Eté s'invite
Bigby



A l'entente de son nom, l'Aveugle sembla étonné mais aussi pensif. D'un seul coup il releva la tête et un mot sortit de sa bouche.
"Bigby..."
Puis il se mit à le répéter en boucle. Son nom roulait sur sa langue comme de l'eau sur des rochers et le répétait comme le début d'une chansonnette dont on ne se souviendrait plus l'air. Bigby n'était pas du tout à l'aise, il refusait de lui tourner le dos et suivait sa tête, les pattes écartées. On aurait dit un vautour tournant autour d'une carcasse en décomposition, suintant une odeur, pour lui alléchante, de putréfaction. Il avait ce fourmillement dans la nuque, réaction singulière qui précédait toujours l'attaque.

"Arrête ça, L'Aveugle." grogna le loup tandis qu'un grondement sourd sortait de sa gorge.

Le loup-chien continua son manège sans s'arrêter. Il cherchait sans doute où il avait entendu son nom et, perdu dans ses pensées, n'entendait plus ce que lui disait le loup du Printemps.

"Je t'ai dit de cesser!" aboya Bigby.

Mais l'Aveugle n'arrêta pas pour autant et continua à prononcer en boucle "Bigby, Bigby, Bigby..."
iL ne parut pas entendre ce qu'il cria mais s'arrêta quand même, un sourire vainqueur montant sur ses babines. La gorge de Bigby devint sèche. Il avait trouvé.
Il resta encore quelques instants à le regarder, se délectant de sa trouvaille et à la grande surprise de Bigby, il se leva. Il se mit à lui tourner autour, la tête constamment tournée vers lui mais ses yeux ne le regardant pas.

"Il était une fois un grand loup noir. Noir, il l'était dans son âme et dans sa fourrure, et grand, il l'était dans sa carrure et dans sa cruauté. Avide de massacre, ce loup tuait sans vergogne, buvant le sang encore brûlant et laissant couler les hurlements sur son poil avec l'indifférence des rochers. Il était craint, cruel, mauvais, si bien qu'il gagna le surnom du "Grand Méchant Loup", le "Big Bad Wolf" dans sa langue maternelle. Il était arrivé peu de temps avant moi, un ou deux ans je dirais, et pourtant, il avait laissé une marque bien plus profonde que n'importe quelle cicatrice, que n'importe quelle plaie. Oh, tout le monde craignait le Big Bad Wolf, le Big B ! On faisait peur aux enfants avec son seul nom, on terrorisait les vieillards en imitant son puissant souffle, son immense pouvoir."

Tout le corps de Bigby se raidit au fur et à mesure qu'il contait son récit, comme s'il le contait à un enfant. C'était inévitable, des souvenirs remontèrent à la surface, ceux qu'il avait choisi d'oublier en mettant des tas d'autres mauvais souvenirs dessus pour les ensevelir. Il se souvint du goût du sang, de la joie du meurtre, des cris dans ses oreilles alors qu'il faisait nuit noire, de la chair sous ses pattes, des images de forêts détruites...Son passé violent en tant que "Big Bad Wolf" le frappa comme un fouet. Ses dents se serrèrent, l'amertume remplissant sa bouche tandis que l'Aveugle jubilait, le voyant perdre ses moyens.

"Heureusement pour les petites gens, le grand méchant loup finit par disparaître comme il était venu, en un souffle. Les massacres cessèrent, la paix revint, et très vite son nom devint une sorte de légende, une invocation monstrueuse. Cela va faire pas mal d'années maintenant, mais on se souvient bien de lui. Je m'en souviens. Tu t'en souviens, toi, Bigby ?" susurra-t-il au creux de son oreille.

Bigby ne put s'empêcher de fermer les yeux. Il était si en colère contre lui-même, si honteux de ses actes...Il avait voulu tout laisser derrière lui en rejoignant le clan du Printemps, il n'aspirait plus qu'à la rédemption et le pardon, même en sachant que c'était presque impossible. Mais ce loup-chien, ce perfide aveugle, venait lui rappeler que son passé ne serait en aucun cas effacé et sera comme pour les contes pour louveteaux: jamais oubliés.
Il sentit la rage monté en lui, ses babines se retroussèrent et un grondement sortit de sa gorge tandis que ses oreilles s'abaissèrent. Il en avait assez, assez de son passé, assez d'être considéré encore comme mauvais. Mais plus que tout, il en avait assez que l'on lui rappelle. Alors comme cela, il avait entendu parlé du "Big Bad Wolf"? Oh mais que dirait-il s'il l'avait en face de lui?
Il s'approcha de l'Aveugle qui semblait pour une raison inconnue perturbé. Un sourire mesquin lui vint. Tant mieux.

"Tu es un serpent Loup de l'Eté, tu siffles et tu craches ton venin mais en fin de compte si l'on t'attrape par la queue, tu es aussi inoffensif qu'une sauterelle...Tout juste bon à se faire écraser." siffla-t-il avec mépris, "Regarde toi...Tu es pathétique à chercher le combat pour prouver ta valeur. On ne t'a pas donné assez de reconnaissance? Pauvre petit loup..."

L'Aveugle parut offusqué et furieux de ses paroles véhémentes. Bigby, lui se délecta de sa surprise et ne lui laissa pas le temps de répondre.

"Tu es faible car tu te penses meilleur que les autres, tu penses que de toute façon il vaut mieux être craint qu'être aimé, n'est ce pas? Mais tu veux la vérité? Tu ne me fais peur et je suis plus fort que toi." murmura-t-il d'une voix cruel.
⭐
Qui craint le grand méchant loup
Méchant loup, grand loup noir
Qui craint le grand méchant loup
Qui craint le grand méchant loup
Méchant loup, grand loup noir
Qui craint le grand méchant loup
⭐

©️ Maeya Fleur de Neige
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Ven 26 Juin 2015 - 19:26


Quand l'Eté s'invite

PV BIGBY





La colère de Bigby bouillonnait comme la lave d'un volcan, prêt à évacuer sa fureur. L'Aveugle l'entendit gronder et entendit l'air siffler tandis qu'il abaissait ses oreilles. Son odeur atteignit le paroxysme de la fureur, mêlée à une grande tristesse.

L'Aveugle ne fut soudain plus aussi sûr de lui. Oh, il était encore victorieux et jouissait du plaisir malsain de celui qui sait son venin versé, mais il n'était plus très à l'aise devant ce miroir qu'était Bigby. Leurs passés, leurs sentiments étaient proches, mais là où Bigby aspirait à la paix, l'Aveugle ne parvenait pas à lutter contre ses pulsions belliqueuses. De plus, la colère du grand loup noir avait quelque chose de soudainement mauvaise, comme si Bigby abandonnait son masque de calme et choisissait de se laisser à sa fureur.

En cela, il était si proche de l'Aveugle que c'en était perturbant.

Soudain, Bigby prit la parole. Sa voix, son attitude n'étaient plus posées, mais semblaient empoisonnées par la rage et le mépris :

-Tu es un serpent Loup de l'Eté, tu siffles et tu craches ton venin mais en fin de compte si l'on t'attrape par la queue, tu es aussi inoffensif qu'une sauterelle...Tout juste bon à se faire écraser. Regarde toi...Tu es pathétique à chercher le combat pour prouver ta valeur. On ne t'a pas donné assez de reconnaissance? Pauvre petit loup...

Cette fois, ce fut au tour de l'Aveugle de sentir le poison s'insinuer dans son cœur. Les paroles du Big Bad Wolf étaient justes et pernicieuses, comme une griffe plantée au milieu d'un nerf, là où on sait que la souffrance est extrême. L'Aveugle fut tellement surpris de l'attaque que la colère ne le frappa pas tout de suite, ce fut d'abord l'outrage qui le gifla, puis la consternation qui vint ramper au fond de son esprit. Le goût de la victoire se teinta d'une amertume écœurante, et le chien-loup abaissa les oreilles, plissant les yeux.

La colère commença à son tour à le submerger, et sa gueule s'emplit de venin. Il osait le traiter de serpent ? Il ignorait à qui il avait affaire. L'Aveugle n'avait de pathétique que le manque de compassion, il le savait. Il ne devait pas se laisser influencer.

"Tue-le" chuchota une voix au fond de son esprit.

L'Aveugle contint sa colère et sa folie du même coup. Non. Il était plus fort que ça. Les paroles d'un misérable loup à la retraite de son carnage ne devait pas l'atteindre. Bigby ignorait tout de son passé, tout de ses sentiments.

L'Aveugle était bien plus qu'un désir de sang.

Il ouvrit la gueule pour répliquer, mais Bigby n'en avait pas encore fini. Sa rage enflait à mesure qu'il se redressait vers l'Aveugle, qui perdait son impassibilité et son aplomb. Le chien-loup sentait toutes les fibres du corps de son adversaire dirigées vers lui dans une fureur inextricable.

Et il dit d'un ton sinistre et glacial :

-Tu es faible car tu te penses meilleur que les autres, tu penses que de toute façon il vaut mieux être craint qu'être aimé, n'est ce pas? Mais tu veux la vérité? Tu ne me fais pas peur et je suis plus fort que toi.

Cette fois, ce fut trop pour l'Aveugle. Il se dressa d'un bond et un grognement monstrueux sortit de sa gueule. Sa rage n'avait plus de nom, elle était faite d'humiliation, de regrets et de meurtres. Il montra les dents, retroussant ses babines en une moue grimaçante et cauchemardesque. La bave dégoulina le long de son menton, incontrôlable, à mesure que la soif de sang, de vengeance, illuminait l'esprit obscur de l'Aveugle.

Il lâcha d'une voix terrible :

-Tu te crois puissant Big Bad Wolf ? Je suis peut-être aveugle, je suis peut-être fou, je suis peut-être mal-aimé, mais au moins, moi, je sais qui je suis !

Et dans une folie sanguinaire, il se jeta tous crocs dehors sur Bigby.

Sans même prendre le temps d'atterrir, il agrippa le loup à la gorge et mordit dans la chair, sentant le sang envahir sa gueule en un goût onctueux. Cette fois, plus d'hésitations, plus de mots à double-sens : place au combat.

"Tue-le !" hurlait la voix au fond de sa tête. "Montre-lui qui tu es, réduis-le à une carcasse ensanglantée, TUE-LE !"

L'effet de surprise est toujours propice, l'Aveugle en était conscient, et Bigby avait beau être puissant, l'attaque n'avait rien d'honorable, rien de sensée.

Mais l'Aveugle n'était ni honorable, ni sensé.

L'Aveugle était un être brisé par sa propre folie, un être dément, misérablement seul.

L'Aveugle était un loup changé en monstre.

L'Aveugle était tout, sauf honorable et sensé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Dim 28 Juin 2015 - 9:54



Quand l'été s'invite
Bigby




Alors qu'il prononçait ces paroles véhémentes, il vit le visage de l'aveugle se décomposer. Ah que c'était bon, ce petit moment de vengeance, ce doux parfum de déstabilisation qu'il émanait maintenant. Bigby savait que cela était temporaire mais pour l'instant il se délectait de sa si petite revanche mais si satisfaisante.
Le visage de l'Aveugle changea en une fraction de secondes pour ne devenir que rage et furie. Un grondement sourd sortait de sa bouche dégoulinante de bave, tandis que sa soif de sang augmentait d'instants en instants.

"Tu te crois puissant Big Bad Wolf ?" cracha-t-il avec colère, "Je suis peut-être aveugle, je suis peut-être fou, je suis peut-être mal-aimé, mais au moins, moi, je sais qui je suis !"

Puis sans plus attendre il se jeta sur Bigby, qui n'eut pas le temps de réagir, et mordit à pleine dents dans son cou trop tendre avant même d'avoir atterrit. Bigby poussa un hurlement de douleur étranglé par les crocs dans sa chair, sentant son sang chaud se répandre sur son pelage noir. Il avait été pris par surprise et cela le rendait légèrement honteux. Mais il ne fallait pas laisser penser l'Aveugle qu'il allait laisser gentiment se faire égorger. Il poussa un grognement guttural et alors que le loup-chien était à califourchon sur lui, serrant de plus en plus sa prise, il lui attrapa les flancs et le griffa avec force, perçant la chair et faisant gicler le sang. "Tu croyais avoir gagner misérable loup? Mais tu n'as pas eu à faire à l'intégralité de ma force!" pensa Bigby avec rancœur.
Puis il lui rattrapa les flancs faisant hurler de douleur le loup-chien.

© Maeya Fleur de Neige
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Dim 28 Juin 2015 - 12:42


Quand l'Eté s'invite

PV BIGBY




L'Aveugle sentait toujours le sang emplir sa gueule, et il frissonna de plaisir en entendant Bibgy pousser un hurlement de pure souffrance. Eh bien ? Le grand loup noir n'était donc pas si puissant pour s'être laissé prendre par une attaque aussi simple. Quel guerrier pathétique, rongé par les remords, affaibli par sa propre puissance. Quelle déception.

L'Aveugle raffermit sa prise, mais le hurlement du loup se changea en un grondement sourd et rageur. Profitant d'avoir son adversaire étendu sur lui pour le mordre, il le griffa de ses pattes avant, ses griffes tranchant la chair et déchiquetant les muscles dans une explosion de sang. Le chien-loup accusa le coup, la souffrance remontant le long de son échine pernicieusement, mais il garda sa prise sur la gorge de Bibgy. Un frémissement le parcourut tandis qu'il sentait le sang chaud couler le long de son ventre en une odeur acide.

De ses pattes, l'Aveugle plaqua Bigby davantage, utilisant son poids pour le retenir au sol. Il sentait le regard du grand loup sur lui en une intensité effrayante, mais ne se laissa pas démonter : il était sûr de gagner.

Pour échapper à l'attaque de Bigby, il dut se tortiller et pour cela, il relâcha légèrement sa prise. Ses mâchoires se décrispèrent en grinçant presque, et l'Aveugle réussit à se défaire des pattes de son adversaire. Mais sa victoire fut de courte durée, car à peine s'était-il libéré de son étreinte mortelle que déjà Bigby attaquait, plein de colère. Il accrocha ses flancs de ses pattes et attira l'Aveugle contre lui, l'entrainant avec lui dans la mort. La peur soudain illumina le regard du chien-loup.

"Je ne veux pas mourir..." songea-t-il.

A sa grande consternation, Bigby était solide, et bien que la peau de sa gorge soit fine, elle restait étonnamment résistante et protégeait encore sa tranchée. A l'inverse, la peau du ventre de l'Aveugle était fragilisée par les combats, et si le grand méchant loup continuait de la griffer, il allait finir par l'éviscérer.

Un bon guerrier doit savoir se retirer quand il sait un combat perdu, et l'Aveugle lâcha la gorge de son adversaire avec colère. Le sang coula le long de son museau et emplit son nez tandis qu'il reculait d'un bond agile. Il jaugea un court instant son adversaire avec mépris.

"Il est fort..." songea-t-il à contrecœur. "Fort et résistant. Le prendre de front ne sert à rien. Mieux vaut éviter l'attaque frontale."

L'Aveugle gronda bruyamment puis retint sa respiration, fixant Bigby de ses yeux sans vie. Une sensation de chaleur l'envahit et il sentit la puissance se répandre dans ses veines. Tout son corps trembla tandis que son ADN changeait. Le goût de sang lui fut familier tandis que le pouvoir de Bigby devenait sien.

"Quelle puissance !" songea-t-il, impressionné malgré lui. "Avec un tel pouvoir, il pourrait souffler le Printemps tout entier !"

Il secoua la tête, refusant de se laisser influencer par un tel pouvoir. C'était le risque d'un voleur de magie. Il releva la tête, déterminé.

-Je vais te souffler hors de Four Seasons ! hurla-t-il avec folie.

L'Aveugle réprima pourtant un début de toux qui le saisissait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Dim 28 Juin 2015 - 14:13



Quand l'été s'invite
Bigby




Le sang de l'Aveugle coulait sur son ventre tandis que le sien suintait sur son cou comme un serpent rougeâtre. Il le sentait relâcher sa prise sous la douleur que ses griffes lui causaient et il lutta pour récupérer son oxygène perdu, chaque respiration étant comme un coup de poignard dans sa gorge meurtrie. Un gargouillis sortit de sa gorge, le sang envahissant sa bouche.

"Urgh...Il faut que je me relève..." pensa Bigby en grognant.

Il continua de lui griffer les flancs et l'Aveugle, comprenant que s'il continuait il allait finir par se faire tuer, se retira à contrecœur, la peur illuminant son regard. Il recula d'un bond agile et les deux canidés se regardèrent et se jaugèrent pendants quelques secondes, haletants et ensanglantés. La perte de sang leur faisait tourner la tête, mais ni l'un ni l'autre ne se reposait, sachant que cela leur serait fatal. Bigby grondait, les babines retroussés en attente de ce qui allait venir.
L'Aveugle réfléchissait mais n'attaquait pas. Il ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise chose.

"Devrais-je en profiter pour l'attaquer?" songea Bigby en cherchant les angles d'attaque.

Soudain une lueur de malice traversa le regard mort du loup-chien faisant froncer les sourcils à Bigby. A quoi venait-il de penser? Ses yeux vides étaient brillants d'une joie mauvaise et même s'il ne pouvait pas le voir, il avait l'impression qu'il le regardait. Cela ne signifiait rien de bon.
D'un seul coup, L'Aveugle arrêta de respirer et se mit à gronder sourdement. Bigby commença à se sentir mal. Tous ses muscles lui faisaient mal et sa tête bourdonnait. Il souffrait énormément, comme si quelque chose aspirait son énergie vital. Il poussa des petits "kaï" pathétiques, ayant la bile qui lui remontait dans la gorge.

"Assez...Assez..."gémit-il en ayant de plus en plus de mal à se tenir sur ses pattes.

Il regarda l'Aveugle qui semblait extasié et ouvrait de grands yeux, comme s'il venait de découvrir un trésor. Bigby bizarrement n'eut plus ce mal de gorge constant et cet sorte de blocage qu'il avait aux poumons. Il écarquilla les yeux.

Le pouvoir du Huff and Puff disparaissait.

Il était aspiré par l'Aveugle, qui se satisfaisait de cette nouvelle source de pouvoir. Bigby le regardait avec des yeux effrayés. Il ne savait pas ce que pouvait faire ce pouvoir, à quel point il était destructeur et mauvais. Il ne devait en aucun cas l'utiliser, sinon il pourrait détruire tout le paysage printanier et raser des meutes entières!

"Non...Non!" pensa Bigby avec désespoir.

Le loup-chien devant sa détresse eut un rictus amusé.

"Je vais te souffler hors de Four Seasons!" hurla-t-il en bombant le torse.

"Ne fais pas ça!" cria Bigby en retour même si sa gorge le brulait, "Tu vas tous nous tuer!"

Mais à sa grande surprise le loup-chien fut prit d'un début de toux. Bigby fronça les sourcils en voyant qu'elle s'accentuait pour devenir plus violente. Et cela ne cessait d'empirer, jusqu'à ce qu'il crache du sang. Bigby le regarda avec incrédulité. Ce qui se passait...

"Ce n'est tout de même pas..." souffla-t-il, se doutant de ce qui se passait.


© Maeya Fleur de Neige
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Dim 28 Juin 2015 - 17:08


Quand l'Eté s'invite

PV BIGBY





Il allait gagner. L'Aveugle était sûr de gagner. Avec un tel pouvoir, comment pourrait-il perdre le combat ?

Oh, comme c'était jouissif de sentir la détresse dans l'odeur de son ennemi. Il avait l'air effaré devant son propre pouvoir possédé par un autre.

"Trop tard..."songea malicieusement l'Aveugle. "Tu aurais dû l'utiliser quand tu le pouvais encore."

-Ne fais pas ça ! hurla soudain Bigby avec désespoir. Tu vas tous nous tuer !

-Tu aurais dû y penser avant de me provoquer ! siffla l'Aveugle en plissant les yeux.

Une quinte de toux le surprit à nouveau, et il s'étonna de la douleur qu'elle provoqua en lui. Il voulut souffler sur Bigby, mais la toux revint, plus forte, plus douloureuse, et lui coupa la respiration.

L'Aveugle fronça les sourcils, surpris, mais la toux revint encore et encore, jusqu'à devenir grasse et très douloureuse, emplissant sa gorge et le faisant tressaillir. Très vite, le chien-loup eut du mal à respirer, et le seul fait de sentir l'air dans sa trachée lui causait des douleurs insupportables.

"Que m'arrive-t-il ?" songea-t-il, perdu.

Il commença à cracher du sang et se plia en deux sous la douleur. Se rendant compte qu'il était sans défense face à son adversaire, il voulut se relever, mais il toussa de plus belle.

"C'est la contrainte de son pouvoir cette toux ? " pensa-t-il, les larmes aux yeux. "Mais c'est invivable."

L'Aveugle voulut une dernière fois utiliser le pouvoir contre Bigby, et il souffla légèrement. Un vent violent se leva, mais il retomba lorsque la toux secoua brutalement le chien-loup.

La douleur devint vite insupportable et, sentant qu'il commençait à étouffer, l'Aveugle lâcha sa prise sur le pouvoir de Bigby. Presque immédiatement, il sentit la puissance disparaître de ses veines, et sa gorge cessa d'être irritée par une toux incontrôlable. Il toussa une dernière fois, crachant un peu de sang, mais il put reprendre sa respiration normalement.

Infiniment soulagé, l'Aveugle prit le temps de calmer les battements de son cœur, humant l'air, indécis. Sa gorge était irritée, ses poumons semblaient sur le point d'exploser, et ses plaies au ventre le piquaient douloureusement. Dans l'air, l'odeur de son sang et de celui de Bibgy se mêlaient en osmose, et l'odeur du printemps que le chien-loup avait tant appréciée avait disparu.

L'Aveugle observa le grand loup noir de ses yeux gris glacials, puis lâcha d'un ton amer :

-Je t'ai sous-estimé. Tu as peut-être perdu de ta superbe, Big Bad Wolf, mais je voue un grand respect à ta maitrise de ta magie. Ton don est une malédiction.

Se rendant compte qu'il chantait les louanges d'un ennemi, il enchaina, plus acide :

-Ne te méprends pas. Je considère que le combat n'a pas de vainqueurs, mais que si je m'avais persévéré, j'aurais gagné. Si je te croise à nouveau, que ce soit en Eté, au Printemps, qu'importe, je ne te laisserai même pas le temps de reconnaître mon odeur, tu as ma promesse Bigby.

Il eut un mouvement de recul. Il se sentait faible, humilié, et ne voulait pas qu'on le voit comme ça. Sa cécité était soudain une véritable plaie car il était incapable de savoir si on adversaire acquiesçait ou pas, et la fatigue bloquait ses sens.

De plus, l'Aveugle s'en voulait terriblement de s'être laissé aller à la violence, au conflit. La souffrance qu'il ressentait était une grande punition. Il devait à l'avenir être plus prudent, et lutter davantage contre lui-même.

Il devait partir.

Il jeta un dernier regard au grand loup, puis la mâchoire serrée par la douleur, il s'enfuit vers la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Charly
Germe
Charly
Race : Loup/louve
PUF * : Gloomi
Féminin
Messages : 81
Date d'inscription : 08/06/2014
Âge : 23

Identité du loup/chien
Rang: Beta
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue0/0Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Non.
Dim 16 Aoû 2015 - 15:43

» Up Up ! ♫ «
Revenir en haut Aller en bas
Ezéckielle
Fleur
Ezéckielle
Race : Loup/louve
PUF * : TheGoldenSwan sur Deviantart
Féminin
Messages : 274
Date d'inscription : 30/05/2014
Âge : 16

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue0/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (0/1000)
En couple ?: Non.
Dim 13 Sep 2015 - 21:09

» Dernier Up ! «
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Ven 18 Sep 2015 - 16:29

Si Bigby se réveille un peu... *sigh*
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Dim 4 Oct 2015 - 13:35

*sigh*
Si Bigby daignait répondre...
Revenir en haut Aller en bas
Kuma
Adminounours ♥
Kuma
Race : Loup/louve
PUF * : Michouille
Féminin
Messages : 608
Date d'inscription : 31/10/2013
Âge : 22

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue10/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (10/1000)
En couple ?: /
Sam 27 Fév 2016 - 11:06

http://johannadrawing.deviantart.com
» Gros up ! ♥ «
(Je te laisserai archiver si tu penses que ça vaut mieux)
Revenir en haut Aller en bas
L'Aveugle
Administratrice
L'Aveugle
Race : Hybride loup/chien
Masculin
Messages : 410
Date d'inscription : 21/06/2015
Âge : 20
Ta localisation réelle : Aux environs de Paris

Identité du loup/chien
Rang: Bourreau
Notoriété:
Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Left_bar_bleue5/1000Quand l'Eté s'invite... (PV Bigby) Empty_bar_bleue  (5/1000)
En couple ?: Non
Sam 27 Fév 2016 - 11:40

Ca part aux archives ! Allez ouste !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: