Four seasons
Tu as posé les pattes sur Four Seasons !

Tu te retrouves dans un monde étrange, peuplé d'animaux désignés comme dangereux... Des loups !
Mais ne t'inquiètes pas : ils sont civilisés et ne te mordront pas au moindre mouvement ! (encore que...)
Viens incarner TON loup ou TON chien et fais le vivre à travers des aventures nommées RP !



Tous les yeux semblent tournés vers l'Archipel Mystérieux et le pouvoir de la Chimère... mais qui la trouvera en premier ?


 

 :: Hors jeu :: Archives Printemps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé]
Invité
Invité
Dim 14 Déc 2014 - 15:59



Deux concepts de liberté bien différents



Les yeux fermés, même si cela ne faisait absolument aucune différence, je me gorgeais depuis de longues minutes déjà de l’ambiance de cet endroit. Le vent me caressait la fourrure comme un ami qui prendrait soin de moi, l’herbe était si douce que j’avais envie de m’y rouler, et les odeur qui me parvenaient… elles étaient à la fois rassurantes et réconfortantes. Les pattes avant trempant dans l’eau, qui venait lécher avec tendresse mon poitrail au gré des vagues, j’avais le museau orienté vers le centre du lac. C’était l’un de mes endroits préférés. Ici, je me sentais toujours bien, et comme si un ami veillait sur moi, encore plus que lorsque j’étais en forêt. Je ne m’y sentais jamais triste, et bien que je n’aie jamais rencontré le moindre loup en cet endroit, j’étais persuadé que je n’avais pas à les craindre, ici. Que cet ami qui veillait sur moi les empêcherait de me faire du mal.


Je venais surtout après m’être fait mordre ou humilié par l’un des loups de mon clan. Me sentir ainsi soutenu et apprécié me réconfortait. Parfois je regardais l’eau, ne pouvant y voir mon reflet, mais ayant l’impression tout de même d’y ressentir le reflet d’un loup magnifique. Et pendant un instant j’y croyais… avant de me souvenir que j’étais un loup inutile qui handicapait la meute… Cette idée cependant me semblait tout ce qu’il y a de plus faux, quand je me trouvais ici. Je savais chasser, et même plutôt bien. Je savais aussi m’exprimer, et j’avais une certaine intelligence. D’accord, guérisseur ce n’était pas pour moi, car pour comprendre la blessure d’un loup je devrais lui faire du mal en la touchant. Guerrier non plus… Je savais ce que c’était de me faire mordre, et je détestais ça. Je ne voulais pas mordre les autres, jamais. Mais instructeur… Il n’y en avait pas assez dans le clan, et je serais bon pour ça! Transmettre un savoir ne nécessite pas d’être capable de voir.


Tout ça n’était qu’affabulation… Jamais mon Alpha ne risquerait de perdre le soutien de son clan en donnant un rang à un Oméga. Et puis j’aimais bien la liberté que ça me donnait, même si elle était accompagnée de douleur et de tristesse. Tant que je pouvais venir ici refaire mon courage, alors je pouvais endurer cela.


© Maeya Fleur de Neige
Revenir en haut Aller en bas
Tsume
Petit Arbre
Tsume
Race : Loup/louve
PUF * : Quelqu'un
Masculin
Messages : 336
Date d'inscription : 30/11/2011
Âge : 24
Ta localisation réelle : Entre rêve et réalité.

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Left_bar_bleue0/0Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Melda
Mer 24 Déc 2014 - 0:02

http://mytheaerin.forumactif.org/

Deux concepts de liberté bien différents ♦ Sasayaki


Une fois encore Tsume avait été charger par la Guilde de faire quelques menues recherches. Rien de bien compliqué. Juste aller fouiner un peu au Printemps voir ce que les membres du Clan pouvaient avoir à dire à propos de l'Alpha nouvellement nommée. Myosotis n'était pas en place depuis très longtemps et la Guilde ne savait pas encore exactement à quoi s'en tenir avec elle. Allait-elle chercher la paix ? Suivrait-elle les traces de ses prédécesseurs ? Agirait-elle de manière plus sournoise ? Pour le moment rien ne laissait à penser qu'elle s'occupait d'autre chose que du bien être des printaniers mais il valait mieux prévenir que guérir.

Le grand loup gris avançait à pas mesurés depuis le début de la journée. Il était inutile de se crever à la tâche. Il arriverait bien assez tôt chez les printaniers. L'hiver avait bel et bien pris possession de Four Seasons et, même au Printemps, on en ressentait les effets. Quelques feuilles tombaient face aux températures moins clémentes qu'habituellement et l'air était plus frais. Rien de comparable avec les terres hivernales mais tout de même, il était évident que la saison du renouveau ne dominait pas en ce moment. Tsume bifurqua en sentant la présence d'une patrouille. Il ne comptait pas se faire repérer maintenant. Il serait peine perdue de discuter de la politique de Myosotis s'il se trouvait face à plusieurs interlocuteurs. Il préférait chercher un loup seul.

Le LibreLune parvint finalement sur les rive du Lac Sherkaan. L'endroit l'avait toujours impressionné par sa beauté. L'eau si bleue et les cimes qui se reflétaient à la surface. Cet endroit avait comme un air de perfection et il faisait bon s'y reposer. Son regard balayant l'horizon il perçut la présence d'un loup au pelage vert. Un printanier à n'en pas douter. Il avait les pattes dans l'eau et les yeux clos. Tsume s'avança encore et remarqua à quel point il avait l'air serein. Il aurait donné cher pour avoir lui même cette paix. Il l'avait eue autrefois. Avant les événements tragiques qui avaient bouleversé sa vie et celle des siens. Il enfouit ces pensées au fond de son âme. Il s'était laissé aller à bien trop de sensiblerie ces derniers temps. Il s'approcha dont du loup sans chercher à dissimuler sa présence. Le LibreLune s'arrêta à une distance respectable, ne désirant pas se montrer intrusif. Déjà qu'il n'était pas supposé se trouver ici alors autant ne pas déranger ce loup dans ce qui semblait être une sorte de méditation. Tsume s'assit dont simplement, attendant une réaction de la part de l'autre canidé.


Code © FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 24 Déc 2014 - 2:33



Deux concepts de liberté bien différents



Il me fallut un long moment pour répondre, mais ce n’est pas parce que je n’avais remarqué l’approche du nouveau venu. Je l’avais repéré bien avant que lui ne me voit. La brise m’avait prévenu. J’y avais ressenti la curiosité, le questionnement, la recherche d’une solitude. Une solitude dont j’étais l’évident représentant. Aucune menace, dans les murmures du vent. Je savais que celui qui m’approchait ne me voulait aucun mal. Si j’attendais, c’était pour deux raisons précises. La première : récolter autant d’information que possible sur lui. La seconde : je voulais goûter un peu plus la quiétude, avant de laisser ma voix s’y mêler, la déformant sans réellement la briser, mais tout de même en y ajoutant de l’imperfection. Et je ressentais que, lorsque j’aurais entamé la discussion, je ne revivrais pas cette quiétude de sitôt.


Il s’agissait donc d’un mâle. Son odeur était légère, presqu’évasive, comme le vent lui-même. Fraîche et subtile, bien caractéristique et pourtant si naturelle que si je n’y avais pas prêté attention, j’aurais pu la manquer. Ce n’était une odeur qui ne me rappelait aucun clan. Et pourtant ce n’était pas l’odeur d’un solitaire. Peu importe, je lui faisais confiance. Je lui faisais confiance avant qu’il ne me voit, depuis le moment précis où l’Esprit du Vent m’avait prévenu de son arrivée imminente. L’aura du nouveau venu se mariait bien à celle de cet endroit, comme s’il y appartenait. Comme s’il était cet esprit dont je ressentais la présence, veillant sur moi. Peut-être se manifestait-il finalement, afin de faire connaissance avec moi? Peut-être, à force de lire dans mon âme mes émotions à chaque fois que je venais, s’était-il pris de sympathie pour moi? Non, impossible. L’explication était autre, et je devais me résoudre à briser le silence si je voulais assouvir ma propre curiosité. Aussi l’avais-je assez fait attendre. Au bout d’une longue minute, donc, je tournai ma tête vers lui et, sans même hésiter, ouvrai les yeux, fixant sur lui mon regard à sa propre manière spectral, qui comme d’habitude se planta dans rien, se perdant bien au-delà de celui à qui j’adressai mes mots avec respect. Le respect empreint de reconnaissance pour la patience qu’il avait manifesté au long de cette longue attente.


« Bien le bonjour, loup étranger à mon clan. Je te remercie du respect dont tu as fait preuve à mon égard. Je ne le méritais pas… »


En temps normal, j’aurais vouvoyé l’autre loup, même s’il n’était pas un membre de mon clan, et donc pas intégré à la hiérarchie au bas de laquelle je me situais. Mais ici, au lac, j’avais l’impression que tous les loups étaient égaux. De plus, le tutoyer était une façon de lui montrer indirectement que je lui portais ma confiance, même si je ne pouvais réellement expliquer pourquoi. Il la méritait, et c’était tout ce que je savais. Tout comme je savais qu’il n’en aurait rien à faire que la vue me soit manquante. Mais pourquoi cela? À cause de l’Esprit du Lac, ou de celui du Vent? L’un ou l’autre, le résultat ne changeait pas. La discussion était maintenant ouverte, la sérénité encore présente, mais la quiétude définitivement brisée. Ce n’était pas si mal, finalement. J’avais même envie que ça continue.


© Maeya Fleur de Neige

Revenir en haut Aller en bas
Tsume
Petit Arbre
Tsume
Race : Loup/louve
PUF * : Quelqu'un
Masculin
Messages : 336
Date d'inscription : 30/11/2011
Âge : 24
Ta localisation réelle : Entre rêve et réalité.

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Left_bar_bleue0/0Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Melda
Dim 4 Jan 2015 - 17:35

http://mytheaerin.forumactif.org/

Deux concepts de liberté bien différents ♦ Sasayaki


Tsume était patient. Il ne savait pas ce qui pouvait absorber ainsi le loup vert mais il ne voulait pas troubler sa quiétude. Il était rare de trouver des êtres aussi emprunt de calme et de sérénité. Il lui faisait un peu penser à Kaede, sa mentor, lorsqu'elle méditait. Et le loup gris avait bien appris qu'il ne fallait rien dire dans ces cas là. L'autre finit par tourner la tête vers lui, n'ouvrant pas les yeux mais ne se trompant pas de direction. Il révéla des pupilles laiteuses lorsqu'il souleva ses paupières. Tsume compris immédiatement. Ce printanier ne voyait pas. Il ne pouvait voir les couleurs, comprendre ce que représentait le soleil ni même voir l'éclat glacé de la neige en hiver. L'attitude du LibreLune ne changea pourtant pas. Il était surpris mais ne jugeait pas les loups sur de telles choses. Ce n'était pas le premier dans ce cas qu'il rencontrait et savait d'expérience qu'il valait mieux se méfier de l'eau qui dormait.

- Bien le bonjour, loup étranger à mon clan. Je te remercie du respect dont tu as fait preuve à mon égard. Je ne le méritais pas…

Le LibreLune fronça les sourcils. Il ne comprenait pas pourquoi le Printanier tenait un tel discours. Peut-être était-ce à cause de sa cécité mais cela ne changeait pas sa vision des choses. Pour lui c'était une attitude parfaitement absurde. C'était d'autant plus étrange que ces propos venaient de la part d'un loup appartenant à une meute. De quelqu'un qui aurait dû être soutenu par les siens. Qu'un solitaire dise de telles choses l'aurait moins étonné. Les neutres avaient leur fierté mais étaient souvent malmenés par les autres. Alors il était plus logique d'entendre ça de leur part. Mais bref, il était en train de s'embrouiller pour rien. Il voyait où il voulait en venir, c'était le principal.

- Tout un chacun mérite du respect. Ceux qui ne t'accordent pas celui qu'on te doit ne sont que des idiots à qui la vie n'a pas encore donné de leçon d'humilité.

Tsume n'avait pas bougé. Il ne voulait pas sembler intrusif et préférait dont rester assis à quelques distance du vert. Sa voix était grave et posée. La voix de ceux qui en ont trop vu. Peut-être surestimait-il ses malheurs mais le LibreLune pensait en avoir déjà beaucoup vécu et avoir gagné dans les épreuves un tant soit peu de sagesse. Quelqu'un pouvait avoir plus souffert mais il pensait que le plus important n'était pas ce par quoi on n'était passé mais ce qu'on faisait pour lutter et la manière qu'on avait de se relever. L'important était d'aller de l'avant même si cela nécessitait de se rapper la peau, de mordre encore une fois la poussière, de ne plus avoir envie de se relever, d'avoir envie de mourir. Le tout était de se remettre sur ses pattes et d'avancer. Il poursuivit, comme s'il ne s'était pas arrêté en plein milieu de sa phrase.

- Ils ont certainement oublié qu'un Clan doit soutenir chacun de ses membres. Bon ou mauvais un Clan est une famille. Il suffit de trouver les personnes capables de nous rendre plus fort.

Il sourit, certain que son vis à vis ne verrait cette expression sur son visage. Mais peu importait, les voix véhiculaient toutes les expressions du monde. Il pensait chaque mot qu'il venait de lui offrir et c'était certainement le plus important même s'il se faisait l'effet d'un vieux sage ennuyeux.

Code © FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 16 Jan 2015 - 14:09



Deux concepts de liberté bien différents



Les premières paroles de mon interlocuteur brisèrent instantanément la sérénité de mon esprit. Ce loup n’était pas membre d’une meute, il comprendrait sinon… Et puis comment pouvait-il traiter toute une meute d’idiots? J’étais faible, et en tant que faible j’avais de la chance qu’on m’ait seulement permis de vivre. Mais son ton de voix laissait entendre qu’il n’avait pas terminé, alors je me tus, et attendis patiemment la suite. Laquelle fut, heureusement, bien moins pire. Oui, j’étais d’accord sur ce point… mais ce qui devait être et ce qui était réellement étaient deux choses qui n’étaient pas tout à fait identiques… Plus calme, comprenant bien que le loup essayait de m’aider, indirectement, avec des belles paroles qui ne changeraient pourtant rien, je pris le temps de hocher la tête. Lui il le verrait, et comprendrait que je l’écoute. Mais je n’avais pas vraiment envie de continuer sur ce sujet. Ça, ça ne le regardait pas vraiment…


« Les choses sont loin d’être idéales dans notre monde, et ceux qui partagent ton point de vue ne sont pas nombreux… »


Je me permis de faire une légère pose. Mais je n’avais pas envie de continuer sur ce sujet-là, pas avec un étranger, aussi gentil me paraissait-il. Je préférai changer de sujet, et ajoutai avant qu’il ne puisse parler :


« Merci bien, et pardonne moi de t’avoir vexé, mais je ne crois pas que tu sois venu jusqu’ici pour tenter d’aider un Oméga à se sentir mieux dans sa peau… Est-ce qu’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour toi? »


Je lui était réellement reconnaissant, comme à tous ceux qui prenaient le risque de venir me voir en privé pour me dire merci. S’il avait été un membre du clan, ou alors un loup que je voyais régulièrement et avec qui je m’entendais bien, je me serais permis d’élaborer un peu plus avec lui, mais je ne le connaissais pas, et toute la confiance inspirée par mes amis Esprits qui me soufflaient que je pouvais faire tout ce qu’il me demandait, la prudence et mon intelligence m’enjoignaient de réfréner ces pulsions. Ce lieu avait un effet étrange, et si ce loup était amical et gentil ici, cela ne voulait pas dire qu’il le serait une fois qu’il quitterait les abords du lac. Éviter les sujets trop personnels me semblaient une meilleure idée, malgré toute mon envie de le faire, de lui parler, de l’écouter me réconforter… Il n’était pas là pour ça. Il avait des questions à me poser, et je ne voulais pas le retarder. Étrangement, c’était plus cette raison que la précédente qui me maintenait vraiment calme.


© Maeya Fleur de Neige

Revenir en haut Aller en bas
Tsume
Petit Arbre
Tsume
Race : Loup/louve
PUF * : Quelqu'un
Masculin
Messages : 336
Date d'inscription : 30/11/2011
Âge : 24
Ta localisation réelle : Entre rêve et réalité.

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Left_bar_bleue0/0Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Melda
Mar 27 Jan 2015 - 23:35

http://mytheaerin.forumactif.org/

Deux concepts de liberté bien différents ♠ Sasyaki


Les paroles du printanier étaient pleine d'un défaitisme contre lequel l'esprit et l'âme du LibreLune ne pouvaient que se révolter. Il était pour lui impensable qu'on put laisser quelqu'un avoir une aussi basse opinion de lui même. Tsume n'insista cependant pas davantage. Il lui semblait évident qu'il avait semé le trouble dans l'esprit de son interlocuteur. Il espérait que cela l'amènerait malgré tout à réfléchir, à remettre en cause l'injustice de son état. Il avait certainement parlé dans le vide mais il ne pouvait guère lui offrir davantage. Tout membre de la Guilde se devait d'être impartial.

- Merci bien, et pardonne moi de t’avoir vexé, mais je ne crois pas que tu sois venu jusqu’ici pour tenter d’aider un Oméga à se sentir mieux dans sa peau… Est-ce qu’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour toi?

Le loup gris se dit que sa petite enquête allait peut-être être plus aisée qu'il ne l'avait pensé de prime abord. Après qu'il soit face à un Oméga ne voulait pas dire que ce dernier était bavard et prêt à faire était de ce qu'il pensait de son Clan. Loin de là même. Le vert avait l'air d'être attaché au Printemps même s'il y subissait des sévices.

- Tu ne me vexes pas. Je suis seulement quelqu'un qui croit encore que les êtres sont parfaitement égaux entre eux et ce que tu me racontes me déplait.

Il laissa passer un silence, prenant le temps de choisir ses mots avec soin. Il ne voulait pas froisser encore une fois le printanier. Un oiseau lança une trille mélodieuse et Tsume sourit. C'était lui qui avait raison. Mieux valait s'exprimer si on avait envie de le faire plutôt que de perdre son temps à trop réfléchir. Il décida donc de prendre la parole sans plus de détours.

- Tout d'abord je tiens à me présenter. Je suis Tsume, ici pour aider quiconque en aurait besoin. Cependant il est vrai que ce n'est pas la raison première de ma venue. Je suis un loup curieux qui se sent concerné par ce qu'il advient du monde dans lequel il vit.

De nouveau un ange passa entre eux, meublé par le clapotis de l'eau, les chants des oiseaux et les stridulations des insectes. Les loup gris posa donc finalement sa question. Peut-être que le printanier allait le trouver trop curieux. Ou peut-être pensait-il qu'il parlait trop, un peu pour ne rien dire.

- Que devient le Printemps ? Comme se relever après le règne de terreur de Moune et Oxymore ? Je n'ai pas d'a priori sur la réponse et n'en ferait rien qui puisse te nuire si jamais tu décidais de me répondre.

Les ressentis des membres étaient, à son sens, plus importants que ce qu'il pouvait directement apprendre en parlant directement à un Alpha ou un Sous-Chef. Il voulait pouvoir se faire son propre avis sur la question avant de faire son rapporta face aux Anciens et au Puits de Lune, réceptacle de toutes les informations qu'ils avaient pu récolter depuis la naissance de la Guilde.

Code © FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 29 Jan 2015 - 14:53



Deux concepts de liberté bien différents



Je dus retenir un soupir lorsqu’il me répondit. Il ne semblait pas du tout vouloir démordre. Aussi je m’empêchai de répondre à son commentaire, histoire de ne pas alimenter et de couper définitivement cette branche de la conversation. Aussi gentil était-il, ma vie m’appartenait à moi et je ne le laisserais pas s’en mêler sans raison. Même si mon cœur criait de tout lui dire, de lui demander conseil et d’en savoir plus sur sa philosophie. Mon corps, qui s’était légèrement tendu sans que je ne m’en rende compte, se détendit quand il reprit la parole. Des présentations. Je n’avais même pas pensé à me présenter… en même temps dans cet endroit ça n’avait pas vraiment d’importance. La dernière partie de son propos sonna néanmoins une alarme en moi. Concerné par le monde dans lequel il vit? Où est-ce qu’il s’en allait avec ça? Il n’était pas un Printanier. Mon clan n’était donc pas son monde. Nos affaires ne le regardaient pas. Du moins, je ne pensais pas que ça le concernait… mais peut-être qu’il était un allié du clan? Comment est-ce que je pourrais le savoir…? Les nouvelles ne me parvenaient pas vraiment. C’était à peine si je savais que l’Alpha avait récemment changé. Tout ça était bien trop loin de ma vie pour que j’aie le moindre détail à donner…


Et la question me confirma ce que je craignais. Il s’intéressait à des choses qui n’influençaient en rien mon quotidien. Ce n’était peut-être rien de bien grave, et j’aurais parlé ouvertement si j’avais eu une réponse à donner… Par réflexe, je fermai les yeux en laissant un soupir désolé s’échapper de ma gueule. J’avais entendu dire que fermer les yeux était un moyen de se couper du monde pour pouvoir réfléchir en étant seul en nous-même. Car ne pas voir le monde, s’était un peu comme ne plus y être. Mais moi je ne voyais pas le monde, même les yeux ouverts. Ce geste ne changeait absolument rien, car j’entendis et je sentais toujours aussi bien. Comment en étais-je donc venu à développer ce réflexe? Un instinct à l’intérieur de moi qui me poussait à agir comme un loup normal? Peu importe… sincèrement désolé, je m’exprimai franchement, ne lui cachant rien.


« Honnêtement… je n’ai jamais connu mes anciens Alphas. J’ai l’impression que je l’aurais regretté, de toute façon. J’ai eu ouï du changement, et du nom de celle qui nous dirige maintenant. Cependant, je ne saurais t’en dire plus. Ma vie à moi n’a pas changée. Je suis seul, et le moindrement que j’essaie de ne plus l’être, on s’assure que je le regrette. Ça… ça n’a pas changé le moins du monde… Le peu d’information que j’obtiens, c’est quand l’Esprit… »


Mon corps paralysa instantanément ma langue et mes mâchoires. Je n’avais pas du tout réfléchit à ça… J’avais commencé à mentionner ma particularité… cette capacité qui me démarquait des autres, et que je gardais pour moi… S’ils savaient qu’un Oméga est capable de les espionner à distance… Peu importe qui était ce loup, pouvais-je vraiment lui révéler mon pouvoir? Je secouai doucement la tête comme pour chasser mes mauvaises pensées avant de reprendre.


« … quand j’entends les loups discuter entre eux à voix basses, car ils n’ont pas remarqué ma présence… Généralement je ne comprends pas très bien, ni tout ce qui se dit. Et ça concerne très rarement des sujets importants. Je ne saurais dire à quel point les choses ont réellement changées, ni même ce qu’elles sont, ou ce qu’elles étaient avant. Ce que je peux dire, cependant, c’est que j’ai pu m’approcher de la plaine aux cerisiers, une fois, depuis le changement d’Alphas. Je n’y étais jamais allé avant. Et bien que les sentinelles m’aient surveillés, en me portant le très peu d’attention que l’on se permet d’offrir à un loup comme moi, j’y suis resté un moment et personne ne m’a chassé. Je ne saurais dire si c’est un changement, puisque je n’y suis pas allé du temps des anciens Alphas, mais peut-être que toi tu peux en déduire des choses. »


Plus je lui parlais, et plus j’avais l’impression de pouvoir lui faire confiance. Absolument rien, sinon mon sens de la logique et de la raison, ne me permettait de douter de lui. Et du coup, je me sentis mal de ne pas pouvoir lui venir plus en aide. Sans que je m’en rende réellement compte, mes oreilles trahirent mes sentiments en s’abaissant sur mon crâne, et mon regard, alors que mes paupières se soulevaient de nouveau, piqua vers le sol, comme pour empêcher Tsume d’y lire le débat intérieur de mon âme. C’est alors seulement que je me rendis compte que, trop concentré sur sa question, j’en avais complètement oublié de lui rendre la politesse de me présenter. Un peu gêné de cet bavure, je glissai maladroitement, et timidement :


« Mon nom à moi, c’est Sasayaki… Je… je crois que malgré mon air malaisé, je peux affirmer être enchanté de te rencontrer, Tsume. »


Ça sortait un peu de nulle part, il n’y avait absolument aucun lien, mais au moins c’était dit, et il ne croirait pas que j’essaie de me dérober.


© Maeya Fleur de Neige

Revenir en haut Aller en bas
Tsume
Petit Arbre
Tsume
Race : Loup/louve
PUF * : Quelqu'un
Masculin
Messages : 336
Date d'inscription : 30/11/2011
Âge : 24
Ta localisation réelle : Entre rêve et réalité.

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Left_bar_bleue0/0Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Melda
Ven 20 Fév 2015 - 1:28

http://mytheaerin.forumactif.org/

Deux concepts de liberté bien différents ♠ Sasyaki


Le printanier n'avait pas l'air très enclin à lui répondre. Sa question le gênait visiblement mais il finit pourtant par lui répondre. Ce qu'il lui dit ne l'avançait pas trop mais il écoutait malgré tout avec attention, on ne savait jamais. Des informations se cachaient parfois dans de très petits détails. Des petits rien quasi insoupçonnables. Ce que le LibreLune ne parvenait toujours pas à comprendre c'était pourquoi le vert était si résigné quant à son sort. Sa cécité ne l'empêchait certainement pas d'avoir des connaissances ni même une certaine clairvoyance. Ces qualités étaient aussi indispensables que les aptitudes au combat de certains autres. Il se retint cependant de faire le moindre commentaire. Les derniers ayant déplu à son interlocuteur il préférait garder le silence bien qu'il n'en pensa pas moins. Le LibreLune méditait encore les paroles du printanier lorsque ce dernier reprit la parole :

- Mon nom à moi, c’est Sasayaki… Je… je crois que malgré mon air malaisé, je peux affirmer être enchanté de te rencontrer, Tsume.

Ledit Tsume sourit, content de voir qu'il ne traumatisait pas complètement son vis-à-vis. Il avait eu la très nette impression de le déranger lorsqu'il était arrivé. Peut-être était-ce seulement à cause de tout ce qu'il avait à subir au sein de son Clan qu'il se montrait aussi suspicieux. Et craintif. Surtout craintif. Comme si toute personne venant le voir le faisait nécessairement pour lui faire du mal.

- Je suis heureux que tu me le dises, j'avais l'impression de t'avoir dérangé pendant quelque chose d'important. Si tu le souhaites je peux me retirer.

Le loup gris lui laissait une porte de sortie. Il ne s'offusquerait pas si Sasayaki lui demandait de partir. Il était arrivé à l'improviste et s'était avancé sans même songer une seule seconde qu'il pouvait réellement être considéré comme un intrus. Parfois il était si focalisé sur ses objectifs qu'il en oubliait de considérer ce qui se trouvait autour. Il se promit de ne plus l'oublier. En parlant de ne pas oublier, il était en train de perdre sa politesse et c'était parfaitement inacceptable. Ce n'était pas parce que son interlocuteur avait une mauvaise vision de lui même qu'il se permettrait de le conforter dans cette voie.

- Et je te remercie pour ce que tu as accepté de me dire. Ce n'est peut-être pas grand chose pour toi mais je suis sûr que nous pouvons en tirer des enseignements. Il laissa passer un léger silence. Chaque chose à son importance dans le monde qui nous entoure, il en va de même pour les histoires qu'on peut écouter. Elles sont toutes importantes du moment qu'on sait à quoi les relier.

Peut-être que les informations qu'il avait obtenu en présence de Sasayaki n'étaient pas fondamentales mais elles révélaient tout de même qu'une climat plus paisible s'était installé. Auparavant seuls les loups conviés se rendaient aux abords de la tanière des Alphas. Ou alors les plus téméraires et les plus avides de pouvoir. Au choix. Dans tous les cas un loup aussi brimé que semblait l'être son vis-à-vis ne s'y serait pas risqué sans perdre un peu de fourrure ou même plus encore. Rien que cela était bon à savoir.

Code © FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 23 Fév 2015 - 14:36



Deux concepts de liberté bien différents



Je dus faire un gros effort pour ne pas m’empresser de le supplier de rester lorsque Tsume mentionna pouvoir partir pour arrêter de me déranger. Pourquoi cette impulsion, cette envie soudaine de le garder près de moi alors que plus tôt j’avais pensé vouloir qu’il ne le soit plus? À cause de sa façon de me parler... Oui, sans aucun doute à cause de ce respect, de cette politesse à mon égard. Mérités ou pas, ils étaient là, et ça me plaisait. Je me sentais bien, je me sentais à ma place, j’avais l’impression qu’on m’accordait la valeur que je possédais et qu’on reconnaissait que j’étais aussi apte que les autres dans certains domaines, une pensée que j’avais eu plusieurs fois, mais que j’avais toujours gardé pour moi. Je trouvai étrange qu’il parle des histoires. J’adorais les histoires. J’adorais les conter, surtout, même si je me les contais à moi-même d’habitude. J’avais toujours pensé que même la plus petite des histoires renfermait un enseignement dont on pouvait tirer profit, si on savait écouter. Et donc je me contais des choses à moi-même, dans le but de m’auto-enseigner. Pas très efficace. Mais il semblait partager mon point de vue.


Instantanément, ma gêne disparut. Assez joué les victimes, assez joué les gentils petits soumis. J’avais dit à ce loup tout ce que je savais, et il semblait vouloir rester. Pourquoi? Pas la moindre idée. Mais il voulait rester. Alors je pouvais bien faire l’effort de mettre de côté mes pensées auto défensives un moment. Une partie de moi à l’intérieur savait que c’était relié au Lac. Le Lac était le seul endroit où j’eux jamais été capable de faire ça. D’être mon propre ami… eh bien pas grave, je pouvais en profiter un peu, non? Remontant mon regard vers lui, calme de nouveau, je n’eus même pas à faire d’effort pour que ma voix redevienne relativement sereine. Oui, la sérénité. J’étais venu ici pour elle, et c’était moi, seulement moi, qui l’avait chassée. Je pouvais donc aussi la faire revenir.


« Tu as raison. Chaque histoire porte en elle un enseignement. Lorsque cet enseignant ne porte pas sur la vie ou le monde qui nous entoure, il porte sur le loup qui raconte l’histoire. Car la même histoire, contée par deux loups différents, ne sera jamais tout à fait pareille. J’aime… j’aimerais conter des histoires, parfois. Sur tout, et sur rien. Il m’arrive, quand je viens ici, de conter une histoire au Lac. Une histoire sur ma journée, sur quelque chose que j’ai appris, ou alors une histoire sur mon avenir, sur mes rêves… Étrangement, j’ai toujours l’impression qu’on m’écoute, ici. »


Sans vraiment savoir pourquoi, je ressenti le besoin de le rassurer, sur un point en particulier. De lui expliquer. De me justifier…


« Tu sais, Tsume… Je t’ai entendu. Je t’ai écouté. Ce n’était sûrement pas la meilleure réaction que de te demander de te taire. Ces concepts dont tu m’as parlé, je les ai déjà imaginés, et depuis que je suis petit, ils m’effraient. J’ai appris toute ma vie à ne pas y penser, que c’est faux. Je doute encore, et je ne sais pas vraiment qu’en penser. Je te remercie d’avoir partagé cela avec moi, et je te prie de ne pas me mépriser ou me croire idiot. J’ai besoin de temps pour y réfléchir. Cela est peut-être clair pour toi, mais… mais moi je ne sais plus en quoi croire… »


Plus de méfiance. Plus de logique. Tout m’incitait à m’ouvrir à lui et à lui faire confiance. Et j’en avais besoin. Oui, j’en avais cruellement besoin. Pas grave si c’était juste ici. Même qu’une fois ici serait mieux que rien.


« Pardonnes moi, mais je dois te poser une question. Cet endroit est étrange, je l’ai remarqué plusieurs fois, car je l’aime pour cette étrangeté. Ici, jamais un loup n’a été méchant avec moi, et je sais très bien que ce n’est pas normal. J’ai l’impression que ce n’est pas ton cas. Que rien n’a changé en toi et que tu serais ainsi, même si ce n’était pas ici. Je t’en prie, ne me mens pas… serait-ce le cas? Serais-tu encore là à m’écouter sagement et sans te mettre en colère contre moi, si nous n’étions pas ici? »


Autant j’avais peur de la réponse, autant j’espérais qu’il me dise que j’avais raison. Cette façon d’être me semblait attachée à lui, et j’espérais vraiment que ce soit le cas. Peut-être est-ce que j’avais uniquement besoin d’être rassuré, c’était possible. Peut-être est-ce que c’était une autre façon de me confier, de le garder ici, de le faire parler… Mais plus certainement, ce devait être un mélange des deux.


© Maeya Fleur de Neige

Revenir en haut Aller en bas
Tsume
Petit Arbre
Tsume
Race : Loup/louve
PUF * : Quelqu'un
Masculin
Messages : 336
Date d'inscription : 30/11/2011
Âge : 24
Ta localisation réelle : Entre rêve et réalité.

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Left_bar_bleue0/0Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Melda
Lun 30 Mar 2015 - 20:27

http://mytheaerin.forumactif.org/

Deux concepts de liberté bien différents ♠ Sasyaki


Le grand gris hocha lentement la tête lorsque Sasyaki abonda dans son sens. Il avait presque oublié la cécité de son vis-à-vis. Il ne prononça malgré tout pas le moindre mot. Peut-être aurait-il dû adapter son attitude au printanier mais il ne savait pas vraiment si c'était ce que l'autre souhaité. Peut-être voulait-il seulement avoir le même traitement que les autres. Le LibreLune n'aurait su dire. Il ne le connaissait pas suffisamment pour se prononcer. Il ne savait pas trop quoi ajouter de plus. Parfois le silence valait mieux que de grands discours. Certains étaient entendu par des être bien au delà des loups et certains étaient juste en mal d'attention. Là encore il ne pouvait pas se prononcer quant à la situation du vert. Il avait d'ailleurs bien fait de se taire puisque Sasayaki reprit la parole. Il parlait de ce que Tsume avait finalement laissé de côté. De nouveau ce dernier hocha lentement la tête, prenant malgré tout le temps de prononcer quelques mots cette fois-ci mais les choisissant avec soin :

- Je comprends ne t'en fais pas. Que tu acceptes de m'entendre est déjà un pas en avant.

S'il avait écouté ce qu'il lui disait il aurait le temps de méditer ses paroles. Et puis, qui sait, peut-être que quelqu'un d'autre pourrait lui montrer que les paroles d'un loup rencontré au hasard d'une journée pouvait avoir eu raison. Si on se voyait assez souvent répété la même chose on pourrait peut-être finir par comprendre que c'était vrai. Ou peut-être pas. Parfois il s'agissait de mensonges. Comme les mensonges de ceux qui avaient appris au printanier qu'il ne valait rien. Tsume ne savait pas si Sasayaki l'avait entendu ou s'il ne désirait seulement pas répondre mais il aborda un nouveau sujet.

- Serais-tu encore là à m’écouter sagement et sans te mettre en colère contre moi, si nous n’étions pas ici ?

La question surprit le grand loup gris. Il cligna plusieurs fois des yeux, tentant de reprendre ses esprits. Ce n'était nullement désobligeant ou quoi que ce fut mais c'était... étrange. Juste étrange. Il ne comprenait pas qu'un lieu puisse réellement influencer le comportement des autres. Certainement était-ce à cause du comportement que Sasyaki lui même avait. Mais le LibreLune ne voulait pas ébranler toutes ses croyances en une journée. Il se contenta donc de répondre à sa question.

- Je n'aurais pas changé. Certains loups sont simplement gentils et ont conscience qu'on ne peut pas réduire quelqu'un a une simple différence. J'aime à croire que je fais parti de ceux-ci.

Il fit une petite pause. Ne sachant trop qu'ajouter alors même qu'il savait qu'il ne devait pas s'arrêter là. Il avait envie de lui parler de la Guilde sans savoir s'il en avait le droit ni même ce que cela lui apporterait.

- Nous sommes beaucoup à être comme moi. Il ne faut pas que tu doutes tant de toi même. Ose approcher les autres. Tous ne sont pas mauvais. Je comprends tout à faire ta méfiance mais elle t'empêche peut-être de passer parfois à côté de belles rencontres.

Code © FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 25 Mai 2015 - 3:35



Deux concepts de liberté bien différents



J’écoutai la réponse de mon interlocuteur, et soudainement ma question me parut tout à fait idiote. Bien entendu, qu’il n’aurait pas changé, qu’il n’avait pas changé. Il était comme ça. Je l’avais senti, dès le début. De l’entendre le confirmer, cependant, fit descendre un peu plus l’agitation en moi. Il n’était pas amical qu’à cause de cet endroit. Il était tout simplement amical. Et je me rendis compte qu’il avait raison. N’importe où ailleurs, je ne l’aurais pas laissé m’approcher. Je me serais méfié de lui. Je ne lui aurais pas fait confiance. Je me serais bel et bien empêché de passer à côté d’une rencontre qui m’aurait faite du bien. Me perdant un peu dans mes pensées, et dans mes émotions, je ne relevai pas la note de surprise et de perplexité que j’avais perçue dans sa voix. La question n’était en effet pas commune, et il n’était pas de ma meute, ce qui voulait dire qu’il ne devait pas savoir où nous étions, et pourquoi c’était spécial ici.


Beaucoup d’autres, qu’il disait. Vraiment? Formaient-ils un clan? Une meute? Son odeur n’appartenait à aucune meute, et n’était pas non plus l’odeur neutre d’un solitaire. Je ne connaissais pas vraiment beaucoup le monde extérieur… il y en avait peut-être plus à découvrir que je ne l’imaginais. Quoi qu’il en soit, il n’avait pas peur de venir sur un autre territoire, ni d’être amical avec tout le monde, y compris… un Oméga… Ma cécité ne le gênait pas du tout, et bien que je n’en aie pas la confirmation, j’étais persuadé que plusieurs fois il m’avait adressé des signes visuels… des signes que je n’avais pas ni n’avais pu capter. D’autres, vraiment…? Je ferais plus attention à cette odeur, à l’avenir. Mais je ne voulais pas continuer sur ce sujet. Ça le mettait mal à l’aise, je le sentais bien. Il ne voulait pas parler de ces autres. Alors je ne le questionnerais pas. Mais je ne voulais pas non plus qu’il parte… pas maintenant… pas alors que je commençais à peine à me sentir à l’aise en sa présence…


« Tsume… Je t’en prie, décris-moi le Lac. »


Ma propre question me surpris. Venais-je vraiment de… de lui demander…? Mais… mais même s’il le faisait, je ne pourrais même pas comprendre! Je n’avais aucune idée de ce à quoi pouvaient ressembler tous ces concepts de couleurs et de lumière! Et pourtant, j’avais eu envie… d’entendre sa voix. D’entendre une histoire. Et en même temps j’espérais qu’il comprendrait ce que ça voulait dire. Sauf que… ça voulait dire quoi, exactement…? Je n’en avais pas la moindre idée. Mais ça me paraissait important. Oui, c’était important. C’était important que je le lui demande maintenant. Et c’était important que je lui demande à LUI.


© Maeya Fleur de Neige

Revenir en haut Aller en bas
Ezéckielle
Fleur
Ezéckielle
Race : Loup/louve
PUF * : TheGoldenSwan sur Deviantart
Féminin
Messages : 274
Date d'inscription : 30/05/2014
Âge : 16

Identité du loup/chien
Rang: Instructeur
Notoriété:
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Left_bar_bleue0/1000Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Empty_bar_bleue  (0/1000)
En couple ?: Non.
Mer 10 Juin 2015 - 13:19

» Petit up ! «
Revenir en haut Aller en bas
Tsume
Petit Arbre
Tsume
Race : Loup/louve
PUF * : Quelqu'un
Masculin
Messages : 336
Date d'inscription : 30/11/2011
Âge : 24
Ta localisation réelle : Entre rêve et réalité.

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Left_bar_bleue0/0Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Melda
Mer 10 Juin 2015 - 19:15

http://mytheaerin.forumactif.org/

Deux concepts de liberté bien différents ♠ Sasyaki


Apparemment ce qu'il disait faisait plaisir au printanier. Il devait bien se demander de quoi il parlait quand il évoquait "les autres" mais il eut la délicatesse de ne pas l'interroger. Tsume ne voulait pas en dire trop sur la Guilde. Il craignait toujours d'avoir la langue trop bien pendue et que cela se retourne contre les siens. Si Melda n'avait plus rien à craindre ce n'était pas le cas de ses enfants qui, eux, étaient encore de ce monde. La question du vert le surpris.

- Tsume… Je t’en prie, décris-moi le Lac.

Le canidé gris prit le temps de réfléchir. Comment décrire un lieu à un aveugle ? Ce n'était pas chose facile. Il se leva et parcourut la distance qui se trouvait entre lui et l'Oméga. Il s'assit à ses côtés, profitant de ces quelques instants pour réfléchir. Il pesait chacun de ses mots avec soin. Tentant de comprendre comment le loup pouvait ressentir un tel environnement.

- Le lac s'étend à perte de vue. Aussi loin que peut porter mon propre regard. On se sent minuscule. Comme lorsqu'enfant un adulte se penche au dessus de nous et nous écrase de la présence. L'eau est d'un bleu pur, elle est comme un glacier. Elle semble froide au regard mais lisse comme le poil duveteux d'un louveteau. Les herbes qui parsèment les berges regorgent de vie. En ces instants en rien ne sert le regard. Il faut écouter et écouter encore pour savoir qui vit ici. On peut cependant voir différentes teintes de vert. Les plus claires sont douces comme le clapotis de l'eau tandis que les plus sombres sont comme les plus noires de nos pensées.

Tsume s'arrêta. Il ne savait pas s'il avait réussi à faire ressentir toute la quiétude du lieu au travers de ses mots. Il avait tenté de rattacher les couleurs qu'il avait cité à des impressions physiques. Il n'avait pas trouvé de meilleur moyen de faire pour décrire un paysage à un aveugle qui n'avait certainement jamais vu. Sasayaki était bien trop jeune pour que sa cécité soit due à l'âge. Il aurait bien ajouté quelque chose mais il ne savait pas quoi. Leur entretien tirait sur la fin mais Tsume ne souhaitait pas encore partir. Il resta simplement calme et silencieux à côté du printanier.

Code © FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 11 Juin 2015 - 16:50



Deux concepts de liberté bien différents



Calme, j’écoutai sa réponse d’une oreille plutôt distraite. Quelque chose en moi me rendait triste. Je la sentais approcher : la fin. Et j’avais le profond sentiment que cette fin serait la fin de tout. Je ne reverrais jamais ce loup. Jamais… Et ça me brisait le cœur. Tsume était le premier loup que j’avais envie d’appeler « ami ». Je n’avais jamais rêvé un jour de pouvoir utiliser ce terme pour parler d’un loup, et pourtant l’évidence était là. Tsume me traitait comme un ami… Il ÉTAIT un ami. Et c’était fini. Ça venait juste de commencer et c’était déjà fini. Je me retins de verser une larme. Je ne voulais pas qu’il sente ma tristesse. Je voulais être reconnaissant pour ce qu’il m’avait offert, pour ce moment qu’il avait partagé avec moi. Je voulais qu’il garde de moi le souvenir d’un loup renforcé par son contact, et qu’il puisse ne jamais oublier le son de ma voix reconnaissante pour le reste de sa vie. Il me fallut faire un gros effort pour dénouer ma gorge et prononcer des paroles.


« Ce lac a l’air magnifique… Son eau a l’air calme et apaisante, et son herbe a l’air d’un tapis qui absorbe les émotions négatives pour les transformer progressivement en émotions positives. Je ne puis m’imaginer de quoi ça l’air, mais… j’aimerais le pouvoir… »


Je passai volontairement sous silence que sa description ne m’aidait pas vraiment. Certaines parties de la description étaient bien faites, comme pour la texture de l’eau. Mais d’autres, comme l’herbe, étaient plutôt maladroites. Je le gardai pour moi. Je voulais que tout se finisse bien. Je voulais que cette fin soit un moment spéciale, pour moi et pour lui. Que cette fin marque un espoir, même si au fond de moi je savais que cet espoir était vain. Le moment approchait. Il devait repartir, maintenant. Et moi je cherchais les mots. Les bons mots. Ceux qui allaient finir tout ça de la bonne façon. Je pris une longue et profonde inspiration discrète pour me calmer, pour me gorger de la sérénité du lieu. Et je laissai cette sérénité emplir mes paroles.


« Il te faut partir, maintenant… je le sais… Mais je suis heureux d’avoir fait ta rencontre. J’espère de tout cœur que ton avenir soit parsemé de moments comme celui-ci. Et que peut-être… si nous sommes chanceux… j’espère que nous nous reverrons. »


Pourquoi ce moment précis? Pourquoi, alors qu’il avait rien dit, je savais que j’avais raison? L’Esprit du Vent avait dû me le dire, sans que je m’en rende compte. Il avait dû me dire que c’était le temps. Que la fin c’était maintenant. Une larme roula sur ma joue malgré mes efforts, et brisée par le mensonge que je venais de préféré, ma voix repris.


« Bonne route à toi, Tsume… mon ami… »


Mes paupières se fermèrent pour empêcher de nouvelles larmes de couler, et j’espérai de tout cœur qu’il parte sans se retourner, qu’il ne me voit pas lentement perdre le contrôle de mon chagrin. Mon premier et seul ami, et je le perdais alors que je venais tout juste de confirmer ce lien qui nous unissait. Pendant quelques secondes, je nourris l’espoir que mon mensonge n’en soit pas un… Peut-être un jour, oui, pourrais-je le revoir… oui, peut-être… on ne peut pas prédire l’avenir… Non, même l’Esprit du Vent n’avait jamais prédit l’avenir. Et peu importe où il était, et même si je ne le revoyais jamais, Tsume était un ami. Oui, il était mon ami.


© Maeya Fleur de Neige

Revenir en haut Aller en bas
Tsume
Petit Arbre
Tsume
Race : Loup/louve
PUF * : Quelqu'un
Masculin
Messages : 336
Date d'inscription : 30/11/2011
Âge : 24
Ta localisation réelle : Entre rêve et réalité.

Identité du loup/chien
Rang:
Notoriété:
Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Left_bar_bleue0/0Deux concepts de liberté bien différents. [Terminé] Empty_bar_bleue  (0/0)
En couple ?: Melda
Sam 27 Juin 2015 - 19:56

http://mytheaerin.forumactif.org/

Deux concepts de liberté bien différents ♦ Sasayaki


Sa description était loin d'être la meilleure qui puisse être et il en avait bien conscience mais Sasayaki semblait simplement content que quelqu'un prenne la peine d'essayer. Du moins c'est la première impression qu'eut le LibreLune, ensuite il sentit une pointe de tristesse poindre entre eux. Le silence se faisait lourd de sens et il ne se sentait pas le droit de le déchirer de nouvelles paroles. Le printanier finit par lui donner une réponse qui s'apparentait à des remerciements. Tsume espérait qu'un jour Sasayaki trouverait un loup capable de lui apprendre les couleurs. Il y avait tant de don sur Four Seasons certains devaient bien permettre un tel miracle. Dans tous les cas il l'espérait de tout cœur. La fin approchait inexorablement. Le grand gris s'en voulait un peu de devoir repartir ainsi, aussi vite qu'il était venu. Il espérait néanmoins que ses paroles finiraient par faire leur chemin dans l'esprit du printanier. Il avait le droit au bonheur et Tsume avait vu qu'il était quelqu'un de droit. Ils s'étaient écoutés mutuellement, tentant de partager leurs ressentis, leur expérience. Cela rendait le printanier plus proche du LibreLune que bien des loups. Nombreux étaient ceux qui l'avaient vu sans même connaître un dixième de ce qu'il avait révélé aujourd'hui.

Le vert parla de leur imminente séparation, la gorge visiblement serrée par l'émotion. Tsume, quant à lui, tentait de dompter ses émotions et de garder le contrôle de lui même. Il ne voulait pas donner de faux espoirs à Sasayaki mais ne trouvait pas non plus la force de lui dire que cette rencontre était certainement la première mais aussi la dernière. Les rayons de lune l'attiraient un peu plus chaque nuit. Il ne savait combien de temps il tiendrait encore. C'était une question de semaines. De mois peut-être s'il se tenait loin de l'extérieur la nuit. Mais, dans tous les cas, cela ne lui permettrait pas de revoir le doux printanier. Il se tut malgré tout. Lui aussi voulait tenter d'y croire. Tenter de conjurer le mauvais sort. Il vit une larme couler le long de la joue du printanier et son coeur se serra douloureusement. Il était désemparé. Il ne savait que faire face à sa détresse.

- Bonne route à toi, Tsume… mon ami…

A l'image du printanier le grand loup gris ferma les yeux un instant. Lorsqu'il les rouvrit il avait repris le contrôle de lui même et de ses émotions. C'était une chose que Kaede avait exigé qu'il sache faire quelques soient les situations. Il doutait que montrer sa propre souffrance aide beaucoup le printanier. Il se devait d'être cette sérénité qu'il était venu chercher auprès du lac. Il se releva et mêla brièvement son pelage à celui du mâle vert. C'était un geste purement amical et, lorsque sa voix s'éleva, elle était parfaitement calme.

- Au revoir Sasayaki. Au revoir mon ami.

Il avait cherché quelque chose de plus spirituel, quelque chose qui aurait pu guider son nouvel ami. Mais il n'avait pas trouvé. Il n'y avait pas de mots juste en de telles situations. Une séparation était toujours douloureuse quoi qu'on puisse en dire. En matière de conseils il ne savait pas quoi lui dire de plus que ce qui avait déjà été évoqué. Il tourna donc les talons sur ces quelques mots, le cœur gros. Il était dommage que leurs routes ne se soient pas croisées plus tôt.

Code © FieryAmaryllis
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: